Charles Péguy.

Publié le 3 Août 2009


Copyright Assemblée Nationale.
 

Charles Péguy : « Le triomphe des démagogies est passager, mais les ruines sont éternelles ».

 

Jeunesse.

 

Charles Péguy nait à Orléans en 1873. Son père meurt quelques mois plus tard. Le jeune Charles entre en 1880 à l’école annexe de l’Ecole Normale d’Orléans puis fait des études secondaires brillantes au lycée d’Orléans. Il effectue son service militaire au 131ème R.I., puis il finit, après deux échecs, par entrer à l’Ecole Normale Supérieure toujours à Orléans. Charles Péguy est aussi titulaire d’une licence ès lettres (philosophie).

 

Avec son ami André Bourgeois, il loue un appartement et passe ses loisirs à s’intéresser à Jeanne d’Arc.

 

Le Dreyfusard.

 

Mais, jeune adulte, Charles Péguy devient un anticlérical convaincu. Dreyfusard, il défend le capitaine injustement accusé. Il fonde également un groupe socialiste et s’oppose aux partisans de Jules Guesde et leur « socialisme collectiviste ». Longtemps, il soutient Jean Jaurès. Il lance, pour promouvoir ses idées et ses premières œuvres une revue : les Cahiers de la quinzaine. Celle-ci n’atteindra en tirage jamais plus de deux mille exemplaires et finira par être un échec.

 

En 1897, il épouse Charlotte Baudouin avec qui il aura quatre enfants : Marcel (1890) ; Germaine (1901), Pierre (1903) puis Charles-Pierre, enfant posthume né en 1915.

 

 

Le mystique.

 

Vers les années 1907 et 1908, il revient à la religion catholique et peu à peu tombe dans un mysticisme sincère et affiché. En 1910, il fait paraître le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Il ne manque jamais de montrer en public ses retrouvailles avec la foi. En 1911, il reçoit le prix Estrade-Delcros de l’Académie française. En 1912 et en 1914, il fait le pèlerinage de Chartres, accompagné jusqu’à Dourdan par Alain-Fournier. Parallèlement, il expose dans plusieurs articles et récits son refus du modernisme.

 

« Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,

Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre. [...]

Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles,

Couchés dessus le sol à la face de Dieu [...]

Heureux les épis murs et les blés moissonnés. »

 

En 1913, la famille s’installe à Bourg la Reine pour permettre au fils aîné de suivre ses études.

 

 

Œuvres.

 

Ecrivain prolifique, parmi ses œuvres restées célèbres, on peut citer : Jeanne d'Arc, 1897 ; De la raison, 1901 ; Notre Patrie, 1905 ; Notre jeunesse, 1910 ; Victor-Marie, Comte Hugo, 1910 ; Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc, 1910 ; Le Porche du Mystère de la deuxième vertu, 1912 ; Le Mystère des Saints Innocents, 1912 ; L'Argent, 1913 ; La Tapisserie de Sainte Geneviève et de Jeanne d'Arc, 1913 ; La Tapisserie de Notre-Dame, 1913 ; Ève, 1913 ; Note sur M. Bergson et la philosophie bergsonienne, 1914.

 

La mort.

 

Fervent patriote, Charles Péguy est nommé lieutenant de réserve au 276ème Régiment d’Infanterie en septembre 1905. Grâce aux travaux du Service historique de la Défense, voici un extrait du Journal du 276ème Régiment d’Infanterie :

 

« La 55ème Division se porte en deux colonnes dans la direction de l’Est. La 110ème Brigade forme la colonne de gauche, le 276ème en avant-garde, dans l’ordre suivant : 6ème bataillon, groupe du 13ème d’artillerie. Itinéraire : Moussy-le-Vieux, Thieux, Nantouillet, Plessis-Lévêque. Arrivé à 1.500 mètres à l’Est de Nantouillet, le lieutenant-colonel détache la 24ème compagnie (lieutenant Jaconcet) pour couvrir le flanc gauche de la colonne dans la direction de Saint-Soupplets et reconnaître les lisières du bois de Tillières. Cette compagnie est contrainte, en cours de route, de détacher un peloton en soutien d’artillerie et ne pourra envoyer par suite qu’une force insuffisante dans le bois.

 

La tête de colonne arrivait à 12h à hauteur de Plessis-Lévêque, où le 276ème devait cantonner. A ce moment, quelques dragons, débris d’un peloton du 23ème, revenaient ventre à terre sur l’avant-garde. Quelques minutes après, des obus, dont le tir était mal réglé, tombaient sur le 6ème bataillon et les batteries du 13ème, qui commençaient à former le parc.

 

Le 6ème bataillon se mit à l’abri des maisons de Plessis-Lévêque. La 21ème compagnie (lieutenant Truillet), reçoit l’ordre de se glisser par petits paquets, dans le bois de Tillières et de le nettoyer jusqu’à sa corne Est. Le mouvement s’opère très lentement à cause de la canonnade très nourrie. Néanmoins la compagnie arrive à pénétrer dans le bois, qui est faiblement occupé. Elle arrive avec ses premiers éléments à la corne Est, mais elle tombe sous des feux nourris d’infanterie. Le capitaine Truillet et l’adjudant-chef Mouty sont blessés et la compagnie conduite par ce dernier, qui n’accuse sa blessure qu’après avoir mis ses hommes à l’abri, reflue en arrière dans le bois, qu’elle ne quitte pas.

 

A 17 heures, le lieutenant-colonel est avisé de l’échec de cette tentative. A ce moment, le feu de l’ennemi s’est sensiblement ralenti. Ordre est donné à la 22ème compagnie (capitaine Dessat) de se porter dans le bois, de rallier les éléments de la 21ème compagnie, et de dégager ce bois, qui était une menace pour notre flanc gauche. Le capitaine Dessat réussit dans sa mission, arrive, à la nuit tombante, à la corne Est du bois, mais tombe dans un guet-apens et est littéralement assassiné par les Allemands, qui, dès les premiers coups de feu, avaient criés : « Ne tirez pas, nous sommes amis ! ». La pénombre avait permis de faire, pour un instant, prendre l’ennemi pour des Anglais ou des Marocains, que l’on savait à proximité.

 

Les hommes des deux compagnies se trouvant sans chef, rentrèrent par petits groupes à Plessis-Lévêque.

 

Le 5ème bataillon était, de son côté, employé d’abord à soutenir l’artillerie, puis à appuyer une attaque de tirailleurs marocains entre Penchard et Villeroy. Le bataillon, lancé à l’attaque sans préparation suffisante de l’artillerie, déploya successivement ses compagnies, mais sa marche en avant fut bientôt brisée, les capitaines Guérin et Hugin, les lieutenants de la Cornillière, Péguy, furent tués, un grand nombre d’homme fut mis hors de combat, et les unités désorganisées furent ralliées sur la 17ème compagnie à peu près intacte. Le 5ème bataillon cantonna à Villeroy.

 

La journée du 5 septembre avait coûté au régiment : 27 tués dont 5 officiers ; 135 blessés dont 2 officiers ; 300 disparus.

 

Le régiment a rassemblé ses divers éléments à 8h. L’ennemi a évacué les positions de Monthyon ».