L'adjudant François d'Asnières et les Laotiens.

Publié le 8 Mai 2018

Elèves de l’école commando lao.

Elèves de l’école commando lao.

Les travaux de Michel Bodin.

Michel Bodin est professeur d’histoire, docteur ès Lettres et ès Sciences humaines. Il a consacré sa thèse d’Etat aux soldats des forces terrestres d’Extrême-Orient, de 1945 à 1954. Il a publié de nombreux ouvrages comme « La France et ses soldats, Indochine 1945-1954 » ; « Soldats d’Indochine, 1945-1954 » ; « Les combattants français face à la guerre d’Indochine, 1945-1954 » ; « les Africains dans la guerre d’Indochine, 1947-1954 ». 

Michel Bodin : « Lorsqu’on évoque les troupes coloniales indochinoises, viennent à l’esprit immédiatement les images des soldats vietnamiens, des tirailleurs annamites ou tonkinois, des supplétifs catholiques..., mais pratiquement jamais celles des militaires laotiens. Certes, ils ne furent pas très nombreux, comparés aux autres combattants, mais environ 50.000 d’entre eux participèrent à la guerre d’Indochine de 1945 à 1954, au sein des Forces Terrestres d’Extrême-Orient (FTEO) sans compter les 30 à 40.000 hommes de l’armée nationale laotienne, et les maquisards du GCMA dont l’effectif reste bien difficile à évaluer.

Les habitants du pays du Million d’éléphants ne bénéficient pas d’une grande réputation auprès de leurs frères d’arme. « Les Laotiens n’étaient ni des soldats ni des militaires mais ils devenaient de terribles guerriers si on touchait à leur famille. » Ce jugement péremptoire d’un sous-officier ayant servi au Laos de 1947 à 1950, pose en fait toutes les problématiques touchant aux troupes « coloniales » (préparation, valeur, motivation, emploi...). Cet avis n’est ni original ni nouveau puisqu’un officier supérieur affirmait au XIXe siècle que les Laotiens étaient « trop pacifiques, trop indolents, trop apathiques pour faire de bons soldats ». Cependant, il faut sans doute plus incriminer les origines et la nature de la tutelle française au Laos que les habitants eux-mêmes, pour expliquer qu’on ait peu fait appel aux combattants lao jusqu’en 1941 car les exemples prouvent que toute troupe coloniale, quelle que soit son origine ethnique, se comporte vaillamment au feu si elle est bien encadrée ».

 

Les Laotiens, une force d’appoint.

De peur de lever de mauvaises recrues, les autorités françaises décidèrent de ne pas créer de bataillons de tirailleurs laotiens. Néanmoins, elles acceptèrent des Lao dans les formations de la garde indochinoise dans laquelle ils furent ennoyés parmi des Vietnamiens. Les événements de 1941 (isolement de la métropole, danger japonais et agression siamoise) décidèrent l’amiral Decoux à autoriser l’expérience d’un recrutement de chasseurs laotiens. En juin 1941, apparut ainsi la 2e compagnie du I/10e RMIC, stationnée à Dong Hene qui, du 9 mars 1945 à la capitulation japonaise, resta groupée autour de son chef. En 1942, une deuxième compagnie fut mise sur pied à Vientiane, la 25e compagnie du IV/10e RMIC qui disparut devant les assauts nippons de 1945. Ce sont ces hommes, dont certains ont retraité avec leurs cadres français vers la Chine, et les volontaires encouragés par le roi Sisavang Vong et son fils Savang Vatthana favorables au protectorat français, qui formaient en 1945 un vivier d’environ 4.000 hommes prêts à s’engager dans l’armée française.

Les premiers projets de constitution d’un corps expéditionnaire pour l’Indochine prévoyaient l’enrôlement progressif d’autochtones pour remplacer les troupes africaines et renforcer les effectifs. D’ailleurs une note, rédigée à Kandy en 1945, espérait un recrutement de 500 Laotiens dès la reddition japonaise. À la fin de 1945, se présentèrent aux autorités militaires du corps expéditionnaire (comme au I/10e RMIC en octobre 1945)  de nombreux volontaires, de sorte qu’en application directe des directives du général Leclerc sur les troupes autochtones, quatre bataillons de chasseurs laotiens (BCL) furent formés en octobre 19455. Les survivants de la 2e CCL et les recrues du moyen et haut Laos en formèrent l’ossature. Un quatrième bataillon vit le jour en juin 1946 au Nord-Laos, un cinquième en juillet 1946 à Vientiane et un sixième en novembre 1946 dans la région de Phong Saly. Le 1er juillet 1949 naquirent les 7e et 8e BCL.

 

Dans les BCL, unités autochtones dès leur création, les Français étaient très minoritaires. On parle officiellement de bataillons mixtes laotiens standards à effectif réglementaire de 680 hommes. Au début, ils ne devaient pas compter plus de 15 % d’Européens (tous les officiers et deux tiers des sous-officiers). Le nombre de ces derniers diminua régulièrement au fil du conflit. En 1947, on évoque un « surjaunissement spécial » pour les BCL. En mai 1953, le taux d’encadrement théorique tomba à 10,45 %. Les BCL dépendaient de l’administration des Troupes coloniales.

D’octobre 1945 à juin 1949, opérèrent des formations à forte dominante laotienne comme le 2e commando de chasseurs laotiens et les 4e, 5e, 6e commandos laotiens (ce dernier prit le nom de 6e commando franco-laotien en juillet 1947).

Au début de 1946, on entama la création d’une unité parachutiste laotienne. On ponctionna le 1er BCL et un commando laotien et on dirigea les volontaires vers les deux centres d’instruction de Vientiane et de Takhek (3e compagnie du 1er BCL) avec espoir de fournir 350 parachutistes aux FTEO. En juillet 1948, la 1ère compagnie de commandos laotiens était mise sur pied puis elle doubla son effectif en 1951 par la création d’une unité jumelle, selon les prescriptions du général de Lattre. À ces éléments, il faut ajouter les militaires intégrés aux unités du Train, du Génie, et aux divers services des FTEO selon la politique du jaunissement mise en vigueur pour les Laotiens en mai 1946.

En termes d’effectifs, que représentent les Laotiens dans les FTEO ? En juillet 1948, ils étaient 4.123 réguliers et leur nombre culmina à 7 762 hommes en avril 1952 (effectifs réalisés).

 

L’armée nationale laotienne.

Le Laos ne posséda pas vraiment d’armée nationale avant la convention militaire du 6 février 1950 qui mettait en application les accords du 19 juillet 1949. Avant, la convention du 27 août 1946 réglait toutes les questions de défense. Elle permettait aux troupes de l’Union française de stationner, de circuler et d’avoir des bases dans tout le pays. En mai 1946, on créa une garde nationale qui devint gendarmerie laotienne, forte d’environ 1.000 hommes en 1947.

Parallèlement, on mit sur pied des compagnies d’infanterie lao (CIL) en prévision de la formation d’autres unités. Le 1er bataillon d’infanterie lao (BIL) fut créé à Vientiane en juillet 1950, le 2e à Paksé en octobre. Les effectifs de l’ANL stagnèrent durant toute l’année. En avril 1950, l’ANL regroupait 1.458 hommes avec ses cadres français et on pensait pouvoir recruter 300 hommes supplémentaires avant la fin de l’année. 1.728 étaient sous les drapeaux en janvier 1951, alors qu’on en avait prévu 4.000, et une grande partie du programme initial ne fut pas réalisé. Le 22 août 1951, 19 CIL furent réunies pour constituer les 3e et 4e BIL et préparer les 5e et 6e. L’arrivée du général de Lattre permit un véritable décollage de l’ANL. Même si le pays ne connaissait pas d’opérations comparables à celles du Vietnam, la situation s’y dégrada.

En 1952, le général de Lattre souhaita disposer de 12.300 Laotiens grâce à un effort de recrutement et à l’aide américaine. Il voulait en outre un groupe d’artillerie et l’amorce de services. Naquirent ainsi des directions du génie, de l’intendance, du service de santé et des transmissions. De 10.849 combattants en juin 1952, l’ANL passa à 13.420 le 1er janvier 1953.

L’accord additionnel entre les gouvernements français et laotien modifia ces chiffres. En effet, la métropole prit en charge 4.026 réguliers pour accélérer la mise en condition de 7 bataillons légers. Avec le soutien américain, on put ajouter 3 compagnies de mortiers, ce qui devait faire passer le nombre des Laotiens en arme à 20.951 au 31 décembre 1953. Au 1er janvier 1954, ils étaient réellement 20.250. Au moment du cessez-le-feu, l’ANL comptait un peu plus de 21.000 hommes dont un tiers dans la garde nationale, alors qu’on avait tablé sur un effectif de 26.000.

 

L’adjudant Jacques François.

Jacques François nait à Paris, dans le 18e arrondissement, le 27 octobre 1911. Il s’engage dans les troupes coloniales. En 1946, il est envoyé en Indochine. Il intègre une unité « indigène » : le 6e bataillon de chasseurs laotiens, formé le 1er novembre 1946 dans la région de Phong-Saly au Laos.

Comme beaucoup de soldats de métropole, Jacques François tombe malade quelques mois après son arrivée en Indochine. Il meurt le 27 octobre 1947 à l’hôpital d’Hanoi, au Tonkin, « des suites de maladie contractée en service » selon l’expression consacrée par les règlements militaires. Peu après, il est officiellement déclaré Mort pour la France. Il avait 36 ans.

Habitant d’Asnières-sur-Seine, c’est dans le carré militaire de cette commune qu’il repose en paix pour l’Eternité.

 

Sources :

 

  • Témoignages du colonel Rives.
  • Site de l’Anapi.
  • Archives de l’Anapi.
  • Michel Bodin, Les Laotiens dans la guerre d’Indochine, 1945-1954.
  • Y. Gras, Histoire de la guerre d’Indochine, Paris, Plon.
  • M. Bodin, La France et ses soldats, Indochine, 1945-1954, Paris, L’Harmattan, 1996
  • M. Bodin, « Leclerc et l’utilisation des autochtones indochinois », Leclerc et l’Indochine, 1945-1947, Paris, Albin Michel, 1992, p. 386-389 et Bulletin officiel du ministère de la Guerre ;
  • Crédit photographies : archives de la Délégation générale du Souvenir Français des Hauts-de-Seine ; ECPAD.
L'adjudant François d'Asnières et les Laotiens.

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - Indochine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :