A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.

Publié le 6 Décembre 2020

A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.

Le 100th Bomb Group.

Le 25 mai 1943, le quartier général de l’US Air Force ordonne au 100th Bomb Group, formé de plusieurs unités et de centaines d’avions, de se déplacer de sa base de Kearney au Nebraska, vers le Maine et de là de rejoindre la région du Norfolk en Angleterre.

En quelques mois, le 100e va devenir l’une des unités les plus célèbres de l’histoire de l’armée américaine. Ses missions de bombardement sont périlleuses. Il s’agit de survoler la France et d’aller vider des milliers de bombes (comme on peut le voir sur la photographie) sur des villes telles que Cologne, Kaiserslautern, Francfort et même Berlin. Les officiers qui proposent les noms des missions ne sont pas avares d’humour puisque certaines sont baptisées « Royal Tour », « Voyage au Rhin » ou « le Tour de la Ruhr », « La vallée fertile du Rhin »…

Cela n’empêche pas l’unité de faire preuve d’un courage inouï. Ainsi, le 14 octobre 1943, soit 109 jours après les premiers entraînements en Angleterre, 27 des 35 équipages d’origine avaient été perdus. Par exemple, au cours d’une mission au-dessus de Berlin en mars 1944, l’unité perd quinze bombardiers, après en avoir perdu neuf lors des semaines précédentes au-dessus de Ratisbonne.

Composé des 349e, 350e, 351e et 418e escadrons de bombardements, le 100th groupe de bombardiers concentre ses efforts contre les aérodromes en France et les installations et industries navales en France et en Allemagne au cours de l’année 1943 et du premier semestre 1944. Puis, durant les mois d’octobre à décembre, le 100e intensifie ses actions contrat la Ligne Siegfried et les communications allemandes pendant la bataille des Ardennes.

Pour ses actions, le 100e groupe de bombardiers reçoit en 1945 la Croix de Guerre 39-45 avec palme. En décembre 1945, il s’en retourne aux Etats-Unis non sans avoir laissé une grande partie de ses matériels aux forces françaises. Le 21 décembre 1945, l’unité est dissoute.

 

La mission Royal Flush et son équipage.

Villacoublay abrite une base aérienne depuis les années 1910. Elle va être beaucoup utilisée par les pionniers de l’aviation et ensuite pendant la Première Guerre mondiale. Le 13 juin 1940, elle est occupée par les Allemands, sans un tir : les Français l’ont abandonnée deux jours plus tôt et y ont laissé intacts installations et avions !

Pendant quatre années, Villacoublay sera une base majeure de la Luftwaffe en France. Elle y installe des unités de bombardiers et des unités de chasse. Mais dès 1943, la base devient une cible privilégiée des bombardements alliés. Ainsi, le 24 août 1943, près de 1.100 bombes sont lâchées depuis des flottes de Boeing B-17 Flying Fortress. Malheureusement, les villages voisins sont également touchés et l’attaque fait 34 victimes civiles.

Le 11 août 1944, les batteries anti-aériennes allemandes réussissent à abattre un B-17 américain de l’escadron 418. Les quatre hommes à bord sont tués :

  • Stuart Allison, né en 1925 dans l’Illinois, Technical sergent (photographie avec le reflet du flash). Stuart s’est engagé dans son Etat de naissance. Il est célibataire.
  • Alf Aske (photographie déchirée), né en 1924, Second lieutenant.
  • Gordon Davis (photographie avec un impact sur le haut), âgé de 20 ans, Second lieutenant.
  • Robert Williams (il porte un calot), né en 1926, mécanicien.

Tous les quatre sont tués ce jour-là alors qu’ils effectuent la Mission Royal Flush (Quinte Royale). Ils sont enterrés à Clamart, au fond du cimetière communal du Bois Tardieu. Leurs tombes se touchent, comme pour en faire une seule. Morts ensemble, enterrés ensemble (exemple ci-dessous avec des tombes regroupées d’aviateurs anglais à Clichy).

Onze jours plus tard, les Allemands évacuent la base, et le lendemain, 23 août, le site est occupé par les hommes du général Leclerc, qui y passent la nuit, avec leur illustre officier, avant d’entrer dans Paris le 24 août 1944.

 

Sources :

 

 

A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.
A Clamart, les Américains de la Quinte Royale.

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :