Publié le 11 Décembre 2009

Suresnes-007.jpg

 

 

 

Le Mont Valérien.

 

C’est sur la commune de Suresnes que se situe l’un des plus importants lieux de mémoire du département : le fort du Mont Valérien. Pendant la Première guerre mondiale, il héberge une fabrication d’obus puis, vingt-six ans plus tard, occupé par les Allemands, le Mont Valérien devient une prison et le lieu d’exécution de plus d’un millier d’otages et de Résistants.

 

 

Le cimetière militaire américain.

 

Créé en 1917, inauguré par le président Wilson deux ans plus tard, le cimetière américain abrite 1.541 tombes de soldats américains tombés pendant la Première Guerre mondiale, et 24 tombes de soldats inconnus, morts pendant la Seconde Guerre mondiale. L’endroit a été choisi car situé à proximité des hôpitaux militaires de la Région parisienne, a contrario des nécropoles placées près des champs de batailles de l’Argonne, de la Somme ou encore de Lorraine.

 

Le carré militaire.

 

Le cimetière de Suresnes, implanté sur la colline de la commune, offre une vue superbe sur la capitale. En son sein sont implantés deux carrés militaires :

 

- le premier est relatif aux morts pour la France de la guerre 1914-1918 et comporte 14 tombes, dont celle de Marcel Rivière (1880-1918), qui est surmontée d’une colonne brisée.

 

- le second est plus important : il est composé de plus de 120 tombes individuelles de soldats morts pour la France pendant la guerre 1939-1945, de victimes civiles des bombardements et de victimes des guerres d’Indochine et d’Algérie.

 

Une stèle, installée par le Souvenir Français, est située au pied du mât des couleurs : « Carré militaire des victimes de guerre. Ici reposent aussi des Résistants fusillés par les Nazis durant l’Occupation de la France. Ils sont morts pour que la France vive dans la liberté et la paix ».

 

Une autre stèle commémore les Suresnois morts pour la France en Algérie :

 

- Gabriel Bourselet.

- Claude Bouteiller.

- Jacques Delbeco.

- Francis Garret.

- Jean Groblewski.

- Claude Junger.

- Michel Swiatkiewicz.

- Jean Voinot.

 

Enfin, devant le carré militaire de la Première Guerre mondiale se situe deux monuments représentants des tombeaux sur lesquels sont écrits : « Aux morts pour qu’on s’en souvienne » ; « Aux vivants pour qu’ils n’oublient pas ».

 

Retrouvez les photographies des carrés militaires de Suresnes dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».

Lire la suite

Publié le 9 Décembre 2009

Le carré militaire de Puteaux.

La mitrailleuse de Puteaux.

 

Jusqu’à la première moitié du 20ème siècle, Puteaux fait partie de ces villes industrielles qui entourent Paris. De nombreux secteurs sont alors représentés : automobile, chimie, pharmacie et … armement.

 

Après la Guerre de 1870-1871, l’Armée française se met en quête de rechercher un prototype de cette arme automatique qui a fait merveille dans les rangs prussiens : une mitrailleuse ! Plusieurs modèles existent et, par exemple, certains sont produits par la firme Hotchkiss, entreprise franco-américaine privée, installée à Saint-Denis. Les Ateliers d’Etat, implantés à Puteaux, par souci du secret militaire et par prestige, décident de construire leur propre engin : la mitrailleuse de Puteaux est née. Mais la mise au point s’avère délicate et les équipes d’ingénieurs, semble-t-il, sont moins efficaces que celles de la firme privée. Présentée en 1906, la mitrailleuse « publique » ne tient pas la comparaison en termes de tirs et de refroidissement. Des améliorations sont apportées. Certains régiments en sont équipés.

 

Il n’empêche. Après les premiers combats, les mitrailleuses modèles Lewis, Vickers, Hotchkiss s’imposent, de même que la mitrailleuse de Saint-Etienne. Ce n’est pas le cas du modèle de Puteaux. En 1915, seuls trois cents exemplaires sont encore présents dans les rangs de l’Armée. L’année suivante, la mitrailleuse de Puteaux est définitivement retirée.

 

 

Les carrés militaires.

 

Le cimetière de Puteaux se trouve en contrebas du quartier de La Défense, derrière l’arche du même nom. Il possède deux carrés militaires :

 

- le premier concerne les morts pour la France de la guerre de 1914-1918. Il regroupe 85 tombes individuelles, dont certaines sont postérieures à la fin du conflit. Ainsi, Marcel Robert est mort le 16 mars 1926, au cours des combats contre la révolte des syriens pendant le mandat français sur le pays.

 

- le second concerne la guerre de 1939-1945 et rassemble 34 tombes, dont 11 pour des fusillés pendant l’Occupation allemande. Des Putéoliens morts pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie sont également enterrés dans ce carré.

 

Le Souvenir français est très actif sur la commune. Le comité de Puteaux a, entre autres, fixé à l’entrée du cimetière les plans détaillés des carrés militaires.

 

Lire la suite

Publié le 3 Décembre 2009


Il reste des places pour le concert organisé par le Souvenir Français des Hauts-de-Seine, le samedi 19 décembre à 16h00 (théatre de la Piscine de Chatenay Malabry). Venez !

Pour réserver vos places vous pouvez appeler le Souvenir Français de Chatenay (Mme BELIN au 01 46 60 67 89) ; vous pouvez aussi les prendre sur place le jour du concert à partir de 15h00. Nous comptons sur vous pour assister à l'hommage à l'Escadrille Normandie-Niémen (avec la présence de vétérans de l'escadrille) et ensuite au concert des Cosaques Kouban.

Lire la suite

Publié le 2 Décembre 2009

 

Une ville artisanale, industrielle et militaire.

 

 

A contrario de nombreuses communes du département des Hauts-de-Seine, principalement sur le sud et l’ouest, Courbevoie est très tôt une ville importante. Au début du 20ème siècle, elle comporte déjà plus de 40.000 habitants.

 

La ville se développe grâce à la multiplication d’entreprises artisanales et industrielles, conjointement à la mise en place de voies praticables et l’arrivée du chemin de fer. En son temps, Courbevoie est connue pour son secteur pharmaceutique et chimique.

 

Pendant la Guerre franco-prussienne, des combats intenses ont lieu sur la commune. C’est sur le rond-point de la place de la Demi-Lune qu’est érigé, en 1885, un monument, réalisé par le sculpteur Barrias, à la mémoire du sacrifice des soldats français face aux Prussiens. De ce fait d’armes, naîtra le quartier dit de la Défense.

 

Ville de garnison depuis 1730 avec la création, sous Louis XV, d’une caserne de Gardes suisses (comme à Saint-Denis et à Rueil), Courbevoie dispose, en 1914, d’un quartier militaire important qui abrite le 119ème régiment d’infanterie. Aujourd’hui, ce qui fut la caserne Charras est devenu un centre commercial du même nom…

 

 

Le carré militaire.

 

Le cimetière de Courbevoie est placé rue du Révérend-Père Le Cloarec, du nom de ce religieux, héros de la Première Guerre mondiale et martyr de la Résistance, assassiné le 28 juin 1944 par la Gestapo, avec la complicité des policiers du régime de Vichy.

 

Le carré militaire de Courbevoie est l’un des plus importants du département. Il comporte plus de 200 tombes de soldats, sous-officiers et officiers morts pour la France entre 1914-1918 et 1939-1945. Ceci est donc dû à l’importance du nombre d’habitants en 1914 et la transformation de la caserne Charras en hôpital militaire provisoire pendant le premier conflit mondial. Le carré est précédé d’une place sur laquelle, en son centre, est placé le monument aux morts : « La ville de Courbevoie reconnaissante à ses glorieux enfants morts au Champ d’Honneur ». Des murs, recouverts de plaques commémoratives, forment cette place avec des ouvertures aux points cardinaux. Outre l’ensemble des noms des Courbevoisiens morts pour la France, figurent les batailles primordiales des deux conflits mondiaux : Maquis, Paris, Déportation, Strasbourg ; Provence ; Normandie ; Bir-Hakeim ; Cassino ; Reims ; Orient ; Verdun ; Alsace ; Somme ; Arras ; Yser ; Marne.

 

Au cœur du carré militaire sont placées plusieurs tombes comportant deux ou trois noms :

 

- Georges et Jacques Broussard ; le premier, F.F.I. et le second, du bataillon colonial du génie, sont morts en 1944.

- Marius et Louis Jabelos, morts pendant par la Première Guerre mondiale ; le premier était du 150ème R.I. et le second du 284ème.

- les frère Roquigny : André, soldat au 162ème R.I., mort le 7 septembre 1914 ; Raoul, sergent au 28ème R.I., mort six jours plus tard et Norbert, sergent au 276ème mort un an après, le 28 septembre 1915.

 

 

Retrouvez les photographies de Courbevoie dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».

 

Lire la suite

Publié le 27 Novembre 2009


Le Comité de Rueil-Malmaison nous annonce son assemblée générale. Celle-ci se déroulera le dimanche 13 décembre 2009 :

- 10h20 : rassemblement des porte-drapeaux , place du 11 novembre.

- 10h30 : cérémonie au monuments aux morts, avec dépôt de coussins.

- 11h00 : assemblée générale du Comité, dans la salle dite des "mariages" de la mairie.

- 12h15 : remise de médailles par Monsieur le député-maire, Patrick Ollier.

L'assemblée générale se terminera par le verre de l'amitié. Monsieur André Labour, Délégué général, sera présent. Venez nombreux de votre comité et avec votre porte-drapeau !

Lire la suite

Publié le 25 Novembre 2009

 

 

La crypte.

 

 

 

La commune de Bourg-la-Reine ne possède pas de carré militaire. Par contre, au sein de son cimetière, un monument aux morts et une crypte ont été rénovés il y a quelques années, et avec le concours du Souvenir Français.

 

La crypte abrite les restes de nombreux soldats parmi lesquels :

 

– Georges Castanet, né le 5 juillet 1886 ; soldat au 131ème régiment d’Infanterie, tué le 30 juin 1916 au bois de Chalande (Meuse). Il fut inhumé au cimetière militaire du Vallon des Chênes et ré-inhumé dans la crypte en 1922.

– Maurice Fernet, né le 15 mai 1895 ; soldat au 94ème régiment d’Infanterie, tué le 2 octobre 1915 à Saint-Hilaire le Grand (Marne). Il fut inhumé dans la crypte en 1922.

– Marcel Gond, né le 31 janvier 1880 ; soldat au 119ème régiment d’Infanterie territoriale, mort des suites de ses blessures dans une annexe de l’hôpital du Val de Grâce le 19 mai 1915.

– Louis Martial Nègrerie, né le 24 février 1902 ; maréchal des Logis ; mort des suites de maltraitance au Stalag X110 de Trier Obersgegen Menerburg Eifel, le 21 décembre 1951, à l’âge de 49 ans. Inhumé dans la crypte l’année suivante.

 

 

Charles Péguy.

 

Le 17 octobre 2005, la Crypte du Souvenir et la Stèle Charles Péguy sont inaugurées ; sur cette dernière figurent quatre vers, parmi les plus célèbres du grand poète :

 

« Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,

Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre.

Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre,

Heureux ceux qui sont morts d’une mort solennelle ».

 

Au mois d’octobre 1913, le fils aîné de Charles Péguy doit entrer à l’école Sainte-Barbe de Bourg-la-Reine. Le poète décide de venir s’installer en cette bourgade. Ainsi, quand il meurt aux combats de Villeroy, d’une balle au front, au cours de la Bataille de la Marne le 5 septembre 1914, c’est un habitant de la rue Thieuret de Bourg-la-Reine qui est enregistré.

 

 

D’autres sépultures.

 

Bien entendu, de nombreux réginaburgiens morts pour la France sont inhumés dans des tombes privées ou familiales. Comme René Bastart et Victor Poggiolini, infirmiers et morts à Casablanca en 1908. A noter une sépulture connue : celle d'un certain Jean Bastien-Thiry (1927-1963), organisateur de l’attentat du Petit Clamart contre le général de Gaulle, en 1963 (et qui bien entendu n'est pas "Mort pour la France").

 

Retrouvez les photographies du cimetière de Bourg-la-Reine dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».

 

 

Lire la suite

Publié le 24 Novembre 2009

Sous la présidence d’honneur de Monsieur le général Roland Glavany, et en présence de Monsieur André Santini, ancien ministre, député-maire d’Issy-les-Moulineaux, de Monsieur Marie-Auguste Gouzel, maire-adjoint en charge des Affaires militaires, du colonel Pierre de Keraudren, secrétaire général adjoint de notre association au plan national, de Monsieur André Labour, délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine, le Comité  d'Issy a le plaisir de vous convier à son assemblée générale.

 

 

 

Dimanche 6 décembre 2009, à 10h00.

A la maison du Combattant

Salle d’honneur Jean Moulin – 1er étage.

4 rue du général Leclerc à Issy

 

Cette assemblée sera suivie par le traditionnel verre de l’amitié. Venez nombreux ! 

Lire la suite

Publié le 22 Novembre 2009

 

A Garches, le carré militaire comporte quelques tombes individuelles et plusieurs monuments dont celui représenté sur cette photographie et qui rappelle le sacrifice des garchois tombés aux champs d’honneur, au cours des différents conflits. Il rappelle également les héros de la Résistance :

 

 

o        – Edmond Brucker, 41 ans, fusillé le 6 septembre 1941 au Mont Valérien.

o        – Robert Chevalier, lieutenant FFI, 39 ans, tué le 6 août 1944 à Lacaume (Tarn).

o        – Yves Levallois, 20 ans, fusillé le 20 juin 1944, maquis de l’Isle-Adam.

o        – Claude Liard, 15 ans, tué le 19 août 1944, aux combats de Chomelix (Haute-Loire).

o        – Marcel Musset, 20 ans, brûlé vif 8 février 1944, au maquis de l’Abergement (Ain).

o        – Clément Toulzat, 32 ans, fusillé le 31 mars 1942, au Mont Valérien.

 

Un monument commémore la sortie de Buzenval : « Aux soldats morts à Garches en 1871 ».

 

Une stèle rappelle la mémoire de ceux morts pour la France en Indochine et en Afrique du Nord. Il s’agit des soldats Baret, Belle, Bouteleux, Buchignany, Després, Grass, Kruer, Pronzac, Bazin.

 

A noter plusieurs tombes individuelles :

 

  • - Louis Colin, sergent au 28ème régiment d’Infanterie, mort pour la France le 26 mai 1915, à l’âge de 27 ans. Croix de Guerre, Médaille militaire.
  • – Sergent Nicolas Exerdjoglou, mort pour la France, le 13 juin 1940, à l’âge de 28 ans.

 

Toutes les tombes et monuments de garchois morts pour la France présentent la cocarde du Souvenir Français.

 

Retrouvez les photographies du carré militaire de Garches dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».

Lire la suite

Publié le 21 Novembre 2009


Le Comité de Clamart, qui fête ses 75 ans, organisera son assemblée générale le samedi 28 novembre 2009, à 10 heures, en la Maison des Associations, 17 avenue Jean-Baptiste Clément à Clamart.

Ordre du jour :

- Accueil des participants et cotisation 2010 auprès du Trésorier.
- Ouverture de séance et rapport moral.
- Rapport d'activités.
- Rapport financier.
- Questions diverses.
- Appel à candidature et renouvellement du Conseil d'administration.
- Allocutions des Personnalités.
- Remise de distinctions par Mr le Délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine.

Lire la suite

Publié le 20 Novembre 2009

Le carré militaire de Vaucresson.

Le cimetière de Vaucresson ne possède pas en tant que tel de carré militaire, mais d’un monument rappelant l’ensemble de ses habitants morts pour la Patrie. Celui-ci contient une stèle pour la Première Guerre mondiale et une seconde pour la guerre de 1939-1945, l'Indochine et l'Algérie.

 

Par contre, de nombreuses tombes individuelles, généralement entretenue par le Souvenir Français, comportent des jeunes gens morts pour la France. De ce fait, le comité local de notre association, en collaboration avec la municipalité, a répertorié l’intégralité de ces tombes et a fait graver une plaque permettant de les repérer en ces lieux.

 

La mention des lieux où chacun de ces soldats a perdu la vie évoque notamment les batailles historiques de la Première Guerre mondiale : la Marne, la Somme, Verdun , l'Aisne... L'indication, en clair, de leur âge, pour la plupart entre 20 et 30 ans, caractérise avec réalisme, ces jeunes générations qui ont été sacrifiées.

 

Parmi les tombes individuelles, il convient de noter :

 

  • – Maurice Boucaumont, né le 30 juillet 1879, soldat au 17ème régiment d’Infanterie, mort pour la France le 26 avril 1915 à Lovencourt (Somme).
  • – Raoul Gil de Calvo, mort pour la France le 21 avril 1915, à l’âge de 28 ans.
  • – Jack Descottes, artiste statuaire, mort pour la France, 1882-1920.
  • – Albert Saison, soldat au 23ème régiment d’Infanterie coloniale, mort au Champ d’honneur, à l’âge de 20 ans. « S’est toujours fait remarqué par son courage dans les moments critiques, tombé glorieusement le 27 novembre 1915, à Massiges (Marne), en faisant bravement son devoir ; a été cité ».
  • – André Chrétien Cotel, maréchal des Logis au 12ème Cuirassiers, versé sur sa demande au 131ème régiment d’Infanterie, blessé grièvement à Saint-Pierre Vaast, et mort pour la France le 13 octobre 1916, à l’âge de 26 ans.
  • Eugène Marlheins, soldat au 265ème régiment d’Infanterie, Médaille militaire, Croix de guerre ; mort pour la France le 24 juillet 1917, dans sa 27ème année.
  • – Ernest Brodbeck, Croix de guerre, Médaille militaire ; 1884-1915.
  • – Sous-lieutenant Jacques Sicher, mort pour la France ; 1930-1958.

 

Enfin, la sépulture de Robert Cornuel, cavalier au 13ème hussards, mort le 11 octobre 1916, présente un statuaire remarquable d’une allégorie de la Mort recouvrant le tombeau du jeune garçon.

 

Retrouvez les photographies du cimetière de Vaucresson dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».

Lire la suite