Articles avec #temoignages-portraits - indochine tag

Publié le 24 Août 2017

Indochine : le RICM en patrouille de reconnaissance.

Indochine : le RICM en patrouille de reconnaissance.

Le RICM.

Le Régiment d'Infanterie - Chars de Marine, formation blindée, est l'un des deux régiments blindés de reconnaissance de la 9e Brigade Légère Blindée de Marine.

Jeune Régiment, il naît à Rabat au Maroc au début du mois d'août 1914 sous l'appellation de 1er Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale. En décembre, il devient le 1er Régiment de Marche d'Infanterie Coloniale. Le RICM, Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc est officiellement crée le 9 juin 1915. Le 17 août 1914, il débarque à Cette (ancien nom du port de Sète). Quatre années durant, il livre des combats qui feront de son emblème le plus décoré de l'armée française. Le 24 octobre 1916, il écrit l'une des pages les plus glorieuses de son histoire lors de la prise du fort de Douaumont.

Après plusieurs années d'occupation en Allemagne, le RICM retourne au Maroc en 1925 où le maréchal Lyautey l'a fait appeler. Dans le Rif marocain, ses opérations sont couronnées de succès. Il rejoint la France et Aix-en-Provence en 1932. En 1939, il quitte Aix-en-Provence pour combattre aux avant-postes en Alsace. Défendant pied à pied le sol français, il perd les deux tiers de ses effectifs.

Dissous après l'Armistice, il est reformé à Rabat en 1940. En 1943, il devient régiment blindé de reconnaissance de la 9ème DIC. Débarqué en Provence le 20 août 1944, il prend Toulon, Mulhouse et arrive sur le Rhin à Rosenau le 13 novembre 1944, le premier de toutes les armées alliées. Il atteint Constance quand a lieu la capitulation de l'Allemagne. Pour le RICM, il n'est pas question de repos ; il débarque à Saigon le 4 novembre 1945. Partout en Indochine, le régiment se montre égal à lui-même au cours de dix années de combats incessants.

Présent durant sept années en Algérie, le RICM s'est illustré lors des grandes opérations de l'Oranais et du maintien de l'intégrité du barrage algéro-marocain. A la fin de l'année 1958, il change d'appellation et devient Régiment d'Infanterie - Chars de Marine.

Le 22 janvier 1963, le RICM arrive à Vannes et s'installe au quartier Delestraint. En 1978, il obtient une 18ème Citation à l'ordre de l'Armée en participant aux opérations du Tchad et du Liban. Après deux nouveaux séjours à Beyrouth en 1982 et 1984, deux escadrons sont engagés au Moyen-Orient dans l'Opération Daguet en 1990-1991. Dans le cadre des efforts de paix de l'ONU en ex-Yougoslavie, le RICM effectue deux mandats en 1992-1993, puis en 1995. En 1994, le Régiment participe avec plus de la moitié de ses effectifs à l'Opération Turquoise déclenchée par la France au profit des populations du Rwanda. Durant l'été 1996, le RICM quitte Vannes et s'installe à Poitiers. Il part aussitôt pour un troisième mandat à Sarajevo en Bosnie, de septembre 1996 à février 1997. Puis en avril, un escadron participe à l'Opération Alba en Albanie jusqu'en juillet. De septembre 1997 à janvier 1998, le RICM met sur pied l'élément de réaction immédiate de la SFOR en Bosnie. A partir de 1998, se succèdent l'Opération d'assistance militaire Aramis au Cameroun, la RCA pour un peloton du 2ème escadron, Djibouti pour les 1er, 2ème et 3ème Escadrons, la Côte d'Ivoire pour 2 pelotons et une partie de l'ECL, la Bosnie encore pour le 4ème Escadron, le Tchad pour le 1er Escadron, le Kosovo pour une SRR et la liste est toujours prête à s'allonger. Ce siècle d'histoire s'achève pour le RICM à Mostar avec le Groupement Tactique Français.

 

Régiment le plus décoré de l’armée française.

Le drapeau du RICM est l’emblème le plus décoré de l’armée française :

Su l’avers :

République française Régiment d'Infanterie - Chars de Marine

Sur le revers :

Honneur et Patrie - La Marne 1914-1918 - Verdun-Douaumont 1916 - La Malmaison 1917 - Plessis de Roye 1918 - L'Aisne - L'Ailette 1918 - Champagne 1918 - Argonne 1918 - Maroc 1925-1926 - Toulon 1944 - Delle 1944 - Kehl 1945 - Indochine 1945-1954

Sur la cravate :

La Légion d'Honneur - la médaille militaire - la croix de guerre 1914-1918 avec 10 palmes - la croix de guerre 1939-1945 avec 2 palmes - la croix de guerre des T.O.E. avec 5 palmes - la croix de guerre de l'ordre Portugais de la Tour et de l'Epée - la cravate bleue de la "Distinguished Unit", inscription "Rosenau" - La croix de l'ordre du mérite chérifien

 

Pierre Aubert de Vincelles.

 

Pierre Aubert de Vincelles nait le 27 juillet 1926 au Mans. Issu d’une vieille famille de la noblesse française, famille de militaires, il intègre Saint-Cyr en 1947. Nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1949, il suit pendant une année les cours de l’Ecole d’Application de Saumur et se porte volontaire pour l’Indochine.

 

Nommé au grade de lieutenant le 1er octobre 1951, il est affecté au régiment d’infanterie coloniale du Maroc. Il est grièvement blessé lors d’une opération à Dinh Xuyen, au Tonkin. Rapatrié à Hanoi, il meurt des suites de ses blessures le 12 novembre 1953 à l’hôpital militaire Lanessan. Une semaine plus tôt, il venait d’être fait chevalier de la Légion d’honneur.

 

Deux ans plus tôt, pratiquement jour pour jour, l’un de ses parents, le chef de bataillon François Aubert de Vincelles tombait également en Indochine, tué au combat à la tête du 2e bataillon du 3e REI (régiment étranger d’infanterie) dans la région de Cho Cay, au Tonkin.

 

Le corps de Pierre Aubert de Vincelles est par la suite rapatrié en France. Il est enterré au cimetière de Neuilly-sur-Seine, dans une sépulture familiale.

 

Il est le parrain de la promotion Corniche Brutionne 2002-2004 du Prytanée national militaire.

 

Le chant de la promotion.

 

 

Lieutenant Aubert de Vincelles

Lieutenant marsouin

Notre Parrain

 

Au cœur de votre jeunesse

Imprégnée des valeurs militaires

Vous avez suivi sans cesse

L'idéal de vos pères

Du Bahut à Cyr

Sans jamais faiblir

Distingué par votre brillant

Vous demeurez persévérant

 

Refrain :

Lieutenant Aubert de Vincelles

Vous brûliez de tout quitter pour l'Indochine

Répondant présent à la victoire qui vous appelle

Héros de marine

Magnifique chef de guerre

La promotion prend exemple sur votre vie

Votre audace et votre foi ont servi la patrie

Héros militaire

 

Au plus fort des combats vous vous lancez

Pour mener votre escadron d'acier

Libérer l'Indochine enchaînée

Soumettre à votre volonté

Ceux qui devant vous

Voulaient résister

A leur destin de trépassés

A votre foi de chevalier

 

Refrain

 

En écoutant que votre courage

Fier cavalier vous avez défié

Dans cette contrée sauvage

Le Viêt Minh avec dignité

Frappant les dangers

Le sabre à la main

Vous luttez avec âpreté

Des rives de l'Annam au Tonkin

 

Refrain

 

Entraînant tous vos hommes au combat

Vous manifestez votre sang-froid

D'un cœur admirable et vaillant

Vous combattez ardemment

Allant de l'avant

Pour votre patrie

L'audace du soldat combattant

Sert à terrasser l'ennemi

 

Refrain

 

Vous saviez que la Mort vous suivait

Dans votre incroyable chevauchée

Mais vous resterez immortel

Car vous siégez dans le soleil

A l'assemblée

Des officiers

Qui comme vous se sont donnés

Faisant de nous leurs héritiers

Refrain

 

Lieutenant marsouin

Mort au Tonkin.

 

 

L'entrée de l'hôpital Lanessan à Hanoi.

L'entrée de l'hôpital Lanessan à Hanoi.

Sources :

 

  • Patrice Gélinet, émission de France Inter 2000 ans d’Histoire : Indochine 1945-1954, histoire d’une guerre oubliée.
  • Georges Fleury, La guerre en Indochine, Tempus, Perrin, 2003 et Nous, les combattants d’Indochine, Bourin Editeur, 2011.
  • Archives du Souvenir Français des Hauts-de-Seine.
  • Archives du Prytanée national militaire de La Flèche.
  • Promotion Corniche Brutionne 2002-2004 du Prytanée national militaire.
  • Site www.8rpima.fr
  • Site de l’association ANAPI – Association des Anciens Prisonniers Internés Déportés d’Indochine : www.anapi.asso.fr
  • Site : www.cheminsdememoire.gouv.fr

 

Lire la suite

Publié le 15 Janvier 2017

Troupes françaises en retraite vers la frontière chinoise (Copyright Wikipédia).

Troupes françaises en retraite vers la frontière chinoise (Copyright Wikipédia).

Situation du Japon en janvier 1945.

 

Janvier 1945. La situation du Japon n’est pas des plus favorables… Les Américains, après avoir reconquit les îles Mariannes, sont maintenant en train de reprendre les Philippines aux Japonais. Ils lancent également leurs avions bombarder le sud de l’Indochine, et notamment Saigon.

 

De leur côté, les Anglais envoient des parachutistes au Tonkin dans le but de désorganiser les postes japonais. Parmi ces soldats de l’Empire britannique, se trouvent des Français représentant le Gouvernement provisoire de la République (entre autres la Force 136) ; prélude à une force d’expédition française qui prévoit près de 60.000 hommes. Le général Blaizot est d’ailleurs envoyé à Ceylan, dans le but de discuter des modalités avec Lord Mountbatten.

 

Les îles japonaises, elles-mêmes, font l’objet de raids de la part de l’aviation américaine.

 

La situation agricole n’est pas favorable non plus. Les bombardements, l’économie de guerre qui désoriente les forces vives vers l’effort militaire, tout cela entraîne de mauvaises récoltes et des révoltes de la faim. Plusieurs milliers de Vietnamiens se trouvent en état de sous-nutrition. Les Japonais d’Indochine sont persuadés que les Alliés préparent un débarquement d’ampleur. Ils ont laissé en place une administration française, favorable au régime de Vichy, donc pro-allemande. Nos soldats sont répartis dans des casernes installées partout sur le territoire indochinois. Mais ils sont peu nombreux : à peine 12.000 hommes, appuyés de 60.000 soldats « autochtones ».

 

Les Japonais ne sont pas vraiment plus nombreux : à peine 50.000 soldats. Il est temps pour eux d’intervenir s’ils ne veulent pas être débordés. L’Opération Mei est décidée.

 

L’Opération Mei.

 

Elle est d’autant plus décidée que l’aviation américaine fait bombarder Tokyo par 300 B-29, faisant en deux jours, près de 100.000 victimes.

 

Dans les premiers jours de mars 1945, les troupes japonaises sont déployées autour des garnisons françaises. Le 9 mars au soir, l’amiral Decoux, gouverneur général de l’Indochine reçoit l’ambassadeur japonais Matsumoto pour une réunion de routine. A 19 heures, l’ambassadeur présente un ultimatum exigeant que les troupes françaises passent immédiatement sous commandement japonais. Decoux essaie de gagner du temps, mais les premiers coups de feu éclatent dans Saigon. L’Opération Mei est déclenchée. A 21 heures, les garnisons françaises, Decoux et ses adjoints sont mis aux arrêts. Entre 20 heures et 21 heures, les garnisons françaises sont attaquées par surprise par l’armée impériale japonaise. Plusieurs officiers administrateurs et officiers français sont exécutés : à Lang Son, le colonel Robert et le résident Auphelle, invités à dîner ce soir-là par leurs homologues japonais, sont arrêtés par surprise et décapités à coup de sabre, de même que le général Lemonnier qui refusait de donner l’ordre de capituler. A Thak Khek, l’administrateur Colin et l’inspecteur Grethen sont également tués. A Dong Dang, le commandant Soulié est tué après avoir repoussé trois assauts ; le capitaine Anosse, qui a pris le commandement de la contre-attaque, tient trois jours et trois nuits mais doit cesser le feu également à court de munitions et sa garnison décimée. Les Japonais l’honorent de cet exploit puis le massacrent aussitôt ainsi que 400 prisonniers. A Hanoi, marsouins et tirailleurs de la citadelle tiennent vingt heures à un contre dix, menés par le capitaine Omessa, et repoussent trois assauts dont le dernier est qualifié de fait d’armes, mais qui finit par lâcher à court de munitions. Toujours à Hanoi, le capitaine Regnier est torturé et massacré pour avoir refusé la reddition. Son adjoint, le lieutenant Damez, repousse pendant quatre-vingt-dix heures les Japonais en leur occasionnant de lourdes pertes et finit par s’enfuir en forçant les lignes japonaises, après avoir incendié le poste. Au quartier Balny, le lieutenant Roudier tient jusqu’à l’aube. On relève particulièrement le fait d’armes de la vingtaine d’hommes, artilleurs, et leurs trois sous-officiers, retranchés dans « La Légation ». A Hué, le capitaine Bernard et le lieutenant Hamel résistent toute la nuit contre trois compagnies de Japonais équipés de blindés et d’artillerie. Le capitaine Bernard, blessé, est fait prisonnier et sera miraculeusement épargné. Il passera, comme des milliers de soldats et de civils français, le reste de la guerre en camp de concentration, sous le commandement japonais, puis Vietminh.

 

Sur les 34.000 Français métropolitains présents dans la région, plus 12.000 militaires d’origine métropolitaine, plus de 3.000 sont tués en moins de 48 heures. L’administration coloniale est détruite de fait. Les postes militaires français à travers tout l’Indochine (Annam, Tonkin, Cochinchine, Laos, Cambodge) sont touchés. Les troupes japonaises prennent notamment les citadelles d’Hanoi et de Lang Son et y massacrent les Européens et les troupes annamites, malgré les promesses faites en cas de reddition. Des camps de prisonniers sont créés pour y parquer civils et militaires. A Hanoi, les généraux Mordant et Georges Aymé commandent la résistance, mais celle-ci doit finalement capituler au bout de quelques heures.

 

Au Tonkin, le général Sabattier, méfiant, a transféré peu avant le coup de force son poste de commandement hors d’Hanoi, tout en mettant en garde son subordonné le général Alessandri. Tous deux dirigent une résistance de quelques milliers d’hommes. Une partie des troupes françaises est faite prisonnière, tandis que d’autres « prennent le maquis ». Les groupes français, dont la tête de chaque soldat est mise à prix, baptisés plus tard « colonne Alessandri », parviennent en Chine, où ils se mettent à la disposition de la Mission militaire française.

 

 

Fernand Cron.

 

Fernand Cron est téléphoniste au sein de la garnison de Dong Dang. Prisonnier, il est conduit comme beaucoup de ses compagnons d’armes, ainsi que des Annamites présents dans le camp, dans un entrepôt des douanes.

 

Georges Fleury, dans son ouvrage La guerre en Indochine, a raconté l’aventure de Fernand Cron : « A la nuit tombée, les Japonais font irruption dans le magasin. Ils obligent les prisonniers à se dénuder, même les femmes. Ils les entravent et les poussent à coups de crosse vers la route de Lang-Son.

 

Parvenus près de la mission japonaise, les prisonniers sont obligés de s’agenouiller au-dessus d’une fosse d’où s’évade la lourde puanteur des eaux sales de Dong Dang. Des porteurs de torches éclairent la scène. Des Japonais dégainent leurs sabres. Un ordre domine tous les bruits de la nuit. Les lames s’abattent dans des bruits mats. Des têtes tombent dans la fosse, toute de suite rejointes par des corps d’où jaillissent des flots de sang. Des bourreaux ont manqué leur coup. D’horribles plaintes montent de la tranchée. Les maladroits sautent dans le cloaque pour achever leurs victimes.

 

Un deuxième alignement de condamnés bascule dans le noir. Puis un troisième se met en place. Fernand Cron devance le coup de sabre d’une fraction de seconde. Il plonge sur le corps des suppliciés. La lame l’a entaillé de biais à hauteur des vertèbres cervicales. Derrière Cron, le soldat Bravaqui s’écroule en hurlant « Vive la France ! ». Comme il répète son cri de bravade, l’homme qui l’a sabré se laisse tomber sur lui pour terminer la besogne. Cron reçoit encore quelques corps mais contient à chaque choc ses cris de douleur.

 

Une fois le dernier condamné exécuté, les assassins descendent tous dans la fosse et lardent de coups de baïonnettes les corps emmêlés. Epargné, Fernand Cron décide de laisser passer du temps après le départ des brutes. Le sang de ses compagnons ruisselle sur lui. La large plaie de son cou irradie d’intolérable douleur chaque fois qu’il respire. Au bout de quelques temps, le miraculé s’enhardit à appeler un par un ses compagnons. Personne ne lui répond. Il est seul parmi le magma de chair, de boue et de sang dont il s’extirpe au prix d’efforts surhumains.

 

Le blessé à demi étêté rampe dans un boyau fétide, se redresse, tâte sou cou où il découvre une plaie large comme la main, reconnaît une piste menant à la montagne, rassemble ses dernières forces, prend sa tête à deux mains, la maintient bien droite et se lance à la course. Derrière lui, Dong Dang flambe. Cron court sans lâcher sa tête jusqu’à ce qu’il bute contre deux Tonkinois échappés du fort. L’un d’eux a le dos troué par deux coups de baïonnette. L’autre est indemne. Le trio parcourt encore cinq kilomètres et pénètre dans un village habité par des Thôs. Cron est à bout de forces. Ses bras mordus de crampes ne peuvent plus maintenir sa tête. Son menton tape sur sa poitrine étroite. Le tirailleur indemne s’aperçoit soudain de son état. Il pousse un cri d’horreur et s’enfuit à toutes jambes.

 

Fernand Cron perd conscience sitôt que des montagnards l’allongent sur un bat-flanc. Lorsqu’il émerge de sa torpeur douloureuse, il est lavé, vêtu à la tonkinoise, sou cou est pris dans une pâte brune. Les montagnards décident de le cacher dans une grotte avec son compagnon.

 

Quelques jours plus tard, alors que quelques défenseurs de Lang Son errent encore dans les montagnes calcaires proches de la frontière, le capitaine Michel, qui a échappé avec certains de ses hommes du 3e RTT, repère un paysan vietnamien. Il est tout petit, penché sur bâton de marche. Ce dernier suit les soldats français depuis quelques centaines de mètres. Sur leurs gardes, les hommes de Michel le laissent approcher. Le capitaine se rend compte qu’il est européen. Fernand Cron a les larmes aux yeux. Il parle difficilement et ne peut redresser sa tête penchée sur sa poitrine. Il se met à genoux devant Michel, place ses mains derrière son dos et, en articulant difficilement, répète à plusieurs reprises :

 

  • C’est comme ça qu’ils m’ont fait…

 

L’officier donne à boire au miraculé. Un infirmier fait bouillir de l’eau afin de débarrasser son horrible plaie de la crasse miraculeuse dont les Thôs l’ont ointe. Et la marche vers la Chine reprend ».

 

Bien plus tard, de retour en France, Fernand Cron reprendra son métier et terminera sa vie du côté de Cognac, où il était viticulteur.

 

 

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédies Universalis, Larousse, Wikipédia.
  • Site de l’ANAI : Association Nationale des Anciens et des Amis de l’Indochine.
  • Bulletins de l’ANAI.
  • André Teulières, l’Indochine, guerre et paix, 1985.
  • Georges Fleury, La guerre en Indochine, Perrin, 2000.
  • Pierre Montagnon, La France coloniale, Pygmalion, 1990.
  • Jacques Dalloz, La guerre d’Indochine, Seuil, 1987.
  • Lucien Bodard, La guerre d’Indochine, Grasset, 1965.
  • Jean Sainteny, Indochine 1945-1947, Amiot-Dumont, 1953.

 

Lire la suite

Publié le 20 Avril 2016

Parachuté chez les "Japs" !

Il y a un an disparaissait notre ami Robert, dit « Bob » Maloubier. En juin 2015, le magazine TIM (Terre Info Magazine) avait publié dans son numéro 265 une interview de Bob Maloubier, racontant son aventure indochinoise. Il était alors l’un des derniers survivants des ces parachutistes qui avaient été envoyés en Indochine pour semer la zizanie dans les troupes japonaises.

Au service de Sa Majesté.

« Quand on est partis pour être largués sur le Laos, on nous a dit au briefing : « En arrivant au sol, vous trouverez peut-être des partisans pro-français et antijaponais qui s’appellent les Viêts quelque chose », confie Bob Maloubier, figure légendaire des Services spéciaux. « En fait, il s’agissait du Vietminh, les communistes vietnamiens, et ils n’étaient pas du tout pro-français. Quand on les a rencontrés la première fois, le 8 septembre 1945, ça a été notre fête ! ».

Bob Maloubier, comme quelques dizaines de jeunes officiers issus des forces spéciales ayant participé à la libération de la France, est envoyé dans le Sud-est asiatique pour combattre les Japonais qui occupent encore d’immenses territoires, dont l’Indochine française. Agé d’à peine 22 ans, il est capitaine et titulaire d’un palmarès exceptionnel. Parachuté comme saboteur en Normandie en août 1943, il opère clandestinement jusqu’en décembre quand il est grièvement blessé par balle. Exfiltré vers l’Angleterre, il revient en France dans la nuit du 6 au 7 juin 1944 pour encadrer les maquis limousins, harcelant les Allemands qui cherchent à rejoindre le front normand.

« On m’avait offert de me joindre à la Force 136 qui recrutait des agents pour des opérations contre les Japonais », continue M. Maloubier, plus tard fondateur des nageurs de combat français et un des créateurs du 11e bataillon de choc.

La Force 136 était la branche extrême-orientale du Special Operations Executive (SOE), le service action britannique qui coiffait toutes les nationalités qui allaient entreprendre des actions dans la région.

Force 136.

« C’était gigantesque : il y avait des Birmans, des Indiens, des Malais, des Chinois, des Anglais, des Sud-Africains et des Australiens. Beaucoup venaient des forces spéciales et avaient opéré en France, en particulier du SOE et des équipes franco-anglo-américaines Jedburgh. On a été récoltés comme les enfants perdus que nous étions pour continuer la guerre en Malaisie, en Chine, en Birmanie et en Indochine », poursuit M. Maloubier.

Les Français sont regroupés dans la French Indochina Country Section, le service action français pour l’Asie. Certains sont parachutés ailleurs qu’en Indochine, tel Pierre Boulle, planteur en Malaisie, qui plus tard écrira le roman Le pont sur la rivière Kwaï, basé sur ses expériences du combat en jungle. Les agents sont entraînés au Sri Lanka. « Nous étions des centaines d’agents et on parlait toutes les langues » s’amuse M. Maloubier. Le colonel Jean Sassi, alors sous-lieutenant, raconte dans ses mémoires (« Opérations spéciales, 20 ans de guerres secrètes », Editions Nimrod) que les Français reçoivent la visite d’un compatriote haut-gradé venant d’Afrique et sans aucune expérience de l’Asie. Il leur déclare que « le Japonais est un petit homme aux jambes torses habillé en vert. Mauvais tireur, il raterait un éléphant dans un couloir ».

Les instructeurs britanniques, vétérans des campagnes de Birmanie, modèrent le jugement. « Surtout, évitez le corps-à-corps. A la baïonnette, le soldat nippon est insurpassable. Il ne s’avoue jamais vaincu et pousse le fanatisme jusqu’au sacrifice. Ne vous approchez pas d’un cadavre avant de l’avoir inspecté ; il a peut-être été piégé par ses collègues. Même méfiance vis-à-vis d’un blessé : il vous attend peut-être avec une grenade dégoupillée. Pour eux, la vie n’est rien ».

Bob Maloubier est parachuté avec une petite équipe au Laos le 15 août 1945. Il doit harceler les Japonais. Puis, quand le Japon se rend après les bombardements atomiques de son sol, il rejoint le Vietnam comme administrateur de province. « Mais on s’est fait flinguer par les Viêts avant d’arriver, alors on m’a dit, vous êtes dans une province laotienne donc c’est vous qui l’administrerez ».

Tenir le Laos.

« Et on a tenu le Laos et empêché les Viêts de s’y installer. Les Vietnamiens étaient 30 millions d’habitants et nous n’étions au départ que 60 Français et plus 2.000 partisans laotiens qui ne pouvaient pas sentir les Viêts. On faisait le coup de feu et on bougeait continuellement pour donner l’impression que nous étions beaucoup plus nombreux. Mais moi je n’avais que 120 partisans et les autres missions à peu près les mêmes effectifs » se souvient M. Maloubier. « Si on a survécu, c’est parce qu’il y avait des grands espaces et la brousse et que les Japs s’étaient tirés du Laos. Mais ils avaient quand même laissé à la frontière les forces Viêts ».

Les maquis franco-laotiens vont tenir jusqu’en avril 1946 quand ils seront relevés par des troupes régulières françaises arrivées de Saigon.

Bob Maloubier est décédé le 20 avril 2015, quelques semaines après avoir accordé cette interview. Les honneurs lui ont été rendus aux Invalides à Paris le 29 avril.

NDLR : si l’Armée française et la Direction Générale des Services Extérieurs de la France ont rendu à Bob Maloubier l’hommage qu’il méritait, il convient de signaler que Sa Majesté la reine Elisabeth II, de visite à Paris, lui a elle-même remis les insignes de l’Ordre de l’Empire britannique.

Sources :

Terre Info Magazine n°265 – Juin 2015 – Texte de Bernard EDINGER.

Lire la suite

Publié le 18 Janvier 2015

Ceux qui font la guerre, et ceux qui la remportent...

 

 

 

De « l’espion aux pieds palmés » au mercenaire en Afrique.

 

Novembre 2013 – Salons du gouverneur militaire de Paris : à l’invitation de Monsieur le général Hervé Charpentier, gouverneur militaire de Paris, nous nous rendons à l’après-midi du livre de l’association des Ecrivains-Combattants. Nous y rencontrons un personnage haut en couleurs et charismatique : Robert, dit Bob, Maloubier.

 

Né à Neuilly-sur-Seine en 1923, Robert Maloubier commence son expérience militaire en 1940, en s’enrôlant dans l’armée d’armistice, créée après l’effondrement de la France face à l’Allemagne hitlérienne. Attaché à l’armée de l’air, on l’envoie à Bizerte où sa mission consiste à surveiller la base aérienne. Deux années plus tard, alors que se profile le débarquement allié en Afrique du Nord, Maloubier, qui a passé sa jeunesse aux Etats-Unis et en a conservé une bonne pratique de la langue, est recruté comme espion par les services secrets britanniques. Après une formation commando et à la guérilla en Angleterre, il est parachuté en France pour organiser des missions de sabotage puis former des maquisards au maniement des armes, comme dans le Limousin mi-1944. A plusieurs reprises, il se sort miraculeusement de situations où d’aucun aurait abdiqué ou ne serait pas rentré vivant…

 

Général de Gaulle : « Capitaine Maloubier Robert, répondant à l’appel de la France en péril de mort, vous avez rallié les Forces Françaises Libres. Vous avez été de l’équipe volontaire des bons Compagnons qui ont maintenu notre pays dans la guerre et dans l’honneur. Vous avez été de ceux qui, au premier rang, lui ont permis de remporter la Victoire ! Au moment où le but est atteint, je tiens à vous remercier amicalement, simplement, au nom de la France ! »

 

Après la Seconde Guerre mondiale, il rejoint la Force 136 et reste plus d’une année en Indochine. De retour en France, il participe à la création des services secrets français puis des premières unités de nageurs de combat. Pendant près de quinze, il se donne corps et âme au service de la France. Mais il est dans ces métiers à hauts risques des amitiés qui sont parfois à réprouver, même si la République, sur le coup, s’en accommode très bien. Bob Maloubier entame alors une nouvelle carrière, en Afrique, au service de compagnies pétrolières comme la Shell puis Elf où il terminera sa carrière. En parallèle de ses activités, il ne rechigne pas à donner parfois des coups de mains à Jacques Foccart, le « Monsieur Afrique » sous les présidences du général de Gaulle et de Georges Pompidou.

 

Retiré des affaires, il se lance dans l’écriture et participe à de nombreux débats et émissions télévisées.

 

Bob Maloubier est chevalier de la Légion d’honneur, Croix de guerre 39-45, médaillé de la Résistance, des Evadés, de la  coloniale agrafe « Extrême Orient », de la France Libre, des blessés militaires. En outre, il a reçu de nombreuses distinctions au Royaume-Uni ainsi qu’au Laos. En 2014, il a reçu des mains de Sa Majesté la reine Elisabeth l’ordre de l’Empire britannique.

 

La Force 136.

 

Revenons à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En Indochine, le Gouvernement de Vichy est en pleine déconfiture : le coup de force des Japonais a sapé ce qui restait de l’autorité de l’Etat français. Des places sont à prendre. Les communistes et les indépendantistes n’ont pas tardé à se manifester. De plus, faisant fi de l’autorité française, en 1942, l’état-major allié (dominé par les Américains) décide du partage du Vietnam en deux zones d’influence : au nord les Chinois de Tchang-Kai-Chek auront à désarmer les Japonais, quand les Anglais s’en occuperont au sud du 16e parallèle.

 

Il convient pour le Gouvernement provisoire de la République française et son chef, le général de Gaulle, de restaurer la France dans ses prérogatives. Pour se faire, il va utiliser plusieurs moyens : il faut d’un côté monter un corps expéditionnaire. Mais cela prend du temps, aussi bien pour l’équiper que pour l’acheminer. Deuxième axe : le 24 mars 1945 ; Il envoie trois représentants de Gouvernement provisoire de la République : Pierre Mesmer, Jean Sainteny et Paul Mus. Les deux premiers sont faits prisonnier. Ils réchapperont par miracle des Japonais et des communistes. Paul Mus réussit à se réfugier au Yunnan, en Chine.

 

Troisième élément : la Force 136. Il s’agit d’une unité des Opérations spéciales des Services secrets de Grande-Bretagne (Special Operations Executive). Créée en 1941, elle a pour but d’appliquer en Asie la tactique qui réussit en Europe : former des soldats d’élite qui encadreront des maquis locaux pour organiser la guérilla et les actions de sabotage contre l’ennemi japonais. Les soldats de la Force 136 permettent donc non seulement une reconnaissance des groupes de résistance, mais aussi servent de liaison avec les forces alliées (anglaises, françaises, américaines) pour recevoir les équipements, les armes et les munitions. Dès sa création la Force 136 est composée non seulement d’Anglais, mais aussi de nombreux étrangers. Parmi les Français, on compte le colonel Jean Sassi, qui sera l’un de ses meilleurs éléments, Pierre Boulle (qui plus tard écrira Le Pont sur la rivière Kwaï), Jean Deuve, Jean Le Morillon et bien entendu Bob Maloubier.

 

Jean Sassi : « La Force 136 a été montée en Angleterre, mais nous sommes rapidement partis pour Ceylan où des instructeurs nous ont formé à la survie et au combat dans la jungle. Très difficile de se battre dans la jungle : vous n’y voyez rien ! Nos instructeurs avaient combattu contre les Japonais en Birmanie et nous montraient des trucs indispensables. Même chose pour leurs homologues indiens, qui connaissaient tout de la faune et de la flore. Ils nous montraient comment grimper aux arbres les plus hauts. En brousse, si on veut observer et surveiller le terrain, il faut se hisser au-dessus de la canopée, sur les cimes ».

 

En Malaisie, la Force 136 se révèle redoutable à partir de 1943 : profitant de la chute de Singapour, des Chinois se fédèrent pour combattre les Japonais. Les Anglais envoient plus de 30 commandos pour infiltrer les groupes ennemis. Les équipes sont composées de militaires britanniques et d’agents chinois. Cette stratégie s’avère payante : en 1945, la défaite nippone doit beaucoup aux actions de groupes gérés par la Force 136. Elle se voit d’ailleurs décerner fin 1945 la Malayan Command Service and Burmese Medal. Mais l’année suivante, les commandos sont démobilisés.

 

En Indochine, la tactique est la même. Bob Maloubier est parachuté au Laos en 1945. Il doit rejoindre la résistance locale mais est rapidement blessé dans des échanges de tirs contre les Japonais. Jean Sassi : « Maloubier tirait depuis sa fenêtre. Il s’est retourné vers moi : « Je suis touché ». Sa chemise était ensanglantée. Mais il restait debout. Je me suis approché de lui, j’ai dégrafé sa chemise, touché la plaie, senti une protubérance : en fait, la balle avait dû ricocher avant de le toucher et avait été stoppée au niveau du sternum. Je la lui ai retirée avec les doigts. Quand il l’a vue, il s’est évanoui. Pas longtemps : Maloubier n’était pas une fillette. Il avait été laissé pour mort pendant le débarquement de Normandie et un projectile allemand se promenait toujours quelque part du côté de son cœur ».

 

Remis sur pied également grâce aux médecines locales, Bob Maloubier devient administrateur d’une province du Laos. Pour autant, les choses ne sont pas simples : au Laos, la Force 136 doit s’organiser pour combattre les Japonais, mais aussi les maquis communistes du Vietminh qui ont profité de l’offensive japonaise de mars 1945 pour récupérer les armes prises aux soldats français. Parfois, ils sont même aidés de commandos américains, à l’époque premiers supporters du Vietminh ! En fait, la Force 136 permet d’éviter le pire et d’attendre l’arrivée des premiers régiments du Contingent Français en Extrême-Orient. Ils débarquent à Saigon en septembre 1945. La reprise de l’Indochine française par une force armée digne de ce nom peut alors commencer.

 

Quand Bob Maloubier revient en métropole, il est convoqué par « Morlane », chef du Service Action dans les Services secrets français. L’entretien se déroule au siège de l’organisation :

 

-       Dis donc Maloubier, t’en as mis du temps pour rentrer !

-  Désolé commandant. J’avais des petits problèmes à régler. Des séquelles d’une balle japonaise par-ci, un paludisme à traiter par-là, des bises aux miens qui ne m’ont pas beaucoup vu en quatre ans…

-       C’est çà ! Et une douzaine de petites amies à réconforter…

 

 

 

Sources :

 

Encyclopédies Larousse, Universalis, Wikipedia.

Portrait de Bob Maloubier dans la revue Octopus, n°7 Avril-juin 2011.

Bob Maloubier, L’espion aux pieds palmés, Rocher, 2013.

Colonel Jean Sassi, Opérations spéciales, 20 ans de guerres secrètes, Nimrod, 2009.

Remerciements spéciaux et amicaux à Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard.

 

 

Lire la suite

Publié le 6 Septembre 2014

 

Francis Cote Clamart.jpg

 

 

Sidi-Brahim.

 Francis Cotté est né en 1927 à Paris. Durant la période 1943-1944, il fait secrètement sa préparation militaire à la Sidi-Brahim, camouflée sous le terme de Société de Gymnastique. Ce nom va marquer sa jeunesse : quelques mois plus tard, il intègre le 8e bataillon de chasseurs à pied qui vient d’être recréé sur décision du général de Gaulle. Et ce bataillon a pour origine l’Algérie et plus particulièrement la ville de Sidi-Brahim ! L’unité rejoint l’armée américaine du général Patton et contribue à la libération de l’Alsace et de l’Allemagne.

 Mais Francis Cotté vit ces combats de loin : compte tenu de son jeune âge, il est affecté à l’Ecole de Rouffach pour y devenir chef de section. Le commandement lui propose d’entrer dans le corps des officiers, mais il refuse, préférant, en tant que sous-officier, participer au bataillon de choc dirigé par le commandant Gambiez. Il lui faut de l’action ! Il va être servi : durant les mois qui suivent, à partir de février 1945, il est demandé au bataillon de vider la Forêt noire de groupuscules allemands.

 

 

Au 11e Choc.

 Direction Perpignan où Francis Cotté rejoint le 11e Choc, dirigé par le capitaine Paul Aussaresses. Pour l’anecdote, le nom de l’unité vient de son numéro de téléphone : pour l’obtenir il suffisait de demander « le 11 à Mont-Louis » dans les Pyrénées ! L’entraînement est intense : les hommes doivent s’aguerrir en quelques mois afin d’être de parfaits commandos, dans l’esprit du Special Operations Executive (SOE) britannique, qui est une branche de ses services secrets. Les formations aux opérations de sabotage et subversives, comme celle d’encadrement de forces locales, sont primordiales. Jean Sassi, grand militaire, qui fut commando en Indochine, disait souvent que cette unité fut à l’origine des Bérets verts américains.

 Sous les ordres des lieutenants Duprat et Rivoal, Francis Cotté apprend le maniement de différentes armes et techniques. Il est ensuite envoyé à Pau pour passer son brevet de parachutiste. Retour à Mont-Louis pour quelques semaines seulement : le 11e Choc est envoyé en Indochine. A l’occasion d’une interview en 2008, pour le livre de Marie-Monique Robin, Escadrons de la mort, l’école française (Ed. La Découverte), le capitaine Paul Aussaresses livra sa pensée : « je demandais aux hommes de mener ce qu’on appelait alors la guerre psychologique, partout où c’était nécessaire, et notamment en Indochine. Je préparais mes hommes à des opérations clandestines, aéroportées ou non, qui pouvaient être le plasticage de bâtiments, des actions de sabotage ou l’élimination d’ennemis… ».

 En Indochine, Francis Cotté connaîtra plusieurs affectations dont la plus longue sera au 10e bataillon de chasseurs à pied parachutistes. Ses supérieurs lui ordonneront d’être moniteur à Bag Mel au pool d’entraînement de tous les bataillons parachutistes. Puis il est affecté aux largages de munitions et d’équipements à bord de quadrimoteurs Halifax du Groupe Guyenne (actifs depuis la Seconde Guerre mondiale).

 

Retour en France.

 A son retour, Francis Cotté est promu au grade d’adjudant et devient instructeur au 11e Choc. En 1956, il assure l’instruction des parachutistes prémilitaires avec de nombreux sauts à Persan-Beaumont, Mitry-Mory, Evreux. Il se fait une spécialité du saut depuis les Nord-Atlas. A cette époque, il a pour camarade instructeur le sergent-chef Egarteler qui est le moniteur d’un certain François-Xavier Philipp. Des années plus tard, ce dernier deviendra président du Souvenir Français de Clamart et Francis un membre actif !

 Dans le même temps, Francis Cotté devient parachutiste au Centre d’Essai en Vol de Cazaux où il teste les sièges éjectables des Vautours de l’armée de l’air. Au total, il effectue pas moins de 11 sauts éjectables avec ouverture de l’éjecteur du siège, « dégrafage » et saut à partir du siège à seulement 800 mètres. A cet exercice, les accidents mortels furent nombreux…

 En 1960, après 551 sauts, il prend sa retraite militaire et entame une nouvelle carrière, civile cette fois, en tant que visiteur médical. Vingt-sept années plus tard, il prend sa retraite civile. Son ancien chef de corps, le général Gambiez est alors à la tête de la Commission Nationale d’Histoire Militaire. Il l’appelle en 1987 et le fait entrer au Service Historique des Armées du fort de Vincennes, où bénévolement il donne ses avis.

 

Lire la suite

Publié le 8 Juillet 2014

Bao Dai et de Lattre Armee Vietnam

Le chef de l’Etat du Vietnam, Bao Daï et le général de Lattre parlent de la mise en place d’une armée du Vietnam. (copyright ECPAD).

 

Les Supplétifs.

 Etymologiquement, le terme « supplétif » vient de suppléer, à savoir « qui complète ». En matière militaire, c’est vrai de toutes les guerres quand elles sont faites à l’extérieur d’un pays. Et le meilleur exemple est bien celui des colonies : comment conquérir un pays dont vous ne connaissez ni la langue, ni les croyances et encore moins le mode de vie ? Les batailles gagnées par la seule force ne sont pas des conquêtes de long terme. Aussi, dès le 19ème siècle, la France s’est-elle penchée vers les habitants de ces territoires afin de former des unités locales.

 Ce qui était vrai en Afrique allait l’être aussi en Asie. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans le but de bouter hors d’Indochine les troupes étrangères, le général Leclerc fait appel à la population pour combattre le Vietminh communiste.

 En 1950, cinq années après le début de la guerre, plus de 40.000 hommes composent les effectifs des forces supplétives : ils sont intégrés dans des CSM (Compagnies de Supplétifs Militaires) des unités du CEFEO (Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient) comme les bataillons de parachutistes, la Légion étrangère (CIPLE – Compagnie Indochinoise de la Légion Etrangère), les unités classiques de la Coloniale et d’autres unités dont les noms sont évocateurs : bataillons de marche d’Extrême-Orient, bataillons de marche indochinois, régiments de tirailleurs tonkinois, le bataillon annamite, le bataillon des forces côtières du Tonkin, les bataillons muongs, les bataillons thaïs, les bataillons de chasseurs laotiens, le régiment mixte du Cambodge.

 En juillet 1951, le général de Lattre veut aller encore plus loin. Son but consiste à créer une armée vietnamienne, digne de ce nom, pour maximiser la lutte. A l’occasion d’un discours à Saigon, le général indique : « Si vous êtes communistes rejoignez le Vietminh : il y a là des individus qui se battent bien pour une mauvaise cause. Mais si vous êtes des patriotes, combattez pour votre patrie car cette guerre est la vôtre ».

 

A la Mission vietnamienne à Paris.

 1987. Jean-Michel Fouquet est bénévole comme professeur de français à la Mission vietnamienne de Paris. Il œuvre pour l’intégration des réfugiés du Vietnam. On les appelle « Boat People » car ils ont fui par ce moyen le régime communiste mis en place dans la totalité du pays après la chute de Saigon en 1975.

 Jean-Michel, qui plus tard deviendra vice-président du Comité du Souvenir Français de Puteaux, enseigne donc la langue de Molière. Il fait la connaissance de Than Thi My Dung puis l’épouse. La nouvelle Madame Fouquet lui présente son père. Il s’agit du colonel Than Van Han, réfugié politique. En 1975, le colonel quitte précipitamment le Vietnam. Fiché par les communistes, il n’a eu que quelques instants pour partir. Il emmène avec lui ses plus jeunes enfants. Dix années plus tard, durée du délai légal au Vietnam, sa femme et les enfants les plus âgés réussiront à venir le rejoindre en France, et auront également droit au statut de réfugiés politiques.

 

Combats en Indochine.

 Dès les premiers combats en Indochine, le jeune Than Van Han s’engage dans les forces supplétives. En 1949, alors sergent à la 161e compagnie de supplétifs militaires, il est cité à l’ordre du régiment pour faits d’armes, par le général de division Alessandri, commandant les Forces Terrestres du Viet-Nam Nord et la Zone Opérationnelle du Tonkin : « Chef de section de partisans d’un courage et d’un calme exemplaires. Le 14 octobre 1949 à Bi-Noi (Tonkin), le 5 novembre 1949 à Ya-nam, le 15 novembre 1949 à Khang-Giang (Tonkin), encerclé par des rebelles supérieurs en nombre, a réussi en contre-attaquant brillamment à leur infliger des pertes sévères, tant en matériel qu’en nombre. Le 22 octobre 1949, a été l’âme de la défense du village rallié de Mo-Tho durement attaqué par de forts éléments rebelles. Ces citations comportent l’attribution de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec étoile de bronze ».

 L’année suivante, alors passé adjudant, Than Van Han s’illustre à nouveau. Le général d’armée de Lattre de Tassigny, Haut-Commissaire de France en Indochine, le fait citer à l’ordre de la division : « Chef de section de supplétifs d’un courage et d’un sang-froid admirables. A pris une part prépondérante aux coups de main de mars et d’avril 1950 aux environs de Mo-Tho (Tonkin), en détruisant 7 Vietminh, récupérant deux fusils et un pistolet automatique. Les 20 et 23 mai 1950, près de Bi-Moi (Tonkin), étant en embuscade, a tué trois rebelles et pris deux fusils, dix-sept mines et obus piégés. Vient à nouveau de se distinguer en novembre 1950, où, à la tête de ses supplétifs il a tué trois rebelles au cours d’embuscades de nuit, contribuant ainsi à faire cesser la dure pression exercée sur le village rallié de Ngia-Thuong. Par ses brillantes qualités guerrières, fait constamment l’admiration de tous. Ces citations comportent l’attribution de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec étoile d’argent ».

 Après 1951, Than Van Han rejoint l’Armée nationale vietnamienne, dans le cadre des accords passés entre le général de Lattre et Bao-Daï, chef de l’Etat du Vietnam. Il y restera en dépit du départ des troupes françaises, après la chute du camp retranché de Dien Bien Phu en 1954. Il continuera sa carrière militaire jusqu’au grade de colonel.

 Than Van Han n’est jamais retourné au Vietnam. Il est mort sur sa terre d’exil en 2005.

 

 

 

Sources :

 

  • Archives familiales Jean-Michel Fouquet, vice-président du Souvenir Français de Puteaux.
  • Patrice Gélinet, émission de France Inter 2000 ans d’Histoire : Indochine 1945-1954, histoire d’une guerre oubliée.
  • Général Bigeard, Ma vie pour la France, Ed. du Rocher, 2010.
  • Lieutenant-colonel Jean-Vincent Berte, Indochine : les supplétifs militaires et les maquis autochtones, Collège Interarmées de Défense.
  • Georges Fleury, La guerre en Indochine, Tempus, Perrin, 2003 et Nous, les combattants d’Indochine, Bourin Editeur, 2011.
  • Alexandre Le Merre, Lieutenant en pays Thai, Indo Editions, 2008.
  • Michel Bodin, Dictionnaire de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Economica, 2004.
  • Gérard Brett, Les supplétifs en Indochine, L’Harmattan, 1996.
  • Site de l’association des Anciens combattants et des Amis de l’Indochine : www.anai-asso.org (dont article écrit par le colonel Maurice Rives).
  • Francis Agostini, les Unités Thaïes dans la bataille de Diên Biên Phù.

 

Lire la suite

Publié le 26 Mars 2014

 

Borderie Pierre

 

Dans la famille de Pierre Borderie, membre du Comité de Clamart du Souvenir Français, l’engagement n’est pas un vain mot. En 1940, après la débâcle de l’armée française, ses parents entrent en résistance. Profondément patriotes et dynamiques, ils font parties des première équipes opérationnelles contre l’envahisseur.

 

Deux années plus tard, alors que le jeune Pierre a tout juste 15 ans, son père est arrêté par la police nazie, enfermé en prison puis déporté en 1943 à Buchenwald. Année funeste : sa mère est à son tour arrêtée et déportée dans le même camp de concentration. Voilà Pierre Borderie orphelin d’une famille glorieuse, dans un pays vaincu.

 

Son oncle voit qu'il y a urgence à trouver une activité stabilisante à cet adolescent puissant et rêveur à la fois. Organisateur de parachutages dans le Périgord, il fournit à Pierre de faux papiers et lui permet de rentrer dans la Résistance, au commando Austin-Conte, bataillon Bertrand, pendant six mois de juin à novembre 1944. Là, il y fait un apprentissage pratique sur le terrain lors de sabotages sur l'axe Bordeaux-Toulouse et il se fait remarquer par son courage et son sang-froid. Blessé, alors que son groupe attaque un convoi allemand de la division mongole, Pierre Borderie est d'abord soigné clandestinement, puis séjourne à l'hôpital de Sainte-Foix-la-Grande, en Gironde, avant de rejoindre son groupe à Bordeaux. Il veut être incorporé dans l'armée régulière qui est en train de se réorganiser. Hélas, 17 ans, c'est trop jeune ! Bon pour le service dans la Résistance, mais écarté administrativement de l'armée nationale : Pierre est moralement cassé par ce refus.

 

Il va lutter pendant deux ans, en 1945 et 1946, contre le règlement scolaire très rétro d'une formation professionnelle en dessin industriel. Puis pendant deux autres années, 1947 et 1948, il est inscrit en faculté de médecine. Mais, ce qui l'attire, ce sont les blagues de carabin et les caves de Saint-Germain-des-Prés, où il fréquente les zazous, les groupes de jazz, ou des artistes comme Juliette Gréco. Finalement, le "potache farceur" est exclu de la Fac. Va-t-il gâcher le reste de sa vie ?

 

Par un réflexe salvateur, les souvenirs de ce qu'il a vécu comme combattant précoce vont balayer les amusements superficiels. Il se présente au bureau de Vincennes et il signe pour six ans dans la Légion Étrangère (pour ce faire, on lui attribue une nationalité suisse). La Légion est maintenant sa famille, il y trouvera l'encadrement nécessaire à l'épanouissement de ses qualités.

 

Dès lors, sans le savoir, il a rendez-vous avec l'Indochine.

 

Pierre Borderie, nouveau légionnaire, est dirigé d'abord sur Philippeville et Sétif en Algérie, au 1er bataillon étranger de parachutistes (1er BEP). En six mois il est breveté "para". Départ pour l’Indochine à bord du Pasteur qui l’emmène en trois semaines à Saigon. Après quelques jours passés dans la capitale de la Cochinchine, il embarque sur la Rafale et en une semaine rejoint le grand port du Tonkin : Haiphong pour intégrer le 2ème BEP.

 

L'affectation qu'il reçoit est, pour lui, une déception. Il est bien au 2e BEP., mais il est détaché à un stage d'infirmier qui a lieu à l'état-major installé à Dalat, au tiers sud de l'Annam (les cours de médecine ont tout de même servi !). Il se sent frustré de ne pas être sur le champ de bataille, soit pour combattre, soit pour soigner.

 

À sa demande, il part en opérations le plus souvent possible : Tonkin, Centre-Annam, Laos en 1949 où il est blessé, Cochinchine. Un jour où sa compagnie est obligée de reculer devant une division Viet, il ramène un blessé sur ses épaules, malgré les ordres de son commandant de compagnie et il présente sa section au complet. Cet acte de bravoure lui vaut "8 pains" (jours de prison) pour désobéissance, mais aussi un grade de caporal-chef.

 

Début 1949, chez le grand voisin chinois, les troupes communistes entrent à Pékin. Parallèlement, six mois après, l'empereur Bao Dai débarque à Saigon et y installe le gouvernement nationaliste vietnamien. C’est là l’élément le plus probant des accords signés au palais de l’Elysée entre la France et sa colonie : le Vietnam est maintenant indépendant dans le cadre de l’Union indochinoise. Au début du mois d’octobre 1949, le CEFEO (Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient) subit les attaques du Vietminh en pays thaï puis dans le nord du Tonkin. Un convoi est assailli sur la route entre Cao Bang et Lang Son : on dénombre 28 tués, 44 disparus et 37 blessés.

 

L’année suivante, ce n’est plus une attaque que le CEFEO doit subir mais une vaste offensive : elle y perd toute la zone nord du Tonkin, celle de la frontière avec la Chine. Ayant terminé son stage d’infirmier, Pierre Borderie est de tous les coups. Blessé à deux reprises, il n’en continue pas moins à œuvrer pour soigner les camarades qui tombent autour de lui.

 

Novembre 1953 : le 1er BEP, auquel il est à nouveau attaché, est envoyé sur une zone dans l’extrême ouest du Vietnam, près du Laos. Son nom restera gravé dans les mémoires : Diên Biên Phù. Les soldats commencent à fortifier le camp. L’état-major a demandé à la section à laquelle appartient Pierre de se rendre sur le piton Isabelle. Notre infirmier entend le général Gilles, commandant les paras, murmurer, en voyant la cuvette de Diên-Biên-Phu : « c'est un piège à c.... ».

 

Dans les derniers jours de Diên-Biên-Phu, Pierre est de nouveau blessé par une rafale de mitraillette, comme il le dit avec humour : « du bas du mollet droit à l’épaule droite : 6 trous ». Il tente néanmoins de continuer à soigner ses blessés. Mais au bout d’un certain temps il s’évanouit et ne se réveillera qu'à l’hôpital Dominique-Larrey de Versailles. Il a été évacué dans les derniers. Il n'en garde aucun souvenir.

 

Il finit son temps militaire en 1955 et sa vie professionnelle en 1990. « Je n’ai pas vécu la guerre boum-boum, celle des consoles où grouillent les robots de nos petits-enfants. C'est celle du sang que l'on verse et des larmes que l'on retient » ajoute-t-il.

 

Pierre Borderie est titulaire de nombreuses décorations dont la Médaille Militaire, la Croix de Guerre TOE avec 2 clous et une palme, la Croix du Combattant Volontaire, la Médaille des Blessés avec 4 étoiles.

 

Lire la suite

Publié le 8 Mars 2014

 

Viaduc baica et pont Bailey

 

Viaduc de Baïca en Indochine. La pile centrale ayant été détruite, lancement du pont Bailey (copyright ECPAD).

 

« Militaire de carrière, j’ai servi en Indochine en qualité de lieutenant de septembre 1951 à janvier 1954 au 71ème bataillon du génie, basé à Saigon.

 

J’ai d’abord rempli les fonctions de chef de section, puis de commandant en second de la compagnie 71/1, placée dans les faubourgs nord de Saigon, près du pont de Binh Loi. Au cours de cette période, j’ai notamment construit 1.200 mètres de ponts à charpentes sur pieux de bois ou en fer, ponts Bailey, ponts flottants.

 

Le 22 octobre 1952, je prenais le commandement de la compagnie 71/2 à Vinh Long, en remplacement de son capitaine, assassiné par les Hoa-Hao, secte caodaïste qui l’avait attiré à un déjeuner. Au cours de mon séjour en Cochinchine, j’ai connu une vie passionnante, pleine d’expériences dont deux faits d’armes qui resteront gravés à jamais dans ma mémoire et dont voici le résumé.

 

Au printemps 1952, j’accompagne mon capitaine, dont j’étais l’adjoint, à une convocation sur le pont de Ben Luc qui vient de faire l’objet d’une destruction de la part du Vietminh. Cet ouvrage, un magnifique pont Eiffel de type routier – voie ferrée, franchit la rivière Vam Co Dong, parallèle au Mékong, à mi-distance de Saigon et de My Tho, au sud. Arrivés sur place, nous rejoignons une quarantaine de civils et de militaires, dont le général commandant le sud-vietnam et le ministre des Transports vietnamien. Les Viets ont détruit à l’explosif la première pile du pont côté rive droite, ce qui a entraîné l’effondrement de deux travées. La 2ème pile n’est pas détruite, mais les explosifs sont en place et une fumée s’échappe d’un pilier. Tout peut exploser d’un moment à l’autre, ce qui serait une véritable catastrophe. Or, personne ne bouge !

 

Je me précipite vers le général pour lui conseiller au plus vite de neutraliser la situation. M’ayant répondu qu’il ne peut envoyer personne à la mort, je lui fais savoir que je suis volontaire pour tenter de régler le problème sous réserve que quelqu’un m’accompagne.

 

Un adjudant de l’Etat-major du 71ème bataillon du génie se portant à son tour volontaire, nous nous dirigeons vers un canot de notre arme, amarré à la rive et nous prenons la direction de la pile, objet de tous les regards. Nous y voilà. Il s’agit de couper tous les cordons détonants qui relient les charges explosives et je neutralise le dispositif de mise à feu. Nous jetons les explosifs dans la rivière et nous rejoignons la rive. Entre temps, le général et ses accompagnateurs ont quitté les lieux et se sont regroupés de l’autre côté du pont dans une ferme bordant la rivière, pour discuter de la suite à donner à cette affaire. Nous les rejoignons. Je remets au général le dispositif de mise à feu, que j’ai ramené avec moi. Il me demande de le déposer sur un meuble et reprend la discussion.

 

Quelques secondes plus tard, le dispositif de mise à feu explose, ce qui laisse pantois les personnes présentes. En effet, si nous n’étions pas intervenus sur la deuxième pile, celle-ci serait maintenant détruite. Le général et le ministre vietnamien nous félicitent chaleureusement.

 

Cette action me vaudra, quelques jours plus tard, l’attribution de l’Ordre national du Vietnam et la Croix de guerre vietnamienne avec palme. Du côté français, je suis cité à l’ordre de l’armée avec attribution de la Croix de guerre avec palme.

 

L’adjudant qui m’accompagne est également décoré.

 

A la suite de ces événements, je suis désigné pour prendre le commandement des opérations de construction d’un pont flottant juste en amont du pont Eiffel. Ma compagnie 71/2, renforcée d’une section du génie de la Légion étrangère, est chargée des travaux. Le pont flottant, de type Bailey (pont préfabriqué portatif), doit reposer sur des petites péniches commandées au Canada. Dans l’attente de ces embarcations, le trafic routier est assuré par des portières, ou bacs flottants, dont je dois assurer la construction et l’utilisation.

 

Quant à la remise en état du pont Eiffel, elle est confiée à un régiment du génie, à l’époque en garnison à Versailles, et spécialiste de ce type de matériel. Les travaux durent près de six mois, durant lesquels le pont Bailey flottant remplit sa mission sans problèmes.

 

La second fait d’armes est le suivant : la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) était chargée de la défense du sud du Vietnam, au nord de Saigon. Son Etat-major était cantonné à Dautieng, complexe Michelin situé sur la rivière de Saigon à quelques 70 kilomètres de cette ville, au centre d’une plantation d’hévéas dont on tire le latex, matière première du caoutchouc. La zone tenue par la DBLE comprenait la région « D » de Cuchi, située au nord-ouest de Saigon, et équipée d’un réseau de souterrains dont les Viets ne pourront jamais être délogés. Durant mon séjour à la compagnie 71/1, j’étais le sapeur toujours réclamé par la légion pour régler les problèmes de travaux du génie, notamment dans la région de Tay Ninh où j’ai réalisé au cours de mon séjour un quinzaine de ponts.

 

Début 1953, la DBLE ayant décidé d’installer un poste à une quinzaine de kilomètres au sud de Dautieng, sur la rivière de Saigon, réclame et obtient mon intervention auprès de l’Etat-major de Saigon. Toute ma compagnie, avec son matériel lourd, s’installe sur place et entreprend la construction du poste. Logé à Dautieng, je rejoins mon unité tous les matins dans un scout-car blindé, équipé d’une mitrailleuse de 12,7 mm et piloté par un de mes sous-officiers, le sergent Pierre Roussel. Nous accompagnons l’ouverture de route, chargée de détecter les mines et les embuscades.

 

Le 27 avril 1953, ayant été convoqué à l’Etat-major de la Légion, nous ne pouvons partir avec l’ouverture que nous rejoignons dès que possible. Sur le point de la retrouver, nous tombons dans une embuscade tendue par les Viets. Une roquette atteint la portière gauche du blindé, côté chauffeur. Roussel, criblé d’éclats, perd le contrôle du véhicule, en flammes, qui quitte la route pour s’enfoncer dans la jungle jusqu’à une termitière qui le bloque.

 

Bien que grièvement blessé, je m’extrais du scout-car et je me traine jusqu’à la route pour appeler à l’aide les légionnaires qui ripostent aux Viets. Les mêmes légionnaires parviennent à extraire Roussel qui, outre ses graves blessures, est brûlé sur le côté gauche. Les ennemis ayant été repoussés, nous sommes évacués à Dautieng et soignés par le médecin de la Légion. Nous sommes ensuite évacués sur Saigon par un avion sanitaire, sur deux civières accrochées sous les ailes. Au-dessus de la fameuse zone « D », l’avion est pris pour cible par des tirs provenant d’un réseau de tranchées. L’avion y échappe en prenant de l’altitude.

 

A l’aéroport de Saigon, nous sommes transportés en ambulance à l’hôpital Grall, spécialisé pour les blessés du crâne. Le sergent Roussel, atteint aussi de 27 perforations aux intestins, décède dans la nuit. Je suis, quant à moi, opéré du crâne dès le lendemain. Un gros éclat est prélevé. Une semaine plus tard, on me tirera un autre éclat du coude gauche, évitant par miracle l’amputation prévue initialement.

 

Après une convalescence à Dalat, je retourne à Vinh Long afin de reprendre le commandement de la Cie 71/1 qui vient de rentrer après avoir achevé la construction du poste dont elle était chargée. Ces incidents me vaudront une nouvelle citation à l’ordre de l’armée et une Croix de guerre avec palme. En 1954, après mon retour en métropole, je serai décoré de la Légion d’Honneur.

 

Quant au sergent Roussel, il a été inhumé à Saigon. Une quarantaine d’années plus tard, le ministre des Anciens combattants fera ramener en France, les dépouilles de 25.000 soldats français de tous grades et de toutes origines, dont celle de Roussel. Les containers renfermant les restes mortels seront regroupés au cimetière de Fréjus.

 

J’ai pu m’y rendre et me recueillir sur la tombe de mon sous-officier ».

 

Colonel Jules Wanschoor.

 

Lire la suite

Publié le 9 Février 2014

IndochineConqueteGF

« J'ai débarqué à Saigon en janvier 1946 avec un enthousiasme de sous-lieutenant de 21 ans, poussé par l'aventure et la reconquête de la plus belle de nos colonies. J'avais été affecté à la veille de mon embarquement sur le Pasteur à un régiment recréé curieusement vu son nom pour un emploi outre-mer, le 5ème Cuirassiers, mais de riche tradition, le Royal Pologne et sa fourragère.

 

L'Indochine jusqu'en 1940 était le fleuron de notre empire colonial : tenue par 40.000 militaires et civils, des pionniers qui en avaient fait la Perle de l'Extrême Orient. En 46, cependant, elle relevait d'une terrible épreuve : coupée de la France depuis 1940, elle avait connu l'occupation puis le coup de force japonais du 9 mars 1945, la capitulation du Japon le 15 août suivant et, dans la foulée la constitution par Ho Chi Minh d'un gouvernement vietnamien, l'occupation d'une division nationaliste chinoise au nord du 17ème parallèle tandis que les Britanniques débarquaient au Sud !

 

C'est dans cet état que le général Leclerc avait trouvé le pays en arrivant en octobre, trois mois avant les premiers éléments du corps expéditionnaire dont nous faisions partie.

 

Les Européens, graves et épuisés par toutes leurs épreuves, hantés par des massacres dont ils avaient été victimes, n'envisageaient que le rétablissement de leur statut alors que nous avions formé des élites indochinoises qui n'étaient pas reconnues : peu d'entre eux imaginaient que le monde avait changé …

 

Et  les Indochinois ? Les souverains du Laos et du Cambodge auprès desquels nous exercions notre protectorat avaient absorbé tant bien que mal toutes leurs vicissitudes, mais la situation était bien plus grave pour ce qui est devenu le Viet Nam et requérait pour Leclerc toute sa priorité. La constitution d'une République Populaire du Viet Nam avait été proclamée à Hanoï, regroupant les protectorats du Tonkin et de l'Annam, avec la colonie de Cochinchine. En liaison avec Jean Sainteny, haut commissaire au Tonkin, Leclerc négocia avec Ho Chi Minh en mars 1946 un "modus vivendi" et l'organisation à venir d'une conférence à Fontainebleau … C'est ainsi que fut instaurée provisoirement, mais plus ou moins appliquée, une trêve avec le Viet Minh permettant au corps expéditionnaire de débarquer au Tonkin.

 

Les Britanniques nous aidèrent : nos diplomates avaient obtenu la disposition du matériel d'une division gurkah si bien qu'en deux mois le 5ème cuir était équipé de blindés légers et j'étais à la tête d'un peloton de 4 sous-officiers 25 engagés volontaires, 4 scout cars et 2 automitrailleuses : le rêve pour un jeune officier ! …

 

Dès le 6 mars le régiment pouvait former une colonne dénommée alfa dont je faisais partie et quittait la Cochinchine pour la reconquête du Laos.

 

Les Chinois au Laos grappillaient tout ce qui leur tombait sous la main et leur général ne voulait pas nous laisser la place avant la récolte du pavot … C'est avec eux, à Thakek, que nous avons ferraillé pour la première fois pour montrer notre détermination et fait la jonction avec un commando français formé à Ceylan et parachuté pour encadrer un maquis laotien.

 

Après des pourparlers avec les Chinois et la signature du "modus vivendi" avec les Vietnamiens, notre colonne se fraya un chemin à travers la cordillère annamite, entravée par des coupures et quelques embuscades de "viets", et déboula au centre Annam dans la plaine côtière de Hué. La population européenne de la région y avait été regroupée à la suite du coup de force japonais un an auparavant : on peut imaginer son accueil délirant à notre colonne, contrastant avec celui de la population annamite déjà prise en mains par la propagande du Vietminh …

 

Avec la libération de Hué, l'ordre était rétabli tant bien que mal en Annam, et la colonne alfa dissoute. Mon escadron franchit alors à nouveau la cordillère maintenant dégagée pour retrouver le calme du Laos.

 

J'étais stationné à Savannaketh et mon peloton rayonnait sur les pistes de la région, si pittoresque  avec ses salas, maisons sur pilotis, et sa population pacifique et accueillante, nous invitant aux bassis, leurs fêtes coutumières au cours desquelles nous aspirions avec des bambous l'alcool fermenté des jarres : nous vivions la paix.

 

Au mois de juin, nous retrouvions la Cochinchine. C'est là que nous apprîmes en septembre l'échec de la conférence de Fontainebleau et les attentats du 19 décembre à Hanoï : le Vietminh déclenchait l'insurrection générale, c'était désormais la guerre.

 

Le PC du régiment était cantonné à Thu Dau Mot et mon escadron à proximité, Saigon étant à 25 kilomètres. La zone d'insécurité s'étendait déjà à ses portes mais la vie y avait pris un rythme trépidant avec une population grouillante et trafiquante voisinant avec Cholon la chinoise, ses tripots et son dancing du Grand Monde.

 

Mon peloton était requis pour la sécurité de convois les plus divers avec une hantise de l'embuscade qui tendait à s'émousser avec la routine, il fallait y veiller … Mes missions me conduisirent dans le delta du Mékong, la plaine des joncs, les plantations d'hévéas et jusqu'au Cambodge à Angkor visité alors en automitrailleuse !

 

En janvier 1946, l'escadron était affecté dans le Sud Annam, au secteur de Phan Rang tenu par le 2ème Régiment Etranger d'Infanterie : Malgré l'agrément des permissions à Saigon, j'étais heureux de quitter l'ambiance trouble de la Cochinchine pour garder en mains mon peloton et partager avec la Légion une vie plus opérationnelle, d'autant plus que j’étais détaché auprès du 2éme bataillon à Ninh Hoa, loin de mon escadron. Ma vie était celle du bataillon : je prenais mes repas à la popote des officiers avec lesquels se nouera au fil des jours une camaraderie à toute épreuve.

 

Nous menions une vie de poste, identique dans les quatre postes échelonnés sur une soixantaine de kilomètres de la côte d'Annam dans les principaux villages ou les points stratégiques. C’était là la tradition de bâtisseurs des légionnaires. Le secteur était apparemment calme mais le Vietminh réfugié sur les contreforts de la cordillère y entretenait une menace latente et féroce sur la population : c'est contre ces refuges que nous menions des incursions. Nos petits blindés agissaient dans ces opérations en appui de la Légion, aussi près que le permettait le terrain et la virtuosité de nos pilotes : le matériel était alors mis à rude épreuve, avec des franchissements d'obstacles ou de coupures et des embourbements.

 

Souvent, c'est à pied que nous intervenions, en particulier pour dresser des petites embuscades de nuit sur les accès de Ninh Hoa, dans de longues attentes sans succès, en proie aux moustiques … un soir cependant avec quatre de mes hommes, nous capturâmes un contrevenant au couvre-feu … C'était le responsable Vietminh local effectuant une liaison avec une liasse de papiers compromettants.

 

Nous fûmes relevés fin mai 1946 par un escadron de spahis et je quittai provisoirement le secteur pour un regroupement de l'escadron sur les Hauts Plateaux à Dalat. Nous profitâmes du calme de cette belle station d'été pour un repos de nos équipages et la révision de nos matériels bien éprouvés.

 

La pause fut brève mais je restais en pays Moï, chez les montagnards qui résistaient à la pression marxiste du Vietminh. Le secteur de Ban Me Thuot était tenu par des coloniaux auprès desquels je fournissais l'appui de mes blindés légers dans les postes de M'rok et Cheo Reo en pleine jungle, tenus par la troupe locale et l'Infanterie de Marine et ravitaillés par parachute. Ces postes étaient sommaires, construits en bambous et couverts de feuilles de latanier. L'un d'eux brûlera en quelques minutes, le temps d'évacuer les véhicules, mais non les paquetages … Il fallut une corvée d'une centaine de coolies pour le reconstruire.

 

Dans ce pays splendide, situé encore dans les "blancs" des cartes de l'Indochine, la population était restée très primitive, armée d'arbalètes et de flèches pour la chasse ; les pistes étaient rares et peu praticables aux véhicules si bien que c'est souvent à pied que nous opérions avec les coloniaux, pour "aérer" les postes. Il nous est arrivé ainsi à déloger quelques Bodoï qui avaient poussé des avant-postes depuis l’Annam.

 

Au mois d’octobre, je retrouvais la Légion et mon bataillon : la situation du secteur de Phan Rang ne s'était pas améliorée, le cantonnement du peloton avait même été harcelé un soir et un autre jour, sur la route du littoral, mon tireur au F.M. fut blessé à mes côtés dans une embuscade : ces actions démontraient bien que le Vietminh tenait toujours la population sous sa contrainte.

 

Début 48, je fus relevé par un camarade venu de France : c'était mon tour de céder mon commandement tandis que le rapatriement de mes hommes commençait à s'échelonner. Deux années s'étaient écoulées et c'est avec émotion que je quittais le peloton qui m'avait donné tant de satisfactions par sa cohésion et son entrain exemplaire en toutes dures circonstances.

 

Quittant mon escadron, je fus affecté au PC du régiment à Thu Dau Mot, en disponibilité de commandement pour des missions d'escorte de convois fluviaux dans le delta du Mékong. Malgré son pittoresque, j'appréciais moins le job : il s'agissait  d'acheminer des convois de grosses jonques de riz des lieux de production vers les marchés de Mytho ou Vinh Long. Le commerce était chinois et la troupe cambodgienne, armée sur mon bateau de commandement de 3 mitrailleuses … il nous arrivait d'essuyer quelques rafales des rives de l'arroyo, dues probablement à un manque de coordination entre le Vietminh et les chinois, mais les convois passaient !

 

En quittant Saïgon par avion en juillet 1949, j'étais marqué par beaucoup d'aventures et de souvenirs, mais je ressentais en même temps l'amertume de voir déjà saccagée cette Perle de l'Extrême Orient.

 

Je n'y suis jamais retourné, appelé à servir sous d'autres cieux, mais j'ai toujours suivi passionnément son évolution au cœur de la tourmente : j'y avais connu la guérilla, les affrontements avec le Vietminh y ont dégénéré en une guerre sans merci.

 

De 1946 à 1954, 17 gouvernements se sont succédés à Paris dans l'incapacité de définir une conduite… Les effectifs du corps expéditionnaire furent été multipliés par quatre pour terminer par une défaite militaire. Les accords de Fontainebleau de 46 auraient-ils tenu ? Le Vietnam comme le Cambodge et le Laos ont bien accédé à l'indépendance totale en 1950 mais le conflit indochinois s'était internationalisé et le parti vietminh radicalisé : en 1975 sa chape de plomb s'étendait sur tout le Viet Nam. »

  

Général Paul Renaud.

 

Lire la suite

Publié le 23 Décembre 2013

 

Pierre Guillaume

 

De la Bretagne à l’Indochine.

 

Né le 11 août 1925 dans une famille de militaires – son père est général de division – Pierre Guillaume est le troisième enfant d’une fratrie de quatre: les filles Monique et Claude succèdent aux garçons Pierre et Jean-Marie.

 

Après des années d’études chez les Jésuites à Paris, il intègre le collège de Saint-Malo. Grand, mince, blond – presque roux – avec des yeux bleus, Pierre Guillaume semble destiné à un métier au grand large. Après la Seconde Guerre mondiale, il intègre l’Ecole navale dont il sortira diplômé en 1948. Dès 1945, alors qu’il est encore matelot de 3e classe sans spécialité, il embarque sur le navire le Duquesne pour la Cochinchine et sa capitale, Saigon pour un premier séjour. En décembre 1947, de retour à Brest, le jeune marin passe ses examens, qu’il réussit, et est nommé au grade d’enseigne de vaisseau. Retour en Indochine l’année suivante où il sert à bord de l’aviso Commandant de Pimodan. Il reçoit le baptême du feu au Cambodge où son navire est chargé de faire la chasse aux contrebandiers. A plusieurs reprises il n’hésite pas à mettre pied à terre pour aller débusquer ceux qu’il doit arrêter sur mer…

 

Quelques mois plus tard, il est envoyé en Chine à Shanghai pour récupérer les quelques Français restés en dépit de l’avancée des communistes de Mao Zedong. Pierre Guillaume revient très marqué de son séjour où il a vu des massacres de Chinois nationalistes. Il poursuit sa mission contre les contrebandiers et les rebelles du Vietminh au Tonkin jusqu’en 1950.

 

Par la suite, il fait encore un séjour en Indochine entre 1953 et 1955. Après les accords de Genève (mai – juillet 1954), Pierre Guillaume, désobéissant aux ordres qui lui ont été donné, organise la sortie de milliers de catholiques du Tonkin. Il ne veut pas revivre les horribles massacres de Chine. Son bateau, la Pertuisane, devient terre d’accueil. Dans son livre On l’appelait le Crabe-Tambour, Georges Fleury indique : « Tout autour de la Pertuisane, la mer heureusement très calme est couverte de radeaux et de sampans. Des cris d’enfants se mêlant à des cantiques, un curé étreint Pierre qui, soudain saisi par une puissante vague d’émotion, se laisse embrasser. Le prête le lâche, s’agenouille, se signe, balbutie une prière et baise le pont comme s’il s’agissait de la Terre promise ». En quelques semaines, près de quinze mille catholiques seront recueillis par Pierre Guillaume et son équipage.

 

Bien des années plus tard, à l’occasion d’une interview, Pierre Guillaume indiqua : « Qui se souvient de ces curés vietnamiens qui pleuraient en embrassant le pavillon français à l'arrière de nos bateaux ? Qui se souvient de ces jonques, de ces sampans, de ces radeaux de bambou portant des familles entières qui chantaient des cantiques ? Ils voguaient à demi immergé, vers la terre promise symbolisée par le pavillon français … J'ai vu des réfugiés chanter les matines sur des bateaux, en actions de grâce. J'ai vu des femmes mettre un enfant au monde sur un radeau de bambou. Chaque paroisse avait sa bannière. C'était cela la chrétienté ! Chaque transport était un miracle ».

 

Terriblement affecté par ce qu’il considère comme un abandon de territoires et de populations, Pierre Guillaume rentre seul en France, à bord d’une jonque. Le voyage n’est pas simple. Il finit par s’échouer sur les côtes de Somalie où un temps il est retenu prisonnier.

 

En 1956, enfin il rentre en France et retrouve son épouse et ses enfants. Mais le malheur ne le quitte pas. Il apprend le décès de son frère, alors jeune lieutenant en Algérie au sein d’un commando parachutiste.

 

 

En Algérie.

 

Pierre Guillaume demande son transfert dans l’armée de terre et intègre le commando que commandait son jeune frère. Comme Jean-Marie a été le premier tué de l’unité, elle prend son nom. Pendant près d’une année, le Commando Guillaume monte des embuscades et des raids dans la région de l’Ouarsenis, réduisant fortement les forces des fellaghas. Puis, il est nommé à l’état-major et devient l’adjoint marine du général Challe. Il suit les idées de son supérieur pendant le putsch d’Alger et est arrêté. Il est condamné à quatre années de prison avec sursis. Poursuivant ses idées jusqu’au bout, Pierre Guillaume rejoint l’Algérie en 1962 et s’enrôle dans l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète). Il verse dans la clandestinité. De nouveau arrêté en mai 1962, il va effectuer quatre années de prison en métropole, à Tulle, où il côtoie ses camarades putschistes comme les généraux Salan et Jouhaud, les colonels de Sèze, La Chapelle ou encore les commandants Camelin, Robin et Hélie Denoix de Saint-Marc.

 

Après ses années de captivité, il travaille pour des sociétés d’affrètement maritime et devient conseiller à la sécurité maritime du Royaume d’Arabie Saoudite. En 1978, il affrète le bateau qui emmène le mercenaire Bob Denard aux Comores, où un coup d’Etat est déclenché peu après…

 

Défenseur du peuple karen en Birmanie, tenant des chroniques sur l’antenne de Radio Courtoisie pendant des années, emblème de la France pour les nationalistes, la vie de Pierre Guillaume devient une saga grâce à l’ouvrage de Pierre Schoendoerffer – lui-même ancien d’Indochine et ami du lieutenant de vaisseau – le Crabe-Tambour, qui sort en 1976.

 

 

La légende.

 

A la suite du livre, l’auteur réalise un film deux années plus tard, qui connait un grand succès avec plusieurs Césars à la clé. La légende est en marche…

 

Pierre Schoendeorffer : « C’était un de ces capitaines légendaires ! Donc on a fait connaissance, et l’on s’est pris de sympathie. Quand j’ai commencé à écrire mon livre, Le Crabe-tambour, je me suis dit qu’il y avait dans son histoire quelque chose qui m’intéressait. Ce n’est pas sa biographie, c’est mon histoire telle que je l’ai rêvée... J’ai dédié mon roman à mon fils cadet, Ludovic, parce qu’enfant, il avait un petit ventre rond sur lequel il tambourinait, et comme il marchait à quatre pattes et de travers, je l’appelais le crabe. D’où le Crabe-tambour ! Vous voyez, c’est quelque chose de tout à fait personnel. Ce n’est pas sa vie, ce n’est pas la mienne. C’est autre chose ».

 

Pierre Guillaume, qui vivait depuis des années sur un bateau dans le port de Saint-Malo, meurt le 3 décembre 2002. Alors, il rejoint son jeune frère Jean-Marie dans le caveau familial placé au cimetière de Rueil-Malmaison.

 

 

Sources :

 

www.wikipedia.org/fr

www.larousse.fr

Site des anciens du Commando Guillaume : www.commandoguillaume.com

Pierre Guillaume, Mon âme à Dieu, mon corps à la Patrie, mon honneur à moi, Ed. Plon, 2006

Georges Fleury, On l’appelait le Crabe-Tambour, Ed. Perrin, 2006.

Article sur Pierre Guillaume dans la Revue historique des armées.

 

 

Lire la suite