Publié le 27 Octobre 2015

Commémorations de novembre.

Mois de novembre chargé pour le Souvenir Français !

  • Le samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre, quête du Souvenir Français dans une grande majorité des communes du département. Nous comptons sur votre générosité. L’argent, vous le savez, servant à l’entretien des tombes de celles et ceux qui sont morts pour la France. Merci par avance.
  • Le mardi 10 novembre, dans plusieurs communes du département, à l’initiative du Souvenir Français, remise de la Flamme et opération « Les Flammes de la Mémoire » qui consiste à déposer des bougies sur le monument aux morts.
  • Le mercredi 11 novembre : commémoration de l’armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale.

Une dernière information : nous avons appris avec beaucoup de tristesse la disparition de Michel Detroit qui fut pendant de nombreuses années le porte-drapeau de l’UNC-AFN de La Garenne-Colombes.

La Délégation du Souvenir Français des Hauts-de-Seine présente toutes ses sincères condoléances à ses proches ainsi qu’à toute l’équipe si dynamique des associations patriotiques de La Garenne.

Lire la suite

Publié le 14 Octobre 2015

Commémoration de la Libération de Paris à La Garenne-Colombes.

Le mardi 25 août, à 18 h 30, par un temps agréable, de nombreux Garennoises et Garennois se sont réunis au rond-point du Souvenir-Français devant la stèle du Général Leclerc, maréchal de France. Un cortège les a rejoints depuis l’Hôtel de Ville.

Il était composé d’un détachement d’honneur autour du fanion du 1er Régiment de Marche des Spahis marocains, conduit par Michel Dupuis, président, et Guy Thévenon, président d’honneur, de quatre jeunes porte-drapeaux Océane et Clara Croquette ainsi qu'Adrien et William Champagne, petits-fils de Françoise Grenneron, et dix-huit drapeaux des associations patriotiques; pour Courbevoie : Alexis Favarel, René Danou et Tahar Rouabah et pour La Garenne : Claudine Dugué, Pierre Bessière, Pierre Cavy, Michel Colin, Jacques Coulomb, Michel Détroit, Jean-Louis Dugué, Claude Durand, Michel Durand, Jean-Claude Fleury, Michel Krieff, Jean-Claude Lavrut, Jean Rabia, Bernard Vaudin et Alain Wagner, de plusieurs adjoints au maire, de conseillers municipaux et d’une délégation de Courbevoie.

La police municipale de La Garenne était représentée par Philippe Bernard, brigadier-chef principal, Jean-Luc Sourdet, brigadier, et Natacha Longaven, Matthieu Donzaslski et Jean-Michel Rasumny, gardiens de police municipale. Enfin, le capitaine Florent Chalmandier et le caporal Chef Olivier Vinot, de l’état-major du 3e groupement de Sapeurs-Pompiers de Paris, ainsi que le commandant Lucien Monera, chef de la circonscription de la Sécurité publique de La Garenne-Colombes, et Hervé Fontaine, gardien de la Paix, participaient à cette cérémonie. Nous avons regretté l'absence de Rolande et Maxime Raffestin, trésorière et vice-président de l’amicale des Anciens de la 1re Armée française Rhin-Danube, empêchés.

Caroline Bordet, conseiller municipal, a donné lecture avec coeur du discours prononcé par le Général De Gaulle à l’Hôtel de Ville de Paris le 25 août 1944. Puis, Jean-Pierre Butet, syndic du Conseil municipal, invita les personnalités suivantes à déposer des fleurs :

  • Yves Perrée, Premier adjoint au maire délégué aux Associations patriotiques,
  • Jean-Pierre Hervo, adjoint au maire, et Pierre Lucas, président du Comité d’Entente des Associations patriotiques,
  • Robert Duval, vice-président du Comité d’Entente des Associations patriotiques, président du Comité local du Souvenir-Français,
  • Sylvianne Steinhof, présidente départementale des Amis de la Gendarmerie 92, et Claude Véron, présidente de la 626e section des Médaillés militaires de Courbevoie-La Garenne,
  • Arthur Saint-Gabriel, conseiller municipal de Courbevoie, délégué à la gestion des dossiers militaires des anciens combattants et aux affaires militaires, représentant Jacques Kossowski, député, maire de Courbevoie,
  • Daniel Foucard, président du Comité d’Entente des Associations patriotiques de Courbevoie, et Jean-Loup Martin, président du comité garennois de la SMLH.

Sonnerie aux Morts, minute de silence terminée par ‘’La Marseillaise’’. Ensuite, la musique a interprété ‘’Le Chant des Partisans’’.

La cérémonie s’acheva, au son de ‘’La Marche des soldats’’, puis de ‘’La Marche de la 2e DB’’, par les remerciements des personnalités qui avaient déposé des fleurs aux porte-drapeaux.

Jean-Pierre Butet invita les participants à se rendre à l’Hôtel de Ville où un vin d’honneur était offert. Yves Perrée, a demandé d’excuser l’absence de Philippe Juvin, maire de La Garenne, et a remercié tous les participants en particulier les quatre jeunes porte-drapeaux. En présentant les retombées nationales de la Libération de Paris, puis en évoquant les grands moments de l'épopée de la 2e DB et les différentes phases de la signature de la paix, il a démontré que la France était de retour parmi les vainqueurs. Enfin, sur l’invitation d’Yves Perrée, les participants ont partagé le verre de l’amitié.

Pierre Lucas

Président du Comité d’Entente des Associations Patriotiques de La Garenne-Colombes.

Lire la suite

Publié le 14 Octobre 2015

Un Comité à Vanves.

Le Comité d'Issy-les-Moulineaux annonce la création d'une section pour la commune de Vanves. Celle-ci est présidée par Monsieur Jacques Landois, ancien maire-adjoint en charge des anciens combattants de la commune.

Et que vive Vanves!

Lire la suite

Publié le 14 Octobre 2015

Le Comité de Châtillon est reparti !

Sous la présidence du colonel Pierre Keraudren, le Comité de Châtillon renaît de ses cendres, tel le Phénix !

- Vice-Présidente : Madame Aliette Coutelle.

- Secrétaire : Monsieur Michel Foy.

- Trésorière : Madame Monique Judas.

Adresse : 41, rue de Malakoff 92320 Châtillon.

Lire la suite

Publié le 20 Septembre 2015

AG départementale : le 21 novembre 2015 à Saint-Cloud.

Notre assemblée se déroulera le samedi 21 novembre 2015 à Saint-Cloud où nous serons reçus par le président Jean-Claude Thomas et toute son équipe.

Voici le programme :

A partir de 8h30 : accueil.

9h00 : mise en place des porte-drapeaux et participants puis début de la séance de travail.

11h00 : fin de l’assemblée départementale.

11h20 : défilé ; cérémonie et dépôt de gerbes.

12h00 : départ pour le cimetière ; cérémonie sur place, dépôts de gerbes.

13h15 : vin d’honneur offert par le comité de Saint-Cloud suivi du repas de l’amitié servi dans la salle du Grand Livre.

Chaque président a reçu une invitation ; nous comptons vivement sur la participation, nombreuse, des membres de chaque comité de notre département.

Votre Délégué général,

André LABOUR.

Lire la suite

Publié le 6 Septembre 2015

Le Comité d'Asnières-Clichy en Normandie avec Léon Gautier.

Lors du voyage en Normandie du lundi 25 mai au vendredi 29 mai 2015, subventionné par le Souvenir Français, 49 élèves de 3e du collège Jean Macé de Clichy, partenaire depuis juin 2014 du Souvenir Français – Comité d'Asnières-Clichy –, ont rencontré Léon Gautier, vétéran du commando Kieffer qui leur a commenté la visite du musée du célèbre commando n°4. Un moment émouvant où la mémoire vivante du passé rencontre nos jeunes générations pour ne jamais oublier le sacrifice de nos glorieux anciens.

A l'issu de cette visite, ils ont participé à une cérémonie intégralement planifiée par les élèves avec le soutien de leurs professeurs dont M. Thierry Le Gac initiateur de ce projet, également secrétaire d'Asnières-Clichy du Souvenir Français. Cette cérémonie en présence du maire d’Ouistreham et de différents comités fut un moment émouvant et solennel de ce voyage.

Après le chant du départ, les discours dont celui des élèves et d'un appel aux morts des hommes de Kieffer tombés sur Ouistreham ce 6 juin 44, le dépôt de gerbe fut réalisé par 3 élèves accompagnés de M. Gautier et du Maire. La cérémonie fut conclue par 3 couplets de la Marseillaise.

A partir de la rentrée de Septembre 2015, le collège Jean Macé a décidé de poursuivre des actions autour du devoir de mémoire et des rituels républicains.

Retrouvez la vidéo de la cérémonie, https://youtu.be/uXbGc4EO_f8

Thierry LE GAC

Secrétaire – comité d’Asnières du Souvenir Français

 

 

Retrouvez nous sur notre blog souvenir-francais-asnieres.fr ou sur notre facebook http://facebook.com/souvenir.francais.asnieres

 

Lire la suite

Publié le 24 Août 2015

Les Compagnons de la Libération des Hauts-de-Seine : Jacques Baumel de Rueil-Malmaison.

Jeunesse à Marseille – La Résistance.

Fils de médecin, Jacques Baumel est né à Marseille le 6 mars 1918. Après des études au lycée Thiers, il entre à la faculté de médecine de Marseille. C’est alors qu’il est mobilisé, à la déclaration de la guerre, en tant que de médecin lieutenant auxiliaire. Il est affecté successivement à Montpellier et Toulon puis, après l’armistice, à un régiment de chasseurs près de Cannes.

Jacques Baumel tente de rejoindre Londres au cours de l’été 1940 et se fait engager comme médecin intérimaire de bord sur une compagnie maritime ce qui lui permet de gagner Alger. Ne trouvant pas de filière d’évasion, il rentre en France et décide d’y rester et d’agir sur place. Démobilisé début 1941, il reprend ses études de médecine à l’hôpital. Il fait la rencontre de Maurice Chevance et d’Henry Frenay, chef du Mouvement de Libération Nationale (MLN), futur mouvement Combat. Chargé de la diffusion du journal Vérités pour Marseille, il participe à la réunion constitutive de Combat pour la région R2 (Hautes-Alpes, Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches du Rhône, Gard et Vaucluse). Il est alors chargé de la branche ROP (Recrutement / Organisation / Propagande) pour la région sud-est aux côtés du responsable militaire Henri Aubry, avec Bertin (Maurice Chevance) comme chef de région et il entre au Comité directeur de Combat.

Se couvrant de ses fonctions médicales, il multiplie les contacts avec les groupes Combat de Nice, Toulon, d’Avignon, des Hautes Alpes et Basses Alpes. Il assiste, entre autres, à une réunion générale des responsables de toutes les régions de zone sud, à Yenne, en Savoie, convoquée pour coordonner l’action de Combat sur la zone sud. Au moment de l’occupation totale de la zone sud, Jacques Baumel est désigné comme secrétaire politique de Combat et, comme tel, est chargé des questions civiles et administratives. A ce titre, il voyage constamment pour rencontrer les responsables de Combat, pressentis pour de futurs postes administratifs.

Début 1943, au moment de la constitution des Mouvements Unis de la Résistance (MUR), fusion de Combat, Libération et Franc-Tireur, il est désigné comme secrétaire général des MUR et est chargé de mettre à exécution les décisions du Comité directeur qui se réunit clandestinement deux fois par semaine. Il a également la responsabilité de superviser les services généraux du Mouvement, c’est-à-dire le service trésorier, le service social, le service « faux-papiers » et les liaisons, ce qui l’amène à prendre des contacts étroits avec la délégation zone sud du Comité de Londres et notamment avec « Max » (Jean Moulin) et Pierre Lambert.

En août 1943, les MUR s’installant à Paris, il est désigné comme secrétaire du Comité directeur et chargé plus spécialement des contacts politiques avec les autres mouvements de Résistance et la délégation générale, ce qui l’amène à multiplier ses rendez-vous avec différentes personnalités du monde politique et résistant. A l’automne 1943, il est désigné par le délégué du CFLN, Jacques Bingen, au poste de secrétaire du Comité Central des Mouvements de Résistance, en remplacement du titulaire récemment arrêté.

Jacques Baumel créé alors un service de coordination et de liaison avec quelques collaborateurs, service chargé des relations entre les Mouvements de Résistance nord et sud et les Commissions spécialisées du Comité central, c’est-à-dire le CAD (Comité Anti-déportation) avec Yves Farge, le Commission Service de santé avec le professeur Vallery-Radot, la Commission Ravitaillement avec Minet, le Commission Noyautage des administrations publiques (NAP), etc. En 1944, il est l’élément de liaison entre le MLN (Mouvement de Libération Nationale qui a remplacé les MUR) dont il reste secrétaire du Comité directeur, et la délégation du gouvernement.

Quelques semaines avant le débarquement, Jacques Baumel est chargé d’accompagner l’exécutif zone sud du MLN en vue de mettre en état cette zone en cas de débarquement par le sud. Il parcourt alors diverses villes de zone sud (Toulouse) avec Pascal Copeau et Marcel Degliame (dit « Fouché »), puis, au moment de l’arrestation de « Reclus » (Jacques Bingen), délégué général, à la mi-mai 1944, il est chargé provisoirement de la délégation zone sud avec Pierre Lambert. Après la désignation par Londres du nouveau délégué général, Jacques Maillet, Jacques Baumel reste à Lyon jusqu’au débarquement en Provence au mois d’août 1944 pour assurer la liaison entre les mouvements de Résistance et la délégation. Il passe ensuite dans la zone contrôlée par le maquis et accompagne le délégué du gouvernement, Claude Serreulles à Clermont et à Limoges récemment libérées. Il gagne Paris au début septembre pour prendre le secrétariat du MLN. Nommé au Comité directeur du MLN, il est désigné comme secrétaire général le 13 novembre 1944.

Carrière politique nationale.

Après la Libération, Jacques Baumel entreprend une carrière politique. Membre de l’Assemblée consultative provisoire (1944-1945), il est élu député de la Moselle à la première Assemblée nationale constituante en 1945, puis député de la Creuse à la seconde Assemblée nationale constituante en 1946 ; il préside la groupe UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance – mouvement créé par René Pleven et François Mitterrand).

Le 10 novembre 1946, il n’est pas réélu dans la Creuse qui envoie à l’Assemblée nationale deux députés communistes et un député socialiste. La liste du Rassemblement des gauches qu’il conduit ne recueille que 16.096 voix sur 89.065 suffrages exprimés. Dès l’hiver 1946, Jacques Baumel entame avec Jacques Soustelle une campagne de recrutement parmi les gaullistes. Il contribue à ce que l’UDSR autorise ses membres à adhérer individuellement au RPF (Rassemblement du Peuple Français), fondé le 7 avril 1947 à Strasbourg. Adjoint de Jacques Soustelle, secrétaire général du RFP, il en est le délégué général pour la Région parisienne en 1950 et se consacre à l’organisation professionnelle et aux groupes sociaux. Secrétaire général du groupement des patrons intéressés par la réforme des relations dans l’entreprise, il mène aussi une activité de publiciste, dirigeant notamment l’hebdomadaire Terre des Hommes et le Panorama du Monde et des Sciences.

Sénateur de 1959 à 1967, il devient l’un des adjoints des secrétaires généraux de l’Union pour la Nouvelle République (UNR). Il se rend aux Etats-Unis pour suivre la campagne de John Fitzgerald Kennedy en 1960. Il accède au secrétariat général du mouvement gaulliste le 7 décembre 1962 après le succès remporté par l’UNR-UDT en novembre et assume cette fonction jusqu’au 19 janvier 1968 où il est remplacé par Robert Poujade (ce dernier est alors député de la Côte d’Or). Il est élu lors des neuf élections à l’Assemblée nationale dès 1967 et siège au Palais Bourbon jusqu’en 2002, tour à tour membre de l’Union pour une Nouvelle République (UNR), de l’Union pour la Défense de République (UDR) et du Rassemblement pour la République (RPR).

A Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine et en Europe !

Jacques Baumel est secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas du 20 juin 1969 au 5 juillet 1972. Maire de Rueil-Malmaison, « une ville de province aux portes de Paris » selon son expression, de 1971 à 2004, il est à l’origine de Rueil 2000 (aujourd’hui Rueil-sur-Seine – un des 12 villages de Rueil-Malmaison, comme Buzenval ou Les Coteaux). Il pratique une politique active dans tous les domaines, à commencer par celui des jumelages (19 en tout) et favorise l’implantation de sièges sociaux d’importantes entreprises (Heineken, Unilever, Astra Zeneca, Vinci…).

Il préside le Conseil général des Hauts-de-Seine pendant neuf ans de 1970 à 1973 puis de 1976 à 1982. Au niveau européen, il représente le Parlement français à l’Assemblée de l’Union de l’Europe occidentale et à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Jacques Baumel meurt le 17 février 2006 et repose au cimetière du petit village de Fourneville dans le Calvados.

Publications.

  • Une certaine idée de la France, éditions Vaugirard, 1985.
  • La France et sa Défense, éditions des Forges, 1994.
  • Résister, Histoire secrète des années d'occupation, Albin Michel, 1999.
  • De Gaulle, l'exil intérieur, Albin Michel, 2001.
  • La Liberté guidait nos pas, Plan, 2004.
  • La Libération de la France, édition l'Archipel, 2004.
  • Un tragique malentendu. De Gaulle et l'Algérie, Plon, 2006.

Décorations.

  • Compagnon de la Libération.
  • Officier dans l’ordre national de la Légion d’honneur.
  • Croix de Guerre 39-45.
  • Médaille de la Résistance.

Sources :

Musée de l’Ordre de la Libération et site : www.ordredelaliberation.fr

Encyclopédie Wikipédia.

Site du Sénat – www.senat.fr

Site de l’Assemblée nationale – www.assemblee-nationale.fr

Lire la suite

Publié le 26 Juillet 2015

Le Révérend Père Corentin Cloarec, mort pour la France.

Jeunesse – Etudes – Première Guerre mondiale.

Jean-Marie Cloarec nait le 30 mars 1894 à Saint-Sauveur dans le nord du Finistère, pays des Abers et de l’Iroise. Ses parents sont cultivateurs. Troisième enfant d’une fratrie de quatre, il fait des études secondaires au collège de Saint-Pol-de-Léon puis entre au grand séminaire de Quimper en octobre 1913.

Alors qu’il est toujours séminariste, Jean-Marie Cloarec est mobilisé en novembre 1914 et rejoint il rejoint le 118e RI. Il participe aux batailles sur la Somme puis en Champagne en 1915. C’est là qu’il est blessé, le 25 septembre 1915, à Perthes-les-Hurlus. Rétabli, il retourne au front en février 1916, alors que la bataille de Verdun fait rage. Porté disparu, il est en fait prisonnier des Allemands et emmené en Allemagne. Il restera détenu au camp de Rennbahn (près de Munster) jusqu’en 1918.

Retour au grand séminaire de Quimper.

En 1919, Jean-Marie Cloarec reprend ses études au grand séminaire de Quimper et demande à entrer dans l’ordre des Frères mineurs. Il devient alors Corentin Cloarec.

Il fait son noviciat au couvent d’Amiens puis rejoint le scolasticat de Mons-en-Barœul dans le Nord. Il est ordonné prêtre le 2 juillet 1925 à Notre Dame de Paris. Devenu le père Corentin Cloarec, il enseigne au petit séminaire de Fontenay-sous-Bois puis au couvent de Saint-Brieuc, entre 1927 et 1937. A cette date, il est rappelé à Paris pour être vicaire du couvent Saint-François de Paris et responsable régional du Tiers-ordre franciscain.

La Seconde Guerre mondiale.

Mobilisé en 1940, le père Cloarec est affecté à un dépôt à Brest. Il ne participe pas aux combats de la Campagne de France mais refusant d’être prisonnier des Allemands qui arrivent en Bretagne au cours de l’été 1940, il se réfugie au couvent Saint-François de Paris, rue Marie-Rose dans le 14e arrondissement.

Peu après son arrivée, il prend contact avec des groupes de résistants, et notamment le mouvement « Ceux de la Libération ». Il est également en contact avec des gendarmes pour obtenir des faux-papiers à celles et ceux qui le sollicitent pour partir en Espagne. Deux années plus tard, il commence sa collaboration avec le mouvement de résistance Vercingétorix. A cette occasion il retrouve l’un de ses anciens condisciples du dépôt de Brest, Yves Massié. Comme il retrouve également Jean Teissier de Marguerittes, franciscain, qu’il héberge en 1943 au couvent Saint-François de Paris.

L’endroit devient peu à peu le repère – le refuge – d’un bon nombre de résistants et les réunions permettent aux lieutenants FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) de la Région parisienne d’exposer et de partager les ordres reçus du colonel Henri Rol-Tanguy, chef des FFI pour toute l’Ile de France.

Mais des tels agissements, de telles réunions finissent pas être découverts par la Gestapo. Des membres des réseaux régulièrement reçus au couvent sont arrêtés et torturés par la police politique allemande. Le 28 juin 1944, celle-ci dépêche deux jeunes français dont la mission consiste à se rendre au couvent et rencontrer le père Cloarec. Se faisant passer pour des résistants, ils y sont reçus et, à peine le temps d’entamer la conversation, ils tirent sur le religieux.

Le père Cloarec est atteint de plusieurs balles. Il parvient à se refugier dans le cloître du couvent, mais poursuivi, il est de nouveau atteint de plusieurs balles. Transporté dans une clinique toute proche, le père Corentin Cloarec meurt en déclarant : J’offre ma vie pour mes frères et pour le pays.

Hommages.

Dès l’annonce de l’assassinat du père Cloarec, c’est la consternation. Près de 30.000 personnes défilent devant sa dépouille entre le 29 juin et le 3 juillet 1944, date des obsèques, présidées par un évêque auxiliaire de Paris, Monseigneur Touzé.

En août 1944, le conseil de Paris décide de baptiser « Père Corentin » la rue qui longe le couvent Saint-François de Paris. L’année suivante, les municipalités de Courbevoie et de Bois-Colombes baptisent elles-aussi des rues du nom du révérend père.

Le 28 juin 2014, en l’honneur du 70e anniversaire de sa mort, une conférence a été organisée au couvent Saint-François et un ouvrage a été publié aux Editions Franciscaines. Il s’intitule : Le Père Corentin – Franciscain et résistant ».

Sources :

Sites Wikipedia, Larousse.

Site de la Résistance en ligne : www.museedelaresistanceenligne.org

HJ Rochereau, Le Séminaire Notre Dame de la Merci, Paris, Tequi, 1919.

Archives de la ville de Courbevoie

Journal de Marche et des Opérations du 118e RI

Lire la suite

Publié le 26 Juillet 2015

Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard en action.
Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard en action.

Notre camarade et ami Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard vient d’être élevé à la dignité de chevalier dans l’Ordre du Mérite maritime, par Madame Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Ecologie.

La Délégation des Hauts-de-Seine du Souvenir Français lui adresse toutes ses félicitations.

Lire la suite

Publié le 27 Juin 2015

Conseil de guerre à Bir-Hakeim avant la bataille (Copyright ECPAD).

Conseil de guerre à Bir-Hakeim avant la bataille (Copyright ECPAD).

Biographie.

 

Emile Bellet est né le 20 juin 1911 à Boulogne d’un père mécanicien et d’une mère blanchisseuse.

Il s’engage dans l’armée, à Nevers, et choisi l’arme de l’infanterie de marine.

Il sert au 24e régiment d’infanterie coloniale (24e RIC) à Tripoli au moment de l’armistice de 1940. Le 27 juin, dès que le général Mittlehauser dépose les armes en Syrie, il refuse l’armistice et passe en Palestine avec le capitaine Folliot et les volontaires de sa compagnie, à l’aide de faux ordres de mission.

Rassemblée au camp de Moascar (Egypte), la compagnie Folliot, équipée et armée par les Anglais, est rejointe en juillet par les 350 hommes du 3e bataillon du 24e RIC emmenés par le capitaine Lorotte en provenance de Chypre. Ils forment ensemble le 1er Bataillon d’infanterie de marine, 1er BIM, première unité française libre à reprendre le combat.

Emile Bellet participe ainsi à la 1ère campagne de Libye avec les Britanniques contre les Italiens. Il est toujours volontaire pour les patrouilles de renseignements dans les lignes ennemies. Alors qu’il est détaché sous les ordres du sergent Delsol auprès de l’artillerie britannique, il parcourt, dans le cadre d’une mission, 25 km à pied dans la nuit pour chercher du secours pour ses camarades blessés dans un champ de mine.

Le 3 janvier 1941, il est blessé à l’attaque du camp d’aviation de Bardia. Dirigé sur un hôpital britannique, il rejoint son unité le 21 février 1941. Il prend part ensuite à la campagne de Syrie en juin 1941 puis, avec la 1ère Brigade française libre du général Koenig, à la campagne de Libye.

Au cours d’une mission de liaison près de Bir-Hakeim, Emile Bellet est mitraillé à bord de son véhicule par des avions ennemis et meurt de ses blessures à Bir-Hakeim le 13 avril 1942. Il est inhumé sur place. Après la guerre, son corps est transféré au cimetière de Tobrouk.

 

 

Décorations.

  • Compagnon de la Libération – décret du 7 mars 1941.
  • Croix de Guerre 39-45.

 

© Ordre de la Libération.

 

Source :

Musée de l’Ordre de la Libération et site : www.ordredelaliberation.fr

Lire la suite