2017, année de Normandie - Niémen.

Publié le 25 Juin 2017

2017, année de Normandie - Niémen.

Tout au long de 2017, le Souvenir Français honorera l’escadrille Normandie - Niémen ainsi que ses pilotes.

 

Rappel historique.

Dans les toutes premières heures du samedi 22 juin 1941 débute l’Opération Barbarossa. L’armée allemande envahit l’URSS. Cette offensive entraîne la rupture des relations diplomatiques entre Moscou et le gouvernement du maréchal Pétain. L’ambassade de France fait donc ses bagages. Sur le chemin du retour, le lieutenant-colonel Luguet, qui occupait le poste d’attaché de l’Air, profite de l’escale d’Istanbul pour fausser compagnie à la diplomatie vichyste avec le dessein de rallier la France libre. À son arrivée à Londres, fin 1941, il livre au capitaine Mirlesse, du 2e bureau des Forces aériennes françaises libres (FAFL), son analyse du front de l’Est, avec une guerre d’usure qui ne peut que tourner à l’avantage des Soviétiques.

 

Les deux hommes convainquent le général de Gaulle d’envoyer une force combattante française en URSS. Pour le fondateur de la France libre, l’enjeu d’une telle démarche ne se limite pas au plan militaire. Il y entre aussi d’incontestables considérations politiques. Par cette présence française, fût-elle symbolique, de Gaulle souhaite, aux yeux des Soviétiques qui l’ont reconnu comme chef de tous les Français libres, combler le vide laissé par le départ de la représentation de Vichy. En outre, en visionnaire qui n’entrevoit pas d’autre victoire finale que celle des Alliés, il entend ainsi se positionner en vue des discussions de l’après-guerre.

 

Tout d’abord, de Gaulle pense proposer aux Soviétiques l’envoi sur le front de l’Est d’une division mécanisée, prélevée sur les forces françaises stationnées au Levant. Mais c’est finalement l’idée d’un groupe de chasse qui est retenue. Au printemps 1942, Joseph Staline donne son accord de principe à l’envoi d'un groupe de chasse en URSS avec quatorze pilotes, une quarantaine de mécaniciens, plus le personnel administratif. Soit soixante-deux volontaires. Le GC 3 sera une unité française sous commandement français, intégrée à une division soviétique.

 

Un nom pour la postérité.

Suivant la tradition, chaque unité des FAFL doit prendre le nom d’une province française. C’est « Normandie » qui l’emporte. Outre le fait qu’il est agréable à l’oreille, ce nom sonne comme un hommage à la tentative malheureuse de débarquement à Dieppe, en août 1942. L'unité comprend des jeunes gens venus d’horizons géographiques et sociaux différents. Il y a des nobles, des bourgeois, des ouvriers, des étudiants, des gens de droite, des gens de gauche, des apolitiques… Mais tous se rejoignent sur l’essentiel, comme l’a très bien résumé Jacques de Saint-Phalle qui rejoindra le « Normandie » en Russie : « Je ne voulais pas rester sous la botte allemande. Et en plus il y avait l’attrait du vol. On n’est pas allé là-bas pour défendre des idées politiques. Il se trouve que les Soviétiques nous ont fourni les moyens de faire notre guerre ». Le jeudi 12 novembre 1942, c’est le grand départ vers le front de l’Est, un théâtre d’opérations et des conditions de vie à des années-lumière de ce tout ce qu’ont pu connaître jusque-là les pilotes et les mécaniciens.

 

Trois semaines plus tôt, les Allemands ont connu à El-Alamein en Egypte leur première défaite mais dans l'Europe occupée, l'issue de la guerre paraît encore très incertaine. La témérité des pilotes français n'en est que plus grande...

Le GC 3 atteint la base d'Ivanovo, ville située à 250 km au nord-est de Moscou. L'instruction des Français va durer du 2 décembre 1942 au 14 mars 1943. Après avoir testé les différents types d'appareils - dont certains anglais ou américains - proposés par le commandement soviétique, le commandant d'unité Jean Tulasne et son adjoint le capitaine Albert Littolff arrêtent leur choix sur le Yak soviétique, ce qui va droit au cœur de leurs hôtes. Dans ses versions successives (Yak 1, Yak 9 puis Yak 3) , ce petit chasseur en toile et duralumin, rustique mais très maniable, satisfera toujours les Français face aux pilotes chevronnés de la Luftwaffe et à leurs redoutables avions entièrement métalliques, les Messerschmitt 109 et autres Focke-Wulf 190.

 

La première campagne du « Normandie » débute le 22 mars 1943. Les combats vont succéder aux combats, toujours plus âpres, aux cours desquels les victoires s'accumulent avec leur inévitable lot de pertes. Celles-ci vont devenir si importantes que des renforts sont nécessaires. Ils arriveront à compter du 10 mai 1943.

 

Le 19 juin, pour la première fois, le quotidien La Pravda publie le nom de cinq officiers français décorés de l'« Ordre de la Guerre pour la Patrie ». Le 14 juillet, le « Normandie », unité minuscule sur l'immensité du territoire soviétique, voit flotter le drapeau français lors d'une prise d'armes de dix minutes entre Français et Soviétiques. Trois jours plus tard, c'est au tour du commandant Tulasne de ne pas rentrer. Il est remplacé à la tête de l’unité par le commandant Pierre Pouyade, tandis que le sous-lieutenant Albert et le capitaine Préziosi obtiennent la 30e victoire du groupe.

Notons qu'un an plus tard, pour récompenser l'unité de son rôle déterminant dans le franchissement du fleuve Niémen, le 21 juillet 1944, à Alytous (Lituanie), Staline l'autorise à accoler le nom de Niémen à Normandie, comme il est de tradition dans l'armée russe. C'est comme cela qu'elle entrera dans la postérité sous le nom de « Normandie-Niémen »...

 

Vers la consécration et la gloire.

En août 1943, l'ensemble du personnel technique français est muté au Moyen-Orient et remplacé par du personnel soviétique. De ce fait, le « Normandie » perd ses compagnons de la première heure mais gagne cette spécificité qui va contribuer à forger sa dimension symbolique : des pilotes français et des mécaniciens russes réunis dans une même unité. C'est une première dans l’Histoire.

 

Retiré exsangue à l'orée de l'hiver, le groupe va séjourner jusqu’au printemps 1944 à Toula où il est transformé en régiment à quatre escadrilles grâce au renfort de nombreux pilotes venus d'Afrique du Nord. Forte de soixante et un pilotes, l'unité entame sa deuxième campagne le 25 mai 1944. Les premières pertes ne vont pas tarder.

 

Le 28 mai, le Yak 9 de Marcel Lefèvre, une des figures emblématiques du groupe, prend feu à l’atterrissage à la suite d’une fuite de carburant. Transformé en torche, le pilote meurt de ses brûlures à l’aube du 6 juin 1944 alors que les Alliés débarquent sur les plages de sa Normandie natale. Les autorités soviétiques lui organiseront des obsèques en grande pompe à Moscou.

Nouveau drame le 15 juillet 1944 : à son tour victime d’une fuite de carburant, le lieutenant Maurice de Seynes regagne précipitamment le terrain de Doubrovka d’où il a décollé quelques minutes plus tôt. Aveuglé par les vapeurs d’essence qui envahissent son cockpit, il tente vainement à plusieurs reprises de se poser. Les Soviétiques lui ordonnent de sauter. De Seynes refuse car il ne veut pas abandonner à une mort certaine son mécanicien Vladimir Bielozoub qu’il a embarqué à l’arrière de son avion, comme cela se fait couramment pour les courts trajets d’un terrain à l’autre. Et Bielozoub, lui, n’a pas de parachute... Après plusieurs autres tentatives infructueuses, le Yak 9 s’écrase et explose, tuant ses deux occupants. L’aristocrate parisien et le paysan de la Volga ont été enterrés l’un à côté de l’autre à Doubrovka. Le sacrifice de Maurice de Seynes a un retentissement énorme en URSS et va entrer dans les livres d’Histoire comme symbole de l’amitié indéfectible entre la France et la Russie.

 

Les actes de bravoure deviennent le quotidien des aviateurs français au cours de cette seconde campagne. Le 16 octobre, en cent sorties, le « Normandie-Niémen » s'octroie 29 victoires sans une seule perte. Deux jours plus tard, en quatre-vingt-huit sorties, les casseroles d'hélices tricolores abattent 12 avions. Le 20 octobre, soixante-neuf sorties, 11 victoires, le 22, cinquante-six sorties et 14 autres victoires sans perte.

 

Le 27 novembre 1944, le « Normandie-Niémen » a le privilège d'être la première unité française à stationner sur le sol allemand. Le lendemain, les lieutenants Albert et de la Poype sont élevés à la dignité de « Héros de l'Union Soviétique ».

 

Le 9 décembre, le général de Gaulle accueille à Moscou tous les pilotes français, qui reçoivent honneurs et décorations. Après l’intermède officiel et festif du voyage à Moscou, le « Normandie-Niémen » retourne sur le front à la mi-décembre 1944 pour sa troisième et dernière campagne. Les 19, 21 et 23 janvier 1945, l'héroïsme du « Normandie-Niémen » est récompensé par trois citations à l'ordre du jour du maréchal Staline. Le 21 février, il ne reste que vingt-cinq pilotes. Le 12 avril, le lieutenant Georges Henry abat un Focke-Wulf 190, ce qui sera la dernière victoire du « Normandie-Niémen ». Quelques heures plus tard, ce même pilote en sera également le dernier mort, tué par un mitraillage au sol.

 

Le 9 juin 1945, considérant le comportement exemplaire des pilotes français sur le front soviétique, le maréchal Staline estime qu'il serait injuste de les désarmer. Il leur fait don de leurs avions Yak qui vont se poser le 20 juin au Bourget devant une foule énorme venue les accueillir en héros.

 

Ainsi se termine l'épopée commencée le 22 mars 1943. Le « Normandie-Niémen » a obtenu 273 victoires confirmées, 37 probables et 47 avions endommagés en 869 combats aériens. Quatre pilotes ont été élevés à la dignité de « Héros de l'Union Soviétique » : Marcel Albert, Roland de la Poype, Jacques André et Marcel Lefèvre. Vingt-et-un ont été faits Compagnons de la Libération par le général de Gaulle. Quarante-deux de ses pilotes sont morts pour la France sur un total de quatre-vingt-dix-sept qui participèrent aux trois campagnes.

 

L’épopée continue.

Le « Normandie-Niémen » est l’unité de chasse possédant le palmarès le plus fourni mais également le taux de perte le plus élevé de l’aviation française. Basé à Mont-de-Marsan depuis 2011, le régiment de chasse 2/30 « Normandie-Niémen » vole aujourd’hui sur Rafale et participe aux frappes aériennes contre DAECH en Syrie.

 

Ces mots du journaliste et écrivain russe Ilya Ehrenbourg (1891-1967) résument parfaitement ce que représente pour la Russie l’engagement des pilotes de la France Libre aux côtés de l’Armée Rouge à partir de la fin de l’année 1942 : « Il ne s’agit évidemment pas d’arithmétique. Que signifiait un groupe de pilotes, même des meilleurs et des plus hardis, dans un combat gigantesque où l’on s’affrontait par millions ? Il s’agit d’amitié, d’élan du cœur, qui sont plus chers aux peuples que tous les discours et les déclarations. Il s’agit du sang versé sur la terre russe. Et la Russie n’oubliera jamais que les Français, pilotes au “Normandie”, sont venus chez nous avant Stalingrad ».

 

 

 

Sources :

  • Site herodote.net
  • Encyclopédie Wikipédia
  • Encyclopédie Larousse
  • Encyclopédie Britannnica

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :