Le carré militaire de Clichy-Nord.

Publié le 2 Août 2009

 

 

La ville de Clichy-la-Garenne a cette particularité de posséder deux cimetières : le « cimetière Nord » et le « cimetière Sud ». Et ce, avec des répartitions assez simples quant aux carrés militaires : la Guerre franco-prussienne et la Première Guerre mondiale au Sud ; la Seconde Guerre mondiale, le « Théâtre des Opérations Extérieures » (opérations à l’extérieur du territoire national après 1918 en Syrie, en Palestine, au Maroc, puis en Corée, à Suez, en Indochine), les combats d’AFN au cimetière Nord.

 

 

 

En outre le cimetière Nord possède un important carré militaire britannique de la Première Guerre mondiale.

 

 

Le carré des militaires français.

 

Ce carré militaire présente un monument aux morts très émouvant avec un bras en bronze sortant de terre et écrasé par un rocher : allégorie de l’Homme anéanti par la folie meurtrière des grands de ce monde…

 

Sont placées là près de quatre-vingt-dix tombes individuelles de jeunes gens morts pour notre pays. On peut par exemple citer le maréchal des logis chef André Varengo, mort le 16 mai 1940 ; le caporal Ali Damis, mort le 10 juin 1958 ; le FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) Joseph Clisci mort le 7 juillet 1943 ; le caporal-chef Jean Martin, mort le 9 septembre 1956 ; le soldat Jean Montels, mort le 16 mai 1954 ; le lieutenant Jean Gohard, mort le 6 janvier 1941 ; le quartier-maître Henri Delcamp, mort le 5 juin 1940…

 

Le carré militaire du Commonwealth.

 

Ce carré militaire, bénéficiant comme tous les cimetières de l’ex-empire britannique d’extra-territorialité, est géré par la Commonwealth War Commission.

 

Cette commission, fondée en 1917 et dont le siège est situé à Maidenhead, ville du Berkshire en Angleterre, s’occupe des tombes de près de 1,7 millions de ressortissants d’Angleterre, d’Irlande du Nord, du Canada, d’Australie, d’Inde, de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud. Ces tombes sont réparties dans 73.000 cimetières placées au Royaume-Uni, en Europe et partout dans le monde où il a été demandé à ces hommes de défendre leur patrie et la liberté. Parfois, les lieux sont insolites : c’est le cas du cimetière de Clichy-Nord mais c’est aussi celui de petits cimetières bâtis au plein milieu de champs de betteraves au cœur de la Picardie. Une allée de gazon, « so british », permettant de s’y rendre.

 

Chaque pierre tombale, faite d’un bloc rectangulaire aux bords supérieurs arrondis, comporte un nom, la date du décès et le régiment. En outre, elle peut comporter une signification d’appartenance religieuse. Pour les soldats inconnus, figure la mention « Known unto God » – connu seulement de Dieu – que l’on doit à Rudyard Kipling.

 

Le carré militaire présente 225 tombes réparties ainsi selon les nationalités : 41 hommes de « l’Army » et 121 « Air Force » pour le Royaume-Uni ; 22 aviateurs pour l’Australie ; 40 pour le Canada ; 1 pour la Nouvelle-Zélande. Enfin, l’Afrique du Sud a un représentant, soldat de « l’Army ». A noter : à certains endroits, plusieurs tombes se touchent. Il s’agit des sépultures d’équipages de bombardiers.

 

Retrouvez les clichés du cimetière de Clichy-Nord dans l’album de photographies intitulé « Carrés militaires ».