Sous-lieutenant Bourguignon, alias Bob !

Publié le 16 Septembre 2012

 

Mont Valerien - 11-2008-Lysiane Tellier

Mont Valérien – Novembre 2008 : Monsieur Roger Karoutchi, alors ministre en charge des Relations avec le Parlement, Monsieur le préfet des Hauts-de-Seine et Madame Lysiane Tellier.

 

Le conseil d’administration départemental de l’Union Nationale des Combattants s’est réuni le jeudi 5 avril 2012. A cette occasion, le président Joseph Muller a tenu à rendre hommage à Madame Lysiane Tellier, pour son travail au sein de l’UNC 92 – et du Souvenir Français de Bourg-la-Reine – et son passé de résistante :

 

« Permettez-moi de vous présenter quelqu’un que vous ne connaissez pas. Il s’agit du sous-lieutenant Bourguignon, alias Bob dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI). Le sous-lieutenant Bourguignon est officier de la Légion d’honneur, médaillé militaire, croix de guerre 1939-1945 et médaillé de la Résistance française.

 

Fin 1942, Bob établit des contacts avec le créateur du maquis Lagardère qui était son professeur d’escrime puis avec le commissariat de Châtellerault qui fabriquait de faux-papiers d’identité pour les réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO). Il est chargé du renseignement et est agent de liaison entre les groupes de résistants. Bob effectue les franchissements de la ligne de démarcation dans la Vienne, vers Chausigny, afin de conduire les jeunes dans les forêts de l’Indre sous le prétexte fallacieux de fabriquer des charbons de bois. Il contrôle et ravitaille ces groupes en vue de former le maquis.

 

Début 1944, Bob prend contact dans l’Indre avec un officier de l’armée de l’Air recherché par la milice. Il lui fait passer la ligne de démarcation pour le faire rentrer en zone occupée où il sera caché chez les parents de Bob jusqu’au Débarquement ! Ensemble, ils rejoindront le maquis appelé Chouan. Dans ce maquis, le sous-lieutenant Bob s’investit dans l’organisation et les liaisons. Il participe aux combats de Coussay-les-Bois, Lussac-les-Châteaux et Chausigny en s’occupant des blessés. Le 25 juillet 1944, sous le feu violent de l’ennemi, il réussit à évacuer les blessés graves, en particulier le lieutenant commandant le maquis. Cela vaut au sous-lieutenant Bourguignon une citation à l’ordre de la division avec attribution de la croix de guerre 1939-1945. Il lui revient en pénible obligation de prévenir du décès de leurs proches, les familles des tués au combat.

 

Malgré la libération d’une grande partie du territoire, des poches de résistances allemandes subsistent dans plusieurs endroits. Bob part avec son groupe combattre sur le front de Saint-Nazaire jusqu’à la fin de la guerre. Il obtiendra la médaille de la Résistance française en 1946 et travaillera au 5ème bureau du ministère de la Guerre. Malheureusement, suite à la vie dans le maquis, ses poumons ont été atteints et il est opéré d’un pneumothorax et passe deux ans en sanatorium suivis d’une mise en congés maladie jusqu’en 1952 et d’une retraite anticipée avec pension militaire d’invalidité.

 

Je tenais, en ce jour, à vous présenter le sous-lieutenant Bourguignon, alias Bob, qui n’est autre que notre présidente d’honneur de l’UNC 92 : Lysiane Tellier et qui a été notre présidente départementale d’octobre 1998 à aujourd’hui. Sa modestie et sa pudeur lui ont interdit de vous communiquer durant 14 ans cette période de sa vie que je viens de vous révéler. »

 

 

 

Sources :

La Voix du Combattant – Numéro 1776 – Juillet et Août 2012.

 

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :