André Suchet : FFI de Villeneuve-la-Garenne mort pour la France.

Publié le 18 Avril 2021

André Suchet : FFI de Villeneuve-la-Garenne mort pour la France.

André Suchet nait le 3 mai 1910 à Lanié dans le département du Rhône. Ouvrier métallurgiste aux Chantiers Franco-Belge de Villeneuve-la-Garenne, membre du syndicat CGT, il s’engage dans la Résistance au sein du 1er groupe franc du Bataillon du Charolais des Forces Françaises de l’Intérieur, en Saône-et-Loire.

En juin 1944, les résistants de ce groupe reçoivent une information : un train blindé, chargé de munitions, doit passer sur la ligne Paray-le-Monial – Lyon. Ils décident de tendre une embuscade. Mais le train-blindé attendu n’est pas le bon : ce n’est pas un convoi de munitions qui arrive mais un convoi de soldats de la Wehrmacht. L’embuscade tourne au massacre : quatre résistants sont tués en combattant, d’autres le sont en tentant de s’échapper. D’autres encore sont rattrapés par les soldats allemands. Ils sont torturés puis fusillés dans les jours qui suivent.

 

André Suchet, blessé par éclats de grenades, meurt le 16 juin 1944 des suites de ses blessures. Il était père de deux enfants.

 

Discours du général de Lattre de Tassigny, le 8 juin 1947 à Beaubery (extraits) :

« Quand l'Histoire dressera le bilan consciencieux des faits d'Armes accomplis dans toute la France par nos maquisards, elle placera ceux de la Région du Charolais parmi les premiers et parmi les meilleurs.

Pour organiser leur action, les patriotes n'y ont pas attendu d'être soulevés par le grand élan général qui secoua tout notre Pays, voici exactement trois ans, à l'annonce du débarquement allié sur les côtes de Normandie. C'est dès le lendemain de l'occupation de la Zone Sud que les meilleurs d'entre eux commencèrent à mener une action clandestine qui, en dépit des périls et des deuils, ne cessa de s'amplifier jusqu'à l'heure de la Libération et de la Victoire.

Mais il ne suffisait pas à ces maquisards de savoir leur région débarrassée du joug ennemi. La libération dont ils avaient rêvé dans la longue et meurtrière attente, ce n'était pas seulement la libération de leurs villages et de leurs bourgs. Le Charolais a chassé l'Allemand. Le Bataillon du Charolais va le poursuivre.

Il prend contact avec des éléments de la 1ère Armée Française et demande à lui être rattaché. Ses hommes, aux côtés de la 1ère Division Blindée, puis dans les rangs de la 2e Division d'Infanterie Marocaine, rivalisent d'ardeur jusqu'au jour où, donnant une nouvelle vie au 10e d'Infanterie de la 14e Division de 1940. Ils vont en Allemagne même, au-delà du Rhin et du Danube, venger leurs Anciens submergés naguère après avoir dépensé un incomparable héroïsme et inscrit dans la gloire le nom de RETHEL ».

 

 

Sources :

  • Encyclopédie Wikipedia.
  • Encyclopédie Larousse.
  • Site de la ville de Villeneuve-la-Garenne.
  • Site Memorial GenWeb.
  • Informations complémentaires de M. Suchet, fils d’André Suchet.
  • Archives de Rhin et Danube.

 

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :