Publié le 14 Février 2021

Le caporal-chef Albertini d’Asnières et le 8e RTM à Coc-Xa.

François Albertini nait le 22 décembre 1928 à Paris. Il s’engage dans l’armée et rejoint le 8e RTM (régiment de tirailleurs marocains).

 

Le 8e RTM a été créé à Fès en 1929. De suite, l’unité participe à l’unification du Maroc. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle est de la campagne de France. En 1941, le 8e est rapatrié à Mekhnès, après avoir été en garnison à Belfort. En 1943, il combat au sein de la 2e DIM (Division d’Infanterie Marocaine) en Italie, en Provence, puis dans les Vosges et en Alsace.

 

Le 8e RTM débarque le 7 mai 1949 à Haïphong pour relever le 5e RTM. Il est chargé d’assurer la sécurité de la RC4 de Langson à Dong-Khé. En octobre 1950, pendant le désastre de la RC4, le 8e est pratiquement anéanti à Coc-Xa. Cette bataille a été évoquée à plusieurs reprises, sur ce site, et sur le site du Souvenir Français d’Issy – Vanves, notamment dans les articles sur Jean Cornuault et par le récit du colonel Martin, sur la réfection de la chapelle de That Khé, là où des dizaines de soldats français ont été rassemblés après avoir été blessés durant la bataille terrible.

 

Le caporal-chef Albertini est de la bataille de Coc-Xa. Gravement blessé, transporté à Hanoi, il meurt le 23 octobre des suites de ses blessures à l’hôpital Lanessan. Il avait 21 ans.

 

Son nom est gravé sur le mémorial des guerres d’Indochine à Fréjus et sur le monument aux Morts d’Asnières.

 

En juin 1955, le 8e RTM rejoint la Cochinchine puis quitte définitivement le Viêt-Nam en avril 1956. C’est la dernière unité militaire française à partir de ce qui fut la « Perle de l’Orient ».

 

Sources :

  • Encyclopédies Larousse et Wikipédia.
  • Fiche individuelle sur le site Mémorial Gen Web : http://www.memorialgenweb.org/
  • Crédits photographiques : Olivier Johnsson

Lire la suite

Publié le 6 Février 2021

Au capitaine Mauduit de Sceaux.

Georges Mauduit nait le 15 octobre 1923 à Monchy-Lagache dans la Somme.

A l‘âge de 20 ans, il intègre l’Ecole Spéciale Inter-Armes de Saint-Cyr, promotion Veille au Drapeau.

Après un temps en métropole, Mauduit est envoyé en Algérie, en tant qu'officier du 3e bataillon du 9e RIC (régiment d'infanterie coloniale). Cette unité est un vieux régiment issu des troupes coloniales ; il s'appelait alors "régiment de marche du Tonkin". Dissous en 1946, il est récréé dix années plus tard.

Le 21 février 1958, alors qu'il dirige une patrouille de renseignement, le capitaine Mauduit est mortellement blessé au cours d’un accrochage de nuit avec un important groupe de rebelles (commune de Tizi-Ouzou, lieu Tala Athmane).

Georges Mauduit était marié à Jeanne Torielli et père de deux enfants. Il avait grandi à Sceaux où ses parents, Charles et Gisèle Mauduit habitaient.

Le capitaine Mauduit était titulaire des décorations suivantes : chevalier de la Légion d’honneur, croix de la Valeur militaire avec palme, Croix de guerre des TOE. Son nom est inscrit sur les monuments aux Morts de La Garde-Freinet, de Saint-Raphaël (où il habitait), de Nanterre (monument départemental) et de Sceaux.

 

 

Sources :

http://www.memorialgenweb.org

Informations de Marc Mathieu, François Leplus, Stéphane Protois Alfred Panis et Martine Mangeolle.

Crédit photographique : Bertrand Lemonnier.

Lire la suite

Publié le 15 Janvier 2021

Un symbole vient de s’éteindre.

Les commémorations liées au 150ème anniversaire de la guerre de 1870-1871 vont bientôt prendre fin au jour de la deuxième bataille de Buzenval. Elles illustraient deux phases de notre histoire en Europe : 75 ans et trois guerres entre voisins européens suivis de 75 ans de paix avec la construction de ce qui est aujourd’hui l’Union européenne.

Maurice Lair, porte-drapeau à Rueil-Malmaison symbolisait à lui tout seul le deuxième tableau de cette histoire compliquée entre voisins européens.

Prisonnier en Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale, il comprit très vite que la folie des hommes devait laisser place dans notre vieille Europe à la réconciliation, à la mise en commun de destins partagés et non plus opposés.

C’est pourquoi, à son retour sur le sol de France, il s’est appliqué à fonder un jumelage franco-allemand dans sa ville de Rueil-Malmaison.

À chacune de mes visites pour la réunion annuelle des adhérents précédée d’une cérémonie devant le monument aux morts, j’ai pu échanger avec lui et mesurer combien il était aussi investi dans sa fonction de porte-drapeau.

Il était également un témoin pour les jeunes générations qu’il rencontrait dans les écoles de la ville.

Auteur d’un recueil sur « le destin d’un prisonnier de guerre », il a consacré ces dernières 75 années à la réconciliation entre deux pays devenus, grâce à elle, moteurs de l’Union européenne.

Le Souvenir-Français à travers son comité de Rueil-Malmaison perd un ami serein, discret, toujours présent et qui le restera dans nos mémoires. Il était âgé de 101 ans.

 

Claude GUY,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine.

Crédit photographique : journal Le Parisien – Amanda Breuer Rivera.

Lire la suite

Publié le 27 Décembre 2020

Mes voeux pour 2021.

Chers adhérents et futurs adhérents du Souvenir Français,

 

Il y a peu, je vous adressais un message de bonnes fêtes de Noël et de fin d’année après neuf à dix mois marqués par les mesures plus ou moins contraignantes de protection face à la Covid 19 qui se promène à travers le monde. Je remerciais également celles et ceux qui étaient sortis de leur bulle habituelle pour explorer de nouvelles pistes d’évolution de notre association.

Mais avant de vous présenter des vœux que j’espère suivis d’effets en 2021, je veux saluer la mémoire de ceux qui sont partis au cours de cette année 2020 qui comme je vous le disais et l’écrivais ne mérite certes pas la note de 20/20.

Je pense évidemment et d’abord à celles et ceux assurément emportés par la Covid mais aussi par les maladies ou simplement l’arrêt de la vie lié à l’âge et dont les noms me sont parvenus : Christian Poujols, Raymond Duval, Guy Monteiro, général Albert Moinard, Vicenza Signoroni, Michel Gallois, Patrice Fichet, ancien président du comité de Colombes, général Michel Forget dignitaire de la Légion d’honneur. Nous ne les oublions pas.

Pour eux, comme pour ceux qui savent que l’avenir mémoriel de notre pays reposera principalement sur le Souvenir Français, notre association continuera de fonctionner, de se moderniser, d’offrir aux générations qui montent l’attrait d’une mémoire partagée et non morcelée à travers trop de petites associations du passé.

2020 était centré sur le 150e anniversaire de la guerre de 1870-1871. Au sein du conseil dédié mais aussi avec plusieurs comités, nous avons contribué à sortir de l’oubli à travers expositions, cérémonies, restaurations, publications et conférences, cette guerre lointaine et pourtant déterminante dans ses conséquences en France et en Europe.

Nous avons également rendu hommage aux Morts pour la France en Corée ou lors de la bataille de France de 1940 et pour ma part j’ai participé à plus de 40 actions hors domicile.

Aujourd’hui nous devons penser à 2021 qui sera encore une année troublée mais que nous traverserons à petits pas en fonction des évolutions de la situation sanitaire. De façon résolue nous poursuivrons l’œuvre entreprise il y aura bientôt 134 ans. Certes nous refermerons le 19 janvier au pied du monument restauré de Buzenval le livre ouvert sur 1870-1871 afin d’ouvrir celui sur les Morts pour la France de la France Libre et de la Résistance.

Dans la tradition de notre grande association, nous poursuivrons notre travail de veille, d’alerte et de contribution à la sauvegarde des tombes notamment familiales qui sont en déshérence dans nos différents cimetières.

Enfin, ici ou là nous mènerons des actions ciblées de valorisation de la Mémoire d’ouverture de nos rangs aux jeunes générations qu’il faut aller chercher, séduire et convaincre. Comme ce fut le cas pour Sciences Po Paris, grande réussite de l’année écoulée.

Le temps est donc venu de vous souhaiter une bonne année 2021 et surtout une bonne santé pour conduire le Souvenir Français dans le cadre de ses nouveaux statuts, règlement intérieur et autres outils de notre temps.

Bonne année 20021 à chacune et chacun d’entre vous.

Ce message figurera également, mais en vidéo, sur nos réseaux sociaux.

 

Claude GUY,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine

Lire la suite

Publié le 23 Décembre 2020

Malgré tout, bonnes fêtes de Noël et de fin d’année.

En cette période qui précède les rendez-vous de Noël puis du Nouvel An, il nous est facile de dire que 2020 ne mérite pas une note de 20/20.

En effet, la pandémie mondiale que la Covid 19 a provoquée a bouleversé nombre de nos habitudes, suscité des inquiétudes et changé nos rapports humains et l’organisation même de nos sociétés.

Pour autant, le Souvenir Français a continué de fonctionner, de se moderniser et d’ouvrir des voies possibles pour les générations qui entrent dans la vie active.

Dans notre département, j’ai veillé autant que cela se pouvait à remplir les objectifs qui nous étaient suggérés dont le principal était la commémoration d’une guerre oubliée, celle de 1870-1871, qui a marqué de son empreinte mortifère l’actuel département des Hauts de Seine.

Il nous fallait rappeler que cette guerre ouvrait une période de 75 années avec trois guerres entre voisins européens avant qu’une construction sui generis non encore achevée ouvre une période de 75 ans de paix sur le Vieux continent.

Beaucoup d’entre-vous, malgré les difficultés du moment ont œuvré pour magnifier les braves et les héros de cette guerre lointaine qui sont tombés sur les terres de vos actuelles villes.

Je remercie chaleureusement ces acteurs de nos comités qui dépassent le cadre habituel et étroit des simples cérémonies ou assemblées. C’est ainsi que l’on peut faire connaître notre association et relever le défi des adhésions car c’est finalement au nombre d’adhérents que l’intérêt porté à une association se manifeste.

Alors réjouissons-nous que grâce à votre investissement, le Souvenir Français puisse devenir la grande association mémorielle de France.

Mais pour l’heure, je vous souhaite de bonnes fêtes de Noël et de fin d’année.

Ce message sera également placé, mais lu, sur nos réseaux sociaux.

 

Claude GUY,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine

Lire la suite

Publié le 10 Décembre 2020

Savoir glisser sur des pistes nouvelles.

Il n’est bien sûr aucunement question d’aborder dans ce petit article la problématique des stations de ski mais de mettre en lumière une piste de financement à explorer par le Souvenir Français dans la réalisation de certains travaux.

Ainsi, dans le cadre de la commémoration de la guerre de 1870-1871, certains monuments ont fait/ou vont faire l’objet de rénovation ou de restauration.

Le monument phare de cette époque dans les Hauts de Seine à Buzenval, ainsi que celui dédié aux braves tombés lors de ces terribles combats entre soldats prussiens et soldats français entrent dans ce cadre.

La ville bien évidemment est partie prenante de ces restaurations ou rénovations tout comme le Souvenir Français à travers son comité de Rueil-Malmaison.

C’est grâce à la volonté, la ténacité, la curiosité et la proposition providentielle d’un citoyen ami de notre association mémorielle que fut explorée la piste d’un mécénat avec le Crédit Agricole.

Si au niveau local, la proposition faite n’a pas eu le succès immédiat escompté, le dossier transmis à l’échelon régional a séduit « Les Caisses Locales » représentées par le président du comité régional de la direction régionale du Crédit Agricole.

Après signature d’une convention avec le Souvenir Français, un chèque de 2.000 € a été reçu par le comité du Souvenir Français de Rueil-Malmaison.

Cet exemple de mécénat est sans conteste un jalon nouveau posé sur la piste qui conduit à des sources nouvelles de contributions intelligentes et pragmatiques.

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts de Seine.

Lire la suite

Publié le 6 Décembre 2020

A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.

Le 100th Bomb Group.

Le 25 mai 1943, le quartier général de l’US Air Force ordonne au 100th Bomb Group, formé de plusieurs unités et de centaines d’avions, de se déplacer de sa base de Kearney au Nebraska, vers le Maine et de là de rejoindre la région du Norfolk en Angleterre.

En quelques mois, le 100e va devenir l’une des unités les plus célèbres de l’histoire de l’armée américaine. Ses missions de bombardement sont périlleuses. Il s’agit de survoler la France et d’aller vider des milliers de bombes (comme on peut le voir sur la photographie) sur des villes telles que Cologne, Kaiserslautern, Francfort et même Berlin. Les officiers qui proposent les noms des missions ne sont pas avares d’humour puisque certaines sont baptisées « Royal Tour », « Voyage au Rhin » ou « le Tour de la Ruhr », « La vallée fertile du Rhin »…

Cela n’empêche pas l’unité de faire preuve d’un courage inouï. Ainsi, le 14 octobre 1943, soit 109 jours après les premiers entraînements en Angleterre, 27 des 35 équipages d’origine avaient été perdus. Par exemple, au cours d’une mission au-dessus de Berlin en mars 1944, l’unité perd quinze bombardiers, après en avoir perdu neuf lors des semaines précédentes au-dessus de Ratisbonne.

Composé des 349e, 350e, 351e et 418e escadrons de bombardements, le 100th groupe de bombardiers concentre ses efforts contre les aérodromes en France et les installations et industries navales en France et en Allemagne au cours de l’année 1943 et du premier semestre 1944. Puis, durant les mois d’octobre à décembre, le 100e intensifie ses actions contrat la Ligne Siegfried et les communications allemandes pendant la bataille des Ardennes.

Pour ses actions, le 100e groupe de bombardiers reçoit en 1945 la Croix de Guerre 39-45 avec palme. En décembre 1945, il s’en retourne aux Etats-Unis non sans avoir laissé une grande partie de ses matériels aux forces françaises. Le 21 décembre 1945, l’unité est dissoute.

 

La mission Royal Flush et son équipage.

Villacoublay abrite une base aérienne depuis les années 1910. Elle va être beaucoup utilisée par les pionniers de l’aviation et ensuite pendant la Première Guerre mondiale. Le 13 juin 1940, elle est occupée par les Allemands, sans un tir : les Français l’ont abandonnée deux jours plus tôt et y ont laissé intacts installations et avions !

Pendant quatre années, Villacoublay sera une base majeure de la Luftwaffe en France. Elle y installe des unités de bombardiers et des unités de chasse. Mais dès 1943, la base devient une cible privilégiée des bombardements alliés. Ainsi, le 24 août 1943, près de 1.100 bombes sont lâchées depuis des flottes de Boeing B-17 Flying Fortress. Malheureusement, les villages voisins sont également touchés et l’attaque fait 34 victimes civiles.

Le 11 août 1944, les batteries anti-aériennes allemandes réussissent à abattre un B-17 américain de l’escadron 418. Les quatre hommes à bord sont tués :

  • Stuart Allison, né en 1925 dans l’Illinois, Technical sergent (photographie avec le reflet du flash). Stuart s’est engagé dans son Etat de naissance. Il est célibataire.
  • Alf Aske (photographie déchirée), né en 1924, Second lieutenant.
  • Gordon Davis (photographie avec un impact sur le haut), âgé de 20 ans, Second lieutenant.
  • Robert Williams (il porte un calot), né en 1926, mécanicien.

Tous les quatre sont tués ce jour-là alors qu’ils effectuent la Mission Royal Flush (Quinte Royale). Ils sont enterrés à Clamart, au fond du cimetière communal du Bois Tardieu. Leurs tombes se touchent, comme pour en faire une seule. Morts ensemble, enterrés ensemble (exemple ci-dessous avec des tombes regroupées d’aviateurs anglais à Clichy).

Onze jours plus tard, les Allemands évacuent la base, et le lendemain, 23 août, le site est occupé par les hommes du général Leclerc, qui y passent la nuit, avec leur illustre officier, avant d’entrer dans Paris le 24 août 1944.

 

Sources :

 

 

A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.

Lire la suite

Publié le 28 Novembre 2020

En ce 26 novembre 2020.

En ce soir du 26 novembre 2020, sous l’Arc de Triomphe, le traditionnel ravivage de la Flamme par le Souvenir Français s’est déroulé sans pluie, ce qui est rare, sans un souffle de vent, ce qui est également peu fréquent et sous un ciel d’encre seulement éclairé par la lune qui d’heure en heure s’arrondit pour atteindre sa plénitude.

Tandis qu’une grue aux couleurs du drapeau national surplombe certains bâtiments, les Champs Elysée bordés par deux haies de guirlandes rouges qui donnent un cadre et une profondeur à la plus belle avenue du monde, sont délaissés en cette période où la Covid sévit encore.

Enfin, la Flamme de la tombe du soldat Inconnu semble être plus que jamais celle de l’espérance.

C’est donc dans cette ambiance propice à la réflexion, à une vision intime du souvenir et de la mémoire que le sacrifice de ceux de 14 et des autres conflits plus récents jusqu’à ceux d’aujourd’hui fut honoré.

La ministre déléguée auprès de la ministre des Armées présidait cette cérémonie accompagnée d’élus de la Nation et de la ville, du Conseil d’administration de notre association mémorielle, des acteurs du siège, de membres de la délégation générale de Paris, d’une bonne dizaine de drapeaux et des responsables du comité de Sciences Po Paris.

Cette cérémonie très particulière ponctuait la non moins inédite assemblée générale 2020 et le vœu très émouvant de Francis Simon par deux fois accompli cette année avec en particulier l’entrée de Maurice Genevoix et du courage français au Panthéon.

 

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine.

Lire la suite

Publié le 11 Novembre 2020

11 novembre 1920 – Le cercueil du soldat inconnu est transporté sous l’Arc de Triomphe (© Gallica – BNF).

11 novembre 1920 – Le cercueil du soldat inconnu est transporté sous l’Arc de Triomphe (© Gallica – BNF).

 

Maurice Genevoix – Ceux de 14 : « Notre guerre… Vous et moi, quelques hommes, une centaine que j’ai connus. En est-il donc pour dire : « La guerre est ceci et cela » ? Ils disent qu’ils comprennent et qu’ils savent ; ils expliquent la guerre et la jaugent à la mesure de leurs débiles cerveaux.

On vous a tué, et c’est le plus grand des crimes. Vous avez donné votre vie, et vous êtes les plus malheureux. Je ne sais que cela, les gestes que nous avons faits, notre souffrance et notre gaîté, les mots que nous disions, les visages que nous avions parmi les autres visages, et votre mort.

Vous n’êtes guère plus d’une centaine, et votre foule m’apparaît effrayante, trop lourde, trop serrée pour moi seul. Combien de vos gestes passés aurai-je perdus, chaque demain, et de vos paroles vivantes, et de tout ce qui était vous ? Il ne me reste plus que moi, et l’image de vous que vous m’avez donnée.

Presque rien : trois sourires sur une toute petite photo, un vivant entre deux morts, la main posée sur leur épaule. Ils clignent des yeux, tous les trois, à cause du soleil printanier. Mais du soleil, sur la petite photo grise, que reste-t-il ? »

 

11 novembre 2020, Maurice Genevoix (1890-1980) – lieutenant au 106e RI, blessé gravement aux Eparges en 1915, écrivain, prix Goncourt, académicien, secrétaire perpétuel de l’Académie française de 1958 à 1973 – entre au Panthéon. « Au moment où les voix des Poilus se sont éteintes pour toujours il est incompréhensible que « Ceux de 14 » ne figurent pas au Panthéon. Ils en franchiront tous le seuil avec leur porte-voix que fut Maurice Genevoix » a écrit Emmanuel Macron, président de la République.

Lire la suite

Publié le 8 Novembre 2020

Une voiture remorque colombophile de l’Armée d’Orient en juin 1917. Sortie pour l'entraînement quotidien. Droits : Vardar Izvor (ECPAD).

Une voiture remorque colombophile de l’Armée d’Orient en juin 1917. Sortie pour l'entraînement quotidien. Droits : Vardar Izvor (ECPAD).

De l’efficacité des pigeons.

Au moment du conflit franco-prussien de 1870-1871, des pigeons permettent des communications entre le gouvernement en exil à Tours (puis Bordeaux) et la capitale. A la suite de cette expérience, l’armée française décide de créer deux centres d’instruction de colombophilie militaire à Coëtquidan et à Montoire.

Dès le début de la Première Guerre mondiale, les troupes se déplacent sur des grandes distances, notamment grâce au train. Mais il n’est pas rare que des unités soient isolées. Comment envoyer des messages ? Le téléphone existe bien, mais il nécessite une installation de milliers de piquets et coûte de nombreuses vies humaines : les téléphonistes sont des cibles privilégiées pour des tireurs isolés !

Alors, et c’est vrai pour l’ensemble des belligérants, les pigeons voyageurs sont largement utilisés. Ils sont transportés dans des unités mobiles de campagne, des camions spéciaux, comme cela est montré sur la photographie, qui se déplacent au gré des besoins sur les différents fronts. Mais les pigeons peuvent également être lancés depuis des avions ou des navires. Au total, plus de 60.000 pigeons seront mobilisés pendant la Première Guerre mondiale.

Les pigeons ont leur reconnaissance officielle. Ils sauvent des milliers de soldats en prévenant d’une attaque imminente ou en transmettant l’ordre à une unité de changer de direction afin de ne pas tomber dans une embuscade. Certains pigeons deviennent des héros comme Vaillant, dernier pigeon du fort de Vaux en juin 1916, qui transmet un ultime message du commandant Raynal : « Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées très dangereuses. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner de suite toute communication optique par Souville, qui ne répond pas à nos appels. C’est mon dernier pigeon ». Selon les versions, le pauvre animal, intoxiqué par les gaz, mourra juste après avoir délivré son message, ou plus paisiblement en 1929, année de la disparition du commandant Raynal !

 

La réaction ennemie.

Dans les zones occupées, les Allemands interdisent aux civils de lâcher des pigeons. Cela est régulièrement rappelé dans les journaux, et les peines peuvent aller jusqu’à la mort : « les personnes qui trouveraient des pigeons voyageurs sont tenues de les remettre à l’autorité militaire, faute de quoi elles seront suspectées d’espionnage et s’exposeront à des poursuites ; les infractions commises par négligence seront punies d’un emprisonnement pouvant atteindre 3 ans ou d’une amende pouvant s’élever jusqu’à 10.000 marks ».

 

Des monuments.

Il existe au moins deux monuments à la gloire des pigeons voyageurs et de leur rôle pendant le premier conflit mondial : l’un est situé dans le parc Astrid à Charleroi en Belgique ; le second près du zoo de Lille.

Aujourd’hui, l’armée de terre a conservé une tradition de colombophilie, et possède un musée dédié à l’animal et à ses apports, situé au Mont Valérien, dans l’enceinte de la caserne du 8e régiment de transmissions. On peut y voir différents panneaux retraçant l’histoire de l’armée et de ses pigeons, de même que certains spécimens dont le fameux Vaillant, ainsi que sa distinction.

 

 

 

MUSÉE COLOMBOPHILE MILITAIRE : Mont Valérien - 92150  Suresnes.

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.
  • Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.
  • Fonds ECPAD.
  • Jean-Michel Derex, Le pigeon Vaillant, héros de Verdun, Paris, Éditions Pierre de Taillac, 2016, 32 
  • Jacques Ancel : Les travaux et les jours de l’Armée d’Orient, Paris, 1921.

Lire la suite