"The Bodyguard operations".

Publié le 11 Juin 2011

 

 

Teheran conference1943 thumb

 

 

Staline, Roosevelt et Churchill à la conférence de Téhéran en 1943.

 

L’aviateur allié.

 

L’imagerie populaire et le cinéma montrent, où montraient dans les années 60 et 70, l’aviateur allié de la Seconde Guerre mondiale comme un beau garçon venant en France pour sauver le pays… et accessoirement séduire les jeunes femmes. C’est bien connu, les meilleures femmes dans le monde étant les Françaises ! Rappelons le fringuant britannique appelant Bourvil « joli-papa » après avoir laissé le plus beau des souvenirs à sa fille. Rappelons-nous « Big-moustache » et ses acolytes dans « La grande vadrouille ». L’aviateur-séducteur a encore de beau jours devant lui, n’en doutons pas. Il n’en demeure pas moins vrai que la réalité a certainement été faite de ce genre d’aventures, mais aussi que certains carrés militaires des Hauts-de-Seine en racontent des moins drôles.

 

C’est le cas à Clichy-Nord où la majeure partie des sépultures des soldats du Commonwealth concernent des pilotes, des mécaniciens, des navigateurs, des radios ou encore des mitrailleurs (il y a là des Australiens, des Canadiens, un Néo-zélandais et des Britanniques). C’est le cas également à Clamart où se situe la tombe de Ronald Frederick Howell, sergeant à la Royal Air Force, Squadron 640. Son avion est abattu le 25 juillet 1944, alors qu’il est mitrailleur à bord d’un bombardier Handley Page Halifax, et qu’il est en mission de bombardement sur la ville de Stuttgart en Allemagne. Les autres membres de l’équipage réussissent à se sortir vivant de l’accident mais ils sont faits prisonniers. Certains parviennent à s’échapper. Une plaque porte l’inscription suivante : « In Memory of Ronald Frederick, english aviator, who died for France, 25 juillet 1944. This tablet is erected by a Norwegian lady in sympathy – R.I.P.”.

 

A Clamart, une autre stèle a été érigée à la mémoire d’aviateurs alliés. Elle se trouve dans le bois au lieu-dit de la Croix Blanche, et rassemble les restes de quatre Américains, membres de l’U.S.A.A.F. (United States Army Air Force), 418th Squadron, 100th bomb groupe. Il s’agit de Alf Aske, second lieutenant, Gordon E. Davis, second lieutenant, Stuart R. Allison, technical sergeant, Robert F. Williams, technical sergeant. Leur avion est abattu le 11 août 1944, alors qu’ils œuvrent dans le cadre de l’opération Royal Flush de destruction de l’aérodrome de Villacoublay. Cette opération est l’une des multitudes missions liées à l’opération d’envergure Bodyguard.

 

 

L’opération Bodyguard.

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la guerre menée par les services secrets a été considérable et elle s’est notamment illustrée à l’occasion d’une opération particulière : Bodyguard. Ce nom provient d’un discours de Winston Churchill : « In wartime, truth is so precious that she should always be attented by a bodyguard of lies”, ce qui peut, approximativement se traduire par : “En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle devrait toujours être protégée (par un garde-du-corps) par des mensonges ».

 

De fait, Bodyguard a un double objectif : apporter de fausses informations au Reich allemand, et une fois que les faits sont avérés, leur faire croire qu’ils vont se dérouler autrement. Et Bodyguard est un ensemble qui regroupe les opérations suivantes :

 

  • - Fortitude : dissimuler aux Allemands que le débarquement des Alliés se déroulera en Normandie ; puis, une fois qu’il est réalisé, réaliser des diversions afin d’empêcher l’acheminement de troupes vers la zone des combats.
  • - Fortitude Nord : présenter le château d’Edimbourg – y compris dans la presse – pour l’état-major d’une armée alliée, fantôme, s’apprêtant à organiser un débarquement en Norvège avec l’aide de l’Armée rouge. Ainsi, l’armée allemande va laisser stationner 17 divisions en Norvège et au Danemark, alors que la bataille principale vient de commencer en Normandie.
  • - Copperhead (« tête de cuivre ») : faire passer un acteur australien, Mr Clifton-James, pour le général britannique Montgomery et l’envoyer à Gibraltar et en Afrique du Nord pour intoxiquer l’ennemi en annonçant un débarquement imminent dans le sud de la France. Le plan marchera parfaitement puisque, évoquant le « plan 303 », l’acteur jettera le désarroi sur les services germaniques qui chercheront pendant des semaines ce que signifie ce plan.
  • - Quicksilver : principe identique d’une armée fantôme, américaine, avec le général Patton à sa tête.
  • - Mincemeat (« chair à pâté ») : en 1943, une fois la campagne d’Afrique du Nord terminée, l’objectif pour les Alliés est la Sicile, puis l’Europe continentale via l’Italie. Mais comment faire en sorte que les Allemands aient de fausses informations ? Les Britanniques optent alors pour une mission audacieuse. Ils récupèrent le cadavre d’un homme, lui place toute une série de documents privés (clés, photos personnelles, lettres d’amour…) et de faux documents officiels tendant à prouver que deux attaques en préparation : la première sur la Sardaigne puis sur la Corse ; la seconde sur la Grèce puis les Balkans. Ce plan marchera puisque le débarquement en Sicile ne sera pas des plus meurtriers.

 

Ainsi avec ces opérations, mais au prix du sacrifice de quelques-uns, des dizaines de milliers de vies, peut-être des centaines de milliers, ont été épargnées à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et Churchill a ajouté : « Il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire ».

 

 

 

Sources :

 

- www.wikipedia.org

- www.evene.fr

- www.dday-overlord.com

- Anthony C. Borwn, Bodyguard of Lies, harper and Row.

- Donald C. Daniel, Strategic Military Deception, Pergamon Press.

- Major Jon S. Wendell, Strategic Deception Behind the Normandy Invasion, Air Force United States.

- François Bédarida, Churchill, Fayard.

 

 

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :