Georges Debert de Nanterre, mort pour la France en Algérie.

Publié le 26 Janvier 2019

Georges Debert de Nanterre, mort pour la France en Algérie.

De la Belgique à l’Indochine.

 

Georges Debert nait le 18 décembre 1927 à Valenciennes dans le département du Nord. Sa famille s’installe par la suite à Nivelles, en Belgique.

 

Peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il effectue son service militaire à la 1ère demi-brigade des commandos parachutistes, alors située à Vannes dans le Morbihan, puis signe un engagement de trois ans. Le 4 août 1950, l’unité, sous le commandement du colonel Gilles, débarque à Haiphong. De là, Georges Debert est rattaché au 7e bataillon de parachutistes coloniaux, du chef de bataillon Moulie.

 

A l’occasion des premiers engagements, Georges Debert reçoit une première citation : « Excellent tireur au fusil lance-grenade qui a fait ses preuves durant les opérations du Bataillon depuis septembre 1950, d'un courage et d'un sang-froid remarquables. Le 10 septembre 1951, au cours d'une opération sur les pentes du Bavi (Tonkin), alors que son groupe était accroché par des éléments du Viet-Minh, a permis, par un tir rapide et ajusté, la progression des voltigeurs et l'occupation de la position adverse. Cette citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre des Théâtres des opérations extérieures avec étoile de bronze ».

 

Le 27 septembre 1951, le 7e est cité à l’Ordre de l’Armée. Le Journal officiel publie cette citation :

 

« Décision n°32, sur proposition du Secrétaire d’État à la guerre. Le vice-Président du conseil, ministre de la Défense Nationale. Cité à l'Ordre de l'Armée 7e Bataillon de parachutiste coloniaux.

"Splendide Bataillon de Parachutistes, qui, sous le Commandement du Chef de Bataillon Moulie, a déployé d'exceptionnelles qualités guerrières lors de la bataille de Ninh-Binh (fort Bernard De Lattre) du 30 mai au 10 juin 1951.

Le 30 mai 1951, débarquant un élément au sud du Day, devant l'ancien poste de Yen-Phuc, il effectue une reconnaissance offensive audacieuse, se heurte à un ennemi très supérieur en nombre lui inflige de lourdes pertes et déjoue, par une série de contre-attaques une manœuvre d'encerclement.

Le 6 juin 1951 chargé de défendre la position de Yen-Cu-Ha un autre élément du 7e B.P.C. est attaqué dans la nuit par quatre bataillons des meilleures troupes ennemies. En dépit d'une forte préparation de l'adversaire, il résiste magnifiquement aux furieux assauts des masses ennemies fanatisées et maintient l'intégrité de sa position. Malgré des pertes sérieuses, il déclenche au lever du jour une contre-attaque victorieuse qui contraint l'ennemi à se replier en désordre, à laisser sur le terrain plus de 130 cadavres et s'empare d'un important armement, un canon sans recul, trois fusils mitrailleurs, dix-huit mitraillettes et dix-neuf fusils.

 

"A pris ainsi une part prépondérante au succès de nos armes sur le front du DAY".

 

La présente citation comporte l'attribution de la Croix de Guerre des théâtres d'opérations extérieurs avec palme.

 

S.P. 51.703 le 10 décembre 1951, le chef de Bataillon Moulie commandant le 7e Bataillon de Parachutistes Coloniaux. »

 

Retour en métropole.

 

Le 12 août 1952, Georges Debert s’installe en Région parisienne, à Nanterre. Puis il est affecté à Vannes avec un nouvel réengagement de 4 ans. Mais moins de deux ans plus tard, il repart. Cette fois-ci, destination l’Afrique : il embarque pour Dakar le 13 mars 1954. Il a reçu son affectation au 4e  Bataillon Colonial des Commandos Parachutistes. Le 16 mai 1956, il se blesse lors d'un saut en parachute. Après un séjour en hôpital militaire, il est maintenu dans le service actif par le Conseil de révision et affecté au 3e R.I.C. (régiment d’infanterie colonial).

 

En Algérie.

 

Georges Debert est transféré en Algérie le 4 octobre 1958 avec le 2e R.I.C. Le 25 du même mois, il est de nouveau blessé, très sérieusement cette fois. Il est cité pour la Croix de la Valeur Militaire : "Sous-officier d'un courage et d'un dévouement à toute épreuve qui, malgré une santé déficiente, était volontaire pour toutes les opérations. Sa compagnie étant durement accrochée, a fait preuve des plus belles qualités de chef et de combattant dans les Ouzellaguen (Bougie) sous un feu très violent d'un tir d'un fusil-mitrailleur. Grièvement blessé au cours de l'action, est décédé le lendemain des suites de ses blessures. Restera pour tous un magnifique exemple de devoir militaire et de l'abnégation poussée jusqu'au sacrifice suprême" - Croix de guerre - Croix de la Valeur Militaire avec palme.

 

Habitant de Nanterre, le nom de Georges Debert figure sur le monument aux morts du parc des anciennes mairies. Son corps a été rapatrié en Belgique, auprès des siens, dans le cimetière communal.

 

Sources :

 

  • Archives photographiques de la Délégation générale du Souvenir Français des Hauts-de-Seine.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Site Memorial GenWeb – www.memorialgenweb.org – Fiche Nanterre – Monument départemental – Fiche individuelle Georges Debert.

 

 

 

Georges Debert de Nanterre, mort pour la France en Algérie.

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :