Publié le 15 Mars 2017

Concert 2017 de l'ONG HAMAP, le samedi 22 avril à Chaville.

Le colonel Joël Kaigre, président de l’ONG HAMAP, nous informe que le 16e concert « Tous en Chœur pour HAMAP Humanitaire » aura lieu le Samedi 22 avril 2017 à 20h30 à l'Atrium de Chaville, 3 parvis Robert Schumann.

 

Plus de 200 Choristes seront sur scène pour nous interpréter des œuvres aussi variées que :

  • « De New York à Rio » par la Chorale White Spirit de Viroflay sous la direction de Magali Lange et au piano Aude Moralès-Robin.
  • « Du Sacré au Sucré » par le Choeur Montansier de Versailles sous la direction de Juliette Hénaff et au piano Marie Vallin.
  • « Transports Express » par les chorales des collèges Racine de Viroflay, Poincaré et Rameau de Versailles, sous la direction de Mireille Durand Gasselin, Dominique André et Cyril Chomiak.

 

Venez nombreux en famille, vos enfants et vos petits enfants sont les bienvenus. L’ambiance est assurée.

 

Tarif normal 16 euros

Tarif groupe, étudiants, chômeurs, seniors plus de 65 ans : 14 euros

 

Vous pouvez passer par les points de vente habituels (réseau FNAC et Ticketnet), ou faire un chèque directement à l’ONG (chèques libellés à l’Ordre de HAMAP-Humanitaire) à envoyer à :

Joël KAIGRE

12 BIS Rue du Belvédère

92370 CHAVILLE

 

Colonel Joël Kaigre : « Les recettes de ce concert serviront à renforcer nos actions dans le monde. En effet, en 2016, votre engagement a permis à :

 

  • 68.210 personnes d’accéder à l’eau potable.
  • 12.034 personnes d’accéder à l’assainissement.
  • 225 personnes d’accéder à l’éducation ou à une formation professionnelle.
  • 6.780 personnes d’accéder à une consultation médicale de base.
  • 20 personnes d’être formées en Irak sur les engins explosifs improvisés.

 

Je compte sur vous et je vous en remercie du fond du cœur ! »

 

 

Lire la suite

Publié le 12 Mars 2017

Les obsèques de Guy Monnerot.

Les obsèques de Guy Monnerot.

La Toussaint Rouge.

Il s’agit du nom donné, en France, à la journée du 1er novembre 1954, durant laquelle le Front de Libération Nationale (FLN) manifeste, pour la première fois, son existence en commettant une série d’attentats en plusieurs endroits du territoire algérien, à l’époque sous administration française. Rétrospectivement, cette journée est considérée comme le début de la Guerre d’Algérie.

 

En Algérie, le 1er novembre est devenu est une fête nationale, la Fête de la Révolution.

 

70 attentats ont donc lieu en cette journée. Il s’agit d’explosions d’engins artisanaux ou d’assassinats. Ils sont réalisés en une trentaine de points du territoire algérien, alors répartis ainsi pour les commandants du FLN :

  • Zone 1 : les Aurès, zone commandée par Mostefa Ben Boulaïd.
  • Zone 2 : Constantinois, zone commandée par Mourad Didouche.
  • Zone 3 : Kabylie, zone commandée par Belkacem Krim.
  • Zone 4 : Algérois, zone commandée par Rabah Bitat.
  • Zone 5 : Oranie, zone commandée par Larbi Ben M’Hidi.

 

Les victimes :

  • Ben hadj Sadok, caïd du douar M’Chouneche.
  • Haroun Ahmed Ben Amar, agent de police.
  • Georges-Samuel Azoulay, chauffeur de taxi.
  • François Braun, garde-forestier près de Saint-Denis du Sig.
  • Laurent François, tué près de Mostaganem.
  • Pierre Audat, soldat à Batna.
  • Eugène Cochet, brigadier-chef à Batna.
  • André Marquet, soldat à Khenchela.
  • Lieutenant Roland Dameaud, officier à Khenchela.

 

Mais le mort devenu symbole de cette journée est l’instituteur Guy Monnerot, assassiné.

 

L’attentat contre les époux Monnerot.

Patrice Herreyre, du journal Le Populaire (distribué à Limoges et dans tout le Limousin, région d’origine des Monnerot) a raconté cet épisode :

 

« Il n’est pas le premier mort de la guerre d’Algérie. Pourtant, Guy Monnerot, le jeune instituteur originaire de Limoges, est devenu le symbole de cette France investie en Algérie et que le FLN voulait frapper.

 

Par la fenêtre du car Citroën qui s'essouffle sur la petite route qui relie Biskra à Arris, Jeanine Monnerot admire, éberluée, la beauté du paysage. Guy, son mari, est en pleine discussion avec le caïd de M'Chounèche, Hadj Sadok. Le véhicule s'engage dans la gorge de Tighanimine, la plaie béante qui balafre cette partie des Aurès. À gauche du bus, s'élève, vertical, l'à-pic du Foum Taghit. À droite, une vingtaine de mètres en contrebas, coule l'oued El-Abiod.

 

 

Au volant, Djemal Hachemi regarde son compteur. Dans quelques centaines de mètres, il devrait apercevoir un barrage de pierre. De mèche avec les insurgés, il a pour consigne de freiner violemment. Les passagers, secoués, ne devraient alors pas opposer de résistance aux hommes de Si Messaoud, de son vrai nom Chihani Bachir.

 

L'embuscade fonctionne à merveille. Hadj Sadok est la cible du commando. Il est conduit sans ménagement hors du car. Le couple d'instituteurs est emmené lui aussi. « Tu as reçu notre proclamation, tonne Si Messaoud en direction du caïd. De quel côté vas-tu te ranger maintenant ? ». Après la tonitruante fin de non-recevoir du notable algérien, les événements s'accélèrent. Un geste de trop, une mauvaise interprétation, un pistolet-mitrailleur trop sensible… La rafale de Sbaïhi, l'un des hommes de Chihani Bachir, transperce les trois prisonniers.

 

Si Messaoud, dont les ordres étaient de ne s'attaquer qu'aux militaires ou aux musulmans pro-français mais surtout pas aux civils, donne l'ordre à Djemal Hachemi de transporter rapidement Hadj Sadok à Arris. En revanche, Guy et Jeanine Monnerot sont laissés pour morts, sur le bord de la route. Lorsque l'ethnologue Jean Servier arrive sur les lieux, vers midi, il est trop tard pour sauver Guy mais il est encore temps de conduire Jeanine à l'hôpital.

 

Le voyage de Guy Monnerot ne va cependant pas s'arrêter là. Il est d'abord inhumé selon la tradition musulmane, dans un linceul blanc. Le 10 novembre 1954, une cérémonie à Batna permettra de lui rendre hommage. Mais c'est à Limoges, le 29 novembre 1954, que l'émotion aura été la plus forte. Des centaines de personnes ont assisté d'abord à l'office donné en la paroisse Saint-Joseph, puis à l'inhumation dans le caveau familial.

 

Même le ministre de l'Intérieur fera connaître son émotion par un court télégramme. «… Stop Je m'incline devant votre douleur Stop François Mitterrand. »

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Wikipédia, Larousse et Britannica.
  • Site Internet du Journal Le Populaire.
  • Site Internet du groupe de presse Centre-France.

Lire la suite

Publié le 9 Mars 2017

Lino Ventura dans le film "L'armée des ombres" de Jean-Pierre Melville (1969).

Lino Ventura dans le film "L'armée des ombres" de Jean-Pierre Melville (1969).

La génération de la Seconde Guerre mondiale nous quitte. Chaque jour, les pages nécrologiques de nos quotidiens annoncent le décès d’une femme ou d’un homme qui fut résistant, déporté, combattant sous uniforme. On rappelle leurs décorations, on signale leur âge et leurs combats.

Ils nous quittent. Cette disparition n’est pas anodine car cette génération est celle qui a écrit une page essentielle de notre histoire mondiale et de notre histoire de France. Leurs destins individuels ont à un moment donné fusionné avec celui de la Nation.

La disparition de cette génération nous impose une obligation, celle de la faire témoigner et de lui rendre hommage, une dernière fois. Nous ne pouvons pas nous contenter d’attendre qu’ils disparaissent afin de publier un communiqué. Nous devons à l’occasion des journées commémoratives nationales et en particulier des journées de la Déportation, du 8 mai, de la journée de la Résistance et du 18 juin, favoriser la publication dans tous les médias de leur portrait et de leur témoignage.

A la place qui est la sienne, le Souvenir Français souhaite contribuer à relever ce défi en lançant le recensement exhaustif de tous les anciens de la 1ère Armée afin de leur donner une dernière fois la parole. Un hommage qui s'inscrit pleinement dans le respect de l'association Rhin et Danube fusionné dans le Souvenir Français.

Ils sont notre conscience.

Notre devoir, leur rendre un peu, alors qu’ils nous ont tant donné.

 

Serge BARCELLINI

Contrôleur Général des Armées

Président Général de l'association "Le Souvenir Français"

Lire la suite

Publié le 9 Mars 2017

Disparition de Gabriel Brandela.

Nous avons appris le 4 mars dernier la disparition de notre ami Monsieur Gabriel Brandela, qui fut un grand monsieur et le président du Comité de Fontenay-aux-Roses pendant des années.

 

La cérémonie religieuse s’est déroulée ce jour, jeudi 9 mars, en l’église Saint-Pierre Saint-Paul de Fontenay puis Monsieur Brandela a été inhumé dans le cimetière communal.

 

Monsieur Daniel Pasquali, actuel président du Comité de Fontenay-aux-Roses, était présent ce jour et a déposé une gerbe au nom du Souvenir Français et des Comités du département.

 

La Délégation des Hauts-de-Seine présente toutes ses plus sincères condoléances à la famille de Gabriel Brandela et à ses amis.

Lire la suite

Publié le 1 Mars 2017

Le scullpteur et son oeuvre.

Le scullpteur et son oeuvre.

Le 16 février 2017, sous l’immense voûte de fer et de verre du Grand Palais, à Paris, s’est déroulée une touchante cérémonie d’inauguration d’un buste du maréchal de Lattre de Tassigny.

En présence de Monsieur René Roché, dernier président de Rhin et Danube, de Serge Barcellini, actuel président général du Souvenir français et de quelques invités dont votre délégué général, le sculpteur Virgil Magherusan a présenté son œuvre.

En aparté avec le président Roché, j’ai pu l’assurer de la présence de la cravate Rhin et Danube sur nos drapeaux du Souvenir français et de l’ardeur que nous mettions à la sauvegarde de la mémoire.

 

Claude Guy

Délégué général

Lire la suite

Publié le 17 Février 2017

Palais du gouverneur à Brazzaville.

Palais du gouverneur à Brazzaville.

L’Afrique Equatoriale Française, ou AEF, était un gouvernement général regroupant au sein d’une même fédération quatre colonies françaises d’Afrique centrale, entre 1910 et 1958. Constituée en plusieurs étapes et s’étendant du désert du Sahara, au fleuve Congo et de l’océan Atlantique aux monts du Darfour, elle réunit à terme le Gabon, le Moyen-Congo (dont une partie correspondait au Gabon, une autre à l’actuelle République du Congo), le Tchad et l’Oubangui-Chari (devenu la République centrafricaine). Sa superficie atteignait 2.500.000 km², soit environ quatre fois celle de la France. Son chef-lieu était Brazzaville (République du Congo), résidence du gouverneur général.

Une organisation comparable, l’Afrique Occidentale Française (AOF) était déjà instaurée en Afrique de l’Ouest en 1895.

 

Histoire.

La fondation de la colonie française du Gabon – embryon du vaste domaine appelé à former la future Afrique Equatoriale Française – intervint dès 1842. Son développement avait dû beaucoup à l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza, qui après plusieurs missions de reconnaissance du bassin du Congo, négocié avec le roi Tékés Illoy 1er la création d’un établissement commercial à Nkuma, la future Brazzavile.

Jusqu’en 1883, les quelques possessions françaises d’Afrique équatoriale avaient été placées sous l’autorité d’un commandant militaire (chargé des établissements français du golfe de Guinée), avant que leur développement ne détermina le gouvernement à réorganiser la région. En 1886, un décret du ministre des Colonies institua deux territoires, le Congo français et l’Oubangui, administrés chacun par un lieutenant-gouverneur subordonné à un commissaire général.

Bien vite, les ambitions coloniales de la France se heurtèrent à celles du sultan Rabah, un aventurier soudanais devenue le dernier « souverain » du Bornou. Une campagne militaire s’engagea contre celui-ci. Trois colonnes françaises (Mission Afrique centrale, Mission Gentil, Mission saharienne) placées sous l’autorité du commandant Lamy écrasèrent l’armée de Rabah à Kousséri (22 avril 1900). Le Tchad devint un territoire militaire avant d’être réuni à la colonie d’Oubangui-Chari (rebaptisée Oubangui-Chari-Tchad) en 1910 et de devenir une colonie à part entière dix ans plus tard. Le Tchad ne sera pourtant définitivement « pacifié » qu’en 1939.

Le régime des concessions fut introduit de façon massive à partir de 1899. De vastes étendues de terre (majoritairement dans les régions fertiles du Moyen-Congo et de l’Oubangui) furent cédées à une quarantaine de sociétés privées. 665.000 km² de terres arables et de plantations d’hévéa (populations comprises) devinrent des zones de non-droit où allaient être institués impôts et travail forcé, toute résistance étant sanctionnée. Une enquête conduite par Brazza en personne confirma ces pratiques, sans qu’aucune mesure concrète ne soit prise.

Le 15 janvier 1910 marqua la naissance de l’Afrique Equatoriale Française. Cette même année, un décret garantit théoriquement une part du produit des récoltes de caoutchouc aux travailleurs autochtones, mais il demeura largement inappliqué dans les faits. D’hypothétiques droits furent conférés aux travailleurs, mais se heurtèrent aux mesures arbitraires des grandes sociétés privées. De fait, lors d’un voyage au Congo français, en 1925-1926, André Gide témoigna du régime de terreur appliqué aux « indigènes », qu’il consignera dans son ouvrage Voyage au Congo.

En 1919, l’ancienne colonie allemande du Cameroun fut placée sous protectorat français par la Société des Nations. Parfois assimilée à l’Afrique Equatoriale Française, elle jouissait en fait d’un statut spécial (commissariat autonome) qui la distinguait de la fédération proprement dite.

En 1926, André Matswa fonda à Paris l’Amicale des originaires de l’Afrique Equatoriale Française, qui de simple association d’entraide ne tarda pas à se muer en syndicat parfaitement organisé. De retour à Brazzaville, Matswa supervisa les actions de son mouvement, réclamant la fin de la discrimination raciale et du régime de l’indigénat, ainsi que le droit à la citoyenneté française pleine et entière pour les autochtones. Accusé de fomenter de l’agitation, André Matswa fut condamné à trois ans de prison. Parvenant à s’évader, il tenta d’entrer en clandestinité mais fut finalement repris et condamné à la prison à vie. Il mourut en 1942 au Tchad, et devint une figure charismatique après l’indépendance des nations africaines.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le lieutenant-gouverneur du Tchad, Félix Eboué, fut l’un des premiers à se rallier aux Forces Françaises Libres (FFL – août 1940). Relevé de ses fonctions et condamné à mort par le régime de Vichy, il fut cependant nommé gouverneur général par le général de Gaulle au mois de novembre 1940.

Dans les premiers mois de l’après-guerre, ce fut en Afrique Equatoriale Française que furent jetées les bases de l’Union française, discutée lors de la conférence de Brazzaville. Sous la 4e République (1946-1958), la fédération fur représentée au parlement français. Le référendum de septembre 1958 transforma les cinq entités constituant la fédération en républiques autonomes (République congolaise ou Congo-Brazzaville, République centrafricaine, République gabonaise, République du Tchad, République du Cameroun) au sein d’une éphémère Communauté française. En 1959, les nouvelles républiques se groupèrent en une association intérimaire baptisée Union des républiques de l’Afrique centrale, avant d’accéder à la pleine indépendance en 1960.

Le général de Gaulle salue le gouverneur général Félix Eboué.

Le général de Gaulle salue le gouverneur général Félix Eboué.

Géographie.

La plus grande partie de l’Afrique Equatoriale Française s’étendait sur un plateau granitique, en cadré par les massifs du Tibesti, de Ouadaï et du Fertit au nord-est, du Darfour à l’est et par les monts de Cristal et du Mayombe au sud-ouest. Deux cuvettes occupaient les parties centrales et méridionales du territoire : la cuvette du Tchad, ancienne mer asséchée dont subsiste encore le lac Tchad, et la cuvette du Congo, parcourue par le fleuve du même nom et ses principaux affluents (Oubangui, Sangha, Alima). Une plaine littorale s’étendait depuis la partie continentale de la Guinée-Espagnole (aujourd’hui Guinée Equatoriale) jusqu’au fleuve Congo. Le point culminant de l’Afrique Equatoriale Française était le mont Eni Koussi (3415 mètres) dans le Tibesti.

Du fait même de l’étendue du territoire, le climat était très varié d’un point à l’autre, passant d’un climat saharien particulièrement aride au nord à un climat tropical humide dans la partie méridionale. La végétation se ressentait de ses disparités : au nord, la quasi absence de pluie rendait presque impossible le développement d’une végétation, en dehors de quelques arbustes épineux ; au centre s’étendait le domaine ses savanes, où étaient cultivés millet, arachide et manioc ; au sud enfin se trouvaient les forêts tropicales humides, d’où étaient prélevés diverses essences telles que l’ébène et l’okoumé. Dans les régions littorales étaient cultivés vanilliers, cacaoyers et caféiers.

L’Afrique Equatoriale Française était limitée par le Nigéria britannique, l’Afrique Occidentale Française, la Libye italienne, le Soudan anglo-égyptien et le Congo belge. A l’ouest, il était bordé par l’océan Atlantique.

 

Administration.

L’Afrique Equatoriale Française était divisée en quatre régions (colonies), elles-mêmes subdivisées en districts. En 1910, le Congo français est transformé en fédération de l’Afrique Equatoriale Française et comprend trois colonies et un territoire militaire :

  • Le Gabon (chef-lieu Libreville).
  • Le Moyen-Congo (chef-lieu Brazzaville), devenu la république du Congo.
  • L’Oubangui-Chari (chef-lieu Bangui), devenu la République centrafricaine.
  • Le Tchad (chef-lieu Fort Lamy), territoire militaire devenu colonie en 1920.

Les quatre colonies confiées à des gouverneurs furent regroupées sous l’autorité du gouverneur général résidant à Brazzaville. Aujourd’hui, l’ancien siège du gouvernement général de l’Afrique Equatoriale Française existe toujours, presque intact : c’est le palais du Peuple, siège de la présidence de la République du Congo.

En 1934, une réforme administrative motivée par des raisons financières abolit la structure fédérale, les colonies devenues régions furent confiées à des administrateurs en chef. L’Afrique Equatoriale Française était alors gérée par un budget unique. Fin 1937, la structure fédérale fut rétablie et les régions redevinrent des territoires partiellement autonomes.

A partir de 1946, transformée en territoires d’outre-mer regroupés en fédérations, l’AEF fut regroupée, avec la métropole, dans une Union française gouvernée depuis Paris, assistée d’un haut-conseil et d’une assemblée de l’union où chaque territoire était représenté.

En 1957, la structure fédérale fut allégée et les territoires devinrent autonomes avant leur indépendance, acquise quelques années plus tard.

 

Sources :

  • Encyclopédies Larousse, Universalis et Wikipédia.
  • Paule Brasseur et Jean-François Maurel, Les sources bibliographiques de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique équatoriale d'expression française, Bibliothèque de l'Université de Dakar, Dakar, 1970.
  • Georges Bruel, L'Afrique-Équatoriale française : le pays, les habitants, la colonisation, les pouvoirs publics, Larose, Paris, 1918, VII-558 p.
  • Maurice-Eugène Denis, Histoire militaire de l'Afrique-Équatoriale française, publiée selon les instructions de la direction des troupes coloniales au Ministère de la guerre, rédigée sous la direction du Général Desclaux par M. le Commandant M. Denis en collaboration avec M. le Lieutenant-Colonel Viraud, Impr. nationale, Paris, 1931.
  • Armand Megglé, L'Afrique-Équatoriale française, Société Française d'Éditions, coll. des "Terres françaises", 1931.
  • Félix Éboué, La nouvelle politique indigène pour l'Afrique Equatoriale Française, Office français d'édition, Paris.
L'Afrique Equatoriale Française ou AEF.

Lire la suite

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #La Coloniale

Publié le 13 Février 2017

Dakar - Le palais du gouverneur général.

Dakar - Le palais du gouverneur général.

L’Afrique Occidentale Française (AOF) était un gouvernement général regroupant au sein d’une même fédération huit colonies d’Afrique de l’Ouest entre 1895 et 1958. Constituée en plusieurs étapes, elle réunit à terme la Mauritanie, le Sénégal, le Soudan français (devenu le Mali), la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Niger, la Haute-Volta (devenue le Burkina Faso), le Togo et le Dahomey (devenu le Bénin). Sa superficie atteignait 4.689.000 km², soit environ sept fois celle de la France. Son chef-lieu était Saint-Louis du Sénégal, jusqu’en 1902 puis Dakar (Sénégal).

 

Histoire.

Le 16 juin 1895, l’Afrique Occidentale Française fut créée par l’union du Sénégal, du Soudan français, de la Guinée et de la Côte d’Ivoire. Le gouverneur général de l’AOF résidait à Saint-Louis. Le premier nommé fut Jean-Baptiste Chaudié. Le dernier, qui gouverna de 1958 à 1959, fut Pierre Messmer.

En 1902, la capitale était transférée à Dakar, jusqu’à la dissolution de la fédération. Une banque commune fut créée, de même qu’un système scolaire et un corps d’inspecteurs de l’enseignement. En 1904 le Niger et la Mauritanie rejoignaient l’AOF. Les troupes noires furent mises à contribution pendant la Première Guerre mondiale. Blaise Diagne, élu député en 1914, était chargé du recrutement des tirailleurs sénégalais (qui pouvaient tout aussi bien être maliens, guinéens ou burkinabais). En 1919, la colonie de la Haute-Volta nouvellement créée et le territoire sous mandat du Togo furent rattachés à l’AOF. Symbole de l’avancée coloniale, la ligne du chemin de fer de Dakar au Niger atteignait Bamako en 1923. En 1921, un recensement attribuait 12.283.000 habitants à l’AOF.

L’Exposition coloniale internationale de 1931 au bois de Vincennes fut une manifestation de prestige destinée à montrer la puissance de l’empire colonial. Avec la reconstitution du temple d’Angkor, la forteresse du pavillon de l’Afrique Occidentale Française en constituait l’un des clous.

En 1940, alors que l’Afrique Equatoriale Français s’était presque intégralement ralliée à l’unité française de l’armée d’Afrique, le gouverneur général de l’AOF, Pierre Boisson, resta fidèle au régime de Vichy et fit échouer la tentative de débarquement des troupes alliées, un affrontement naval connu sous le nom de « bataille de Dakar ». Puis, à la fin de 1942, Boisson annonça son ralliement à l’amiral Darlan, qui avait pris les rênes du pouvoir à Alger après le débarquement allié en Afrique du Nord. Après la mort de Darlan, Boisson demeura dans le camp du général Giraud. Après la fusion des forces giraudistes et gaullistes au sein du Comité français de la libération nationale, l’AOF se rallia au général de Gaulle.

Un projet de loi tendant à la suppression du travail forcé en AOF fut adopté par l’Assemblée nationale le 11 avril 1946, sous le nom de loi Houphouët-Boigny. La même année, la loi Lamine Gueye accorda la citoyenneté à tous les ressortissants de l’Union française qui venait d’être instituée et abolit le Code de l’indigénat.

La fédération cessa d’exister après le référendum de septembre 1958 sur la future Communauté française, et les territoires membres votèrent leur transformation en républiques autonomes, à l’exception de la Guinée, qui vota pour son indépendance immédiate.

 

L’indépendance des autres républiques en 1960 marqua la fin de l’AOF. A sa dissolution, celle-ci avait une superficie de 4.689.000 km² et comptait plus de 25 millions d’habitants.

Dakar - La banque de l'AOF.

Dakar - La banque de l'AOF.

Fonctionnement.

L’Afrique Occidentale Française était placée sous l’autorité d’un gouverneur général, dont dépendaient plusieurs lieutenants gouverneurs. Les frontières de chacune des colonies composant l’AOF étaient négociées avec les puissances coloniales voisines par des conventions. En cas de voisinage franco-français, elles étaient définies par décision administrative. Au fur et à mesure de l’implantation française, le découpage du territoire était géré par des unités administratives, des cercles et des subdivisions.

Le décret du 1er août 1893 fut chargé de régler l’organisation politique et administrative « des rivières du Sud, des établissements français de la Côte d’Or et des établissements français du golfe du Bénin » :

  • Les Rivières du Sud, dotées d’un budget spécial distinct du budget du Sénégal, mais administrées par le lieutenant-gouverneur du Sénégal, assisté d’un secrétaire général ;
  • Deux établissements, ou résidences, dotés de budgets spéciaux distincts de celui des Rivières du Sud, mais administrés par un résident placé sous l’autorité du lieutenant-gouverneur des Rivières du Sud :
    • Les Etablissements français de la Côte d’Or ;
    • Les Etablissements français du golfe du Bénin.

Le décret du 17 octobre 1899, portant réorganisation de l’Afrique occidentale française, supprima la colonie du Soudan français et répartit son territoire entre trois colonies existantes et deux nouveaux territoires militaires.

La colonie du Sénégal reçut les onzes cercles de Kayes, Bafoulabé, Kita, Satadougou, Bamako, Ségou, Djenné, Nioro, Goumbou, Sokolo et Bougoumi ; celle de la Guinée française, les six cercles de Dinguiray, Siguiri, Kouroussa, Kandan, Kissidougou et Beylas ; celle de la Côte d’Ivoire, les trois cercles ou résidences de Odjenné, Kong et Bouna ; celle du Dahomey, le canton de Kouala ou Nebba, au sud de Liptako, ainsi que le territoire de Say, comprenant les quatre cantons de Djennaré, Diongnré, Folmongani et de Botou.

Le premier territoire militaire recouvrit la circonscription dite « région nord et nord-est du Soudan français », comprenant les six cercles ou résidence de Tombouctou, Iumpi, Goudam, Bandiagara, Dori et Ouahigouya ; le second territoire militaire, la circonscription dite « région Volta », comprenant les cercles ou résidences de San, Ouadagoudou, Léo, Koury, Sikasso, Bobo Dioulassou et Djebougou.

Aux termes du décret du 1er octobre 1902, portant réorganisation du gouvernement général de l’Afrique occidentale française, celui-ci comprenait :

  • Quatre colonies, administrées par un gouverneur, portant le titre de lieutenant-gouverneur, et assisté par un secrétaire général :
    • La colonie du Sénégal, dont le territoire était réduit aux « territoires d'administration directe » ;
    • Les trois colonies suivantes, maintenues dans leurs limites existantes : la Guinée française, la Côte d'Ivoire et le Dahomey ;
    • Un territoire, administré directement par le gouverneur général ou, par délégation spéciale, par le secrétaire général du gouvernement général, assisté par un conseil d'administration :
      • Les Territoires de la Sénégambie et du Niger, créés à partir des territoires du Haut-Sénégal et du Moyen-Niger et des « pays de protectorat » relevant jusqu'alors du Sénégal.

Aux termes du décret du 18 octobre 1904, portant réorganisation du gouvernement général de l'Afrique occidentale française, celui-ci comprenait :

  • Cinq colonies, jouissant de l'autonomie administrative et financière, et administrées par un gouverneur — portant le titre de lieutenant-gouverneur — assisté par un secrétaire général :
    • La colonie du Sénégal, dont le territoire, jusqu'alors réduit aux « territoires d'administration directe », était étendu aux « territoires de protectorats » de la rive gauche du Sénégal, relevant jusqu'alors de la Sénégambie-Niger ;
    • La colonie du Haut-Sénégal et du Niger, créée à partir des anciens territoires du Haut-Sénégal et du Moyen-Niger et de ceux formant le troisième territoire militaire, dont le chef-lieu était établi à Bamako, subdivisée en :
      • Cercles d'administration civile, comprenant ceux formant, jusqu'alors le deuxième territoire militaire ;
      • Territoire militaire du Niger, administré par un officier supérieur — portant le titre de commandant ;
    • Les trois colonies suivantes, maintenues dans leurs limites existantes : la Guinée française, la Côte d'Ivoire et le Dahomey ;
    • Un territoire civil, ne jouissant pas de l'autonomie administrative et financière, et administré par un commissaire du gouverneur général :
      • Le territoire civil de la Mauritanie.

Le décret du 7 septembre 1911, rattachant le territoire militaire du Niger au gouvernement général de l’Afrique Occidentale Française, détacha le territoire militaire du Niger de la colonie du Haut-Sénégal et du Niger, et l’érigea en subdivision administrative placée sous les ordres d’un officier supérieur, commandant du territoire, et dépendant directement du gouverneur général.

Le décret du 1er mars 1919, portant division de la colonie du Haut-Sénégal et du Niger et création de la colonie de Haute-Volta, divisa la colonie du Haut-Sénégal et du Niger en deux colonies distinctes :

  • La colonie de la Haute-Volta, dont le chef-lieu était établi à Ouagadougou, et dont le territoire recouvrait les cercles de Gaoua, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Ouagadougou, Dori, Say et Fada N'Gourna ;
  • La colonie du Haut-Sénégal et du Niger, dont le territoire était réduit aux cercles restants.

Un décret du 5 septembre 1932 supprima la colonie de Haute-Volta et répartit son territoire entre les colonies du Niger, du Soudan français et de la Côte d’Ivoire. Enfin, la loi n°47-1707 du 4 septembre 1947, tendant au rétablissement du territoire de la Haute-Volta, abrogea le décret du 5 septembre 1932 et rétablit la Haute-Volta comme territoire d’outre-mer, membre de l’Afrique Occidentale Française.

 

Carte de l'AOF - 1936.

Carte de l'AOF - 1936.

Sources :

 

  • Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipédia.
  • Joseph Roger de Benoist, L'Afrique occidentale française de la Conférence de Brazzaville (1944) à l'indépendance (1960), Dakar, Nouvelles éditions africaines, 1982.
  • Georges Deherme, L'Afrique occidentale française : action politique, action économique, action sociale, Paris, 1908.
  • Georges Alphonse Florent Octave François, L'Afrique occidentale française, E. Larose, Paris, 1907.
  • Camille Guy, L'Afrique occidentale française (préface d'Ernest Roume), Larose, Paris, 1929.
  • Jacques Richard-Molard, Afrique occidentale française, Berger-Levrault, Paris, 1949.
  • Louis Sonolet, L'Afrique occidentale française, Hachette, Paris, 1912.

Lire la suite

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #La Coloniale

Publié le 2 Février 2017

Cérémonie 2017 de la bataille de Buzenval.

A l’initiative du bureau du comité local du Souvenir français et de son président, de nombreux élèves du collège Louis Pasteur de Rueil-Malmaison ont ravivé le 19 janvier dernier la flamme de la Nation à l’Arc de Triomphe puis en font fait le relais jusqu’à la colonne de Buzenval, dans les Hauts de Seine. Dans la nuit déjà froide, ils ont déposé la flamme au pied de ce monument qui commémore la terrible bataille entre Prussiens et Français qui s’est déroulée le 19 janvier 1871.

 

La présence de nombreuses autorités départementales, civiles et militaires, et de nombreux membres de notre association a conforté le lien entre générations pour que vive le souvenir de ceux qui ont acquis l’immortalité.

 

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir français pour les Hauts de Seine.

Cérémonie 2017 de la bataille de Buzenval.

Lire la suite

Publié le 20 Janvier 2017

Quatre minutes d'émotion et de fierté.

Le samedi 14 janvier une importante cérémonie s’est déroulée dans le grand salon d’honneur de l’Hôtel de ville de Paris. En effet, la fédération nationale André Maginot organisait le 23ème prix de la Mémoire et du civisme. A cette occasion j’ai pu, en présence de nombreuses personnalités dont notre président général, remettre le drapeau des cadets de Rhin et Danube à la garde des élèves de l’institution Jeanne d’Arc de Colombes.

Sans nul doute cette courte séquence marquée par des symboles forts mais aussi par la fierté et l’émotion a contribué à renforcer le lien entre générations, à raviver la mémoire et à donner du corps à notre devise « à nous le souvenir, à eux l’immortalité ».

Par ailleurs, ces élèves se sont vu remettre le prix du Centenaire pour leurs travaux sur les sites de la Somme.

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir français pour les Hauts de Seine.

Quatre minutes d'émotion et de fierté.

Lire la suite

Publié le 19 Janvier 2017

Roland Glavany, mon général.

Voilà une année qui commence bien mal. A quelques jours d’intervalle, Madame Glavany a rendu son âme à Dieu suivie de son époux le général de corps aérien, Grand’ Croix de la Légion d’honneur, Roland Glavany.

Roland Glavany était président d’honneur du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Français. Il faudrait des pages et des pages pour raconter ce que fut sa vie. Cela a d’ailleurs fait l’objet d’un livre en juin 2013 : « Du Bataillon de choc au Mirage », en collaboration avec Bernard Bombeau, aux Editions Pierre de Taillac. Mais deux mots me viennent à l’instant pour définir le général Glavany : fidélité et amour.

Fidélité à la France quand alors élève de l’Ecole de l’Air, il décide de s’engager dans les Forces Françaises Libres, en passant par l’Espagne : « En 1943, comme des dizaines de milliers d’autres, j’ai traversé les Pyrénées puis l’Espagne. Il n’y avait que deux conditions ; d’abord, savoir marcher en montant ; cause : les Pyrénées ; la seconde : ne pas se faire piquer par les Allemands ; cause : l’Occupation ».

Roland Glavany débarque en Afrique du Nord. On lui explique que s’il veut continuer sa formation de pilote de chasse aux Etats-Unis, il lui faut attendre plus d’une année : « Pas question. J’ai demandé une unité para. Et c’est ainsi que j’ai atterri à Staouéli, à l’ouest d’Alger, au Bataillon de Choc du cher commandant Fernand Gambiez. Mais, manque de chance, ledit Bataillon venait de terminer son stage de transformation parachutiste. Et voilà pourquoi de fil en aiguille, à la tête de la 3ème section de la 3ème compagnie (les meilleurs…), j’ai « fait » trois débarquements en petits bateaux (LCI ou LCA) : la Corse en 1943 ; l’Ile d’Elbe et la Provence en 1944. »

Il sera blessé à trois reprises. D’abord en Corse où il débarque avec le bataillon en septembre 1943. Son métier : celui de commando, avec des actions de renseignement, des coups de mains contre les Allemands, et des missions de destruction avec son arme favorite : la grenade ! Blessé sérieusement, avec de nombreuses fractures, il est remis sur pied pour être à nouveau blessé – justement au pied – lors du débarquement de Provence sur les pentes du Mont Faron. Plus tard, le 10 septembre, avec le Choc, à l’entrée de Dijon, il tombe sur une mitrailleuse allemande : il est à nouveau touché, cette fois à la jambe.

Fidélité au chef, le général Giraud qui avait réunit les forces et moyens navals pour libérer la Corse : « Un des chefs militaires de la Résistance, le commandant Colonna d’Istria, put faire appel au général Giraud pour demander son appui. Celui-ci se tourna forcément vers le commandement allié en Méditerranée, lequel, en pleine organisation de la libération de l’Italie, lui fit comprendre qu’il fallait qu’il se débrouillât seul. Ce qu’il fit ». Soixante-dix ans plus tard, il disait encore : « De Gaulle, de Gaulle, oui bien sûr ! Mais n’oublions pas les actions extraordinaires du général Giraud, qui était unanimement apprécié chez nous ! ». Fidélité à ses camarades morts pour la France en Corse, comme l’adjudant-chef Richard de Préaudet : « Je n’oublie pas que sur ces routes de Corse, 300 d’entre-nous sont morts. Pour la France ».

Une fois la guerre terminée, Roland Glavany renoue avec l’armée de l’Air. Il termine enfin sa formation de pilote sur un P-51 de reconnaissance. Mais, comme l’écrit si bien Jean-Dominique Merchet, dans L’Opinion, « quelque chose est cassé ». Il décide d’intégrer l’école d’ingénieurs SupAéro et devient pilote d’essais au Centre d’essais en vol puis chez Dassault, où il se lie d’amitié avec Serge. Roland Glavany sera alors pilote d’essais de la famille des Mirages (Mirage III et Mirage IV). En 1958, il est le premier pilote à franchir Mach 2 en Europe. Pourtant, il verra encore des drames, comme ceux de ses camarades qui se tuent lors de ces fameux vols d’essais, tel Claude Dellys en 1952 ; Claude qui avait été son instructeur.

Fidélité de nouveau à ses compagnons d’armes. En 1959, il réintègre l’armée de l’Air et est nommé au sein de la 10e Division parachutiste du général Gracieux, chef du Poste de Commandement Aérien Mobile. « C’était un grand honneur. Nous devions obtenir des renseignements et diriger les appuis-feu aériens nécessaires aux régiments engagés. Le patron était le général Gracieux. Petit, râblé, d’un calme imperturbable, précis et concis dans ses ordres, d’une bonhomie apparente que démentait très vite un regard sans équivoque, le général Gracieux vivait pour sa division qu’il avait parfaitement en mains », dira-t-il.

Il voit au cœur des unités paras l’état d’esprit qui dérive. Tentation de suivre les généraux ? Certainement pas : « Totalement intégré à cette division parachutiste dont j’étais solidaire, je restais néanmoins un aviateur et gardais ma liberté d’esprit et de jugement. Si je n’étais pas lassé des combats – car l’allégresse des combats, cela existe – je voyais avec consternation ce beau pays peu à peu crucifié tandis que l’amertume des officiers montait tout autour de moi devant une politique qu’ils ne comprenaient point ».

Par la suite, Roland Glavany poursuivra sa carrière au sein de l’armée de l’Air, jusqu’en 1978 – avec les galons de général de corps aérien- après avoir commandé le CEAM (Centre d’Expériences Aériennes Militaires), la base de Mont-de-Marsan et les Ecoles de l’armée de l’Air.

Un regret ? Avoir tant et tant côtoyé les parachutistes sans en avoir le brevet : « Voilà pourquoi, ayant acquis avec mes étoiles de brigadier une plus grande liberté d’action, j’ai demandé à sauter vers 1975. Compte-tenu de mes blessures aux jambes, les toubibs dirent « au fou », jusqu’à ce que, lassé, un chef-toubib finit par déclarer : « Il veut sauter ? Qu’il saute ! ». Ce que je fis. Je le fis naturellement avec mes camarades des Commandos de l’Air, à Nîmes (salut au capitaine Ciappa). Nous sautions à partir d’un « Broussard » et j’aimais beaucoup cela, être assis par terre, les jambes à l’air avant de se balancer. Aussi, un jour de 1977, je participai à Avignon à un rassemblement para, devant le Chef d’état-major de l’Armée de l’Air de l’époque, le général Maurice Saint-Cricq, mon ami. Seulement voilà, à l’arrivée au sol, je sentis et entendis un « crac », à droite. Disons-le tout de suite, c’était la « bi-malléolaire » (sous-entendu la fracture) et deux mois de plâtre. Et mon chef vénéré vint alors vers moi : « Je te l’avais bien dit que tu jouais au c.. ». Et comme l’a dit un autre général, jaloux : « Ces trucs-là, faut les réussir ou s’abstenir ». Quel dommage. C’était le 4ème saut, pas le 5ème, qui lui m’aurait permis d’avoir droit à la plaque souvenir. C’est alors que je me suis rappelé m’être éjecté d’un Mystère IV en vrille que je ne parvenais pas à arrêter. J’étais pilote d’essais chez Monsieur Marcel Dassault, avant les « Mirages » et toute la série. C’était vingt ans avant, en 1955. J’ai dit cela à mes camarades de l’Armée de Terre : « 4 + 1 : ça fait 5 ! ». Ils ont condescendu à l’admettre. Et c’est ainsi que l’insigne de parachutiste est aujourd’hui en bonne place dans ma bibliothèque ».

Alors qu’il est à la retraite depuis quelques semaines (« J’avais entrepris des travaux dans la maison de campagne, mais je n’ai jamais été un grand bricoleur »), il est rappelé pour prendre la direction de l’Office Français d’Exportation des Matériels Aéronautiques.

Fidélité enfin en œuvrant pour les associations du Souvenir Français, des Ailes Brisées, dont il devient président, ou du Tomato Club. Fidélité aux camarades du débarquement de Provence en prenant la présidence de l’association Rhin et Danube. A un Résistant qui voulait lui apprendre d’où venait le général de Lattre de Tassigny, il avait répondu : « Tu sais – il tutoyait tout le monde et c’était bien souvent une marque d’affection – quand tu auras fait autant de cérémonies que moi à Mouilleron-en-Pareds, on en reparlera ! ».

Amour est le second mot qui me vient à l’esprit quand je pense au général Glavany. D’abord l’amour de la famille. Dans ses interviews, dans son ouvrage, il n’est pas un chapitre où le général n’évoque pas sa famille et le bonheur familial. Lors d’une réunion de notre Comité, il m’avait un jour indiqué : « Dans tout ce que tu fais, n’oublie jamais ta famille. Elle doit être la priorité. C’est important ».

Amour de son prochain. Esaïe 58 :7,8 41 : « N’est-ce pas que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans la maison les affligés qui errent sans asile ? Quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne caches pas à ta propre chair ? ». L’amour de son prochain, le général Glavany l’a montré et démontré à maintes reprises. Ainsi, il fut l’un des piliers du Café 115, comme notre adhérente Louise Zazzera, géré par l’Association pour le Logement des Personnes Isolées Résidant à Issy-les-Moulineaux (Alpirim), sous la houlette de notre ami Marie-Auguste Gouzel, et cofinancé par la ville et la DRIHL 92. Ce Café permettant aux personnes sans abri de bénéficier d’un accueil, d’une orientation et/ou d’un accompagnement.

Amour de la littérature et des belles lettres. Pour son quatre-vingt-dixième anniversaire, nous lui avions offert une ancienne et très belle édition des Confessions d’un enfant du siècle, d’Alfred de Musset. Et voilà notre général nous remerciant en nous citant, par cœur, le premier chapitre dudit livre !

Amour de son épouse enfin. Quelle plus belle preuve d’amour que ne pas pouvoir survivre à la disparition de son épouse… Ce jeudi 19 janvier, l’on procède aux enterrements de Madame Glavany et de son mari dans le cimetière municipal d’Issy-les-Moulineaux. Bien triste journée.

 

CDT (RC) Frédéric Rignault

Président du Souvenir Français d’Issy-Vanves

Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine.

 

Lire la suite