Publié le 13 Juin 2010

Neuilly mairie

 

Les Forces Françaises de l’Intérieur.

 

Les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) ont activement participé à la libération de la France en 1944, et de nombreuses communes comportent des plaques commémorant le sacrifice d’une ou plusieurs personnes ayant combattu au sein de ses rangs. Il n’est pas vain, soixante six années après, de rappeler ce que furent les FFI.

 

Il s’agit du nom donné en 1944 – la date de la fusion généralement retenue est le 23 décembre 1943 – à l’ensemble des groupements militaires clandestins qui s’étaient constitués pendant l’Occupation. Parmi ces groupements, on peut citer : l’Armée secrète, les Francs tireurs partisans (FTP), l’Organisation de résistance de l’armée…

 

L’Armée Secrète, créée en 1942, est un regroupement de résistants français. Cette organisation est issue du rassemblement des mouvements Combat, Libération-Sud et Franc Tireur. L’ORA (Organisation de résistance de l’armée), créée à la suite de l’invasion de la Zone Libre par la Wehrmacht en novembre 1942, est une organisation apolitique, formée principalement d’anciens militaires, souvent en provenance de l’Armée d’armistice (elle-même créée après la défaite de la France, comme unité militaire pour la Zone Libre). Les FTP représentent un mouvement de résistance armée, conçu par le Parti communiste français, à la fin de 1941, quand Hitler décide d’attaquer l’URSS (depuis 1939 et le Pacte germano-soviétique, le PCF est interdit). A ces mouvements, il convient d’ajouter le Conseil national de la Résistance (CNR) qui, à partir de 1943, sous l’impulsion de Jean Moulin, est l’organe qui dirige et coordonne les mouvements suivants : Front national ; Ceux de la Libération ; Libération-Sud ; Libération-Nord ; Ceux de la Résistance ; Organisation civile et militaire ; Franc Tireur.

 

En 1944, le COMAC (Comité d’action militaire) est constitué : il regroupe des représentants de la résistance intérieure (le CNR) et de la France Combattante – force extérieure, dont le bras armé est appelé, jusqu’en 1943, Forces Françaises Libres, avant de devenir l’Armée française de libération. Au sein de cette dernière organisation, le Gouvernement Provisoire de la République française, dirigé depuis Alger par le général de Gaulle, a nommé des représentants : un Délégué militaire national (en août 1944, il s’agit de Jacques Chaban-Delmas), secondé pour la Zone Nord par André Rondenay et Maurice Bourgès-Maunoury pour la Zone Sud.

 

Tous les mouvements armés implantés en France vont donc se regrouper pour engendrer les FFI. Reconstituer l’organigramme des FFI n’est pas chose aisée, tant les dissensions entre les différentes mouvances pouvaient être parfois importantes (dans de nombreuses régions la fusion ne se fera pas).

 

Il n’empêche qu’en avril 1944, un Etat-major est créé et à sa tête est nommé le général Marie-Pierre Koenig. Comme sur l’ensemble du territoire, un représentant militaire est nommé pour l’Ile-de-France. Il s’agit du colonel Henri Rol-Tanguy, ancien ouvrier métallurgiste, militant communiste et FTP. Son rôle est déterminant au moment de la libération de Paris.

 

Dans ses mémoires, le général américain Eisenhower indique : « l’aide apportée par les FFI fut estimée à l’équivalent de quinze divisions régulières ».

 

 

La prise de la mairie de Neuilly-sur-Seine par les FFI.

 

A Neuilly-sur-Seine, avant l’arrivée des troupes alliées – qui se trouvent à quelques dizaines de kilomètres – de jeunes FFI vont prendre d’assaut le commissariat et la mairie. Il s’agit pour eux de libérer ces symboles de la République, souillés pendant quatre années par l’envahisseur allemand et les collaborateurs du régime de Vichy. Cette attaque, comme beaucoup d’autres, est plus ou moins préparée. Les FFI cherchent avant tout à montrer leur présence, leur envie d’achever au plus vite l’occupation et ils veulent également exposer à la fois aux forces alliées et au peuple français que le pays peut aussi se libérer par lui-même. L’affaire a été, entre autres, remarquablement contée par Gilles Primout sur son site dédié à la Libération de Paris.

 

Donc, au matin du 19 août 1944, deux soldats allemands sont arrêtés par un groupe de FFI. Ils sont emmenés au commissariat pour être interrogés et emprisonnés. L’enthousiasme s’empare des insurgés : un drapeau est hissé ; on chante la Marseillaise, la mairie est prise d’assaut. Mais Neuilly n’est pas une ville comme les autres : c’est certainement l’une de celles où se trouvent le plus de garnisons allemandes. Moins de deux heures après l’arrestation, un officier allemand envoie un groupe de sept soldats et un sous-officier pour récupérer les prisonniers. Il n’a pas mesuré la volonté des Français. A l’injonction de rendre les deux militaires, les FFI répondent par un tir nourri de fusils et de mitraillettes. Les sept fantassins et le sous-officier sont tués sur le coup. L’officier allemand se retire, allant chercher du renfort. Le commandant FFI Caillette sent l’imminence du danger. Il exhorte les FFI à fuir avant le retour des Allemands et le déclenchement des vraies hostilités.

 

Appuyés par des chars d’assaut et des groupes de mitrailleuses, les soldats de la Wehrmacht, aidés de près de trois cents SS, préparent leur retour. Le colonel allemand Hans Jay coordonne le combat. Par avance, en militaire aguerri, il connaît l’issue fatale pour les jeunes Français. Un gardien de la paix, nommé Régnier, habitant Neuilly, téléphone à la Préfecture de police : « Les FFI occupent l’intérieur de la mairie et le commissariat. Ils sont cernés par les Allemands avec des chars d’assaut. Plusieurs patriotes ont réussi à s’enfuir par les égouts mais une grande partie se trouve encore à l’intérieur. Le tir continue… ».

 

Effectivement, de nombreux FFI parviennent à se sauver. Mais il en est qui restent. Par miracle, ils ne seront pas fusillés mais envoyés au Mont Valérien puis, par la chance ou le destin, seront échangés deux jours plus tard contre des prisonniers allemands.

 

Au moment de leur entrée dans les salles de la mairie, les Allemands relèvent douze tués et près d’une soixantaine de blessés. Avant d’être fauché par une balle, un jeune FFI a eut juste le temps d’écrire sur une colonne (l’inscription a été conservée) : « Souvenir du Groupe Liberté. Honneur à nos morts et blessés. Vive la France ».

 

 

 

 

Sources :

 

- Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.

- André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.

- Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

- Site de « la Libération de Paris » par Gilles Primout.

- Site « Plaques commémorative » de François Tanniou.

- Le général Leclerc et sa deuxième DB, par Dominique Forget, Ed. Hemdal.

- Les enjeux de la Libération, par Christine Levisse-Touzé, Ed. Albin Michel.

- Dictionnaire historique de la Résistance, dirigé par François Marcot, Ed. Robert Laffont.

- Les FTP, par Charles Tillon, Ed. Julliard.

 

 

Lire la suite

Publié le 10 Juin 2010

 

Du congrès de Tours au Pacte germano-soviétique.

 

Créé au congrès de Tours en 1920, issu pour la majorité de ses adhérents de la Section Française de l’International Ouvrier, le parti communiste (qui prendra par la suite le nom de Parti communiste français – PCF) se proclame de son « grand frère » russe : bolchévique, révolutionnaire, avec pour maîtres mots la discipline et le suivi des directives émises par la majorité (centralisme démocratique). Ces éléments sont d’importance et permettent de comprendre comment le parti a pu mettre au point, pendant la Seconde Guerre mondiale, une unité militaire.

 

Partant à la conquête de la classe ouvrière, le parti est de tous les combats pour la défense du prolétariat. Il est également antimilitariste, antifasciste (1922 : l’Italie est captée par Mussolini ; 1933 : Adolf Hitler remporte les élections en Allemagne), et s’engage contre l’occupation de la Ruhr en 1923 et la guerre du Rif en 1926. Pendant la guerre d’Espagne (1936-1939), le parti envoie des hommes combattre aux côtés des Républicains contre les troupes nationalistes et fascistes du général Franco.

 

Au cours de l’été 1939, l’Union soviétique de Staline et l’Allemagne nazie d’Hitler signent un pacte de non-agression. L’une des clauses – secrète – étant le partage de la Pologne entre les deux signataires. Partage effectué après une « blitzkrieg » de trois semaines en septembre 1939.

 

De ce fait, et après moult provocations et violations du Traité de Versailles de 1919, le 3 septembre 1939, la France, bientôt suivie de l’Angleterre, ne peut que déclarer la guerre à l’Allemagne. Le 26, le Parti communiste français est dissous.

 

 

Les Francs-Tireurs Partisans.

 

Les militants communistes, toujours aussi bien organisés, vont alors œuvrer en clandestinité. En juin 1941, Hitler désagrège le pacte en envahissant l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (opération Barbarossa).

 

La direction du parti, sous l’égide de Jacques Duclos, décide de la lutte armée contre le nouvel ennemi fasciste. Des groupuscules, ou unités combattantes, sont conçus, entre autres par Eugène Hénaff, et sont rattachés à un Comité militaire national. Les combattants, d’abord regroupés en Organisations spéciales prennent, au début de 1942, le nom de Francs-Tireurs Partisans Français (FTPF) puis FTP.

 

 

Développements.

 

En octobre 1941, la direction du Comité militaire national (CMN) est confiée à Charles Tillon. Les réunions du CMN se tiennent au gré de l’évolution des consignes de sécurité et des mises à l’abri des dirigeants. Ensuite, un journal est produit : France d’abord, dont plus d’une soixantaine de numéros paraissent entre 1942 et la Libération.

 

A partir de la fin de 1942, les FTP s’ouvrent aux non-communistes. Le mouvement s’accélère au fur et à mesure de la montée de l’engagement dans la Résistance. De même, sont intégrés les militants de la MOI (Main d’œuvre Immigrée). La MOI, structurée depuis le début des années 1920, permet aux jeunes travailleurs étrangers vivant en France de participer à la Troisième Internationale communiste sans dépendre directement du PCF. Les FTP-MOI sont surtout connus pour leurs actions en Région parisienne et le charisme de leurs chefs : le Roumain Boris Holban et l’Arménien Missak Manouchian.

 

En Zone sud, les FTP se développent également. A partir de novembre 1942 – date de l’invasion de la zone par les troupes allemandes – les FTP montent un Comité Militaire de la Zone Sud (CMZ). Parmi les responsables, il convient de citer : Boris Guimpel, Mathieu Puyo, Francisque Jommard. Le CMZ est maintes fois désorganisé par les rafles du responsable de la Gestapo de Lyon : Klaus Barbie.

 

Ainsi, partout en France, les maquis – généralement composés d’une trentaine d’hommes – se multiplient, comme les actions militaires : sabotages, exécutions de responsables SS et de la Wehrmacht ou simplement de soldats ; élimination de personnels du Régime de Vichy… Mais les exécutions peuvent aussi concerner des membres des FTP qui refusent obstinément de suivre la ligne du parti.

 

 

Vers les FFI.

 

En 1943, les FTP se joignent à l’Armée Secrète. Cette unité a été conçue un an plus tôt par le rapprochement entre deux des mouvements les plus importants de la Zone sud : Combat et Libération-Sud, qui de leur côté reconnaissent la France Combattante du général de Gaulle.

 

L’acte de naissance est signé en décembre 1943 : les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) peuvent, de concert, agir pour la victoire contre le nazisme.

 

 

Robert Marchand de Fontenay-aux-Roses.

 

Robert Marchand nait à Fontenay-aux-Roses le 6 février 1915. Après ses études secondaires, il intègre l’école des Beaux Arts et est nommé professeur de dessin à Gentilly (dans l’actuel département du Val de Marne). Il effectue la Campagne de France de la Seconde Guerre mondiale dans un régiment de dragons motorisés. Après l’armistice, il est démobilisé.

 

Revenu sur Paris, il participe à des actions de résistance, d’abord sous la forme de tracts. En mai 1941, il passe dans la lutte armée et réalise des actions spectaculaires : incendies de voitures allemandes, attaques de postes allemands. Son plus grand exploit est certainement le sabotage et l’explosion d’un train de munitions à Versailles. A Paris, rue de la Gaité, il abat plusieurs officiers nazis. Ses actions lui valent le grade de commandant au sein des FTP.

 

Dénoncé, Robert Marchant est arrêté, ainsi que son épouse, le 16 avril 1942 par la Gestapo. Alors qu’il est emmené à la préfecture de police de Paris pour être sauvagement torturé, Madame Marchand réussit, après plusieurs mois passés dans divers camps et prisons, à s‘évader. Elle participera à la Libération de Paris.

 

Trois mois d’enfermement et d’atroces sévices ne font pas plier Robert Marchand. Le 22 août 1942, il est transporté à la prison de la Santé puis au Stand de Tir (limite Paris / Issy-les-Moulineaux). Ses geôliers l’achèvent d’une balle dans la nuque.

 

Croix de Guerre 1939-1945, médaillé de la Résistance, Robert Marchand est fait chevalier de la Légion d’Honneur et compagnon de la Libération à titre posthume.

 

 

 

Sources :

 

- Encyclopédie Universalis, dictionnaire Larousse, encyclopédie Wikipédia.

- André Castelot et Alain Decaux : Histoire de la France et des Français, Larousse.

- Service historique de la Défense – Site « Mémoire des hommes » du ministère de la Défense.

- Site de « la Libération de Paris » par Gilles Primout.

- Site « Plaques commémorative » de François Tanniou.

- Le général Leclerc et sa deuxième DB, par Dominique Forget, Ed. Hemdal.

- Les enjeux de la Libération, par Christine Levisse-Touzé, Ed. Albin Michel.

- Site Internet de l’Ordre de la Libération, biographie de Robert Marchand.

- Les FTP, par Charles Tillon, Ed. Julliard.

- Les Fils de la nuit, par Albert Ouzoulias, Ed. Grasset.

 

 

Lire la suite

Publié le 7 Juin 2010

 

Stick-SF.gif

 

 

La Délégation du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine participera au ravivage de la Flamme organisé par l'association "Mémoires du Mont Valérien", le samedi 12 juin 2010 à 18h30 sous l'Arc de Triomphe. Pour rappel, cette association est présidée par Lysiane Tellier, ancienne présidente du Souvenir Français à Bourg-la-Reine.  

Lire la suite