Publié le 14 Février 2011

Déportés Nanterre

 

 

 

Commémoration du Souvenir Français et d’associations d’anciens combattants et patriotiques au Monument Départemental aux Déportés.

 

 

A la mémoire des Déportés.

 

Nanterre abrite pour les Hauts-de-Seine, le Monument Départemental aux Déportés.

 

Avant d’être déportées, des populations entières (étrangers, juifs, résistants, tziganes, homosexuels…) ont été raflées en France, souvent avec le concours direct des forces de police françaises, voire à leur propre initiative.

 

Notre mémoire collective est particulièrement marquée par la rafle du Vel’ d’Hiv, le 16 juillet 1942. Ce jour là plus de douze-mille personnes juives sont arrêtées (quatre-mille-cinquante-et-un enfants, cinq-mille-huit-cent-deux femmes et trois-mille-trente-et-un hommes). Cinq-mille partiront rapidement pour le camp de Drancy et sept-mille seront regroupées et surveillés durant cinq jours par des policiers français dans l’enceinte du Vélodrome d’Hiver, situé dans le 15ème arrondissement de Paris. Cette rafle représente à elle-seule, plus du quart des quarante-deux-mille juifs envoyés de France à Auschwitz en 1942, dont seuls huit-cent-onze reviendront chez eux après la fin de la guerre.

 

Les rafles.

 

Mais il y eut d’autres rafles avant et après celles du Vel’ d’Hiv.

 

La première grande rafle de juifs a lieu le 14 mai 1941 à Paris. Des milliers de juifs étrangers, polonais pour la plupart, sont convoqués par la Préfecture de police de Paris, à 7h du matin, «pour examen de situation». Ceux qui se présentent, soit trois-mille-sept-cent-dix personnes, sont arrêtées et envoyées dans les camps du Loiret, à Pithiviers et à Beaune-la-Rolande.

 

La deuxième rafle se déroule du 20 au 25 août 1941, toujours à Paris. Quatre-mille-deux-cent-trente-deux hommes sont appréhendés par des policiers français, sous la direction de militaires allemands. La plupart sont des étrangers, mais il y a tout de même mille-cinq-cent Français parmi eux. Cette rafle conduit à la création du camp de Drancy, situé dans la banlieue nord de la capitale.

 

La troisième rafle a lieu le 12 décembre 1941, à Paris. Sept-cent-quarante-trois juifs, uniquement des hommes, sont arrêtés par des policiers allemands, avec l’aide de policiers français. La plupart des juifs sont Français, tous de milieux aisés : avocats, hommes politiques ou industriels. Ils sont internés pendant une nuit à l’Ecole militaire, puis envoyé au camp de Compiègne-Royallieu.

 

Le 26 août 1942 a lieu la grande rafle de juifs étrangers de la Zone Sud. Par un accord de collaboration policière, le gouvernement de Vichy accepte de livrer aux Allemands dix-mille juifs étrangers qui se trouvent en zone non-occupée. Il livre tout d’abord les juifs internés dans les camps français, puis ceux qui ont été incorporés dans les Groupements de travailleurs étrangers. Cela prend les trois premières semaines d’août 1942.

 

Enfin, une rafle massive est organisée, le 26 août. Toutes les régions de la Zone Sud sont concernées. Les résultats ne sont pas aussi élevés que prévus, car beaucoup de juifs sont prévenus. Ils sont transférés en train jusqu’à Drancy et de là, déportés. Au total, dix-mille-cinq-cent juifs sont transférés de zone non-occupée vers Drancy. Ces déportations depuis la Zone Sud de la France sont les seules en Europe depuis un territoire qui n’est pas occupé par les troupes allemandes !

 

Il y a par la suite de nombreuses autres rafles, mais moins massives. A partir de 1943, le gouvernement français refuse d’apporter son aide à l’arrestation de juifs. Les Allemands doivent se contenter de leurs propres forces de police, ce qui réduit largement l’efficacité des rafles. Elles se poursuivent jusqu’au mois de juillet 1944, juste avant la libération de la France. Entre le 21 et 25 juillet, deux-cent-trente-deux enfants sont arrêtés dans les maisons d’enfants de l’UGIF, par la Gestapo.

 

Un témoignage.

 

Il existe un témoignage poignant et révolté de ce que fut la survie des raflés du 16 juillet ; c’est cette lettre qu’une jeune assistante sociale affectée le 18 juillet 1942 au Vel’ D’Hiv écrivit à son père. Nous vous la livrons in extenso :

 

« Au Vel d'Hiv', 12 000 Juifs sont parqués. C'est quelque chose d'horrible, de démoniaque, quelque chose qui vous prend à la gorge et vous empêche de crier. Je vais essayer de te décrire le spectacle, mais ce que tu vois déjà, multiplie-le par mille, et tu n'auras seulement qu'une partie de la vérité. En entrant, tu as d'abord le souffle coupé par l'atmosphère empuantie, et tu te trouves dans ce grand vélodrome noir de gens entassés, les uns contre les autres, certains avec de gros ballots déjà salis, d'autres sans rien du tout. Ils ont à peu près un mètre carré d'espace chacun quand ils sont couchés, et rares sont les débrouillards qui arrivent à se déplacer de 10 mètres de long dans les étages. Les quelques WC qu'il y a au Vel'd'Hiv' (tu sais combien ils sont peu nombreux) sont bouchés ; personne pour les remettre en état. Tout le monde est obligé de faire ses déjections le long des murs. Au rez-de-chaussée sont les malades. Les bassins restent pleins à côté d'eux, car on ne sait où les vider. Quant à l'eau, depuis que je suis là-bas, je n'ai vu que deux bouches d'eau (comme sur les trottoirs), auxquelles on a adapté un tuyau de caoutchouc. Inutile de te décrire la bousculade. Résultat : les gens ne boivent pas, ne peuvent pas se laver.

 

Le ravitaillement : une demi-louche de lait par enfant de moins de neuf ans (et encore tous n'en ont pas), 2 tartines épaisses de 2 cm de gros pain pour toute la journée (et encore tous n'en ont pas) ; une demi-louche de nouilles ou de purée pour les repas (et encore tous n'arrivent pas à en avoir). Cela va encore, car les gens ont des provisions de chez eux, mais d'ici quelques jours, je ne réponds plus de rien.

 

L'état d'esprit des gens – de ces hommes, femmes et enfants, entassés là – est indescriptible ; des hurlements hystériques, des cris : « libérez-nous », des tentatives de suicide (il y a des femmes qui veulent se jeter du haut des gradins) ; ils se précipitent sur toi : « tuez-nous, mais ne nous laissez pas ici », « une piqûre pour mourir, je vous en supplie », et tant d'autres, et tant d'autres. On voit ici des tuberculeux, des infirmes, des enfants qui ont la rougeole, la varicelle. Les malades sont au rez-de-chaussée ; au milieu se trouve le centre de la Croix-Rouge. Là, pas d'eau courante, pas de gaz. Les instruments, le lait, les bouteilles pour les tout-petits (il y en a qui ont treize mois), tout est chauffé sur des réchauds à méta ou à alcool. Pour faire une piqûre, on met trois quarts d'heure. L'eau est apportée dans des laitières plus ou moins propres. On tire l'eau avec des louches. Il y a trois médecins pour 15 000 personnes et un nombre insuffisant d'infirmières. La plupart des internés sont malades (on est allé chercher même les opérés de la veille dans les hôpitaux, d'où éventrations, hémorragies, etc. J'ai vu aussi un aveugle et une femme enceinte). Le corps sanitaire ne sait où donner de la tête ; de plus, le manque d'eau nous paralyse complètement et nous fait négliger totalement l'hygiène. On craint une épidémie.

 

Pas un seul Allemand ! Ils ont raison. Ils se feraient écharper. Quels lâches de faire faire leur sale besogne par des Français ! Ce sont des gardes mobiles et des jeunes des « chantiers de jeunesse » qui font le service d'ordre. Inutile de te dire ce qu'ils pensent. Nous - assistantes sociales et infirmières – avons reçu comme consigne de nos monitrices : « Surtout ne racontez rien de ce qui se passe ici au dehors ! ». C'est ignoble. On voudrait faire silence autour de ce crime épouvantable !

 

Mais non, nous ne le permettrons pas. Il faut qu'on sache. Il faut que tout le monde soit au courant de ce qui se passe ici. »

 

 

 

Antoine Junqua.

Membre du Souvenir Français.

 

 

 

Sources :

 

André Kaspi, Les Juifs pendant l’Occupation, Seuil, 1997

Léon Chertok, Isabelle Stengers, Mémoires : les résistances d’un psy, Odile Jacob

Lettres et Histoire, Académie de Rouen, http://lettres-histoire.ac-rouen.fr/spip/

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le 3 Février 2011

 Reynier

 

 

Le sergent Edouard Reynier.

 

 

Une frontière naturelle.

 

L’Argonne est une région vallonnée, boisée, dont les collines atteignent une hauteur d’environ trois-cents mètres. Difficile d’accès, l’Argonne est située à cheval sur les départements de la Marne (haute vallée de l’Aisne) à l’ouest, la Meuse (vallée de l’Aire) à l’est et les Ardennes au nord.

 

L’Argonne peut être considérée comme une frontière naturelle entre le Bassin parisien et le Barrois. Celle-ci a d’ailleurs plutôt bien fonctionné au cours des siècles, arrêtant, du moins retardant, la progression des tribus puis des troupes ennemies. En 1791, sur les hauteurs de Valmy, les régiments Kellerman et Dumouriez de la toute jeune République française remportent une victoire retentissante sur les Prussiens, déjà, et sur l’Armée des émigrés.

 

Au cours du premier conflit mondial, l’Argonne joue une nouvelle fois son rôle d’obstacle. Les Français et ses alliés s’en servent comme l’un des points de la contre-attaque contre les Allemands à la fin de l’année 1914, mais pour peu de succès. C’est à l’issue de cette offensive que le Grand Quartier Général admet qu’une victoire rapide est illusoire. Les hommes de Guillaume II se sont puissamment fortifiés et barricadés dans leurs tranchées.

 

En septembre 1915, les armées françaises sous la direction du général de Castelnau repartent à l’attaque des lignes du IIème Reich. En dépit d’un déluge de bombes sur les positions ennemies, les régiments sont cassés les uns après les autres, hachés par les batteries d’en face. En quelques jours, les Alliés perdent près de cent-quarante-mille hommes.

 

Trois années plus tard, à l’automne 1918, une nouvelle offensive est décidée. Sous le commandement de Ferdinand Foch, nommé maréchal et responsable de la globalité des forces alliées, les Américains du général Peshing, appuyés par la IVème Armée du général Henri Gouraud, lancent l’attaque. Rapidement les Alliés gagnent du terrain : en peu de jours, ils progressent de quinze kilomètres. Au début du mois de novembre 1918, les lignes allemandes s’effondrent. Sedan redevient une ville française le 6 novembre. Au prix de vingt-six-mille tués, les hommes de l’United States Army participent glorieusement à la victoire finale contre l’armée de Guillaume II.

 

 

Edouard Reynier.

 

Le limousin Edouard Reynier voit le jour le 10 octobre 1890 à Brive, en Corrèze. Au commencement de la Première Guerre mondiale, il est affecté au 150ème régiment d’infanterie, dont la caserne se trouve à Saint-Mihiel, dans la Meuse. L’unité dépend du 6ème corps d’Armée et de la 40ème division d’infanterie. En janvier 1915, le 150ème est envoyé en Argonne pour tenir les bois de la Grurie, dans le secteur de Bagatelle (qui deviendra le surnom du régiment).

 

Pour mémoire, la Délégation générale du Souvenir Français a publié il y a quelques semaines, sur ce même site, des lettres d’Henry Lange, de Neuilly-sur-Seine, qui était lui-aussi du 150ème RI.

 

L’histoire du 150ème, écrite par un soldat anonyme, a été retrouvée et numérisée : « 1915 : période à jamais mémorable dans l'histoire du régiment. Pendant sept mois, sous les pluies et dans les boues d'Argonne, sur un terrain que la poussée de l'ennemi empêche d'organiser convenablement, le 150ème  soutient victorieusement une lutte incessante contre des troupes puissamment outillées et entraînées à la guerre de siège. A ses nombreuses mitrailleuses et à ses obusiers du début de la campagne, l'ennemi ajoute des engins nouveaux : lance-bombes, lance-mines, pétards, grenades à fusil. Les Français n'ont ni matériels, ni canons de tranchées ; pour tenir tête à l'ennemi, le régiment ne doit compter que sur la bravoure de ses soldats, la valeur et l'abnégation de ses cadres. Une lutte effroyable se poursuit, chaque jour renaissante, assauts impétueux, corps à corps furieux, progression pied à pied, mètre par mètre, défense obstinée d'infimes lambeaux du sol de la Patrie. Attaques et contre-attaques se succèdent sans trêve ni repos et le régiment dispute avec acharnement, à l'envahisseur, un sol bouleversé que les sacrifices de chaque jour rendent chaque jour plus cher. Dans les combats de Bagatelle, nos braves, nos simples soldats de France, sans forfanterie et sans gloire apparente supportent les pires épreuves et réalisent les plus merveilleux faits d'armes. »

 

Le 1er mai 1915, le 150ème RI subit une énième attaque, « d’une violence inouïe » (Journal de Marche du régiment). Après un bombardement intense des premières lignes françaises, les Allemands attaquent en masse. Nos hommes n’ont pas prévu un tel déluge de feu. Ils ne sont équipés que de bombardes et de « pétards », et encore quelques sacs seulement. Rapidement les fantassins ennemis prennent pied dans les boyaux de la première ligne. Aux prix d’exploits isolés et d’un courage dépassant l’entendement, les « biffins » du 150, bientôt appuyés par des renforts des 272ème et 154ème, repoussent les Allemands à coups de fusils et de baïonnettes : « Le capitaine Juge, debout sur le parapet, un pistolet dans la main droite et une grenade dans la gauche, hurle : « Mes enfants, courage, tenez, tenez toujours !». Le lendemain, les officiers s’occupent à remettre de l’ordre dans les « unités forcément mélangées » et en état les fortifications françaises.

 

Les pertes sont évaluées le 3 mai : un officier tué, trois blessés et un disparu ; six sous-officiers tués, trente-quatre blessés et sept disparus ; trente-sept fantassins tués, trois-cent-soixante-et-un blessés et cent-quarante-cinq-disparus. Plusieurs compagnies du 150ème sont anéanties. Le 6 mai, alors qu’il vient de décorer le sergent-bombardier Reynier pour son action dans l’attaque du 1er, le colonel de Chéron, commandant le régiment, est tué par un éclat d’obus. Dernier à quitter le secteur pour la relève, il a laissé passer devant lui la totalité des hommes.

 

Le 150ème RI reprend position quelques jours plus tard. Les échanges de coups de feu sont quotidiens. Le 13 mai 1915, à l’occasion d’un nouvel accrochage, le sergent Edouard Reynier est tué avec deux autres hommes du 150ème RI. Il est placé dans un cimetière militaire.

 

 

Le 11 novembre 2007.

 

Quelques années plus tard, le corps du sergent Edouard Reynier est rapatrié dans un caveau familial sur la commune de Puteaux. Comme il se doit, la famille fait apposer sur la tombe la mention « Mort pour la France ». Puis, la concession vient à échéance. Le Comité de Puteaux du Souvenir Français propose alors le transfert du corps du sous-officier dans le carré militaire. Demande acceptée par la municipalité et réalisée par les services de l’état-civil et du cimetière.

 

Ainsi, au matin du 11 novembre 2007, quatre-vingt-douze ans après sa mort, le soldat retrouve ses camarades de combat pour un repos éternel au cours d’une cérémonie particulièrement émouvante, en présence de Joëlle Ceccaldi-Reynaud, députée-maire de la ville, Den Marais-Hayer, présidente du comité du Souvenir Français, le colonel Pierre de Keraudren, secrétaire général adjoint du comité national, André Labour, délégué général de l’association pour les Hauts-de-Seine.

 

 

Reynier 004

 

  

 

Devant la tombe d’Edouard Reynier, de gauche à droite au premier plan : Den Marais-Hayer, un policier, Joëlle Ceccaldi-Reynaud.

 

 

Den Marais-Hayer.

 

 

 

Sources :

 

·         Histoire du 150ème RI, Anonyme, Frémont, sans date. Retrouvé et numérisé par Jérôme Charraud.

·         Journal de marche du 150ème RI.

·         Pierre Miquel,  La Grande Guerre, Fayard, 1983.

·         Pierre Miquel, La Grande Guerre au jour le jour, Fayard, 1998.

·         Allain Bernède, Les combats oubliés d’Argonne, 14-18 Editions, 2007.

·         Encyclopédie Wikipédia.

·         Encyclopédie Larousse.

Lire la suite

Publié le 30 Janvier 2011

 

Buzenval1870 007

 

 

 

 

Il est des combats et des guerres qui sont presque oubliés et que l’on ne célèbre quasiment plus. C’est le cas de la guerre 1870-1871.Pourtant Colombes et ce qui ne s’appelait pas encore les Hauts de Seine ont connu des combats et en particulier, à Rueil-Malmaison, la bataille de Buzenval (19 janvier 1871), au cours de laquelle 3300 soldats français furent blessés et 700 tués. Deux colombiens étaient parmi eux : Jean Cadoret, blessé, et  Eugène Armand Cahanin, mortellement blessé, qui décéda le 9 février 1871.Ce dernier était conseiller municipal de Colombes et servait au 36ème Bataillon de la Garde Nationale.

 

Durant cette guerre, trois autres colombiens tombèrent sous l’uniforme : François Pottier, Louis Gillet et Edgard Rigaud.

 

En ce 140ème anniversaire de la bataille de Buzenval, c’est pour leur rendre hommage, ainsi qu’à vingt cinq autres soldats inhumés dans le cimetière ancien, que le Comité de Colombes du Souvenir Français a organisé une cérémonie  le 19 janvier 2011 lors de laquelle des fleurs furent déposées sur la tombe d’Eugène Cahanin et au monument aux Morts de 18710-1871 dans lequel reposent les autres soldats par M. Patrice Fichet, président du Comité de Colombes, M. Kamel Essaïed, conseiller municipal délégué, et M. Pierre Nicot, conseiller municipal.

 

Devant les participants réunis ensuite en la salle d’honneur de la Maison du Combattant, M. Patrice Fichet, rappela la signification profonde de la guerre de 18770-1871dans la lignée de l’épopée de Jeanne d’Arc, de la levée en masse révolutionnaire et de la victoire de Valmy. Ce fut la manifestation, déjà, de l’esprit de résistance, avant que ce terme s’écrive avec une majuscule durant la deuxième guerre mondiale. Les bataillons de garde nationale et de mobiles, les unités de francs-tireurs, constitués de citoyens ayant pris les armes, ont écrit aux côtés des autres corps de l’Armée ont écrit des pages de gloire de l’histoire de France.

 

 

Lire la suite

Publié le 23 Janvier 2011

 

Thin et Maginot - Copyright Anger-Viollet

 

 

Le caporal Auguste Thin déposant le bouquet d'oeillets. A droite, le ministre André Maginot (ECPAD).

 

 

Le plus souvent, notre histoire se construit autour de personnages illustres et de dates mémorables. Or, le nom d’Auguste Thin (1899-1982), caporal au 132ème régiment d’infanterie, enterré dans le vieux cimetière d’Asnières, et la date du 10 novembre 1920, ne sont pas les plus connus par nos écoliers, ni les plus évoqués par les historiens de la première guerre mondiale.

 

Et pourtant…

 

Ce 10 novembre 1920, le soldat Auguste Thin est à la citadelle de Verdun. Devant lui huit cercueils en ligne, anonymes, venant des différents secteurs de l’ancien front militaire (Chemin des dames, Somme, Verdun…). En vérité, le front contenait neuf secteurs, mais l’un des responsables de l’enquête ne peut certifier que le dernier corps proposé est bien celui d’un Français.

 

Le jeune caporal de 21 ans, pétrifié par l’émotion, tient dans sa main un bouquet d’œillets blancs et rouges que vient de lui donner le ministre des Pensions, André Maginot. Il avance lentement, passant en revue ces soldats sans noms, morts pour la France, comme son propre père. Auguste Thin se retourne, revient devant le sixième cercueil et y dépose le bouquet, désignant ainsi le soldat inconnu qui devra rejoindre son dernier tombeau, sous l’Arc de Triomphe.

 

Plus tard, le caporal explique son choix : «Il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6ème corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. La décision est prise, ce sera le 6ème cercueil que je rencontrerai.»

 

Dés 1916, François Simon, Président du Souvenir Français, avait évoqué l’idée d’inhumer un soldat anonyme pour rendre hommage à tous les disparus: «Pourquoi la France n’ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l’un de ses combattants ignorés, mort bravement pour la patrie ?».

 

Des combattants ignorés, la Première Guerre mondiale en voit des mille et des cents… Sur les un million-quatre-cents-mille morts des seuls rangs français, les corps de trois-cents-mille victimes officiellement déclarées décédées ne seront jamais restitués aux familles. Et il y a plus de trois-cent-cinquante-mille disparus, «pulvérisés sur le champ de bataille» comme l’écrit l’historien Jean-Yves Le Naour (1).

 

Même si une proposition de loi est déposée en ce sens à la fin de la guerre, soulevant une vive polémique, il faudra attendre l’automne 1920 pour que le parlement, poussé par une campagne de presse intensive en particulier de l’Action Française, décide du choix d’un soldat inconnu et de son inhumation sous l’Arc de Triomphe. Le Panthéon est également évoqué mais, comme l’écrit le journaliste du Matin Henry de Jouvenel : «Ne l’enfermez pas au Panthéon. Portez-le au sommet de l’avenue triomphale, au milieu de ces quatre arches ouvertes sur le ciel. C’est lui, l’inconnu, l’anonyme, le simple soldat, qui donne tout son sens à l’Arc de Triomphe.»

 

Dans la nuit du 10 au 11  novembre 1920, par le train, la dépouille du Soldat inconnu arrive à Paris. Après un passage au Panthéon, son cercueil emprunte la rue Soufflot, en direction de l’Arc de Triomphe, monté sur un canon de 155 dominant la foule. «Ce mort qui va passer, c’est l’enfant de tout un peuple en larmes», écrit l’envoyé spécial de l’hebdomadaire l’Illustration.

 

Le Soldat inconnu est solennellement enterré sous l’Arc de Triomphe le 28 janvier 1921.

 

Plus tard, l’Angleterre, la Roumanie, la Belgique, les Etats-Unis, l’Australie (…) désigneront également leur soldat inconnu pour l’inhumer avec éclat. En 2000, c’est le Canada qui enterre le sien. Son corps avait été exhumé dans le Pas-de-Calais, tout proche de la crête de Vimy.

 

Antoine Junqua.

Membre du Souvenir Français.

 

 

 

Sources :

 

·         - "Le Soldat inconnu, la guerre, la mort, la mémoire", de Jean-Yves Le Naour (éditions Découvertes Gallimard, 2008).

·         - "Le Soldat inconnu, invention et postérité d’un symbole" (éditions Imago, 2005), Jean-François Jagielski

 

Lire la suite

Publié le 22 Janvier 2011

Saint-Cloud.jpg

 

 

François Leblanc-Barbedienne, président du comité de Saint-Cloud, nous informe que sa prochaine assemblée générale se déroulera dans le cadre historique et prestigieux du Carré à Saint-Cloud, le samedi 5 février 2011, à 11h, au 3bis rue d'Orléans. Venez nombreux !

Lire la suite

Publié le 15 Janvier 2011

 

 

 

Stick-SF.gif

 

 

- Comité de Meudon : assemblée générale le samedi 29 janvier à 10h30 au complexe René Leduc, 12, rue du Père Brottier à Meudon.

 

- Comité de Levallois-Perret : assemblée générale le vendredi 11 février à 18h00, au pavillon des Fêtes,  place de Verdun à Levallois.

 

- Comité de Rueil : cérémonie du souvenir de la bataille de Buzenval, le mercredi 19 janvier à 19h30 au monument de Buzenval, rue du général Colonieu, à Rueil-Malmaison.

 

- Comité d'Issy-les-Moulineaux : assemblée générale le dimanche 20 février à 10h30 à la Maison du Combattant, 4 rue du général Leclerc à Issy.

Lire la suite

Publié le 2 Janvier 2011

 

 

Dien Bien Phu ECPAD

 

Parachutistes à Diên Biên Phù – Copyright ECPAD.

 

 

Au 7ème RTA.

 

Pierre Coupard nait en 1928. Il intègre le 7ème RTA (régiment de tirailleurs algériens), unité de l’Armée d’Afrique. Ce terme, valable de 1830 à 1962, désignait les régiments installés pour la plupart en Afrique du Nord ; leur origine remontant bien souvent à la conquête de l’Algérie.

 

Le 7ème RTA est une unité prestigieuse, arborant la Légion d’honneur sur son drapeau. Présent à la bataille de la Marne en 1914, en Artois en 1915, à Verdun l’année suivante, ou encore à Villers-Bretonneux en 1918, le régiment est actif pendant la campagne de France en 1940 et fait partie des troupes du général Juin en 1944 à Monte-Cassino. Il libère Marseille en août de la même année. Plus tard, comme bon nombre d’unités coloniales, il est envoyé en Indochine. En 1954, Pierre Coupard, alors sous-lieutenant d’active, est sous les ordres du chef de bataillon Roland de Mecquenem à la 5ème compagnie du 7ème RTA.

 

L’opération Castor.

 

En novembre 1953, l’Opération Castor est décidée. Il s’agit de réoccuper les bâtiments d’une ancienne garnison japonaise dans le village reculé de Diên Biên Phù, à l’ouest du Tonkin, proche de la frontière du Laos. Le but étant d’attirer en cet endroit un maximum de forces du Vietminh et de les battre. Il s’agit également de fermer la frontière avec le Laos, où le prince Souvana Phouma a fait allégeance à la France. L’objectif est donc de prendre la cuvette de ce village, longue de seize kilomètres, et d’en faire un point d’appui. Les collines entourant la zone deviennent Anne-Marie, Béatrice, Claudine, Dominique, Eliane, Françoise, Huguette et Isabelle.

 

Cette tactique a réussi à plusieurs reprises au cours du conflit. Mission est donnée aux commandants Bigeard (6ème BCP) et Bréchignac (2/1er RCP) de sauter et prendre le village. Le général Bigeard : « Les hommes de Bréchignac et les miens, nous sautons. Ce n’est pas facile, il y a du vent. Nous voilà mélangés aux Viets. Ça tire de partout. Mais finalement on s’en sort. Tout le monde se regroupe et nous prenons le village de Diên Biên Phù. De notre côté, nous avons eu environ vingt paras tués, contre plus d’une centaine de Viets ».

 

En globalité l’Etat-major français est persuadé de la bonne position des troupes françaises. Le Vietminh ne pourra pas attaquer le Laos et va venir s’empaler sur nos défenses. Si certains font remarquer que la position se trouve entourée de collines d’environ sept-cent mètres de hauteur, ce qui permet des tirs tendus d’artillerie, l’évocation est vite contredite par le colonel Piroth, responsable de l’artillerie. Il s’est engagé : « jamais les bodoïs ne pourront monter des canons à dos d’hommes et les placer sur les collines ». Le responsable du dispositif, le colonel Christian de Castries est également de cet avis. « C’était une vue de l’esprit. On ne connaissait pas l’embrigadement des soldats du Vietminh. Et tenir une vallée n’empêche personne de passer » répondait le général Bigeard, quelques mois avant sa disparition. A partir de la fin du mois de novembre 1953, des avions en provenance d’Hanoi récupèrent les parachutistes et acheminent des régiments d’infanterie et de l’artillerie ; ainsi, le 29 décembre, le 5/7ème RTA et le 3/10ème RAC (régiment d’artillerie colonial) sont aérotransportés.

 

Le chef militaire du Vietminh, le général Giap, est d’accord avec les Français sur un point : il faut que la bataille finale s’engage. Pour la France, s’il s’agit d’annihiler une fois pour toutes les forces communistes ; pour les communistes vietnamiens, il convient de battre la puissance coloniale pour placer le pays aux conférences de Berlin (janvier 1954) et de Genève (mai 1954) dans les meilleures conditions.

 

L’attaque.

 

L’attaque est déclenchée le 13 mars 1954 : en un éclair, une pluie d’obus s’abat sur le camp retranché de Diên Biên Phù. Stupeur au sein de l’Etat-major. Ne supportant pas un échec aussi flagrant, le colonel Piroth dégoupille une grenade et se suicide. Le moral des troupes françaises – alors que sont placées là toutes les unités d’élite – s’effondre. En quelques heures, les troupes qui tiennent Béatrice sont anéanties. Deux jours plus tard, c’est au tour de Gabrielle de succomber. A chaque fois, les troupes françaises et supplétives (formées de tribus anti-vietnamiennes et de vietnamiens anti-communistes) contre-attaquent. Mais à chaque fois également, les bodoïs reviennent, toujours plus nombreux. Toujours plus fanatiques. Et gare à ceux qui refusent d’aller au combat : Giap ordonne qu’ils soient passés par les armes.

 

Le Vietminh a regroupé près de soixante-quinze-mille hommes autour du champ de bataille, grâce à vingt-mille vélos, des camions prêtés par la Chine et des armes et de la logistique soviétiques. Les bodoïs creusent des centaines de kilomètres de galeries, de tunnels. Ils démontent les pièces d’artillerie, les installent sur des mulets et les enfouissent dans des galeries placées à flanc de colline. Ainsi, le canon peut être sorti, tirer et rentrer dans sa cachette (« les gueules du crapaud »).

 

En 1991, au micro de France Inter, dans Indochine 1946-1954 : histoire d’une guerre oubliée, une émission de Patrice Gélinet, le colonel vietnamien Le Kim explique l’approche de Diên Biên Phù : « Nous voyons que le sol est très fertile. Très facile à creuser. Et les Vietnamiens sont un peuple de terrassiers. Alors, nos hommes s’équipent de pioches et de pelles. Ils creusent. Partout. Il s’agit d’acheminer les munitions et l’artillerie au plus près du camp afin de détruire la piste d’aviation et la forteresse ».

 

De plus, le temps est à la mousson : le terrain se transforme en un vaste champ de boue où les manœuvres de l’artillerie s’avèrent périlleuses. Du fait du brouillard, les largages de bombes aériennes le sont tout aussi : les obus, le napalm sont lancés presque au hasard. Rarement les défenses vietnamiennes sont inquiétées.

 

Le 16 mars, Bigeard et ses paras sautent à nouveau sur le camp et prennent appui sur Eliane, une des collines principales. Pendant quinze jours encore, le ravitaillement aérien est possible. Le 28 mars, un Dakota se pose. A son bord se trouve Geneviève de Galard, convoyeuse de blessés. L’avion est touché au moment de l’atterrissage. Il ne peut repartir. Geneviève de Galard : « Je rejoins l’infirmerie. Elle est remplie de blessés. Nous faisons comme nous pouvons pour maintenir les conditions d’hygiène, en tapissant les murs de la salle d’opération de draps blancs. Mais nous sommes vite dépassés. Partout se trouvent des blessés. Dans certaines salles, par manque de place et de moyens, nous creusons des lits à même le sol et nous enveloppons les hommes dans des parachutes. Cela donne un air lugubre de catacombes à notre hôpital ».

 

Les offensives vietnamiennes des 13 et 31 mars sont repoussées. Le général Giap a perdu plus de quinze-mille hommes. Mais il ne peut plus reculer : l’ouverture de la conférence de Genève est sa planche de salut. Il décide de jouer son va-tout et engage vingt-cinq-mille hommes supplémentaires dans la bataille. Les Français ne croient plus en la victoire. Partout ils sont débordés. Ils arrêtent un assaut et tuent des centaines d’hommes. En vain. Les munitions viennent à manquer. Cela n’empêche pas des actions héroïques, comme celle du capitaine Jean Pouget, qui saute avec ses hommes du 1er BPC sur Diên Biên Phù fin avril 1954, alors que l’issue fatale est connue. Les collines tombent une à une, au prix de combats incessants, durant de jour comme de nuit. Les hommes sont épuisés. Certains foncent sur l’ennemi en hurlant les paroles de la Marseillaise. Comme à Verdun, les médecins constatent des décès par choc psychologique. Des blessés quittent l’hôpital et se joignent aux combattants. Pour l’honneur…

 

L’une des dernières collines, Eliane, tombe le 6 mai. Bigeard : « Nous n’avons plus de munitions. C’est la fin. Je mets mon béret. J’ajuste ma veste. J’attends ». Le Groupement Opérationnel du Nord Ouest (GONO) refuse de hisser le drapeau blanc mais cesse le feu.

 

Diên Biên Phù représente pour le Vietminh une victoire sans précédent, mais au prix de plus de vingt-cinq-mille morts et, environ, douze-mille-cinq-cent blessés. Il n’empêche : le retentissement international est immense. Bien souvent, en France, on prend conscience de la guerre d’Indochine à ce moment-là. Appuyés par les Chinois et les Soviétiques, les Vietnamiens peuvent arriver la tête haute à Genève. Du côté des troupes françaises et supplétives, sur près de quinze-mille hommes présents, on dénombre deux-mille-deux-cent-quatre-vingt-treize morts et cinq-mille-cinq-cent-quatre-vingt-quinze blessés.

 

Les prisonniers sont aussitôt regroupés. Les sous-officiers et les officiers sont envoyés dans le Camp n°1 ; les soldats sont éparpillés dans d’autres camps. Il faut marcher pendant des centaines de kilomètres. Les blessés sont laissés à l’abandon dans des villages amis. C’est au Camp n°1 que meurt le 18 juin 1954 le sous-lieutenant Pierre Coupard. Ses restes sont placés dans le carré militaire de Levallois-Perret.

 

 

Lire la suite

Publié le 17 Décembre 2010

 

palestro2

 

 

 

Les gorges de Palestro.

 

Avril 1956. Sur ordre du gouvernement, les premiers militaires du contingent débarquent sur le sol algérien. Ils sont appelés, ou rappelés : c’est-à-dire qu’ayant effectué déjà leur service militaire, ils reviennent sous les drapeaux pour une durée de six mois, ou plus selon leur demande.

 

C’est ainsi le cas de l’aspirant Hervé Artur. Natif de Casablanca, âgé de trente ans, préparant son agrégation de philosophie, il effectue une nouvelle période et intègre le 9ème régiment d’infanterie coloniale. Il a sous ses ordres les fantassins de la 2ème section : les sergents Bigot et Chorliet, les caporaux-chefs Galleux et Aurousseau, les caporaux Poitreau et Hecquet et les soldats Desruet, Dufour, Caron, Dobeuf, Gougeon, Carpentier, Serreau, François, Villemaux, Chicandre, Nicolas, Daigneaux, David-Nillet et Dumas.

 

Le 9ème RIC est implanté non loin de la ville de Palestro, aujourd’hui appelée Lakhdaria, en Kabylie. Au matin du 18 mai 1956, Artur reçoit l’ordre d’une mission de reconnaissance dans des villages se trouvant non loin de l’Oued Djerrah. Une mission tout à fait ordinaire, menée par un officier qui croit en l’œuvre de pacification de l’Armée française en Algérie, comme le demande le secrétaire d’Etat aux Forces armées, chargé des Affaires algériennes, Max Lejeune. C’est d’ailleurs bien dans cet esprit que sont menées toutes les sorties de la section depuis plusieurs semaines.

 

Après plusieurs heures de marche, la section s’arrête dans un village où elle est reçue avec respect. C’est l’heure du casse-croûte, et les militaires commencent les palabres avec le chef du douar. Vers 11h, la section reprend sa marche. La piste se transforme en un sentier et commence la montée dans le djebel. Soudain, parfaitement placés, des fellaghas se mettent à tirer sur les soldats français. C’est une tuerie. Les hommes d’Artur ne peuvent se replier, pris sous un feu croisé. Aux ordres du lieutenant Khodja, ancien sergent de l’Armée française, déserteur, les militaires de l’Armée de libération nationale abattent les Français un par un. Le combat ne dure pas plus de vingt minutes. Seuls cinq marsouins survivent : Caron, Chorliet et Aurousseau sont blessés et intransportables ; ils sont confiés à des villageois. Dumas et David-Nillet sont faits prisonniers. Leurs geôliers leur laissent le temps d’écrire des lettres à leurs familles en indiquant qu’ils sont bien traités.

 

Macabre découverte.

 

Au lendemain, sans nouvelles de la section, le régiment donne l’alerte. Les parachutistes du 13ème dragons sont envoyés sur place. Ils trouvent le village abandonné. Ils trouvent également les hommes de la section Artur. Les villageois les ont exposés sur des rochers. Les marsouins sont atrocement mutilés : les yeux sont crevés, les testicules sont coupées, les entrailles retirées et remplacées par des cailloux, les pieds sont striés de coups de couteau. La chasse est lancée dans le djebel environnant et se solde par la mort d’une cinquantaine d’Algériens.

 

L’embuscade fait la une des journaux, à commencer par le magazine Paris Match. L’article fait sensation en métropole : en Algérie, c’est bien la guerre.

 

Sous les ordres du général Massu, l’Armée française décide d’envoyer près de trois mille soldats pour retrouver la section perdue. Le 23 mai, les parachutistes du 1er REP (régiment étranger parachutiste) et du 20ème BPC (bataillon parachutiste colonial) retrouvent la section de Khodja. Elle s’est réfugiée dans une grotte, avec ses deux prisonniers. L’assaut est lancé et il se termine par la mort de seize fellaghas, mais aussi du marsouin David-Nillet. Seul Dumas réussit à sortir vivant de l’aventure. Il décrit l’horreur qu’il vient de vivre.

 

Le déserteur – l’opinion publique.

 

Quelques jours avant le drame, l’aspirant Maillot, militant communiste, déserte l’Armée française. A bord du camion qu’il conduit se trouvent des dizaines d’armes automatiques. Il livre son chargement aux fellaghas. Le marsouin Dumas raconte : « Nous approchions d’une ligne de rochers en surplomb du sentier, lorsque la fusillade éclata. Les rebelles n’étaient pas à trente mètre devant nous, bien à l’abri dans la pierraille. Ils tiraient au fusil de chasse et à l’arme automatique ».

 

Finalement, même s’il est difficile d’indiquer qui sort vainqueur de cette tragédie, un fait est avéré : l’opinion publique française découvre qu’en Algérie, même si le gouvernement parle « d’événements », c’est bien la guerre, et que les soldats qui tombent pour la patrie sont aussi des rappelés. Mesure qui deviendra au fil des mois de plus en plus impopulaire.

 

Le nom du marsouin Serge Villemaux, né le 31 octobre 1932, mort à Palestro, est inscrit sur le monument aux morts de Ville d’Avray.

 

Lire la suite

Publié le 8 Décembre 2010

 

 

RC4 Convoi (copyright Ballade.free

 

Convoi sur la RC 4 (copyright ballades.free)

 

 

Les bataillons coloniaux de commandos parachutistes.

 

Guy Pagnard nait le 21 janvier 1927 à Rouvraye- en-Santerre dans le département de la Somme. Il s’engage dans l’armée et part en Indochine où il est affecté, en tant que sergent, au 3ème GCCP (groupe colonial de commandos parachutistes). Les bataillons de parachutistes coloniaux sont pour la plupart créés à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. C’est le cas du 3ème BCCP (bataillon colonial de commandos parachutistes) qui débarque à Saigon le 9 novembre 1948. Quelques jours plus tard, l’unité s’installe à Haiphong et prend part aux opérations de rétablissement de l’autorité française : des compagnies œuvrent en Cochinchine tandis que d’autres sont placées pendant un temps au Cambodge. Puis elles sont regroupées pour participer aux opérations d’envergure comme Junon, Anthracite, ou Diabolo.

 

Le désastre de la RC4.

 

La RC 4 est la Route Coloniale n°4. Elle suit la frontière chinoise entre Cao Bang – au nord – et Lang Son – au sud – et passe par des localités comme Dong Khé et That Khé. Son tracé date de la conquête du Tonkin au 19ème siècle. Ce n’est pas vraiment une route mais plutôt une piste, large en certains passages, de quelques mètres seulement. Empierrée, elle n’autorise que le va-et-vient de camions et de véhicules de type blindé léger. L’itinéraire est sinueux. Il passe par des cols escarpés et des gorges, encadrées de massifs rocheux, appelés calcaires. Pour la plupart, les ponts et autres ouvrages n’ont pas été refaits depuis près d’un demi-siècle. Et c’est un coupe-gorge ! La région est le terrain de jeux idéal pour les brigands connus autrefois sous le nom de Pavillons noirs, des trafiquants d’opium, des réfractaires de tout poil. Bien sûr, depuis le début de la guerre d’Indochine, le Vietminh prend plaisir à placer des hommes tout en haut des calcaires : les convois sont des cibles parfaites.

 

En 1949, le général français Revers, chef d’Etat-major de l’Armée de terre, fait une visite de la zone. Constatant que le ravitaillement des postes et des garnisons s’avère démesuré tant d’un point de vue matériel que du coût en vies humaines, il propose un plan d’évacuation des villes et des postes de la RC4. Revers s’oppose aux généraux Carpentier, chef du Corps expéditionnaire et Alessandri, qui dirige la région. Le plan est plusieurs fois reporté, jusqu’au moment d’une attaque éclair vietnamienne.

 

En mai 1950, la Brigade 308 du Vietminh prend d’assaut de la bourgade de Dong Khé et l’occupe en quelques heures. La France vient de comprendre qu’il y a un monde entre les bandes de révolutionnaires communistes de 1946 et cette brigade puissamment armée par la Chine et dotée d’une artillerie digne de ce nom. Mais, le 27 mai, le 3ème GCCP du commandant Decorse est parachuté et, aidé du 10ème tabor marocain, arrive à reprendre le poste. La situation semble stabilisée. L’Armée française décide enfin l’application du plan et l’évacuation de Cao Bang est prévue pour le début du mois de septembre 1950. Mais il ne s’agit pas d’une opération simplement militaire : l’armée ne veut pas abandonner les tribus anti-vietnamiennes des minorités du Tonkin et tous les civils qui se sont ralliés à elle. A grand renfort de dynamitage des matériels qui ne peuvent être emportés, avec des femmes, des enfants, des vieillards, l’opération tourne à l’exode.

 

RC 4 (Ecpad)

 

 

RC 4 (Copyright ECPAD).

 

Elle est confiée au colonel Constans qui commande le secteur depuis Lang Son. C’est-à-dire très loin de la zone même des opérations. Le succès de l’évacuation repose sur le recueil de la colonne de Cao Bang du colonel Charton par la colonne du colonel Lepage, lui-même venant de Lang Son. Au même moment, le poste de Dong Khé est à nouveau attaqué, et pris, par les bodoïs. Le plan du général Giap, chef militaire du Vietminh, fonctionne parfaitement : le colonel Lepage commence par porter secours aux légionnaires qui défendent Dong Khé. Puis, apprenant que la colonne Charton a quitté Cao bang, le colonel Lepage, alors qu’il est dans une position critique, décide de remplir sa mission initiale. Il lance ses hommes à travers la jungle afin de récupérer la colonne Charton. Dans le même temps, plutôt que de rebrousser chemin, la colonne Charton, lassée d’être harcelée par les bodoïs, progressant avec une lenteur infinie sur des pistes déformées par les pluies, finit par abandonner ses matériels et équipements et applique l’ordre de défendre la colonne Lepage durement touchée par la guérilla.

 

C’est une catastrophe. Sortant des routes, les hommes du CEFEO (Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient) sont massacrés par les troupes communistes vietnamiennes. Face à cinq-mille soldats français et partisans se trouvent plus de vingt-mille ennemis, qui connaissent parfaitement le terrain. Se sentant perdus, les officiers français donnent l’ordre de constituer de petites unités afin qu’elles puissent, par chance, s’exfiltrer des griffes du Vietminh. Les troupes aéroportées du 1er BEP et du 3ème BCCP sont anéanties : le bataillon colonial a deux-cent-quarante-trois tués sur un total de deux-cent-soixante-huit paras. Finalement, du total des troupes françaises engagées, seuls douze officiers et quatre-cent-soixante-quinze soldats parviennent à regagner That Khé, camp qui sera lui-même évacué quelques jours plus tard, dans des conditions tout aussi dantesques. Le 17 octobre, le colonel Constans quitte précipitamment la zone sud de la RC4. Il permet aux bodoïs de trouver de quoi équiper toute une division.

 

Prisonnier, le sergent Pagnard est emmené dans un camp d’internement du Vietminh. Il s’agit du Camp n°1.

 

 

 

 

 

RC 4 Cocxa

 

RC4 – Région de Cocxa.

 

 

Au Camp n°1.

 

Le Camp n°1 se trouve dans le Haut Tonkin, au cœur de la vallée de la rivière Song. Ancien secrétaire d’Etat à la Défense, prisonnier au Camp n°1, Jean-Jacques Beucler, dans Le Camp n°1 et ma libération a écrit : « Le camp comptait environ 150 officiers et sous-officiers supérieurs. Ces prisonniers étaient pratiquement tous blancs. Il faut savoir que ce camp, comme la plupart des autres d’ailleurs, n’était pas entouré de fils de fer barbelés, ni surveillé par des sentinelles et des miradors. (…) En fait, une évasion était quasiment impossible : jungle épaisse, relief accidenté, faiblesse physique des prisonniers, vigilance de la population, éloignement des premiers postes français ».

 

Jean Pouget – qui connaîtra le Camp n°1 après Diên Biên Phù en 1954 – ajoute (Le Manifeste du Camp n°1) : « Les lavages de cerveau sont quotidiens, sournois, lancinants, à tout propos. Les corps et les esprits affaiblis offrent moins de résistance. Les perfides méthodes vietminh qui dosent savamment les tortures morales, les espoirs, les déceptions, les brimades en tous genres brisent les plus forts qui capitulent parfois, résignés. C’est alors le désespoir. Les bien-portants deviendront malades, les malades grabataires et les grabataires mourront. Un engrenage. Les pertes sont évaluées à 70 % ; mauvaise alimentation ; béribéri ; dysenterie ; les types se vidaient, parfois en une seule fois. Pas d’hygiène ; pas de médicaments ; au Camp n° 1 c’était différent car il y avait des médecins dont Amstrong qui a sauvé plusieurs types. On ne buvait pas d’eau crue ; on chassait les moustiques avec de la paille enflammée. La nuit, on boutonnait bien nos vêtements pour éviter les piqures. On passait tous les récipients à la flamme avant de manger ».

 

Dans une émission spéciale de France Inter (Patrice Gélinet) sur la guerre d’Indochine, un dirigeant du parti communiste vietnamien indique : « Dans ce Camp, nous avons deux conseillers français envoyés par le PC Français : André et Rolland. Il fallait comprendre la psychologie des soldats français. Ces conseillers étaient très utiles pour le Vietminh. Nous leur disions qu’il fallait la paix. Le peuple vietnamien a le droit à la liberté, a le droit de se défendre contre les ennemis de cette liberté. Alors que nous n’étions vus souvent comme une peuplade de barbares, et nous expliquions que nous avions une civilisation déjà quand l’Europe en était encore à l’époque du bronze. Nous parlons aux prisonniers de nos mœurs, de nos coutumes, de nos légendes. Nous sommes des hommes comme eux. Puis ensuite, nous parlions de marxisme sans en prononcer le nom ; c’étaient les leçons de Ho-chi-Minh. Par exemple, il ne fallait pas écouter la France, « Mère-patrie » qui exploitait les soldats. Ne pas se laisser faire ».

 

Globalement, au cours des neuf années de la guerre d’Indochine, près de quarante-mille soldats français sont faits prisonniers. Seuls, neuf-mille-trois-cent-quatorze sont rendus à la France en septembre 1954. La métropole que Guy Pagnard ne reverra jamais. Il meurt de maladie le 2 décembre 1950, moins de deux mois après son arrivée au Camp n°1.

 

 

 

 

RC 4 Duong-Len-Cao-Bang

 

Région de la RC 4 aujourd'hui (copyright vietnamtourism.com)

 

 

 

Lire la suite