Beyrouth - Poste Drakkar - Le 23 octobre 1983.

Publié le 8 Mai 2016

Avril 1983 - Beyrouth - Un parachutiste français (Copyright Wikimedia)
Avril 1983 - Beyrouth - Un parachutiste français (Copyright Wikimedia)

La guerre civile au Liban.

Le Liban moderne est né à la suite de la Première Guerre mondiale, sur les décombres de l’Empire ottoman. La Société des Nations confie à la France le soin de constituer un état. Le premier Haut Commissaire du Gouvernement français, chargé de l’exécution de ce mandat, est le général Henri Gouraud. Il proclame la création de l’état du « Grand Liban » le 1er septembre 1920.

Dans cette constitution, il s’agit de créer un ensemble viable économiquement, c’est-à-dire rassemblant le littoral, les montagnes et la plaine fertile de la Bekaa et de rassembler également les communautés religieuses. Il est donc décidé de remplacer l’antique système féodal par un système fondé sur la religion avec les maronites, les grecs orthodoxes, les musulmans sunnites, les musulmans chiites, les juifs et les druzes.

Tout ceci signifie une vraie complexité tant dans l’administration qu’au quotidien dans la vie économique et sociale. Après la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale, les événements s’accélèrent : absence de consensus sur le passé et de vision commune sur le futur, chaque camp, désormais chaque camp religieux, rejette la faute sur l’autre. Les inégalités sociales et économiques présentent un double caractère régional – les plaines face aux montagnes – et confessionnel. Pour les forces politiques au pouvoir le clientélisme est roi. Il n’est qu’à voir la constitution : elle proclame l’appartenance du président de la République à la communauté maronite, le premier ministre doit être sunnite et le porte-parole du gouvernement chiite. Les sièges parlementaires étant répartis entre les chrétiens et les musulmans ; les maronites ayant en plus le contrôle de l’armée.

Vient s’ajouter l’environnement international : les années 50 sont caractérisées régionalement par l’affirmation d’une « grande nation arabe » selon la volonté du président égyptien Nasser. Nationalisme exacerbé entre autres par la naissance de l’Etat d’Israël – décidé par l’Organisation des Nations Unies dans le cadre du partage de la Palestine de 1947 – qui se matérialise par une première guerre en 1948. De nombreux Palestiniens quittent les territoires maintenant occupés militairement par les juifs et se réfugient au Liban.

Moins de vingt ans plus tard, en 1967, il en va de même avec la Guerre des Six Jours : Jérusalem, le plateau du Golan et la Cisjordanie sont occupés par Israël. Les pouvoirs locaux sont déstabilisés. Les fedayins – combattants de l’Organisation de la Libération de la Palestine de Yasser Arafat – tentent de prendre le pouvoir en Jordanie. Ils sont pourchassés et pour beaucoup trouvent encore refuge au Liban. Cet événement restera dans les mémoires comme l’un des fondements du sentiment palestinien. Il est appelé Septembre Noir. Le Liban devient le foyer du sentiment panarabe et révolutionnaire. Mieux – ou pire selon les points de vue – l’OLP obtient du Gouvernement libanais que les camps d’entraînements militaires des fedayins soient reconnus comme des terrains extraterritoriaux : ainsi les milices palestiniennes peuvent mener une guérilla à partir du Liban, en toute impunité.

La tension monte entre Libanais et Palestiniens. Le 13 avril 1975, des fedayins tirent sur l’escorte du président libanais, Pierre Gemayel. En représailles, les maronites attaquent un bus palestiniens et tuent 27 personnes. La spirale vers le chaos s’amplifie : quelques jours plus tard, nouvelles attaques et nouveaux morts. Bientôt Beyrouth est coupée en deux par une ligne dite « verte » : quartiers musulmans de Beyrouth-Ouest d’un côté ; quartiers chrétiens de Beyrouth-Est de l’autre.

L’année suivante, en 1976, la Syrie du président Hafez el-Assad impose un cessez-le-feu (dix avaient été décrétés auparavant mais sans jamais de succès) et ordonne l’entrée de troupes et de blindés dans le Nord du Liban et dans la plaine de la Bekaa. Du côté chrétien, pouvoir militaire et politique sont unifiés par étapes au prix de sanglants combats : les Kataëb du président Bachir Gemayel – le fils de Pierre – sortent vainqueurs et se rapprochent d’Israël. Enfin, l’OLP profite du chaos pour attaquer et lancer des roquettes sur les villes du nord de l’Etat hébreux.

« Paix en Galilée ».

En juin 1982, face à une énième attaque palestinienne, Israël déclenche l’opération « Paix en Galilée » et entre au Liban, s’avançant jusqu’à Beyrouth. Ce nouveau conflit fait de très nombreuses pertes civiles et provoque un nouveau bouleversement. En effet, les troupes de Tsahal – l’armée israélienne – traversent les lignes tenues par la FINUL – forces mises en place par les Nations Unies en 1978, à l’initiative du général français Jean Cuq à la suite de l’escalade de la violence le long de la frontière israélo-libanaise avec près de 4.000 hommes – franchissent la ligne des 40 km nord initialement annoncée comme objectif limite par le ministre de la Défense Ariel Sharon et atteignent la capitale où elles font jonction avec les Forces libanaises de Bachir Gemayel (à la tête de l’Etat, de l’armée et soutenu par les milices – phalanges – chrétiennes).

Environ une semaine après le début de leur invasion, les Israéliens commencent le siège de Beyrouth Ouest où l’OLP trouvait refuge au milieu de la population civile. Les fedayins sont alors attaqués et rapidement doivent se rendre à l’évidence : en aucun cas, ils ne peuvent l’emporter face à la puissance de l’armée israélienne. Le 21 août, les Etats-Unis imposent un cessez-le-feu : l’OLP quitte Beyrouth à bord de navires de la Marine nationale française. La Tunisie leur accorde l’asile.

Trois semaines plus tard, le 14 septembre 1982, une énorme bombe explose dans le quartier général phalangiste de Bachir Gemayel le tuant ainsi que 60 de ses soldats. L’OLP ayant quitté Beyrouth les Palestiniens se retrouvent sans protection. Les phalangistes entrent dans les camps de Sabra et Chatila et décident de « punir » les terroristes : plus d’un millier de Palestiniens sont massacrés. Les soldats de Tsahal, pourtant proches, n’interviennent pas. Il en est de même pour l’armée régulière libanaise qui laisse faire les milices chrétiennes.

La seconde phase de la guerre du Liban.

Amine Gemayel succède à son frère Bachir à la tête de l’Etat. Sous l’égide des Etats-Unis, un accord est signé stipulant la fin de l’état de guerre et un retrait israélien conditionné par un retrait simultané des forces palestiniennes et syriennes. Malheureusement, de nouveaux combats éclatent entre milices dans le nord du pays, à Tripoli. De même, dans les montagnes du Chouf, jusqu’alors épargnées, les druzes – avec l’appui de l’URSS – s’opposent à l’armée libanaise. Des milliers de civils maronites ou chrétiens sont contraints de quitter leurs villages. En septembre 1983, les Américains interviennent militairement et imposent un cessez-le-feu.

Le 23 octobre, un double attentat-suicide frappe les casernes des troupes américaines et françaises de la force multinationale.

Le poste Drakkar.

La force française est composée de soldats aguerris et de volontaires du 1er et du 9e RCP (régiment de chasseurs parachutistes). Ils ont installé un de leurs cantonnements dans un immeuble qu’ils appellent « Poste Drakkar » dans le quartier Ramlet El Baida de Beyrouth. Les autres postes français sont : Caravelle, Kayak, Boutre, Gondole.

A 6h du matin, le 23 octobre 1983, un camion, bourré d’explosifs, touche le contingent américain du 1er bataillon du 8e régiment des marines, basé à l’aéroport de Beyrouth. Cet attentant cause la mort de 241 soldats. Deux minutes plus tard, dans un procédé similaire, c’est au tour du Poste Drakkar d’être touché. L’immeuble s’effondre de ce fait (c’est du moins la thèse officielle – d’autres considérant que l’immeuble ayant été auparavant évacué par les services secrets syriens, des explosifs y auraient été laissés dans cette intention). On relève 58 corps de parachutistes français tués, ceux de la gardienne et de ses enfants ; 15 militaires sont blessés et 26 sont indemnes. Des témoins indiquent que le camion, sous la pression des tonnes d’explosifs, se serait soulevé dans les airs avant de retomber à sept mètres de distance.

Témoignage du major (R) Omer Marie-Magdeleine.

Dans le numéro 248 de Terre Info Magazine, journal d’informations de l’armée de terre française, Bernard Edinger raconte le témoignage recueilli auprès du major Marie-Magdeleine, blessé dans cet attentat : « J’avais les pieds sur les premières marches de l’escalier quant tout a sauté ; je me suis retrouvé tout à coup dans le vide avec le bâtiment qui s’ouvrait, puis j’étais sous les décombres, en dessous du bâtiment. C’était tôt le matin. J’étais adjudant d’unité de la 3e compagnie du 1er RCP. Je venais d’inspecter les postes de combat sur les balcons du bâtiment ainsi que le checkpost, un peu plus loin tenu par le 35e RAP (régiment d’artillerie parachutiste). Une explosion gigantesque est survenue du côté de l’aéroport au moment où je rentrais. Le bâtiment où étaient basés les Marines s’effondrait causant la mort de 241 Américains. Je me suis précipité vers notre bâtiment où j’ai entendu les chefs de section qui appelaient aux postes de combat. Puis, il y eut l’explosion. D’abord inconscient, j’ai ensuite entendu les marteaux-piqueurs et j’ai crié « Attention, je suis là ! »

« Je suis resté trois ans à l’hôpital du Val de Grâce (NB : le major souffrait de nombreuses fractures qui avaient entraîné de multiples dégâts internes). On a ensuite voulu me démobiliser mais je suis quand même resté. Une section de ma compagnie, de garde sur d’autres sites à Beyrouth lors de l’attentat, a eu la douloureuse tâche de reconnaître les corps de leurs camarades et certains sont aujourd’hui victimes de l’inévitable syndrome post-traumatique ».

PS : le major (R) Marie-Magdeleine a quitté l’armée en 1999. Sa dernière affectation a été le 33e RIMa en Martinique, son département d’origine. Il est officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, médaillé militaire.

Représailles.

Un blog est particulièrement suivi sur le site d’informations L’Opinion. Il est animé par un journaliste très connu dans le monde la défense : Jean-Dominique Merchet. Ce blog, Secret Défense, revient en octobre 2013 sur l’attentat du Drakkar grâce à l’interview de Pierre Razoux, Directeur de recherches à l’Institut de recherches stratégiques de l’Ecole militaire (IRSEM). Voici ce que Pierre Razoux indique : « Sous l’égide du ministre de la Défense Charles Hernu, deux actions parallèles sont envisagées. La première est confiée à la DGSE et vise à faire passer un message explicite aux Iraniens. Une jeep militaire française bourrée de 500 kilogrammes d’explosif est garée devant le mur de l’ambassade d’Iran à Beyrouth. L’agent chargé de conduire le véhicule, sans doute sous l’effet du stress, se trompe et ne déclenche pas correctement le retardateur de la charge explosive. La jeep est découverte par le service de sécurité de l’ambassade d’Iran. Le message n’en est pas moins reçu fort et clair par les Iraniens. La seconde riposte préparée par la France est strictement militaire. Il s’agit d’un raid de l’aéronautique navale contre un objectif du Hezbollah. Initialement, c’est l’hôtel Palmyra où résident les principaux dirigeants de la milice chiite, mais devant l’ampleur des pertes collatérales attendues, l’état-major des armées choisit de s’en prendre à la caserne Cheikh Abdallah, près de Baalbek. Le 17 novembre 1983, huit Super Etendard décollent du porte-avions Clémenceau en direction de cet objectif. A leur grande surprise, les pilotes français tombent dans une véritable embuscade et larguent leurs bombes sur une caserne vide ! Le Hezbollah aurait été averti de l’imminence du raid par un diplomate français proche du ministre des Affaires étrangères Claude Cheysson, opposé à toute riposte militaire. Par miracle, les huit pilotes français s’en sortent. A partir de là, le cycle infernal des représailles se déchaînera au Liban. Les otages occidentaux en feront les frais, tout comme les victimes des attentats de 1984 et 1986 en France. »

Il faudra attendre six années après ces attentats pour voir une tentative de restaurer la paix. Un énième cessez-le-feu est proclamé à l’automne 1989. L’assemblée nationale libanaise se rencontre à Taïf en Arabie Saoudite. Un accord est trouvé. Son application n’est pas simple : le nouveau président, René Moawad, est assassiné 17 jours après sa prise de fonction. L’opposant principal, le général Aoun, cherche par tous les moyens à torpiller l’accord afin de se démettre des Syriens. Les Etats-Unis laissent la Syrie intervenir auprès de l’armée libanaise pour se débarrasser de l’encombrant général. Dans la foulée, ce pays formalise son influence sur la politique libanaise avec la signature des traités de fraternité, coopération et coordination et d’un accord de défense. Nombreux sont les Libanais qui y voient l’établissement d’un protectorat syrien sur leur pays.

Peu à peu le Liban se sort de la guerre. Les besoins sont immenses. Les capitaux arabes affluent. Près de 80.000 personnes déplacées reviennent dans leurs villages et sur Beyrouth qui se reconstruit petit à petit. Les pouvoirs publics multiplient les interventions sociales et économiques, mais qui ne peuvent résoudre toutes les difficultés. Les milices n’ont pas disparu : au sud, apparaît le Hezbollah chiite. Prenant de l’ampleur, une branche armée de ce parti est créée. A plusieurs reprises – en 1996 puis en 2006 – Israël doit intervenir au Liban pour que cessent les attaques sur la Galilée.

En juillet-août 2007, l’armée libanaise prend d’assaut le camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared, tenu par une milice palestinienne d’inspiration islamiste salafiste, le Fatah al-Islam. En mai 2008, des affrontements armés opposent la branche armée du Hezbollah au forces gouvernementales et à certaines milices à la suite de la tentative du Premier ministre Fouad Siniora de reprendre le contrôle de l’aéroport de Beyrouth.

Enfin, depuis juillet 2011, le Liban sert de base arrière à des groupes d’insurgés syriens combattant le régime du président Bachar el-Assad. Ces crises ponctuelles montrent, malgré le relatif succès de la reconstruction, la fragilité de l’équilibre libanais et sa vulnérabilité aux crises qui agitent la région.

Source :

  • Frédéric Pons, Les Paras sacrifiés, Beyrouth 1983-1984, Presses de la Cité, 1994.
  • Philippe Fortabat-Labatut, Capitaine Thomas, CYL Editions, 2015.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Archives INA.
  • Archives chaîne de télévision Antenne 2.
  • Terre Info Magazine n°248 – Octobre 2013 - Texte de Bernard Edinger.
  • Blog Secret Défense de Jean-Dominique Merchet dans L’Opinion.
  • Annie Laurent, Antoine Basbous, Guerres secrètes au Liban, Gallimard, 1987.
  • Andrée Chedid, L’enfant multiple, Flammarion, 1989.
  • Lina Murr-Nehme, Le Liban assassiné, Aleph Et Taw, 1989.
  • Denis Langlois, Le Déplacé, L’Aube, 2012.
  • Une association existe et est présidée par le major Marie-Magdeleine. Il s’agit de l’ARVA : « Association des Rescapés et des familles de Victimes de l’Attentat Drakkar ».