"Sortie en Artois", par Matthieu Starynkevitch, de Bourg-la-Reine.

Publié le 18 Avril 2010

Le collège Evariste Galois, de Bourg-la-Reine, où Matthieu Starynkevitch est élève de 5ème, a organisé au mois de février 2010, en collaboration avec le Souvenir Français, dont Monsieur Claude Pocholle est le président, un voyage en Artois. Voici le récit du jeune Matthieu.

 

ND de Lorette - Bombardements

Notre Dame de Lorette sous les bombardements par François Flameng.

 

« Hier, nous sommes allés voir différents lieux de la Grande guerre (1914/1918), tous en rapport avec la bataille de l'Artois qui a eu lieu en avril 1916.

 

Nous avons commencé par nous rendre à  la carrière Wellington ; les aménagements permettant au grand public d'y accéder sont très récents (mars 2009). La guide nous a expliqué que ce sont des anciennes carrières de craie du Moyen-âge récupérées et aménagées par les britanniques. Les nombreuses galeries sont reliées entres elles par des tunnels creusés par des sapeurs néo-zélandais, dès octobre 1914. Il y a des indications de l'époque sur les murs permettant de ne pas se perdre. Il y avait deux grands réseaux de carrières dans lesquels 24.000 hommes ont attendu des jours durant, avant de partir à l’assaut pour une diversion que voulait être la bataille de l'Artois pour faciliter l’assaut principal : le Chemin des Dames. Mais les combats furent des hécatombes, la moitié des britanniques provenant des carrières fut décimés. Il faisait un froid terrible au moment de la bataille et les soldats devaient enlever leurs manteaux pour courir plus vite. Les conditions étaient donc épouvantables mais les carrières étaient plus confortables que les tranchées, car mieux aménagées et à l’abri des bombardements.

 

Puis nous sommes allés pour nous recueillir au cimetière militaire français de  Notre Dame de Lorette où plus de 40 000 hommes sont enterrés : 20 000 dans des tombes identifiées, et 20 000 autres dans des fosses communes, dans la mesure où on ne pouvait pas les reconnaître. Il y a aussi une grande nécropole. Devant l’ossuaire, nous avons participé à une cérémonie du souvenir, étant venus avec nos instruments de musique et ayant entonné la Marseillaise et l’Hymne européen. Plusieurs présidents d’anciens combattants et deux porte-drapeaux nous accompagnaient. Monsieur Dominique Robillard, Maire de Ablain Saint Nazaire (62) et notre Maire, Jean-Noël Chevreau nous ont rappelé l’histoire de ce site, la bravoure des soldats qui l’ont défendu, et les raisons de ce vaste cimetière.

 

Puis nous sommes allés à Vimy, terre française donnée aux canadiens ou il y a les tranchées d'origine et, ce qui était une plaine jadis, est parsemé de cratère d'obus et de mines. Il y a aussi un mémorial immense de 4 000 tonnes de pierres, venant de Yougoslavie (souvenir de Sarajevo), construit par les Canadiens, en souvenir des combats acharnés pour prendre cette colline et pour s’y maintenir.

 

Nous remercions mille fois la Mairie, les Anciens Combattants, Madame Odile Giraud-Péguy, petite-fille de Charles Péguy, qui nous accompagnaient, et le Souvenir Français qui nous avait aidé à organiser cette sortie ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :