Für Frankreich !

Publié le 2 Octobre 2010

 

Legion

 

 

A bien regarder les monuments aux morts du département des Hauts-de-Seine – mais il doit en être de même dans de nombreux endroits – certains noms, parmi les combattants morts en Indochine et/ou en Algérie, ont des consonances germaniques !

 

C’est le cas à Asnières-sur-Seine pour Alexander Schneider. Né le 3 juin 1931 à Alhbert en Allemagne, engagé au 3ème REI, il meurt 21 ans plus tard, de maladie, à l’hôpital Calbairac d’Hanoi ; ou bien à Courbevoie, où le nom de Walfried Anton Erich Pospiech est inscrit. Né le 24 août 1927 à Berlin, 1ère classe au mythique 1er BEP, il meurt en captivité en juin 1954.

 

Il est difficile d’imaginer que ces deux jeunes Allemands aient pu appartenir à la Wehrmacht ou à la Waffen SS car en 1945, ils étaient âgés de 14 et 18 ans. Peut-être se sont-ils tout simplement engagés à Sidi-Bel-Abbès, en Algérie, et alors siège de la Légion étrangère. Ceci étant dit, pendant la bataille de Normandie, en 1944, la 12ème Panzerdivision SS Hitlerjugend était composée de jeunes garçons dont les âges s’étalaient entre 16 et 18 ans !

 

Quoiqu’il en soit, après la Seconde Guerre mondiale, jamais la Légion n’avait autant connu d’engagés d’outre-Rhin.

 

 

A la Légion.

 

Créée par ordonnance le 9 mars 1831 par le roi Louis-Philippe, sur proposition du maréchal Soult, la Légion étrangère a pour but de rassembler tous les corps d’étrangers présents dans l’Armée française : qu’il s’agisse des Gardes suisses, ou les différentes nationalités des fantassins du Régiment de Hohenlohe.

 

Les rassembler et aussi jeter comme une sorte d’absolution sur le passé parfois tumultueux de ceux qui signent. D’ailleurs, même si les conditions d’engagement ont évolué, aujourd’hui encore le portail de la Légion étrangère indique : « Quelles que soient votre origine, votre religion, votre nationalité, quels que soient vos diplômes et niveau scolaire, quelle que soit votre situation familiale ou professionnelle, la Légion étrangère vous offre une nouvelle chance pour une nouvelle vie... ».

 

Une remarquable étude sur plus de 600.000 engagés, ayant servis entre 1831 et 1961, montre que la nationalité la plus représentée est l’Allemagne, avec 210.000 légionnaires, très largement devant l’Italie (60.000), la Belgique, l’Espagne, la France, la Suisse et la Pologne. Il est clair que les engagements sont totalement liés aux événements du moment : ainsi, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux Allemands viennent frapper aux portes des bureaux de recrutement : passé à faire oublier, ou à effacer de sa mémoire, retour sur le sol natal impossible, anéantissement des familles d’origine (…). Parmi ces engagés, figurent aussi de jeunes gens – et de moins jeunes – issus de la Wehrmacht ou de la Waffen SS.

 

En Indochine.

 

Dans son livre Par le sang versé (Ed. Perrin), Paul Bonnecarrère explique le cas de nombreux Allemands au sein du 3ème Régiment Etranger d’Infanterie pendant la guerre d’Indochine (formé à l’époque de 33% d’Allemands) :

 

  • - « Krugger est un ex-lieutenant de la Wehrmacht. Croix de fer. Multiple citations. Evadé d’un camp de prisonniers américain de la région de Munich l’année dernière. A gagné l’Algérie par l’Autriche, l’Italie, la Tunisie, apparemment seul ».
  • - « Ruhmkorft, ancien adjudant de la Wehrmacht, Kalish, qui combattit dans les rangs de l’Africa Korps, et fut l’ordonnance du maréchal Rommel ».
  • - « Wolfram, ex-capitaine SS ».
  • - « Hoffmann, légionnaire de 2ème classe (il a toujours refusé de participer à un peloton d’avancement), est pourtant une des personnalités du 3ème Etranger. Nul n’ignore au bataillon son identité réelle : Karl von der Heyden. Ex-plus jeune capitaine de la Luftwaffe. Croix de fer à 24 ans. Multiple citations. Une vingtaine de victoires aériennes. L’hebdomadaire Der Adler lui consacra en 1943 sa couverture et plusieurs pages. C’est un véritable héros national que tous les Allemands du régiment connaissent et vénèrent ».

 

Mais il arrive que les Allemands – comme d’autres soldats d’autres nationalités – désertent les rangs de la Légion étrangère et espèrent trouver leur salut dans leur ralliement au Vietminh et aux idées communistes.

 

Dans son livre, La guerre en Indochine (Ed. Perrin), Georges Fleury raconte comment des légionnaires allemands quittent leurs régiments pour s’engager dans des bataillons de l’armée du général Giap. Pendant un temps, les communistes vont même jusqu’à composer des unités formées seulement de déserteurs. Parmi toutes les explications de la déroute du Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient (CEFEO), à l’occasion de l’abandon des postes de la Route Coloniale n°4 et de la ville de Cao-Bang, événement connu sous le nom du « désastre de la RC4 » (octobre 1950), l’une tient justement dans la remarquable tactique employée par les troupes du Vietminh. Aujourd’hui, il est admis qu’un rôle non négligeable fut joué par de nombreux légionnaires déserteurs.

 

Pour valeur d’exemple, certains légionnaires allemands seront d’ailleurs rapatriés par la Chine et la Russie – sorte d’internationale du communisme – pour retrouver leur terre natale, du moins celle de l’Allemagne de l’Est.

 

 

En Algérie.

 

En Algérie aussi, au sein des régiments de la Légion étrangère, des Allemands participent aux « opérations de maintien de l’ordre ». Beaucoup sont restés depuis la guerre d’Indochine. Il suffit de demander aux anciens combattants : ils sont nombreux à avoir connus quelques-uns de ces soldats aguerris. « Après nous être foutus sur la figure pendant des années, voilà qu’on faisait copain-copain pour aller tirer des fellaghas » ajoute l’un.

 

Colonel Richard Marillier, alors capitaine du commando L133 : « En 1956, je fus rappelé et j’obtins le commandement de la 8 compagnie du 2/44 RI. Puis le colonel me confia la 6 et la 10. Après, je participai à la création des commandos V48 puis L133. Je me souviens d’un Allemand, du nom de Krauss. Il était à la 23ème compagnie portée de la Légion sous les ordres du capitaine Camelin. Il était sergent-chef. On avait fait des opérations ensemble. C’était au moment où j’avais été hébergé à la Légion, à Bir-el-Ater. Cela devait se passer entre le 15 juillet et le 2 août 1956. Ils étaient trois sous-off allemands : Krauss, Schartk et Hartig. Krauss me raconta son histoire et il termina ainsi : « J’ai suffisamment fait de mal à la France pour avoir le droit de mourir pour elle ». Deux jours plus tard, ses compagnons d’armes m’apprirent qu’il était mort au combat. »

 

 

 

Sources :

 

 

- Entretien avec le colonel Richard Marillier (août 2009), capitaine en Algérie.

- Entretiens avec Giacomo Signoroni (2009-2010), adjudant-chef à la 13eme DBLE, en Indochine.

- Entretiens (2008-2010) avec André Labour, officier au 2ème REC, en Algérie.

- Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.

- Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

- Erwan Bergot, La Légion au combat. De la Grande Guerre à nos jours, LGF, 1995.

- Georges Blond : La Légion étrangère, Stock, 1964.

- Paul Bonnecarrère, Par le sang versé, Perrin, 1968.

- Georges Fleury, La guerre en Indochine, Perrin, 1994.

- Pierre Montagnon, Histoire de la Légion de 1831 a nos jours, Pygmalion, 1999.

- Pierre Montagnon, Légionnaires d'hier et d'aujourd'hui, Pygmalion, 2006.

- Étienne de Montety, Des hommes irréguliers, Perrin, 2006.

- Douglas Porch, La Légion étrangère 1831-1962, Fayard, 1994.

- Pierre Sergent, Je ne regrette rien, Fayard, 1975.

 

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - Indochine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :