L'alternative.

Publié le 1 Avril 2017

L'alternative.

C’est un parcourant l’excellent mémoire d’une adhérente du Souvenir français des Hauts de Seine (1) que j’ai découvert cette lettre d’un soldat demeuré inconnu. Au premier abord, sa réflexion peut nous conduire sur la piste du fatalisme mais, dans le même temps, elle nous entraîne vers une espérance salutaire qui garde aujourd’hui toute sa force.

 

Voici donc la lettre que ce poilu adresse à sa marraine. Parti soldat, sous-lieutenant au début de l’année 1916 (2) il écrit : « Il y a toujours dans notre vie actuelle deux alternatives : l’expérience a prouvé que, dans aucune, il ne fallait s’en faire et voici pourquoi : étant au dépôt, par exemple, il y a deux alternatives ; ou vous êtes envoyé au front ou vous partez à l’arrière ; si vous allez vers l’arrière, vous ne vous en faites pas, c’est clair ; si vous partez pour le front, il y a deux alternatives : vous vous trouvez dans la zone marmitée ou dans une zone qui ne l’est pas ; dans ce dernier cas, vous ne vous en faites pas, bien entendu ; si vous êtes dans la zone marmitée, il y a encore deux alternatives : ou vous êtes touché, ou vous ne l’êtes pas ; si vous n’avez qu’une petite émotion, pas besoin de s’en faire ; mais si vous êtes touché, il y a deux alternatives : vous êtes blessé grièvement ou légèrement ; dans ce dernier cas, vous faites votre pansement et ne vous en faites pas du tout ; dans l’autre cas, il y a encore deux alternatives : vous en mourrez ou vous n’en mourrez pas ; dans la première c’est clair, vous ne vous en faites plus ; dans la seconde, il y a deux alternatives, on vous ampute ou on ne vous ampute pas ; si vous êtes amputé, vous êtes réformé et il n’y a pas à s’en faire. Dans les deux cas, on vous mène à l’hôpital ou vous êtes bien soigné et moins que jamais y n’faut s’en faire ; mais dans le second cas, il y a deux alternatives : vous êtes envoyé au dépôt ou en convalescence ; si vous allez en convalescence, c’est la bonne vie, on n’s’en fait pas ; mais si vous êtes envoyé au dépôt, il y a encore deux alternatives : ou vous êtes envoyé sur le front ou on vous envoie à l’arrière… voir le commencement … ».

 

Un siècle plus tard, la question sur l’alternative qui se présente au Souvenir français se pose selon moi dans les mêmes conditions mais se résume en une première et impérieuse nécessité : accroître le nombre de nos adhérents pour que notre association devienne dans l’écoulement du temps la grande association mémorielle de France.

 

 

 

Claude Guy

Délégué général du Souvenir Français

Département des Hauts-de-Seine

 

 

 

 

Notes :

 

1 - Patricia Pillorger, les poilus de Rueil, mémoire pour le diplôme universitaire de généalogie et histoire des familles, université de Nîmes, juin 2011.

2 - Société historique de Rueil-Malmaison, l’Abeille de Rueil in bulletin paroissial du 1er trimestre 1916.