Publié le 5 Décembre 2010

 

Vaucresson - Florent

 

Florent, porte-drapeau du Comité de Vaucresson.

A l’occasion de son assemblée générale du 6 novembre 2010, le comité avait invité un historien à donner une conférence sur un jeune Résistant vaucressonnais, mort pour la France le 20 juin1944, à l’âge de 21 ans : Jean Salmon-Legagneur, étudiant, avait rejoint un maquis dans l’Oise. Attaqué par la Wehrmacht, il mena un combat héroïque, jusqu’à l’épuisement de ses munitions, pour couvrir le repli de ses hommes. Fait prisonnier, il fut fusillé le lendemain dans une clairière, près de l’Isle-Adam, avec dix de ses compagnons.

 

Après cette évocation émouvante, M. André Labour, Délégué général pour les Hauts-de-Seine procéda à une remise de médailles du Souvenir français. A côté de trois adultes, un jeune de 17 ans, Florent, reçut cette décoration au titre de porte-drapeau, fonction qu’il exerce depuis trois ans avec régularité et spontanéité dans les cérémonies officielles. En même temps que la médaille, M. Labour lui remit le diplôme « Attestation de reconnaissance à la jeune génération », en insistant sur le caractère exemplaire de l’adhésion de ce jeune lycéen aux valeurs qui sont la raison d’être du Souvenir Français.

Lire la suite

Publié le 4 Décembre 2010

Stick-SF.gif

 

 

 

 

Le Comité de Chatenay-Malabry vous informe :

 

- Le dimanche 5 décembre, la messe en la chapelle Royale de Versailles sera chantée par les Choeurs de Paris, chers à Françoise-Marie Belin, présidente de ce Comité. L'ouverture des portes est prévue pour 16h30 ; entrée gratuite par la porte longeant la chapelle (l'entrée la plus proche se trouvant sur la rue des Réservoirs).

 

Le Comité de Rueil-Malmaison vous informe :

 

- Le dimanche 12 décembre 2010 se déroulera l'assemblée générale du Comité, présidé par Jean-Pierre Didrit. A 10h, se déroulera la cérémonie au monument aux morts et à 10h30, en la salle des mariages de l'Hôtel de Ville de Rueil, l'assemblée générale aura lieu.

 

 

Lire la suite

Publié le 27 Novembre 2010

 

Infirmières militaires

 

 

 

Infirmières, médecins et militaires devant la baraque d’un hôpital militaire – Nord de la France, septembre 1917.

 

 

Sur le monument aux morts de Sèvres, pour la Première Guerre mondiale, figurent plusieurs noms de femmes : Germaine Geslin, Alyette Poirot-Delpech, Marie Daull Barret. Autant pendant la Seconde Guerre mondiale, les listes comprennent de nombreux noms de déportées, de victimes civiles ou de résistantes, autant cela était beaucoup plus rare trente-cinq ans plus tôt. Généralement, il s’agissait d’infirmières militaires déclarées mortes pour la France. Au nombre de deux-cent-mille dans les troupes alliées, surnommées « anges blancs », des milliers d’entre-elles se sont sacrifiées pour sauver des soldats.

 

 

Les Sections d’infirmiers militaires.

 

Les Sections d’infirmiers militaires sont dirigées par des médecins, qui peuvent avoir des galons différents selon leur âge, leurs années de services (…). Ils ont le titre de médecin attaché devant leur grade.

 

Les Sections d’infirmiers militaires sont des entités du Service de Santé des Armées et sont des éléments organiques de corps d’armée, au même titre que l’état-major, les sections du train des équipages, les secrétaires, le recrutement, les commis et ouvriers militaires d’administration ou encore les légions de gendarmerie. Les Sections d’infirmiers comportent bien entendu des infirmiers, et aussi des brancardiers, des chauffeurs, des médecins, des aides-soignants, des auxiliaires. Des infirmières également.

 

Il y a des années de cela, pour la revue « Je sais tout », le journaliste Paul Fuchs interrogea Charlotte Maître, infirmière militaire pendant la Grande guerre : « Il y a deux sortes d'infirmières : les unes dépendent d'associations libres et donnent gracieusement leur concours à l'État ; les autres, dont je suis, sont réellement incorporées dans l'armée et sont des soldats, en tout et pour tout. Assimilées aux officiers subalternes, nous touchons les mêmes rations qu'eux, nous voyageons avec les mêmes feuilles de route. Nous n'avons sur eux qu'un avantage, une indemnité d'habillement de cent francs par an ».

 

 

La Croix-Rouge.

 

La Croix-Rouge française, créée en 1864, se matérialise via plusieurs entités : la Société de Secours aux Blessés Militaires (SSBM) et le Comité des Dames de la SSBM. Des scissions interviennent qui donnent naissances à deux autres œuvres : l’Association des Dames de France (ADF) et l’Union des Femmes de France (UFF).

 

Dès les premiers jours du conflit, la SSBM se rend sur les champs de batailles. A l’arrière, l’ADF et l’UFF œuvrent à l’organisation d’hôpitaux militaires provisoires et/ou auxiliaires. En 1918, on dénombre près de mille-quatre-cent hôpitaux. De nombreuses écoles, des lycées, des châteaux (Chenonceau par exemple), sur tout le territoire national, sont transformés en unités de soins et de repos, en sanatorium ou encore en centres de tris pour l’envoi de colis aux soldats.

 

Ce sont près de soixante-huit-mille femmes qui s’engagent au sein de la Croix-Rouge française pour défendre la France et son armée.

 

 

Les religieuses.

 

Au même titre qu’il existe au sein de l’armée un service des aumôneries militaires, de très nombreuses religieuses se portent volontaires pour aider et soigner les blessés. Sœur Gabrielle à Clermont-en-Argonne, sœur Julie à Gerbéviller, sœur Cléophas de l’hôpital de Rochefort-en-Yvelines, sœur Thérèse, qui accompagne le corps expéditionnaire français dans les Dardanelles en 1915, les Sœurs franciscaines Missionnaires de Marie qui œuvrent à Paris, sont restées parmi les plus célèbres.

 

Il faut également mentionner les sœurs des ordres religieux originaires des pays alliés et qui interviennent sur le front.

 

Les religieuses reçoivent des décorations, comme la Médaille de la Reconnaissance française ou la Médaille des Epidémies (et de nombreuses décorations étrangères). Elles sont aussi citées à l’Ordre du corps d’armées ou de l’armée, comme Victoire Perrin, de l’ordre des Sœurs Hospitalières de Saint-Charles de Nancy : « Supérieure à l’hôpital de Blâmont, est restée à la tête de la maison pendant toute l’occupation allemande. D’une charité et d’un dévouement sans bornes, a donné ses soins, en pleine bataille des 14 et 22 août 1914, aux blessés français. Par la suite, au cours de la campagne, a caché à plusieurs reprises des patrouilles égarées dans les lignes allemandes et les a aidées à regagner nos lignes, sans souci des représailles ennemies auxquelles elle s’exposait.»

 

 

Les Armées alliées.

 

Il convient ensuite de distinguer les services de santé des armées présentent sur le sol français pendant la Première Guerre mondiale des associations caritatives et des dons de personnalités étrangères à l’Armée française.

 

Comme pour le Service de Santé de l’Armée française, des hôpitaux militaires de campagne et des centres de convalescence sont constitués sur le sol français pour, et parfois par, les armées belges, anglaises (et troupes du Commonwealth), américaines, canadiennes… C’est l’explication par exemple de la présence de nombreuses tombes militaires belges dans le petit village d’Avon-les-Roches en Touraine.

 

Les interventions des YMCA (Young Men’s Christian Association) anglaises et américaines, des œuvres caritatives canadiennes, sud-africaines ou encore australiennes sont primordiales pour suppléer ou aider les infirmières militaires.

 

Quand les Etats-Unis lèvent un corps expéditionnaire pour aider son alliée la France, en 1917, il y a déjà près de deux ans que l’association américaine American Ambulance Field Service fournit des ambulances modernes pour le front occidental. Et au moment même où ce même corps expéditionnaire débarque en France, il est accompagné de bataillons entiers d’infirmières.

 

Autre exemple : les ladies de la Société londonienne se dévouent corps et âmes pour créer et administrer des antennes en Belgique et dans le nord de la France, payant elles-mêmes les matériels et les médecins.

 

 

Le dévouement, quelque soit la patrie du soldat.

 

Les Services de Santé agissent d’abord et principalement pour leurs armées. Mais il ne faut oublier que la Convention de 1906 pour l’amélioration du sort des blessés et malades dans les armées en campagne, signée à Genève, est souvent respectée et est associée à un esprit « chevaleresque » encore présent dans les armées.

 

De fait, il n’est pas rare que des infirmières soient désignées pour s’occuper de blessés ennemis récupérés sur le champ de bataille.

 

C’est le cas d’Elisabeth Ridell Henderson, infirmière écossaise, qui raconte, bien des années plus tard, une demande particulière de sa supérieure : « Dans la matinée, un jeune scout est venu dans l’aile en saluant brièvement. Avec une étincelle espiègle dans les yeux, il m’a dit : « Ma sœur, la directrice veut vous voir dans son bureau immédiatement. » Il savait très bien qu’un tel message a le don de mettre une personne à l’envers ! Voici ce que la directrice avait à me dire : « Ma sœur, je veux que vous prépariez vos bagages immédiatement : je vous envoie à une école dont nous avons pris possession afin de préparer les lieux pour que nous puissions recevoir trois-cents blessés allemands ce soir même. » Je suis restée clouée sur place, puis, j’ai répondu, désespérée : « Madame, ne pourriez-vous pas envoyer quelqu’un d’autre qui n’ait pas les mêmes sentiments que moi ? Le frère dont je suis le plus proche est porté disparu, le frère de mon fiancé a été tué en ramenant des prisonniers qui s’étaient rendus, et le fiancé d’une de mes sœurs, grièvement blessé, est à l’hôpital Cambridge, à Aldershot, depuis près d’un an. Je ne pourrais pas toucher aux Allemands !» ai-je lancé fougueusement. La directrice a répondu doucement : « Ma sœur, c’est un ordre. »

 

 

Pourquoi s’engagent-elles ?

 

Les infirmières s’engagent par devoir, par sentiment patriotique, par fidélité à un amour parti à la guerre, en souvenir d’un frère, d’un mari, d’un aïeul tombé au champ d’honneur. Les infirmières proviennent de toutes les classes sociales, de tous les milieux : de l’aristocrate à la paysanne, de l’ouvrière à la femme au foyer. Il n’est que de citer sa majesté Elisabeth, reine de Belgique, Madeleine Jacquemaire, fille aînée du Président Georges Clémenceau, Louise de Bettignies, surnommée « la Jeanne d’Arc du Nord », qui, prisonnière des Allemands, refuse de fabriquer des pièces d’armement pour les ennemis de son pays, et finit par mourir de privations et de maladie dans les geôles du IIème Reich.

 

Ou encore Edith Cavell, infirmière anglaise, qui organise en 1915 l’évasion de nombreux blessés alliés de la zone d’occupation allemande. Pour ce fait de résistance, elle est arrêtée et exécutée le 12 octobre 1915. « J’ai pensé que c’était mon devoir de faire cela pour mon pays. Je suis anglaise et j’ai agi en patriote ».

 

Léonie Bonnet dans son journal de la Grande guerre écrit : « C’est dans le travail et la prière, qu’un très grand chagrin dont personne ne peut soupçonner l’existence, peut trouver un certain apaisement. Aujourd’hui plus qu’hier, et demain davantage, je penserai à ces deux mots : « Travail, Prière » (placé en exergue du livre Aimer et travailler, Léonie Bonnet, d’Alexandre Lafond et Céline Piot, Ed. Nérac).

 

 

Monuments et stèles.

 

A Pierrefonds, dans le département de l’Oise, le 20 août 1918, un bombardement aérien tue l’infirmière Elisabeth Jalaguier. Depuis un monument a été érigé en sa mémoire et pour toutes les infirmières tombées au combat : « In memoriam. Gloire aux infirmières militaires de France. Ce monument est érigé dans le parc ou fut tuée Elisabeth Jalaguier. »

 

Dans plusieurs édifices religieux se trouvent des stèles à la mémoire du sacrifice de ces femmes merveilleuses, comme par exemple à Reims, où est inauguré en 1924 un monument à la gloire des infirmières de la Première Guerre mondiale. A Paris, sur un des piliers de la nef de l’église Saint-Louis des Invalides, une plaque a été posée et représente un hommage des soldats français à leurs infirmières. A Berck-sur-Mer, le monument représente un Poilu sur un brancard (« Aux infirmières françaises, les combattants reconnaissants »).

 

« Il fallait quand même consoler, distraire, encourager ceux qui, dans les trente lits de la salle, gisaient et souffraient pour la Patrie ; il fallait rire et sourire durant douze heures par jour, mais le soir, dans le dortoir sans feu, bien lasse, si lasse qu’elle avait à peine touché à sa ration, la jeune infirmière tirait alors clos les rideaux de son alcôve et sanglotait en appelant « sa maman » qui la gâtait si fort et la soignait si bien, elle, la pauvre gosse à peine sortie elle-même de l’enfance » (Louise C., infirmière belge, citée par Hubert Depester dans son ouvrage Nos héros et nos martyrs de la Grande Guerre – Ed. Tamines).

 

Lire la suite

Publié le 11 Novembre 2010

 

Vanves 012

 

 

L’une des caractéristiques du carré militaire de Vanves est de présenter (ici au premier plan) une série de tombes russes : du capitaine Nicolas Voloschinoff aux soldats Marouchine ou Kertachaw, en passant par le sous-lieutenant Alexandre Remizoff, ils sont quinze russes à être enterrés dans le cimetière de cette petite commune des Hauts-de-Seine. Pourquoi ?

 

 

Données démographiques.

 

En août 1914, au déclenchement de la Première Guerre mondiale, les données démographiques sont simples : la France, avec une population de 39 millions de personnes, aligne une armée de 800.000 hommes. Ce qui est une proportion considérable, car les anciennes classes ont toutes été rappelées et la durée du service militaire a été portée à trois ans. Il s’agit d’engager un maximum de soldats dans une guerre rapide. « Aux vendanges, nous serons rentrés » entend-on un peu partout. Mais, de son côté, l’Allemagne, avec une population de 67 millions, n’a mobilisé que les jeunes classes, soient plus de 1.000.000 hommes. Cela représente environ vingt divisions de plus que l’Armée française. Qui plus est, le Reich a la capacité à mobiliser encore autant d’hommes en faisant appel aux réservistes.

 

Le premier allié de la France est l’Armée anglaise. En 1914, le Corps expéditionnaire britannique n’est que de 70.000 hommes (ses effectifs augmenteront avec les années) ; par contre, l’Empire peut compter sur ses colonies (Indes, Nigéria, Kenya) et ses dominions : Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Terre-Neuve. L’est et le nord de la France se trouvent être les champs de bataille principaux ; toutes ces armées vont donc se croiser et s’affronter sur ces terres.

 

Les premiers combats sont parmi les plus violents. A la fin de l’année 1914, les armées belges, anglaises et françaises ont déjà perdu plus d’un million d’hommes, principalement des Français. Une bataille comme celle de la Marne, qui se déroule du 6 au 9 septembre 1914, représente plus de 80.000 morts dans les rangs français. Il n’est pas rare qu’une simple attaque se solde par 5.000 tués…

 

De leur côté, en décembre 1914, les Allemands n’ont perdu que 675.000 hommes.

 

Le recrutement d’effectifs supplémentaires est donc vital si les Alliés veulent vaincre le Reich. L’Armée britannique se renforce et tente, en 1915, avec l’Expédition des Dardanelles, d’ouvrir un nouveau front. L’Armée française fait appel à ses colonies. Des dizaines de milliers d’hommes arrivent d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, d’Afrique Equatoriale Française et d’Afrique Occidentale Française.

 

 

L’Armée russe : un réservoir d’hommes.

 

Pour battre les Empire Centraux (Reich allemand et Empire Austro-hongrois), les Alliés comptent également sur l’immense Armée russe, forte de plus de 5 millions d’hommes (armées d’active et réservistes). Les capacités semblent infinies. Mais cette armée cache de lourdes lacunes : pour une grande partie, elle est composée de paysans sans formation militaire, mal armés et mal équipés.

 

La France décide donc d’approcher son allié et de lui demander une aide par l’envoi de troupes. Dans le courant du mois de décembre 1915, le généralissime Joffre, commandant en chef de l’Armée française, fait envoyer une délégation de parlementaires auprès du tsar Nicolas II. Celle-ci est menée par Paul Doumer, sénateur et futur président de la République. La France souhaite obtenir 40.000 hommes par mois pour combler les pertes d’effectifs. En échange, elle s’engage à livrer de grandes quantités d’armes dont plus de 450.000 fusils. Finalement, Nicolas II accepte la transaction mais se sont seulement 45.000 soldats russes qui sont envoyés pour appuyer les forces alliées : deux brigades partent pour la France (elles voyagent depuis l’extrême est de la Russie – Vladivostok – et débarquent à Marseille en passant par le canal de Suez) ; deux autres brigades sont envoyées sur le front des Balkans pour aider les corps expéditionnaires britanniques et français.

 

Après le défilé d’arrivée à Marseille et une formation militaire avec la fourniture d’équipements (dont un casque français sur lequel a été ajouté un aigle bicéphale), les soldats sont envoyés en Champagne et se battent courageusement dans les secteurs de Suippes et d’Aubérive. Au début de l’année 1917, les deux brigades attaquent et remportent le Fort de la Pompelle, près de Reims, puis, en avril, elles participent à l’offensive – et l’échec cuisant – du Chemin des Dames, déclenchée par le général Nivelle, nouveau chef de l’Armée française. Dans cette boucherie, les brigades russes perdent près de 5.000 soldats, sur les 19.000 engagés.

 

 

A Vanves.

 

A Vanves, le lycée Michelet connait un sort identique à de nombreux établissements scolaires : surveillants, maîtres et professeurs étant mobilisés au front, les classes restent vides. D’où leur réquisition par l’Armée pour en faire des hôpitaux militaires temporaires (c’est par exemple le cas de l’Institut Saint-Nicolas d’Issy-les-Moulineaux, distant d’un kilomètre).

 

Entre 1914 et 1918, le lycée Michelet reçoit des milliers de blessés et de convalescents. Une fois, c’est toute une section de Russes qui arrive…

 

 

 

 Vanves - Lycée en hôpital

 

 

 

Russes rouges et Russes blancs.

 

Mais en février 1917, la Révolution bolchévique est déclenchée par Lénine à Saint-Pétersbourg. Dilemme des ex-soldats du tsar : doivent-ils rejoindre la mère patrie et cesser les combats ou doivent-ils rester fidèles à Nicolas II et continuer la lutte aux côtés des Français (les négociations de paix entre les Empires Centraux et la Russie sont engagées en décembre 1917) ? Pour éviter une contamination des troupes françaises, il est décidé de partager les deux brigades : la 1ère, plutôt « rouge » est envoyée dans un camp militaire, la Courtine; la 2ème, plutôt loyaliste, ou « blanche », est dirigée sur Felletin, également dans le département de la Creuse. Placer les deux divisions dans des camps proches est une erreur.

 

A La Courtine, les Russes pro-Lénine créent des comités bolchéviques et exigent le retour immédiat en Russie. Ils essaient également de rallier les Russes loyalistes. Le camp est transformé en une faction autogérée. L’Ukrainien Globa prend la tête du mouvement. Les soldats russes profitent également de leur isolement pour fraterniser avec les populations locales et coopèrent aux travaux des champs. Effrayé à l’idée que les idées bolchéviques ne contaminent la population, l’Etat-major de l’Armée française envoie plus de 3.000 hommes pour mater la rébellion. Les populations civiles sont évacuées le 12 septembre 1917 à la périphérie du camp, et le surlendemain, La Courtine est pilonnée à coups de canon. Rapidement matés, au prix de 150 morts, les soldats russes se rendent. Globa est arrêté.

 

L’épilogue de cette aventure est une « francisation » de l’élite militaire du camp : près de 400 officiers et sous-officiers tsaristes s’engagent dans l’Armée française, 11.000 hommes sont intégrés aux compagnies de travail (chemins de fer ; logistique ; armement…). Pour 5.000 autres Russes, réfractaires, c’est la direction de l’Algérie et le placement dans les fermes ou, souvent, ils remplacent les fellahs envoyés au front. En 1920, certains soldats russes sont autorisés à rentrer en Russie bolchévique. D’autres s’installent en France, et d’autres encore restent en Algérie.

 

Quant aux Russes de Vanves, certains s’installent et fondent une petite communauté d’expatriés. En 1931, ils créent la paroisse orthodoxe de la Sainte-Trinité qu’ils décorent avec des icônes rapportées de la Mère patrie. L’un des membres les plus célèbres de cette communauté est la poétesse Marina Tsvetaeva, qui habite avec sa famille rue Potin à Vanves entre 1934 et 1938.

 

 

Lire la suite

Publié le 5 Novembre 2010

 

SF-Logo.jpg

 

 

Pour rendre hommage à tous les Combattants de la Grande Guerre

1914-1918 dans le cadre du 92ème anniversaire de l’Armistice

du 11 novembre 1918

 

 

Patrice FICHET, président, et les membres du Conseil

du Comité de Colombes du SOUVENIR FRANÇAIS

 

 

l’Union des Anciens Combattants et Affiliées de Colombes

 

 

vous prient d’honorer de votre présence

 

 

la veillée aux flambeaux

au Monument aux Morts de Colombes

 

 

le MERCREDI 10 novembre 2010 de 19 heures à 20 heures 

 

 

Des textes écrits durant la Grande Guerre seront

lus au cours de cette veillée.

 

 

 

Les volontaires pour prendre un tour de garde d’honneur aux flambeaux

( dix minutes ) sont priés de se faire connaître

au  01 47 80 01 41.

 

Lire la suite

Publié le 3 Novembre 2010

 

 

1° Novembre 2010 Carré Militaire 026

 

 

Pauline et Charlotte (12 et 10 ans), petites-filles de François Leblanc-Barbedienne, président du comité de Saint-Cloud.

 

 

 

Devant le cimetière de Saint-Cloud, comme en ville, comme partout en France, le lundi 1er novembre s'est déroulée la grande quête nationale du Souvenir Français. Elle a pour but de récolter de l'argent pour l'entretien des tombes et des monuments de celles et ceux qui sont morts pour la France pendant les derniers conflits. Vous pouvez toujours devenir membre du Souvenir Français en vous rapprochant de votre comité local, dont vous trouverez l'adresse dans la catégories "Comités".

 

 

Lire la suite

Publié le 29 Octobre 2010

150ème RI - 1918 - Ecpad

 

5ème bataillon du 150ème RI – Rive droite de la Seille – Copyright ECPAD.

 

 

Etre Français.

 

Henri Gustave Lange nait dans le 16ème arrondissement de Paris le 25 août 1898. Il est le fils d’un riche industriel et sa famille est depuis peu devenue française. Elle habite Neuilly-sur-Seine. De confession juive, il estime que c’est son devoir d’être au front, et exposé. Officier de réserve, d’abord affecté à un régiment d’artillerie, il intervient en haut lieu pour être versé dans l’infanterie – au 150ème RI – afin de mieux servir sa nouvelle patrie.

 

Le livre remarquable « Paroles de Poilus » (Ed. Tallandier Historia) expose deux lettres d’Henry Lange :

 

« Ce 5 octobre 1917,

 

Rien à signaler aujourd’hui encore ; nous vivons ici une vie assez monotone, qui se recommence chaque jour, dans une campagne infiniment calme et reposante. Je jouis infiniment de la beauté douce et tranquille de cette fin d’été, de ce début d’automne. Il y a, en cette saison, un parfum de mélancolie émouvante, suave, dont je me sens profondément imprégné. J’ai l’impression qu’en cette saison quasiment crépusculaire, les âmes sont meilleures et les cœurs plus sensibles… Et pourtant, on continue à se battre. Non, je n’aime pas la guerre ; et je ne voudrais pas qu’un jour, quelqu’un put dire que les combats s’écrivent ainsi qu’une partie de football ou de tennis. Je suis décidé à être un bon soldat très brave et j’ai la prétention de m’être déjà bien comporté au feu parce que c’est mon devoir et par amour de l’idéal : depuis deux ans, je me suis mis « au service de l’idéal », au service d’un certain nombre d’idées telles que celle-ci : tout jeune homme doit s’engager, dès que son âge le lui permet, et si sa santé n’est pas trop faible, un engagé doit reste au dépôt un maximum de temps possible. A 19 ans, on doit être fantassin quand on est Français, et qu’on est jeune et fort, on doit être heureux et fier de pouvoir défendre sa patrie. Quand on est Français de date récente, et surtout quand on fait partie de cette race juive méprisée et opprimée, on doit faire son devoir mieux que personne. Et puis il faut bien que dans cette famille il y ait quelqu’un qui se batte pour de bon ! Je n’aime pas la guerre, mais je n’en souffre nullement, ni au physique, ni au moral. Je suis très heureux (car je suis une bonne poire) à l’idée qu’à la fin de la guerre, je pourrai être satisfait de moi, mais sais fort bien que personne, quelques mois après la signature de la paix, ne différenciera ceux qui se sont battus et ceux qui se sont reposés… ceci n’a d’ailleurs aucune importance : j’agis égoïstement pour moi, pour vous, et pour l’idéal.

 

Je n’ai pas de lettre de vous aujourd’hui.

Je suis toujours embusqué et pour quelques mois encore.

 

A vous.

 

Henry Lange ».

 

A la fin de l’année 1917, le régiment est placé dans la forêt de Facq, à côté de Pont à Mousson dans le département de la Meurthe-et-Moselle. Le 150ème profite de cet emplacement et de la relative tranquillité pour bâtir des casemates et des tranchées solides. Compte tenu de la taille du secteur à couvrir, des escouades sont formées afin de réaliser des coups de main. L’infanterie est bien loin de la guerre de mouvement chère à l’année 1914…

 

1918.

 

Le 27 mai 1918, l’Armée allemande déclenche une vaste offensive sur l’Aisne : il s’agit de la Seconde bataille de la Marne. Le 150ème est rapidement embarqué en train pour être acheminé vers Epernay. Sa mission : tenir une position située entre Reims et Château-Thierry. Le 1er juin 1918, les assauts sont terribles. Des compagnies sont débordées ; les hommes se replient en désordre, se réfugient dans des taillis où des corps à corps s’engagent. Puis, bien repris en main, les biffins du 150ème se reprennent et stoppent l’avance ennemie.

 

«Magnifique régiment, animé du plus beau sentiment du devoir et du sacrifice. Après avoir tenu, dans des conditions souvent pénibles, un secteur important du front, a été jeté en pleine bataille avec mission d'arrêter coûte que coûte l'avance ennemie. Sous les ordres du lieutenant-colonel Voinier, a résisté pendant une semaine, sans faiblir, dans des combats très rudes, allant souvent jusqu'au corps à corps, à l'assaut de forces supérieures, et a conservé ses positions, infligeant à l'ennemi de lourdes pertes et lui faisant des prisonniers.

Le Général commandant la 5e armée : BERTHELOT ».

 

Pendant près de cinquante jours, jusqu’en juillet 1918, le 150ème RI reste en ligne où il subit quotidiennement le bombardement ennemi. Vingt quatre officiers et plus de sept cents hommes meurent au cours de cette période. Le 150ème est cité une nouvelle fois à l’Ordre de l’Armée.

 

A la fin du mois d’août 1918, le régiment rejoint le secteur de Champenoux. C’est une portion relativement calme du front. Le Journal de Marche du régiment fait mention de la remise par le général Pétain de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire, le 9 septembre 1918 : « C’est avec une grande joie que je suis venu aujourd’hui vous apporter cette fourragère que vous avez récemment si vaillamment gagnée. Chaque fois que je puis venir à la 40ème, je n’y manque pas et chaque fois que j’entends parler d’elle, je sens mon cœur tressaillir fortement. Car les 40ème et 42ème divisions sont les plus beaux fleurons de l’armée. Je ne puis oublier que ces deux splendides divisions, et surtout la 40ème, ont sauvé la mise à Verdun. Plus tard, quand on écrira l’histoire de la Guerre, vous pouvez être sûrs que votre division aura de beaucoup les plus belles pages, qu’elle aura d’ailleurs écrites de son sang ».

 

Le même jour, à quelques kilomètres de là, Henry Lange écrit à sa fiancée :

 

« Mon Hélène chérie,

 

Après quatre ans d’angoisse, mêlée d’espérance, tu vois enfin apparaître les signes avant-coureurs de la félicité que tu as si bien méritée. Et là-bas, à quelques mille mètres devant moi, sur ce chemin où passent peu de dames au milieu de la fumée des obus, se dessine l’aurore de la victoire. L’épreuve a été longue, mais nous en voyons la fin, heureuse, mon Hélène aimée.

 

Ta lettre m’est arrivée il y a plusieurs jours, qui me souhaitait beaucoup de satisfactions et de récompenses. Merci. Mais d’ores et déjà je me sens heureux d’avoir un peu, un tout petit peu, contribué à la victoire ; mon rêve se réalise.

 

Hier soir, dans le quartier boche où, loin du front, nous nous reposons, mes hommes et moi, j’ai eu une bien grande joie : mes poilus m’ont donné un « satisfecit » ; ils m’ont dit être contents de moi en termes profondément troublants qui – un peu plus – me laissaient venir les larmes aux yeux. Nous avons fait notre devoir ; mais j’ai été extrêmement circonspect, prudent, et j’ai la grande satisfaction de n’avoir pas de pertes, ou du moins si peu, si peu que cela compte à peine.

 

Maintenant, je ne suis plus dans la bataille et je le regrette ; quelles sensations sublimes j’ai éprouvées en parcourant ce sol français reconquis derrières les boches en fuite. Ecris-moi de temps en temps : j’aime à te lire.

 

Ton Riquet ».

 

Le lendemain, à la tête de sa section, au cours d’une mission, l’aspirant Henri Lange est tué par un soldat allemand à Celles-sur-Aisne. Il avait vingt ans et aurait pu connaître, deux mois et un jour plus tard, « l’aurore de la victoire ».

 

 

Lire la suite

Publié le 24 Octobre 2010

2010-10-23, Congrès 2010 100

 

 

Hier, samedi 23 octobre 2010, à Levallois-Perret, s'est déroulé le congrès départemental annuel de la Délégation du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine. Celui-ci avait été organisé de façon extraordinaire par la présidente du comité local, Madame Jeannine Laurent (à droite sur la photographie) et toute son équipe.

 

Après un rappel des événements de l'année écoulée, des consignes, parole a été donnée à chacun des présidents des comités du département afin d'indiquer localement ce qui s'était passé en 2009-2010. Par la suite, le colonel Pierre Keraudren, secrétaire général adjoint au siège national, puis Monsieur Denis Knecht,  maire-adjoint en charge des Anciens combattants, dirent quelques mots sur notre association et sur le Devoir de Mémoire, si important en ces temps où la critique et l'interprétation historique sont de mise.

 

Des médailles furent remises :

 

- Pour le Comité de Levallois : médaille d'argent du Souvenir Français à Madame et Monsieur Decorbez, Monsieur Sornin, Monsieur Duret, Monsieur Senecal, Madame Pujol ; médaille de vermeil à Madame Leclerc.

 

- Pour le comité de Ville d'Avray, médaille d'argent à son président, Jean-William Le Norcy.

 

Deux cérémonies se déroulèrent au cimetière (monument aux morts, carré militaire britannique, carré militaire français) et au monument aux morts de la ville.

 

Enfin, la municipalité de Levallois-Perret offrit le verre de l'amitié et l'ensemble des participants se retrouva pour un remarquable déjeuner dans les salons d'honneur de l'hôtel de ville. Une nouvelle fois, toutes nos félicitations au comité de Levallois-Perret pour cette journée.

 

Retrouvez les photographies de l'événement dans l'album initulé : "2010-10-23, Congrès départemental".

Lire la suite

Publié le 17 Octobre 2010

Pedot - Plaques commémo.

Plaque de l'Amicale laïque Victore Hugo - Kléber à La Madeleine (Nord - copyright plaques-commemoratives.org) 

 

 

Monsieur et Madame Bourdon, de Puteaux, nous ont transmis un texte très émouvant. Il s’agit d’une lettre de leur oncle. Une lettre écrite par Edmond Pedot, quelques minutes avant son exécution pour faits de résistance, le 18 juin 1944. Terrible anniversaire pour l’Appel du général de Gaulle.

 

« Le 18 juin 1944, à 5h30 du soir.

 

Chers parents, sœurs, frères et amis,

 

Cette lettre qui sera la dernière que vous recevrez est écrite de la prison d’Arras, d’une main ferme.

 

Je viens d’être condamné avec 20 camarades à la peine de mort. Nous serons fusillés à 19 heures, ne vous en faites pas, c’est en vrais Français que nous y serons et sans trembler. Nous sommes tous victimes d’un lâche qui, j’espère, ne fera pas long feu après guerre.

 

Enfin, Maman, Papa, Paulette, Robert, Yvonne, Fernand et à tous mes Frères, je demande que vous ne vous en faites pas pour ça et excusez-moi du chagrin que je vous cause involontairement mais, quand plus tard vous sortirez, sortez la tête haute, car j’ai fait mon Devoir jusqu’au bout. Je n’ai même pas voulu implorer nos juges. Une chose nous console tous, c’est que bientôt vous serez heureux et que nous serons tombés pour la bonne cause. Si jamais on vous parle de moi, ce sera toujours pour vous dire du bien. Vous aurez des nouvelles par la suite. Encore une fois, pardonnez-moi !

 

Je vais terminer en vous souhaitant d’être heureux tous, Papa, Maman, Paulette, Yvonne, Georges, Henri et Robert, Fernand, sans oublier tous les amis. Je vous dis « Au Revoir »…

 

Je tombe avec mes copains pour la cause du général de Gaulle. Vive de Gaulle ! Vive la Libération ! Vive la France LIBEREE !

 

Votre fils Edmond. »

 

 

Edmond Pedot avait 19 ans et il était commandant des FTP de l’arrondissement de Béthune. Plus tard, quand le pays se fut libéré, des funérailles civiles furent organisées le dimanche 1er octobre 1944 dans la commune de La Madeleine, près de Lille.

Lire la suite