Publié le 28 Septembre 2019

A Sèvres, le Souvenir Française rend hommage aux soldats Morts pour la France pendant la « Drôle de Guerre ».

« A nous le souvenir, à vous l'immortalité » énonce solennellement Claude Guy, délégué général du Souvenir français du département. Dans les allées ensoleillées du cimetière de Sèvres, une vingtaine de personnes assistent ce mardi matin à une cérémonie en hommage à Michel Poutou.

Son nom n'est pas entré dans l'Histoire. Et pour cause, ce soldat sévrien est mort lors de ce que l'on a appelé la « drôle de guerre », touché par un éclat d'obus à Saint-Louis-lès-Bitche, en Moselle, le 29 septembre 1939.

« Il y a cette fausse guerre, qui restera sous le nom de « drôle de guerre », au sens de curieuse, mais il ne faut se tromper sur cette période. Près de 3 000 soldats français meurent dans des combats entre le 3 septembre 1939, date de la déclaration de guerre, et le 10 mai 1940, date de l'offensive allemande » explique Claude Guy.

Michel Poutou avait 19 ans. Il est mort moins d'un mois après le début de la guerre. Fils d'un mécanicien, Michel Poutou grandit chemin des Lacets. Il fait partie du 23e régiment d'infanterie coloniale. Soldat de la première compagnie, il est « plein d'entrain », décrit son commandement. Le Sévrien a été décoré à titre posthume de la croix de guerre, et fait titulaire de la médaille militaire.

 

« On aurait pu se croiser »

Renée, 90 ans, s'approche de la tombe où elle a déposé une fleur quelques minutes avant. « On aurait pu se croiser, son nom me dit quelque chose, dit-elle. Il était né à Sèvres en 1920, moi je suis de 1928. »

Renée est venue assister à la cérémonie accompagnée de sa fille. « C'est important de se déplacer tant que l'on peut et de continuer à rendre hommage à ces soldats », glisse-t-elle. Aucun des combattants ayant pris part à la drôle de guerre n'est encore en vie aujourd'hui.

Comme Michel Poutou, cent soldats morts pour la France lors de cette période seront mis en avant par le Souvenir français cette année. « Contrairement à 14-18, il y a très peu de documents sur la drôle de guerre. Il s'agit vraiment de réhabiliter cette période ».

L'an dernier, le Souvenir français avait choisi de rendre hommage aux soldats oubliés de la Grande guerre. Deux avaient été honorés dans le département : Auguste Thin à Asnières et Gustave Durassié à Montrouge.

 

Les tombes de victimes de guerre à l’abandon seront restaurées.

Plusieurs tombes du cimetière de Sèvres, laissées à l'abandon, seront restaurées d'ici deux ans. Il s'agit des tombes de 19 personnes, dont des familles, qui ont péri lors des bombardements de la ville en mars 1942. Ainsi que les tombes de deux soldats de la guerre d'Indochine, d'un soldat de la guerre d'Algérie, et d'un soldat de la Seconde Guerre mondiale.

« Cela fait partie des missions du Souvenir français de veiller à l'entretien de ses tombes lorsqu'il n'y a plus de famille pour le faire, confie Olivier Maurion, président du comité du Souvenir français de Sèvres. Il s'agit d'un budget d'environ 15 000 €. Nous avons déjà eu l'accord de la mairie qui financera une partie des restaurations. Et pour le reste, j'envisage une souscription publique ou une cagnotte en ligne ».

 

Sources :

 

  • Journal Le Parisien – 3 septembre 2019
  • Texte et crédits photographiques d’Estelle Dautry.
Claude Guy, délégué général du Souvenir français lors de la cérémonie en hommage à Michel Poutou. Derrière lui se tient Renée, Sévrienne de 90 ans.

Claude Guy, délégué général du Souvenir français lors de la cérémonie en hommage à Michel Poutou. Derrière lui se tient Renée, Sévrienne de 90 ans.

Lire la suite

Publié le 25 Septembre 2019

Les Compagnons de la Libération des Hauts-de-Seine : Jacques Piette d'Issy-les-Moulineaux.

Biographie.

 

Alias : "Personne"

 

Fils d'ouvrier tourneur, Jacques Piette nait le 13 mai 1916 à Issy-les-Moulineaux dans les Hauts-de Seine.

 

Diplômé de droit public et d'économie politique, élève de l'Ecole des hautes études sociales, il est membre du comité directeur de la SFIO à partir de 1938.

 

Il accomplit son service militaire comme élève officier de réserve à Saint-Cyr en 1939 (promotion "Amitié franco-britannique") et, nommé sous-lieutenant en mai 1940, il est affecté au 24e Régiment d'infanterie. Après l'armistice, en septembre 1940, il rentre en rapport avec le commandant Daum de la base de Pau. Il appartient dès lors à un réseau de renseignements s'occupant aussi de faire passer la ligne de démarcation ou de transporter des armes.

 

En 1942 le réseau de Jacques Piette disparaît à la suite de la saisie par la Gestapo d'importants stocks d'armes cachés en Vendée. En juillet 1942 il établit une liaison avec le groupe d'Uriage et entre en relation, en septembre 1942, avec le réseau "Centurie" dont la direction de la section économique lui est confiée dès le mois de décembre.

 

Entré à l'Organisation civile et militaire (OCM), il participe alors à l'élaboration des Cahiers de l'OCM et favorise, en mars 1943, l'entrée des groupes d'Uriage dans la Résistance. Il établit la liaison entre Dunoyer de Segonzac et Brossolette et assure les contacts entre le Comité général des experts de l'OCM et le Bureau des opérations aériennes (BOA).

 

En septembre 1943 Jacques Piette devient membre du comité directeur de l'OCM sous le nom de "Personne" et, en octobre, est nommé chef de la Région militaire pour le Nord, le Pas-de-Calais, et la Somme (Région A). En décembre 1943 son commandement s'étend à l'Aisne et à la Seine-inférieure.

 

Le 21 février 1944, il est nommé inspecteur régional des FFI pour la Région A et réalise la fusion militaire des mouvements, répartissant les armes et mettant en place les plans (Vert, Violet, Tortue). Il crée les maquis de l'Aisne et de Seine-inférieure, fixe les plans d'opérations et rend compte, en avril 1944, du succès de plus de 200 opérations de sabotage (écluses, voies ferrées, embuscades, etc.).

 

Le 8 mars 1944, il échappe à la Gestapo et prend la succession du colonel Touny, arrêté peu de temps auparavant. Il devient ainsi le chef militaire national de l'OCM et assure la direction du réseau "Centurie" en liaison avec le réseau de la "Confrérie Notre-Dame" reconstitué. C'est grâce au plan de défense côtière de la Manche envoyé à Londres par le réseau de Jacques Piette que les Alliés ont choisi le point de débarquement du 6 juin 1944. Plus tard, le général Omar Bradley dira à Jacques Piette :"les renseignements qui figuraient sur ce plan étaient d'une telle valeur que nous avons pu réussir l'opération avec un minimum de pertes en hommes et en matériel".

 

Le 10 juin 1944 il est nommé colonel puis membre du comité parisien de libération. Il prend part à la libération de Paris les armes à la main et s'établit à l'Hôtel de Ville le 20 août au matin. Nommé commissaire de la République à Lille par le général de Gaulle, il est fait Compagnon de la Libération par ce dernier le 17 novembre 1945.

 

La paix revenue, il redevient membre du comité directeur de la SFIO (1946-1951 puis de nouveau à partir de 1961) et est secrétaire général au Commerce et à l'organisation économique au Ministère de la Production industrielle. Plus tard il est inspecteur général de l'Economie nationale au Ministère des Finances.

 

Proche de Guy Mollet, il est également député de l'Yonne de 1956 à 1958 et conseiller général et régional du Pas-de-Calais. Président du comité directeur du Fonds de Développement social (CEF), il est, par ailleurs, Maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) de 1969 à 1989. Membre du comité directeur du Parti socialiste, il est conseiller d'état à partir de 1981 et président de la Caisse nationale de l'industrie (1982-1986).

 

Jacques Piette est décédé le 2 avril 1990 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Il a été incinéré au cimetière du Père Lachaise à Paris.

 

Décorations

 

  • Grand Officier de la Légion d'Honneur.
  • Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945.
  • Croix de Guerre 39/45.
  • King's Medal for Courage in the Cause of Freedom (GB).
  • Polonia Restituta (Pologne)

 

 

 

Source :

 

Musée de l’Ordre de la Libération et site : www.ordredelaliberation.fr

 

Lire la suite

Publié le 14 Septembre 2019

Cette peinture à l’huile, conservée au Musée Carnavalet de Paris, est l’œuvre des peintres Jules Didier et Jacques Guiaud.

Cette peinture à l’huile, conservée au Musée Carnavalet de Paris, est l’œuvre des peintres Jules Didier et Jacques Guiaud.

Le siège de Paris.

Né de la chute du Second empire et de la défaite de Sedan, le Gouvernement de la Défense nationale charge le ministre de l'Intérieur, Léon Gambetta, de quitter Paris, assiégée par les Prussiens, et d’organiser en province la reprise des combats.

 

Pour franchir les lignes prussiennes, le fougueux ministre, alors âgé de 32 ans, à l’idée d’emprunter une montgolfière et prend conseil auprès du photographe et aérostier Nadar.

 

Gonflé au gaz d’éclairage, le ballon de 16 mètres de diamètres s’élève au matin du 7 octobre 1870, de la butte Montmartre avec à son bord l’impétueux ministre et un assistant. Mais le vent pousse vers le nord et les lignes prussiennes… Les deux voyageurs lâchent du lest pour s’élever et échapper aux tirs ennemis. Le ballon s’écrase en milieu d’après-midi près de Beauvais, où ils sont recueillis par des paysans. Après trois jours de voyage épique en voiture à cheval et en train, Gambetta arrive enfin à Tours où il rejoint une délégation gouvernementale dirigée par Adolphe Crémieux mais l’approche de l’ennemi les oblige à se replier vers Bordeaux.

 

« Choses vues ».

 

Durant toute son existence, Victor Hugo a pris des notes d'observation sur la vie publique, politique et littéraire, et des notes confidentielles sur sa vie privée. A sa mort, ces notes étaient laissées éparses, distribuées en plusieurs dossiers et carnets : des livres de comptes, sur les gains et débours de l'écrivain ; des ébauches de textes de toute sorte ; des cahiers d'esquisses ; enfin, une série de feuillets constituant un journal de bord. Une sélection de ces écrits a donné lieu à une édition en 1887, intitulée Choses vues. Une deuxième édition suivit en 1900, et une édition plus complète en 1913. A cette version ont été ajoutés de nouveaux fragments, dus surtout à Henri Guillemin, pour donner l'édition en poche chez Gallimard en 1972, sous la direction d'Hubert Juin. Près de 2 000 pages distribuées en deux volumes.

 

Voilà ce qui est noté à la date du 7 octobre 1870…

 

7 octobre 1870.

 

Ce matin, en errant sur le boulevard de Clichy, j’ai aperçu au bout d’une rue entrant à Montmartre un ballon. J’y suis allé. Une certaine foule entourait un grand espace carré, muré par les falaises à pic de Montmartre. Dans cet espace se gonflaient trois ballons, un grand, un moyen et un petit. Le grand, jaune, le moyen, blanc, le petit, à côtes, jaune et rouge.

On chuchotait dans la foule : Gambetta va partir. J’ai aperçu, en effet, dans un gros paletot, sous une casquette de loutre, près du ballon jaune, dans un groupe, Gambetta. Il s’est assis sur un pavé et a mis des bottes fourrées. Il avait un sac de cuir en bandoulière. Il l’a ôté, est entré dans le ballon, et un jeune homme, l’aéronaute, a attaché le sac aux cordages, au-dessus de la tête de Gambetta.

Il était dix heures et demie. Il faisait beau. Un vent du sud faible. Un doux soleil d’automne. Tout à coup le ballon jaune s’est enlevé avec trois hommes dont Gambetta. Puis le ballon blanc, avec trois hommes aussi, dont un agitait un drapeau tricolore. Au-dessous du ballon de Gambetta pendait une flamme tricolore. On a crié : Vive la République !

Les deux ballons ont monté, le blanc plus haut que le jaune, puis on les a vus baisser. Ils ont jeté du lest, mais ils ont continué de baisser. Ils ont disparu derrière la butte Montmartre. Ils ont dû descendre plaine Saint-Denis. Ils étaient trop chargés, ou le vent manquait.

 

Le départ a eu lieu, les ballons sont remontés.

 

Nous sommes allés visiter Notre-Dame, qui est supérieurement restaurée. On entre dans le chœur en donnant 50 centimes par personne pour les blessés.

Nous avons été voir la tour Saint-Jacques. Comme notre calèche y était arrêtée, un des délégués de l’autre jour (XI arrondissement) a accosté la voiture et m’a dit que le XI arrondissement se rendait à mon avis, trouvait que j’avais raison de vouloir le scrutin de liste, me priait d’accepter la candidature dans les conditions posées par moi, et me demandait ce qu’il fallait faire si le gouvernement se refusait aux élections. Fallait-il l’attaquer de vive force ? On suivrait mes conseils. J’ai répondu que la guerre civile ferait les affaires de la guerre étrangère, et livrerait Paris aux prussiens.

En rentrant, j’ai acheté des joujoux pour mes petits. À Georges un zouave dans sa guérite, à Jeanne une poupée qui ouvre et ferme les yeux.

 

 

Sources :

 

 

Lire la suite

Publié le 5 Septembre 2019

Une délégation à la tâche, même en été !

Durant l’été, votre délégation a continué de travailler pour notre reconnaissance.

C’est ainsi, entre autres, que le 2 juillet le Délégué général participait à la clôture du Rallye citoyen des Hauts de Seine, que le 12 juillet il était à Matignon à l’invitation du Premier ministre, que le 4 août il ravivait la Flamme sacrée avec la British Legion, que le 18 août il participait à la commémoration du 75ème anniversaire de la mort des résistants fusillés à la cascade du bois de Boulogne, en présence de la Maire de Paris, quelques jours avant celle de la Libération.

Chaque fois ce fut l’occasion de faire reconnaître le Souvenir Français comme la grande association mémorielle dont le pays a besoin.

Mais l’été fut aussi l’occasion grâce à la volonté d’un jeune étudiant d’Issy-les-Moulineaux de progresser sur la voie de la modernisation, de la possible ouverture aux jeunes en créant une page sur Facebook: facebook.com/SouvenirFrançais9 puis une chaîne You Tube : "Souvenir Français des Hauts-de-Seine" sachant que la jeunesse d’aujourd’hui passe environ deux heures par jour sur ce canal. Son action se poursuivra en fonction de son emploi du temps et de nos succès.

Enfin, différents travaux sur les statuts, le règlement intérieur, le livret des responsables, la préparation de nouveaux rendez-vous (hommage à des Morts pour la France durant la « Drôle de guerre », commémoration du centenaire de la mort de notre fondateur, recensement des sites, monuments, stèles, rues dédiés à la guerre de 1870-1871) nous ont occupés. 

 

Claude Guy

Délégué général dans les Hauts de Seine

Une délégation à la tâche, même en été !
Une délégation à la tâche, même en été !

Lire la suite

Publié le 1 Septembre 2019

Au MDL Clérembault de Sèvres.

Au 6e hussards.

 

Le 6e RH se réclame de la filiation historique des régiments qui ont porté le numéro 6 dans l’arme des hussards, c’est-à-dire du régiment des hussards de Lauzun, devenu 5e régiment de hussards par la suite. Le régiment des hussards de Lauzun est officiellement créé le 14 septembre 1783 à Hennebont dans le département du Morbihan, au retour de la Légion de Lauzun des Etats-Unis.

 

Sous la Révolution, puis l’Empire, l’unité va participer à de nombreuses batailles dont Jemmapes (1792), la funeste campagne de Russie, avec la bataille de la Moskova, puis celle d’Allemagne avec la boucherie de Dresde.

 

Un siècle plus tard, alors que le régiment a connu des chefs de corps qui feront carrière par la suite dans les plus hautes sphères militaires comme le marquis Louis-Antonin Viel de Lunas d’Espeuilles, il participe aux batailles de Sarrebourg puis de l’Yser.

 

Le régiment est dissous en 1926, puis récréé en 1957 pendant la guerre d’Algérie. Pas pour très longtemps, car il est de nouveau dissous en 1962.

 

Gilbert Clérembault.

 

Gilbert Clérembault nait le 8 février 1935 à Putanges dans le département de l’Orne.

 

Engagé au sein du 6e régiment de hussards, il est élevé au grade de maréchal des logis. Il est blessé le 31 juillet 1959 au cours d’une opération à Bou Mansour, en Grande Kabylie, lors d’une opération. Il meurt des suites de ses blessures à l’hôpital Maillot. Il avait 24 ans et était célibataire. Décoré de la Médaille militaire et de la Croix de la valeur militaire. Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de la ville de Sèvres.

 

L’hôpital Maillot était également connu sous le nom de « l’hôpital du Dey » qui avait été ainsi appelé jusqu’au moment de la colonisation et de l’exercice en ces lieux du médecin François Maillot (1804-1894).

 

Médecin-colonel Sieur : « L’hôpital Maillot, resté pour les vieux Algérois, l’Hôpital du Dey, est triplement respectable. Il est en effet un des vestiges des propriétés deylicales. Il est le doyen des établissements hospitaliers de l’Afrique Française du Nord. Il porte le nom d’un grand honnête homme et médecin militaire, dont la carrière connut ses plus belles pages à Alger puis à Bône, avant de recevoir le couronnement d’une récompense nationale ».

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Ville de Sèvres : www.sèvres.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Internet Memorial GenWeb – Fiche individuelle de Gilbert Clérembault.
  • Article du Médecin-colonel Sieur.
Au MDL Clérembault de Sèvres.

Lire la suite

Publié le 11 Août 2019

Au lieutenant Denouille de Garches.

Gaston Denouille nait le 30 octobre 1885 à Paris, dans 9e arrondissement. De la classe 1905, il porte le matricule 12 au Corps et 910 au 4e Bureau de recrutement de la Seine.

 

Officier de réserve, il est affecté au 143e régiment d’infanterie en 1914, dont les casernements sont à Carcassonne et à Castelnaudary. Il fait partie de la 64e brigade d’infanterie, 32e division, 16e corps d’armée.

 

En 1914, cette unité participe à la campagne de Lorraine puis, de septembre à octobre, se bat en Woëvre, dans la Meuse. En novembre, elle est envoyée en Belgique, dans les Flandres, dans le cadre de la « course à la mer ».

 

Au début du mois de décembre 1914, le régiment s’installe au village de Groot-Mierstraat, non loin de Wijtschate. Extrait du Journal de Marche et des Opérations du 143e : « Le 12 décembre, en exécution de l’ordre de la 32e division, une reconnaissance est poussée pour vérifier l’efficacité des tirs des autos-canons sur une mitrailleuse installée à la lisière sud du bois. Elle n’aboutit pas. Dans la nuit, la section franche détache quelques patrouilles pour se rendre compte des travaux mais ne peut approcher assez près par suite de la fusillade et en peut remplir la mission (…).

 

Le 14 décembre à 7h, le déclenchement du tir de l’artillerie se produit et pendant 45 minutes les obus se succèdent sans interruption. Les Allemands ne répondent pas. (…) Le 143e avait alors pour mission de marcher et de s’emparer de la ferme de Hollande. Mais dès que la 6e compagnie commençait à progresser, elle était prise à partie par une mitrailleuse allemande située à hauteur d’une haie perpendiculaire à nos tranchées. Cette compagnie subissait des pertes sensibles mais continuait tout de même à s’approcher à environ 25 mètres du réseau de fil de fer des tranchées allemandes, qu’elle ne pouvait malheureusement pas détruire ; un officier de cette compagnie était blessé, il ne restait plus que pour commander qu’un officier de réserve. La 7e compagnie débouchait à droite de la 6e et avec un esprit d’offensive remarquable, grâce aux officiers qui la commandaient, parvenait par une marche très rapide à une faible distance du réseau de fil de fer couvrant les tranchées allemandes. Cette unité, comme la précédente, éprouvait de nombreuses pertes. Le capitaine Martrou commandant la compagnie a été particulièrement remarquable. Allant sous le feu d’une section à l’autre, il indiquait les objectifs, les positions à prendre. Les tranchées étaient prises. Les pertes de la journée s’élevaient à 60 tués et 98 blessés ».

 

Parmi les tués, figure le lieutenant Denouille, qui plus tard sera cité à l’ordre du régiment : « A été blessé en entraînant vigoureusement sa section en avant sous le feu violent de l'ennemi, après avoir eu son capitaine tué. A donné l'exemple de la plus grande bravoure en se mettant à la tête de sa section et en s'élançant à l'assaut des trachées allemandes. Blessé mortellement, a continué à exhorter ses hommes à aller de l'avant. »

 

Le nom du lieutenant Denouille est inscrit sur le Monument aux Morts de la mairie du 9e arrondissement de Paris et celui de la ville de Garches.

 

 

 

Sources :

Encyclopédie Wikipédia.

Encyclopédie Larousse.

Site internet :

  • Memorial GenWeb.
  • Mémoire des Hommes – Première Guerre mondiale – Fiche individuelle.
  • Ch’timiste – Site remarquable sur les unités et les batailles de la Première Guerre mondiale.
  • Journal du Marche du 143e RI.

 

Lire la suite

Publié le 25 Juillet 2019

Au lieutenant de vaisseau Bernard Gras de Levallois-Perret.

La Flottille 15F.

 

Créée en 1953 à Karouba, sur la base d’aéronautique navale proche de Bizerte en Tunisie, la flottille est déclarée opérationnelle en novembre de la même année. Après l’indépendance du pays, elle est rapatriée sur Hyères à partir de mai 1955. Elle embarque de février à mai 1956 sur le porte-avions La Fayette pour le Vietnam. Elle sera par la suite engagée en Algérie à partir de Telehgma (nord-est de l’Algérie) dès juillet 1956. Elle participe ensuite aux opérations sur le canal de Suez en octobre-novembre avec 14F, toujours sur le La Fayette, sur lequel elle effectuera encore divers embarquements avant de rentrer à Hyères en 1958.

 

Elle repart à Teleghma, une nouvelle fois, en janvier 1959 pour rentrer à Toulon en mars. C’est Maison-Blanche (aujourd’hui Dar El Beïda, non loin d’Alger) qui l’héberge en avril-mai, avant d’embarquer sur l’Arromanches à destination de l’Océan Indien de juin à novembre avec un retour une nouvelle fois sur Hyères.

 

Là, elle est déclarée « Flottille d’entraînement pré-opérationnelle » (FEPO). Elle est dissoute le 1er février 1962 pour être reformée en juin sur Etendard IVM dont elle est la première utilisatrice. Affectée à Landivisiau en 1967, elle y est dissoute le 15 janvier 1969.

 

Au cours de son existence, le Flottille 15F va connaître onze commandants. Le premier d’entre eux étant le lieutenant de vaisseau Bernard Gras.

 

Bernard Gras.

 

Bernard Gras voit le jour le 16 août 1924 à Vallauris, dans le département des Alpes-Maritimes. Il entre au service en décembre 1942, en Afrique du Nord. Il devient enseigne de vaisseau de 2e classe le 1er avril 1944, puis enseigne de vaisseau de 1e classe le 1er avril suivant. Il passe lieutenant de vaisseau le 8 octobre 1950. En 1953, il devient le premier commandant de la Flottille 15F.

 

Aussi, en tant que premier commandant de l’unité, le lieutenant de vaisseau Gras est chargé de l’armer. Malheureusement, il perd la vie accidentellement en Service Commandé sur la piste 27 de la base aérienne de Sidi-Ahmed, au cours d’un exercice de nuit. C’était le 24 mars 1954. Bernard Gras avait 29 ans.

 

Il est déclaré Mort pour la France et reçoit une citation que voici : « Par décision ministérielle n° 71 EMG / 0 du 2 avril 1954, le lieutenant de vaisseau Gras a reçu la citation suivante à l'ordre de la Marine nationale : "Officier d'élite dont les qualités d'homme et de chef avaient acquis d'emblée le respect et l'affection de toute sa formation. S'était entièrement consacré à la flottille qu'il avait été chargé d'armer. Est parvenu en moins de six mois à des résultats remarquables qui font ressortir son aptitude exceptionnelle au commandement. Mort en service aérien commandé le 23 mars 1954, au cours d'un exercice de nuit. Totalisait 2640 heures de vol, dont 129 de nuit et 340 en opérations de guerre." Par décret du 29 décembre 1951 (JO du 31 décembre 1951), il a été nommé chevalier de la Légion d'honneur "....pour faits de guerre ».

 

En tant qu’habitant de la commune, son nom est gravé sur le monument aux Morts de Levallois-Perret et sur le Mémorial départemental AFN de Nanterre.

 

 

 

 

Sources :

 

 

Corsair F15 de la Flottille 15F.

Corsair F15 de la Flottille 15F.

Lire la suite

Publié le 8 Juillet 2019

Renouvellement de contrat à Clichy.

C’est bien cela qui eut lieu le mercredi 3 juillet dans le bureau de Madame Florence Leclère, principale du collège Jean Macé à Clichy.

En effet, la première convention de dépôt d’un drapeau de Rhin et Danube dans un établissement scolaire des Hauts de Seine signée il y a déjà trois ans arrivait à expiration.

Le succès remporté par cette initiative qui tient ses promesses est notamment dû à la forte implication du professeur Le Gac, secrétaire du Comité d’Asnières-Clichy du Souvenir Français, et à la mobilisation des élèves autour de « leur » drapeau qu’ils portent fièrement lors des cérémonies, hommages ou voyages mémoriels.

Mais ce succès est aussi le fruit d’une prise de conscience plus collective de la Mémoire des Morts pour la France à porter et à transmettre.

C’est donc dans un geste réciproque de confiance que Madame la principale du collège et le délégué général du Souvenir Français dans les Hauts-de-Seine ont signé le premier avenant à l’heureuse convention de 2016.

 

Claude Guy,

Délégué général pour les Hauts de Seine

Lire la suite

Publié le 14 Juin 2019

Comité de Sèvres : trente ans déjà !

C’est en effet l’âge du comité du Souvenir Français de Sèvres.

 

Créé le 10 mai 1989 par son actuel président, Olivier Maurion, membre du Souvenir Français depuis l’âge de 17 ans, le comité, fort de ses 94 adhérents, s’est imposé dans l’environnement sévrien. À son actif, plusieurs rénovations, restaurations et créations pour donner corps à la mémoire combattante des conflits de 1870-1871, 1914-1918 et 1939-1945 suivis de ceux d’Indochine et d’Algérie.

En outre, l’existence d’un square du Souvenir-Français rappelle aux passants que notre association mémorielle porte en héritage l’histoire de ces morts pour que la France soit un pays de liberté.

Le 22 juin, la réunion annuelle des adhérents de Sèvres marquait donc officiellement cet anniversaire au cours duquel plusieurs acteurs bénévoles de ce comité se sont vus remettre par le délégué général du Souvenir Français dans les Hauts de Seine diplômes d’honneur et médailles aux couleurs de notre association.

Plusieurs jeunes sont venus rejoindre cette assemblée, symbole de l’avenir.

 

Claude Guy

Lire la suite

Publié le 9 Juin 2019

A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.

 « Je tiens tout d’abord à remercier l’amicale des fusiliers marins commandos d’avoir alerté le Souvenir Français sur l’existence de cette tombe d’un Mort pour la France qui mérite désormais notre vigilance. Cela serait facilité si nous avions sur place quelques bonnes volontés pour créer un comité du Souvenir Français d’une dizaine de personnes afin d’implanter à Nanterre cette association mémorielle. Je suis prêt ensuite à les aider.

Mais nous sommes là, aujourd’hui 6 juin, jour du 75ème anniversaire du débarquement en Normandie, pour rendre hommage à ce jeune marin tombé il y a 75 ans lors de l’opération en vue de prendre d’assaut le fortin du casino de Ouistreham. Alors que le Président de la République, lui-même, se rend à l’instant vers Sword Beach, nom de code de la plage d’Ouistreham, et la commune de Colleville-Montgomery, l’amicale nationale des fusiliers marins commandos de Paris et le Souvenir Français accompagnés d’anciens combattants sont présents pour rendre un hommage intime mais fort à vous, Marcel Labas, marin du commando Kieffer, tué à Ouistreham à l’âge de 22 ans.

Né le 2 mars 1922 à Nanterre, engagé dans la Marine nationale le 19 avril 1941, vous avez suivi une formation de télémétriste, avant d’embarquer sur le « Commandant Teste » jusqu'en Janvier 1942 puis sur le cuirassé « Richelieu » qui vous conduisit à New York en mars 1943.

C’est lors de cette escale aux Etats-Unis, que vous ralliez une délégation de la France Libre puis rejoignez Londres au sein des Forces Navales de la France Libre.

Déterminé, audacieux, animé d’une volonté farouche, vous demandez à suivre l’éprouvant stage commando d'Achnacarry en Ecosse au terme duquel vous recevez le désormais célèbre béret vert.

Le 6 Juin 1944, vous prenez part avec 177 fusiliers-marins des Forces Françaises Libres au débarquement en Normandie sous le commandement du capitaine de corvette Kieffer mais votre élan magnifique est stoppé par un sniper allemand. Ce même jour, 10 de vos camarades perdront la vie en écrivant comme vous une belle page de notre histoire, celle des hommes du commando Kieffer, de la France Libre, de la France qui refuse coûte que coûte l’asservissement.

 Comme vous l’écriviez à vos parents quelques semaines plus tôt « Je suis fier, que m’importe de mourir, je n’ai pas peur des balles, mais je veux qu’après la guerre vous n’ayez pas peur de citer le nom de votre fils et à en rougir ».

Marcel Labas, personne ne craint de citer votre nom, ni celui du commando Kieffer ou de vos fidèles héritiers morts il y a peu en Afrique.

Comme le disait l’historien Thucydide, il y a 2500 ans, « il n’y a pas de bonheur sans liberté ni de liberté sans vaillance ».

Marcel Labas, vous qui êtes dans la profondeur de l’éternité, vous étiez un brave, un soldat vaillant qui nous a offert la liberté et un bonheur retrouvé. Au nom de notre association mémorielle, de son président général que je représente dans le département, sachez à tout jamais qu’il y a sur cette terre de France à laquelle vous étiez tant attaché des femmes et des hommes qui se souviennent et forment les rangs du Souvenir Français, forts de leur devise « à nous le souvenir, à eux l’immortalité ».

Cette immortalité vous l’avez bien méritée ».

 

 

Claude Guy, Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine.

A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.
A Nanterre, hommage du Souvenir Français à un ancien du commando Kieffer.

Lire la suite