Publié le 27 Juillet 2021

Stèle à la mémoire des victimes de la Shoah.

Stèle à la mémoire des victimes de la Shoah.

Histoire.

Le cimetière parisien de Bagneux est l’un des six cimetières parisiens extra-muros. Il comporte 83.000 concessions ou sépultures. Les autres sont : Pantin (200.000), Thiais (150.000), Ivry-sur-Seine (48.000), Saint-Ouen (46.000) et La Chapelle (La Plaine Saint-Denis avec 3.300 sépultures).

Un décret de 1884 déclare d’utilité publique l’établissement d’un cimetière parisien sur le territoire de Bagneux, par suite de l’accroissement de la population parisienne, et la généralisation des concessions individuelles. La ville de Paris fait donc l’acquisition d’un terrain de 62 hectares et la commune de Bagneux doit céder deux voies sur le terrain. Il est ouvert en novembre 1886, en même temps que le cimetière de Pantin.

Ce cimetière comporte des sépultures individuelles, de toute confession, ou pas, des carrés militaires de 1870-71, 1914-1918, 1939-1945. Là sont enterrés des soldats français, belges, anglais et aussi allemands.

Mais ce qui fait la caractéristique du cimetière parisien de Bagneux est l’importance des sépultures, des stèles et des monuments juifs.

 

Le cimetière juif de Paris.

Ce cimetière comporte donc de nombreuses sections réservées aux israélites. Mais il comporte également toute une série de tombes collectives appartenant à diverses sociétés de secours mutuel destinées à assurer une sépulture digne aux pauvres et à ceux qui ne sont pas revenus des camps de la Mort.

Ces plaques et monuments sont près d’une cinquantaine. Parmi ceux-ci et qui font l’objet ci-après des photographies, on peut citer :

  • Monument commémoratif Blechhammer Auschwitz III : "A la mémoire de nos martyrs victimes de la barbarie nazie Blechhammer Auschwitz III 1942-1945".
  • Monument commémoratif des originaires de Sterdyn (une centaine de kilomètres au nord de Varsovie).
  • Stèle commémorative Biala Podlaska (est de la Pologne).
  • Stèle commémorative de la société Tsedoko Tatsil Mimoves : « Société Tsedoko Tatsil Mimoves - Souvenez-vous, regrets - A la mémoire de nos chers déportés, victimes de la barbarie nazie ».
  • Stèle commémorative de la ville de Chmielnik (nord de Cracovie).
  • Stèle commémorative « Les amis de Olkusz » (sud de la Pologne).
  • Stèle commémorative « Les amis de Paris » : « Les amis de Paris à la mémoire de ses membres et de leurs familles victimes du nazisme 1940-1945 ».
  • Stèle commémorative « Les amis de Varsovie ».
  • Stèle commémorative des boulangers et pâtissiers juifs : « A la mémoire des boulangers et pâtissiers juifs de Paris morts en déportation et fusillés par les nazis 1939-1945 ».
  • Stèle commémorative des déportés bessarabiens.
  • Stèle commémorative des originaires de Czenstochowa (sud de la Pologne).
  • Stèle commémorative des originaires de Zapambo : « Les originaires de Zapambo : A la mémoire des déportés de leur ville et de France victimes du nazisme 1939-1945" - Sur ce monument figurent : 15 personnes déportées de France mais aussi 62 personnes sous l'intitulé : « Nos parents massacrés à Zaremby ».
  • Stèle commémorative des victimes de la Shoah.
  • Stèle commémorative les amis de Wloclawek (centre de la Pologne).
  • Stèle commémorative de l'union des amis de Lodz : « Union des amis de Lodz - Que le souvenir de nos martyrs reste à jamais gravé dans nos cœurs - A la mémoire de nos 230.000 compatriotes de Lodz, de nos chers sociétaires, parents, frères, sœurs, enfants et amis martyrisés et sauvagement exterminés par les barbares hitlériens - 1939-1945 ».

Un dernier point : le cimetière a fait l’objet d’immondes profanations de nature antisémite en avril 1981.

 

Sources :

  • Ville de Bagneux.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Mémorial Gen Web.
  • Les clichés sont de Claude Richard.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.
Le cimetière parisien de Bagneux.

Lire la suite

Publié le 8 Juillet 2021

Quelle belle fin d’année scolaire !

C’est en effet ce que saluait la cérémonie du 1er juillet à l’école Léopold Sédar Senghor de Clamart.

Une scolarité marquée par la réussite d’une classe remarquable qui recevait des mains du directeur départemental de l’ONAC, M. Jean-Baptiste Romain, le prix de lauréat du concours « les petits artistes de la mémoire ».

Ces jeunes élèves audacieux dans leur démarche conduite par un professeur ami du Souvenir Français, recevaient ainsi un double hommage et une belle reconnaissance.

En effet outre le prix de l’ONAC, ils recevaient des mains du délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine, la garde d’un drapeau qui symbolise notre attachement aux valeurs de la République, le devoir de mémoire qui nous habite et celui de la transmission d’une génération à une autre.

Le professeur se voyait quant à lui décerner la médaille de bronze du Souvenir Français sous l’œil attentif de François Xavier Philipp, président du comité, entouré de ses fidèles adhérents, acteurs toujours présents et actifs pour que vive les Mémoires portées par notre association.

Après la signature d’une convention entre l’établissement et le Souvenir Français eut lieu le ravivage d’une flamme, symbole de l’espérance qui mettait presque fin à cette chaleureuse et solennelle cérémonie.

On comprend dès lors la présence en nombre des représentants de la municipalité, de l’inspection de l’Éducation nationale mais aussi celle des parents de ces jeunes élèves et de l’émotion nimbée de fierté de Madame la directrice qui s’attache avec succès « à former de futurs citoyens éclairés et libres » comme elle nous l’a écrit.

Ces élèves sont, n’en doutons pas, sur le chemin du succès.

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine

Quelle belle fin d’année scolaire !
Quelle belle fin d’année scolaire !
Quelle belle fin d’année scolaire !
Quelle belle fin d’année scolaire !
Quelle belle fin d’année scolaire !

Lire la suite

Publié le 28 Juin 2021

Une première à Courbevoie.

Le comité de Courbevoie est en effet le premier à avoir été confronté aux nouveaux statuts et au vote des adhérents par correspondance, procuration ou en présentiel le 26 juin dernier.

Après la démission du président Bernard Jacob pour raisons familiales impérieuses, la Délégation générale, ayant assuré la transition, a organisé les élections qui se sont déroulées selon le processus entré en vigueur le 1er janvier dernier.

La liste qui a emporté les suffrages à l’unanimité avec à sa tête Monsieur Roger Gosse recevra sans nul doute l’agrément du Conseil d’administration. Elle pourra ainsi entrer officiellement en fonction pour s’investir notamment dans les actions de mémoire.

Avec bien sûr les encouragements de toute la délégation. 

 

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine.

Lire la suite

Publié le 19 Juin 2021

A Clamart, le vitrail à la mémoire de Paul Gogue.

Paul Gogue est né à Clamart le 21 février 1898. Après avoir passé un baccalauréat en sciences, il est engagé pendant la Première Guerre mondiale. Versé au 18e régiment d’infanterie (casernement à Pau et Saint-Jean Pied de Port au déclenchement de la guerre) après avoir fait un temps au 62e (casernement : Lorient), Paul Gogue est tué à l’ennemi le 17 septembre 1918, à Allemant dans l’Aisne. Mais son corps est porté disparu.

A Clamart, en l’église Saint Pierre Saint Paul, un vitrail rappelle la mémoire de Paul Gogue : « Son corps n’a pu être retrouvé dans le chaos ». La famille – on peut supposer qu’il s’agit de la famille – a fait ajouter « En souvenir de tous ceux dont les corps n’ont pu être retrouvés – Prions pour eux ».

 

 

Sources :

A Clamart, le vitrail à la mémoire de Paul Gogue.
Sépulture à la mémoire de Paul Gogue - Clamart.

Sépulture à la mémoire de Paul Gogue - Clamart.

Lire la suite

Publié le 13 Juin 2021

Un Conseil municipal des jeunes reçoit la garde d’un drapeau.

Le 2 juin, en fin d’après-midi, le Conseil municipal des jeunes de Rueil-Malmaison a reçu la garde d’un drapeau de Rhin et Danube remis par le délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine, accompagné du président du comité de la ville.

Cette cérémonie initialement prévue pour le 11 novembre 2020 mais reportée en raison des contraintes sanitaires liées à la Covid 19 s’est faite sous la présidence du maire de la ville, Monsieur Patrick Ollier, accompagné de plusieurs membres du Conseil municipal.

À la fois chaleureuse et solennelle, la remise du drapeau fut précédée de prises de paroles dont celle visant à présenter le Souvenir-Français dans son histoire, l’épopée de la 1ère armée du général de Lattre de Tassigny et les raisons de cette démarche originale de transfert d’un drapeau dans les mains de jeunes citoyens responsables.

Une convention fut ensuite signée entre le maire de la ville et le Souvenir Français.

Dans l’assistance, on notait la présence de plusieurs membres du comité de Rueil-Malmaison-Garches dont le porte-drapeau qui ne manquera pas de donner toute information utile à la jeune garde qui portera ce symbole chargé d’histoire lors des cérémonies importantes.

Je salue ces jeunes citoyens engagés dans la vie de la cité, les initiateurs du projet et la municipalité qui jamais ne ménage son soutien au Souvenir Français.

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir-Français pour les Hauts de Seine.

Un Conseil municipal des jeunes reçoit la garde d’un drapeau.
Un Conseil municipal des jeunes reçoit la garde d’un drapeau.
Un Conseil municipal des jeunes reçoit la garde d’un drapeau.
Un Conseil municipal des jeunes reçoit la garde d’un drapeau.

Lire la suite

Publié le 5 Juin 2021

Memorial Day and D Day 2021.

Comme l’an passé les deux cérémonies franco-américaines se sont déroulées dans des conditions dégradées en raison de la pandémie Covid 19.

Pour autant la ferveur était au rendez-vous le matin au monument de l’escadrille Lafayette puis l’après-midi au cimetière américain de Suresnes.

Sous un soleil estival, les quelques invités honorèrent comme il convient les pilotes américains de l’escadrille Lafayette morts sous l’uniforme français pendant la Grande guerre puis ceux qui reposent dans le cimetière de Suresnes, emportés par les deux guerres mondiales qui ensanglantèrent notre continent.

À Marnes la Coquette, les discours des autorités publiques furent suivis de dépôts de gerbes dont celle du délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine.

Quatre avions en formation « losange », deux français et deux américains, survolèrent comme il est de coutume le magnifique monument.

L’après-midi, peu de monde était autorisé à franchir les grilles du cimetière américain de Suresnes ce qui rendit la cérémonie plus intime encore, plus chaleureuse et plus recueillie. Au dépôt de gerbes succéda une visite de l’autel central où sont signalés les1565 soldats qui reposent dans ce cimetière. Puis le dépôt individuel de bouquets champêtres sur des tombes précéda les nombreuses explications du superintendant et de son équipe.

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir-Français pour les Hauts-de-Seine.

Memorial Day and D Day 2021.
Memorial Day and D Day 2021.
Memorial Day and D Day 2021.
Memorial Day and D Day 2021.
Memorial Day and D Day 2021.
Memorial Day and D Day 2021.

Lire la suite

Publié le 5 Juin 2021

A La Garenne-Colombes : disparition de Roger Poulet.

Dans La Gazette des associations patriotiques de La Garenne-Colombes n°58 de juin 2021, Pierre Lucas, président du Comité d’entente, a annoncé la disparition de Roger Poulet.

 

Extrait : « Roger Poulet, décédé début avril, avait fêté ses 104 ans le 21 janvier. Ancien combattant et ancien prisonnier de guerre 39-45, il participait fidèlement à nos cérémonies. De nombreux membres des associations patriotiques étaient présents lors de ses obsèques à Saint-Urbain, le 22 avril 2020, dont Pierre Lucas, Yves Perrée et les porte-drapeaux Benito Belogi, Claude Durand, Jean Rabia, Jean-Pierre Servoir et Guy Thévenon. Maurice Surcouf portait le coussin de ses décorations. C'est avec beaucoup de tristesse que nous perdons un ami toujours élégant, très agréable en société. Son optimisme était apprécié et sa joie de vivre riche d'enseignements ».

 

En mai 2013, Roger Poulet s’était confié à la délégation du Souvenir Français et avait raconté sa guerre : la ligne Maginot, les Allemands qui n’arrivent pas (en fait, ils sont passés au loin et depuis un moment !), la défaite de mai 1940, l’Allemagne où, prisonnier, il devait recoudre des uniformes de la Wehrmacht. Et puis, la prison en Allemagne puis en Pologne pour avoir désobéi, l’évasion entre deux transferts, et le retour en France depuis la région du lac de Constance (« entre la Pologne et l’Allemagne, nous avions marché plus de 1.000 kilomètres ! ») et le retour à Paris avec quelques camarades, au volant d’une voiture volée !

 

Retrouvez les confidences de Roger Poulet, dans l’article sur ce site, intitulé : « La grande évasion » (en haut de l’écran placer dans le module de recherche : grande évasion).

Lire la suite

Publié le 30 Mai 2021

Le STO et la Résistance.

L’appel du général de Gaulle depuis Londres, le 18 juin 1940, est l’acte de naissance de la résistance française. À l’époque, une minorité de français refuse l’armistice signé par le maréchal Pétain le 22juin 1940, l’occupation et l’orientation politique du régime de Vichy.

Il est aujourd’hui incontestable que la résistance ait été le fait de groupes clandestins comme « Combat » ou « Libération Nord » qui se sont illustrés par des actions diverses : tracts, sabotages, attentats contre l’occupant, aide à des évadés, récupération d’armes, création de journaux clandestins, envoi d’informations secrètes à Londres…

Tous les témoins et après eux les historiens sont unanimes pour définir par ces faits la résistance ; néanmoins peut-être oublient-ils d’autres actes isolés, en dehors de toute logistique, comme par exemple le refus du STO (Service du travail obligatoire créé en mars 1943 par Pierre Laval, ministre de Pétain). Ce STO qui envoie des jeunes Français en Allemagne pour y travailler en remplacement des Allemands mobilisés pour la guerre.

Ces réfractaires au STO, par patriotisme et rejet de collaboration, n’ont-ils pas été à leur niveau des résistants en s’opposant aux volontés de l’occupant ?

Je me souviens des récits de mon père, réfugié arménien après le génocide de 1915, naturalisé français et donc mobilisable, qui a été un réfractaire au STO en refusant d’aller travailler en Allemagne. Exempté de service militaire, à 21 ans, pour cause de défaite et d’occupation de la France, c’est un matin de 1942, en voyant son nom sur la liste placardée sur les portes de l’usine, qu’il décide de partir en vélo se terrer en Auvergne. Il part avec quelque argent en poche pour se nourrir et être hébergé. Il attendra plusieurs jours pour revenir rejoindre sa famille à Chaville, au risque de se faire arrêter et contrôler par la milice et les Allemands.

Petit acte isolé, mais qui demandait un certain courage, celui des plus humbles.

Comme d’autres sûrement, mon père fait partie des oubliés de la résistance.

 

 

Annie Tchakérian

Membre du Comité de Chaville

24 mai 2021

Lire la suite

Publié le 22 Mai 2021

Comme un air de reprise…

Alors que les jours précédents, la pluie coiffait les Hauts de Seine, ce sont des nuages avenants percés par de joyeux rayons de soleil qui ont permis au rallye citoyen 2021 de se dérouler dans des conditions météorologiques satisfaisantes.

Certes le nombre d’équipes de jeunes scolaires, quinze environ, ne réunissait qu’un peu plus de 150 personnes mais le cœur était à l’ouvrage et comme je l’indiquais dans ma dernière vidéo « interview du DG 92 par le SF » www.youtube.com/watch?v=cbn8FGu7HhI

j’ai assisté au final de cette journée citoyenne.

À l’une des équipes gagnantes, j’ai remis un petit ouvrage sur le Souvenir Français.

Ces élèves et leurs professeurs se souviendront de cette journée entièrement dédiée à la découverte de nombreux ateliers allant du secourisme et du parcours du jeune pompier à l’atelier consacré à une scène de crime et à la Garde républicaine ou encore à l’atelier d’évaluation de l’agilité et du transport brancardé.

Plus intellectuel était le rendez-vous avec le service historique de la Défense et les archives départementales des Hauts de Seine, sans oublier la visite du mémorial franco-américain de l’escadrille Lafayette sous l’arche duquel furent déposer des gerbes de fleurs avant la remise des prix bien mérités.

Cette journée encore masquée ouvre sans nul doute la voie à une reprise de nos activités dont certaines furent mises à mal ou contrariées par la Covid 19.

 

 

Claude Guy, délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine.

 

Crédits photographiques : S. Guével.

Comme un air de reprise…
Comme un air de reprise…

Lire la suite

Publié le 8 Mai 2021

Vidéo de Claude Guy, délégué général.

Claude Guy, Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine, a souhaité rappeler l'importance de la commémoration de la capitulation de l'Allemagne nazie le 8 mai 1945.

Retrouvez la vidéo sur le site Facebook de la Délégation :  https://www.facebook.com/DG92.souvenirfrancais/

Liens directs :

Facebook: https://www.facebook.com/DG92.souvenirfrancais/posts/2818804525099995?notif_id=1620299373412740¬if_t=live_video_schedule_broadcaster&ref=notif

YouTube: https://youtu.be/0Yra1C04oME

Lire la suite