Articles avec #guerre franco-prussienne tag

Publié le 15 Avril 2017

Bivouac de soldats français après la seconde bataille du Bourget (Alphonse de Neuville).

Bivouac de soldats français après la seconde bataille du Bourget (Alphonse de Neuville).

La première bataille du Bourget.

 

En 1870, le village du Bourget est juste un alignement de maisonnées s’étendant de part et d’autre de la route de Flandres (actuelle Nationale 2), sur une pente assez rapide, à un peu plus de cinq kilomètres des fortifications de Paris et à moins de trois kilomètres du fort d’Aubervilliers, place militaire majeure. C’est d’ailleurs au pied de ce fort que passe également la route des Flandres. Le village du Bourget est traversé par une petite rivière, appelée la Molette.

 

Après la capitulation de l’armée française et la capture de Napoléon III à Sedan, début septembre 1870, les Prussiens s’approchent à grands pas de Paris, but de leur campagne. Ils arrivent dans les environs du Bourget à la fin de ce même mois et n’y laissent que peu de soldats.

 

Le 28 octobre 1870, le général de Bellemare, commandant à Saint-Denis, envoie, sans l’autorisation du général Trochu, commandant la place de Paris, le commandant Roland avec 300 francs-tireurs. Le peu de soldats allemands se trouvant sur place est chassé sans ménagement. Aussitôt le général de Bellemare demande des renforts mais qui celle-ci est rejetée par Trochu.

 

Deux jours plus tard, les Allemands contre-attaquent avec un déluge d’artillerie. Les fantassins prussiens avancent de trois côtés du Bourget : Drancy, Dugny et Blanc-Mesnil. Cernés au nord, à l’est et au sud-est, les soldats français, pris de panique, fuient vers La Courneuve et Aubervilliers. Mais leur retraite est coupée au niveau de la commune de La Courneuve. Seuls les commandants Brasseur et Baroche demeurent avec leurs troupes au Bourget. Ils défendent comme ils peuvent chaque rue et se battent même à l’intérieur de l’église Saint-Nicolas. A 13h, tout est terminé : les Allemands ont récupéré la place et les Français, ceux qui n’ont pas été tués ou blessés, se sont enfuis dans un désordre sans nom.

 

Dès la fin des combats connue à Paris, un soulèvement populaire se produit. Il est réprimé. Le mois suivant, les Allemands fortifient le Bourget et font sauter la voie et la gare de chemin de fer qui relie le village à La Courneuve.

 

Les Français ne veulent pas en rester là…

 

La seconde bataille du Bourget.

 

Le 16 décembre 1870, un Conseil de guerre de la République française décide d’une importante offensive afin de dégager Paris. Il est prévu de progresser sur deux axes : l’un par le Bourget, le long de la route de Flandres, et l’autre par la ferme de Groslay et Aulnay par la route des Petits-Ponts à Drancy. L’opération doit se dérouler le 21 décembre.

 

Tôt au matin du 21, les Français décident de bombarder le Bourget depuis les forts d’Aubervilliers, des batteries placées à La Courneuve et sur des wagons blindés, positionnées sur la ligne de Soissons. L’offensive commence avec les fusiliers marins du capitaine de frégate Lamothe-Tenet. Les soldats s’emparent du cimetière, font une centaine de prisonniers allemands puis progressent vers l’église. Là, ils tombent sur une barricade tenue par les Prussiens. Elle est attaquée à la hache d’abordage. Quant au général Lavorgnet, sa brigade arrive par le sud-ouest et la route de Flandres. Mais elle ne peut entrer dans le village du Bourget, parfaitement fortifié. A midi, face à un ennemi qui n’a pas reculé d’un mètre, le général Trochu informe le général Ducrot de cet échec.

 

Non seulement Le Bourget n’a pas été repris, mais cette fois le village est pratiquement entièrement détruit.

 

Un mois plus tard, les Prussiens entrent dans Paris…

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Britannica.
  • Napoléon Peyrat, Journal du siège de Paris, 1870.
  • Louis-Paul Rollin, La guerre dans l’ouest, campagne de 1870-1871.
  • François Roth, La Guerre de 1870, Fayard, 1990.
  • Lieutenant-colonel Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande.
  • L’image est une reproduction de l’un des nombreux tableaux réalisés par Alphonse de Neuville sur la Guerre franco-prussienne.

 

Lire la suite

Publié le 5 Octobre 2013

 

Bataille de Coulmiers

Le salut à la Victoire (bataille de Coulmiers) ; œuvre du peintre Etienne Dujardin-Beaumetz.

 

 

Isabelle Moity-Legrand a eu une remarquable idée : placer dans un ouvrage destiné à sa famille et ses amis, les récits et lettres de trois de ses aïeux, trois « morts pour la France ». Il s’agit de Julien Sandrin, oncle de son grand-père, mort en 1871, de Joseph Legrand, son grand-père, mort lors de la Première Guerre mondiale et de son père, Raoul Legrand, mort en déportation à Buchenwald.

 

Cet ouvrage a été publié par les Editions Lacour, installées à Nîmes, en décembre 2010.

 

* * *

 

« Julien Sandrin naît à Paris en 1850 sous la IIème République. Il est l’aîné d’une fratrie de quatre garçons dont les suivants se prénomment Edmond, Augustin et Ferdinand. Le grand-père paternel de Julien est un homme important : il est maître de poste, c’est-à-dire responsable d’un relais de poste à Sceaux, à vingt kilomètres de Paris. Le père de Julien est métreur-couvreur. C’est un ouvrier très qualifié et il a ouvert sa propre entreprise de couverture-plomberie. L’entreprise est d’abord installée dans des quartiers insalubres de Paris, mais doit rapidement déménager avec les travaux de modernisation et d’embellissement de la capitale, dus au baron Hausmann. Aussi, la famille vient-elle s’installer à Bourg-la-Reine. C’est là que le jeune Julien passe son enfance.

 

En 1870, Julien Sandrin a vingt ans. L’Empire français vient de déclarer la guerre à la Prusse. A cette époque, les jeunes gens ne sont pas encore astreints au service militaire obligatoire. Mais la loi oblige les hommes mobilisables à s’inscrire sur les registres communaux : c’est la conscription. Un tirage au sort désigne ceux qui doivent effectuer cinq années de service militaire, avec la possibilité pour les plus riches de se trouver un remplaçant moyennant une compensation financière. En cas d’entrée en guerre du pays, la levée en masse mobilise tous les hommes valides.

 

Julien a tiré le mauvais numéro. Il est conscrit, mobilisé dans l’artillerie. Entre juillet 1870 et mai 1871, Julien Sandrin va écrire des dizaines de lettres à ses parents ».

 

* * *

 

« Chartres, le 27 juillet 1870,

 

Mes chers parents. Je vous écris ces quelques mots pour vous dire que je me porte bien. Je désire que ma lettre vous trouve de même. Je vous dirai que je suis parti lundi de Versailles. Nous ne pensons pas rester longtemps à Chartres, mais aussitôt que nous en partirons je vous écrirai de suite. Si vous aviez besoin de m’écrire : Sandrin Julien au 1er Régiment du train d’artillerie à la 10ème compagnie à Chartres en Eure-et-Loir. Rien de plus à vous dire pour le moment et je vous embrasse très fort ».

 

Le 1er régiment va parcourir des centaines de kilomètres, à la poursuite ou devant l’ennemi. Après avoir encerclé Paris, plusieurs armées prussiennes se dirigent vers la Loire, pour anéantir celles qui Français qui ont retraité vers le sud (comme d’autres l’ont fait vers le nord ou la Franche-Comté). Le 12 octobre, les Bavarois entrent dans Orléans. A Blois, le 16ème corps d’armée est créé et Julien y est incorporé. Les Français se réorganisent. Ils livrent bataille, sous le commandement du général d’Aurelles de Paladines, et l’emportent à Coulmiers, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’Orléans. L’artillerie française est pour une fois particulièrement efficace : des obus tombent par centaines dans le camp des soldats bavarois, créant la panique. Ils retraitent en désordre. Au soir, les Français font leur retour dans la ville. Ils y rencontrent les populations locales et toutes celles et ceux qui ont fui la capitale et sa banlieue, encerclées par l’ennemi.

 

 

« Le 16 novembre 1870,

 

Mes chers parents,

 

Je vous écris pour vous dire que je me porte bien. Je me suis battu à Coulmiers depuis 8h du matin jusqu’à 5h du soir. J’ai eu mon cheval tué sous moi. Mais j’en ai été quitte pour une belle peur. Nous ne sommes pas heureux. Je ne m’étends pas davantage sur ma missive mais je vous en dirai plus quand je serai auprès de vous. Je pourrai vous parler.

 

Voilà cinq lettres que je vous écris, et je n’ai pas reçu de réponse. Je pense que vous ne devez pas être heureux non plus. Je ne vous demande pas d’argent parce que vous ne devez pas en avoir de trop. Si vous m’en envoyez, mettez cela dans un mandat.

 

J’ai vu sur le champ de bataille Castonet et Darenne de Sceaux. Ils sont comme moi : ils n’ont rien attrapé. Je te dirai que nous allons marcher sur Paris depuis Angers. J’ai vu le père Poulin : il m’a donné 5 francs, et cela m’a fait plaisir. J’ai vu le beau-frère à Souchet et sa sœur. Ils se portent bien. Je te dirai que j’ai déjà fait 100 lieues depuis que je suis soldat : j’ai été à Dreux, à Chartres, au Mans, à Vierzon, à Châteauroux, à Limoges, à Angers, à Blois, à Artenay, à Orléans. Pour m’écrire : Sandrin Julien au 1er train d’artillerie, 1er peloton, 12 principales 16ème corps d’armée, Armée de la Loire. Je voudrais être auprès de vous et je vous embrasse ».

 

Mais après cette euphorie, de courte durée, les choses se gâtent pour l’Armée de la Loire. Plutôt que poursuivre le mouvement sur Paris, elle s’enferme dans Orléans pour s’y refaire une santé. Et les Allemands en profitent pour encercler à nouveau la ville. Par la suite, les Français livrent bataille à plusieurs reprises et sont à chaque fois battus. Il faut encore et toujours aller chercher son salut vers le sud… En mars 1871, Julien Sandrin écrit une nouvelle fois à ses parents :

 

« Mes chers parents,

 

Je vous écris ces quelques mots pour vous dire que je vais bien. Je n’ai pas reçu votre lettre. Je la recevrai quand j’arriverai sur Bayonne. Je vous écrirai aussi quand je serai à Angoulême. Nous avons encore cinq jours de marche. Je sais que vous n’avez pas reçu toutes mes lettres, mais n’en soyez pas fâchés. Je me suis trouvé à 11 batailles : la première c’était quand j’avais 49 jours de soldat. A Orléans. Je n’étais pas trop hardi. J’ai été fait prisonnier deux fois. Je suis resté une fois 2 jours et un fois 9 jours. Une fois, tout près d’Etampes, nous étions 18.000 hommes et 100 pièces de canon contre 40.000. Nous nous sommes bien battus 6 jours de suite et le 7ème nous avons battu en retraite. C’est là que nous avons été faits prisonniers. Nous étions 5.000 à 6.000 et nous avons tous été pris. Ils ont pris aussi toute notre artillerie. On mangeait pas tous les jours. »

 

Après avoir faussé compagnie aux Prussiens, Julien Sandrin regagne son régiment et continue sa retraite en direction du sud de la France : Angoulême, Langon, Tarbes, et enfin Perpignan, au camp d’Orles où l’unité va rester pendant plusieurs mois. Il en profite pour envoyer plusieurs lettres à ses parents et demande, entre autres, des nouvelles d’une connaissance de la famille, Madame Jubin, et de ses deux filles, dont la chère Adélaïde. Le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin à la guerre. On compte, du côté français, près de 139.000 morts.

 

« Mes chers parents,

 

Je vous écris cette lettre pour vous dire que je pars pour Versailles. Le Dépôt de mon régiment va en Afrique et comme je ne veux pas y aller je vais rentrer sur Versailles. Je pense que nous allons rentrer par étapes avec au moins 5 à 6 semaines de voyage. Nous ne pouvons pas rester là car on nous fait trop de misère. Je pars donc et avec 50 hommes, nous allons compléter une batterie qui manque d’hommes car ils ont été tués. »

 

Julien Sandrin rejoint Bourg-la-Reine à pied. Epuisé, n’en pouvant plus physiquement ni moralement, il s’est alité en arrivant chez ses parents et s’est endormi pour ne plus se réveiller. Il n’avait pas vingt et un ans. Sa mère ne survivra pas à son absence et mourra l’année suivant son retour. A la mort de Julien, Adélaïde Jubin se découvrira pour le jeune homme un amour qu’elle-même ignorait et ne se mariera jamais car il est des absents qu’on ne remplace pas ».

 

 

Lire la suite

Publié le 9 Décembre 2012

Gravelotte

Le cimetière de Saint-Privas (bataille de Gravelotte) par Alphonse de Neuville.

 

Madame Jeanine Laurent, présidente du Comité de Levallois-Perret du Souvenir Français, nous a adressé un souvenir familial. Il s’agit d’une lettre de l’un de ses aïeux, alors en pleine guerre franco-prussienne.

 

« Vierzon, le 10 octobre 1870,

Mes chers parents,

Nous avons quitté Troyes samedi à 9 heures du soir pour venir à Vierzon. Nous sommes venus avec des échappés de Sedan qui nous ont raconté beaucoup de choses en nous disant qu’à la bataille du 16 août à Gravelotte, ils ont été fameusement trahis ainsi qu’à Sedan. On leur disait quand ils voyaient l’ennemi de ne pas tirer, car ce n’étaient que des Français.

A Sedan, quand le brave cochon de Napoléon leur a fait signer la capitulation, sur quatre mille officiers, il y en a eu cinq cents pour la signer et 3.500 qui voulaient résister, mais ils ont été vendus. Ils ont brisé leurs armes, tous, en disant qu’ils ne s’en serviraient pas. C’était misérable de les entendre parler et ils disaient que nous serions pris.

Cher père, je vous dis que nous sommes à Vierzon, mais je ne sais pas pour combien de temps. On nous parle de nous armer de Chassepot et que nous irons à Tours, en Touraine, ou à Epinal, dans les Vosges. Mais nous ne savons rien. Je préférerais moi aller à Tours ou est le gouvernement. Nous serions mieux là que partout ailleurs. Je ne peux rien dire de certain. Je vous dis qu’à Vierzon, il y a beaucoup de troupes. Je ne sais pas combien, mais il en défile toujours et la gare est toujours encombrée. Ce matin, il est arrivé un groupe de soldats avec un train d’artillerie, leurs pièces et leurs munitions.

Dans la dernière lettre que vous m’avez envoyée, vous m’avez dit de me remplacer. J’ai cherché et j’ai trouvé, mais je n’en veux pas car on me demande 3.000 francs. Et il faut que le commandant le veuille. Maintenant, s’il fallait la permission des chefs, je crois que je l’aurais. Je crois que c’est comme on dit : le capitaine, Monsieur Jules Foulhouse, que ce ne serait pas pour prendre mon argent et me laisserait embarrassé. Si vous le faites, cela serait mieux dans le département du Puy de Dôme que partout ailleurs. Prenez bien vos précautions. Mais je ne vous le conseille pas. Ainsi, faites comme vous voudrez. Parlez-en à du monde qui en connait davantage que vous.

Si vous m’écrivez, mon adresse est au 32ème régiment de marche 3ème bataillon 7ème compagnie (comme je vous l’ai déjà dit), à Vierzon ou à la suite de mon bataillon.

Je vous envoie mon portrait. Veuillez bien le recevoir.

Votre aimable fils,

Mathieu ».

Lire la suite

Publié le 15 Janvier 2012

 

Bagneux-001.jpg

 

 

 

Bagneux : monument à la mémoire du comte de Dampierre.

 

 

Anne Marie André Henri Picot, comte de Dampierre.

 

 

Dans le cimetière de Bagneux, avant même de pénétrer dans les carrés militaires, le visiteur est arrêté par un monument imposant, dédié à la mémoire d’Anne Marie André Henri Picot, comte de Dampierre, commandant le 1er Bataillon des Gardes mobiles de l’Aube et mort à Bagneux le 13 octobre 1870.

 

La « dépêche d’Ems ».

 

Alors que Guillaume Ier de Hohenzollern, régent de Prusse depuis 1861 en raison de la maladie mentale de Frédéric-Guillaume IV, remporte une victoire décisive sur les Autrichiens à Sadowa le 3 juillet 1866, en France, après la chute de la monarchie orléaniste de Louis-Philippe, la Deuxième République est proclamée et son premier président est Louis-Napoléon Bonaparte.

 

Le neveu de Napoléon 1er est élu en décembre 1848. Cette république n’accorde que peu de pouvoirs à son représentant. Dans le but de diviser ses opposants, de mener librement la politique qu’il pense correcte pour le pays et d’accroître son prestige personnel, Louis-Napoléon Bonaparte provoque un coup d’Etat le 2 décembre 1851. Un an plus tard, jour pour jour, il est proclamé Empereur des Français.

 

 

Les craintes françaises d’une hégémonie allemande se trouvent rapidement validées par le désir de Bismarck, ministre-président de Prusse, de renforcer l’unité des Etats d’Allemagne du Sud et de l’Ouest (Bavière, Bade, Wurtemberg et Hesse) dans une grande épreuve nationale. En 1870, la candidature au trône d’Espagne du prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen provoque une crise. Il n’est pas question que la France se trouve au nord, à l’est et au sud, entourée d’Etats pro-allemands. A l’occasion d’une rencontre entre la France (représentée par son ambassadeur Benedetti) et la Prusse, dans la ville d’eau d’Ems, Guillaume Ier accepte que le prince retire sa candidature. Mais  Napoléon III veut plus et exige des garanties à cette renonciation. Ce qu’il finit par obtenir. Malheureusement, Bismarck publie un compte-rendu de cette réunion, mais avec une traduction pro-prussienne : l’attitude « arrogante » de l’Empire français est brocardée.

 

Piqué au vif, l’Empereur, plutôt d’abord hostile à un conflit, est vite débordé par un entourage et un parlement favorables à l’ouverture des hostilités. Napoléon III déclare la guerre à Guillaume Ier le 19 juillet 1870. A sa grande surprise, l’empereur français découvre que les Etats de l’Allemagne du sud se rangent du côté de la Prusse, dans une sorte d’enthousiasme guerrier, contre l’ennemi héréditaire.

 

 

 

La guerre moderne…

 

 

Les armées françaises sont portées rapidement aux frontières grâce au chemin de fer, issu de l’extraordinaire développement industriel voulu par l’empereur. Ces armées, qui n’ont connu que des guerres de conquêtes coloniales, sont impréparées à un conflit européen, face à un adversaire riche d’un enseignement sur les guerres modernes, recueilli par des observateurs militaires envoyés étudier les nouvelles techniques et notamment celles employées au cours de la Guerre de Sécession en Amérique : évolutions de l’armement, les obus, les canons, le chargement par la culasse, les premières armes à répétition. Un enseignement qui manque aux troupes françaises dont le commandement est l’héritier des stratégies du 1er Empire.

 

 

L’offensive victorieuse prussienne est menée par Von Moltke et l’on voit l’armée française s’effondrer en quelques jours en dépit de violents combats, comme à Gravelotte, et une résistance acharnée de plusieurs unités. Il est vrai que dans le même temps des armées entières se laissent enfermer dans des places fortes, sans munitions et sans ravitaillements. Les places de Toul, de Strasbourg et de Metz se rendent rapidement. Dans cette dernière ville, où il s’est laissé enfermer, le maréchal Bazaine livre, sans combats, près de 173.000 soldats, 3 maréchaux, 50 généraux, 53 drapeaux et plus de 200.000 fusils. Un anéantissement…

 

  

 

La ville de Paris assiégée.

 

 

Le 4 septembre 1870, la IIIème République est proclamée sur l’initiative de Léon Gambetta et commence le siège de Paris, qui dure tout l’hiver. Retranchés derrière leurs « fortifs » les Parisiens connaissent misère et famine, mangeant les chevaux, les chiens jusqu’aux animaux du Jardin des Plantes. Sur les étals des bouchers sont vendus chats et rats.

 

 

Plusieurs tentatives pour déloger l’étreinte de la capitale sont alors réalisées. Il s’agit d’aller vite, avant que le reste des Prussiens n’arrive sur la capitale. D’abord, en septembre 1870, à plusieurs reprises, les troupes françaises tentent d’empêcher l’encerclement. Si Versailles se rend sans combattre, ce n’est pas le cas des communes de Clamart et de Châtillon où les Français essaient de se maintenir dans les ouvrages fortifiés. Le général Ducrot fait faire mouvement à près de 45.000 soldats, les plaçant d’un côté vers Bagneux et Montrouge, de l’autre dans le bois de Clamart et Meudon. Les Prussiens seront alors pris dans la tenaille. Mais les troupes françaises croulent devant un ennemi plus nombreux et surtout bien mieux armé.

 

 

Le 7 octobre, Léon Gambetta sort de Paris grâce à un ballon monté et s’en va chercher des renforts. Le 13 octobre, des troupes se hasardent à attaquer l’ennemi entre Clamart et Bagneux pour reprendre le plateau de Clamart. C’est à ce moment que le comte de Dampierre trouve la mort au milieu de ses hommes.

 

 

Le 8 février 1871, les élections donnent la majorité aux conservateurs favorables à la cessation de la guerre. Adolphe Thiers ouvre les préliminaires de paix à Versailles. La France perd l’Alsace et la Lorraine, et doit payer 5 milliards de francs or d’indemnités. En gage, l’est de la France est entièrement occupé. Il le sera jusqu’en 1873.

 

 

Le 1er mars 1871, les Prussiens entrent dans Paris.

 

 

Sources :

 

·         Ville de Bagneux : www.bagneux92.fr

·         Henri Guillemin, Cette curieuse guerre de 1870, Gallimard, 1956.

·         Pierre Milza, L’année terrible – La guerre franco-prussienne, septembre 1870-mars 1871, Perrin, 2009.

·         Pierre Miquel, La Troisième République, Fayard, 1989 ; Le Second Empire, Plon, 1992.

Lire la suite

Publié le 2 Octobre 2009

 

 

 

Alors que Guillaume Ier de Hohenzollern, régent de Prusse depuis 1861 en raison de la maladie mentale de Frédéric-Guillaume IV, remporte une victoire décisive sur les Autrichiens à Sadowa le 3 juillet 1866, en France, après la chute de la monarchie orléaniste de Louis-Philippe, la Deuxième République est proclamée et son premier président est Louis-Napoléon Bonaparte.

 

Le neveu de Napoléon 1er est élu en décembre 1848. Cette république n’accorde que peu de pouvoirs à son représentant. Dans le but de diviser ses opposants, de mener librement la politique qu’il pense correcte pour le pays et d’accroître son prestige personnel, Louis-Napoléon Bonaparte provoque un coup d’Etat le 2 décembre 1851. Un an plus tard, jour pour jour, il est proclamé Empereur des Français.

 

Les craintes françaises d’une hégémonie allemande se trouvent rapidement validées par le désir de Bismarck, ministre-président de Prusse, de renforcer l’unité des Etats d’Allemagne du Sud (Bavière, Bade, Wurtemberg et Hesse) dans une grande épreuve nationale. En 1870, la candidature au trône d’Espagne du prince Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen provoque une crise. Il n’est pas question que la France se trouve au nord, à l’est et au sud, entourée d’Etats pro-allemands. A l’occasion d’une rencontre entre la France (représentée par son ambassadeur Benedetti) et la Prusse, dans la ville d’eau d’Ems, Guillaume Ier accepte que le prince retire sa candidature. Mais  Napoléon III veut plus et exige des garanties à cette renonciation. Ce qu’il finit par obtenir. Malheureusement, Bismarck publie un compte-rendu de cette réunion, mais avec une traduction pro-prussienne : l’attitude « arrogante » de l’Empire français est brocardée.

 

Piqué au vif, l’Empereur, plutôt d’abord hostile à un conflit, est vite débordé par un entourage et un parlement favorables à l’ouverture des hostilités. Napoléon III déclare la guerre à Guillaume Ier le 19 juillet 1870. A sa grande surprise, l’empereur français découvre que les Etats de l’Allemagne du sud se rangent du côté de la Prusse, dans une sorte d’enthousiasme guerrier, contre l’ennemi héréditaire.

 

Les armées françaises sont portées rapidement aux frontières grâce au chemin de fer, issu de l’extraordinaire développement industriel voulu par l’empereur. Ces armées, qui n’ont connu que des guerres de conquêtes coloniales, sont impréparées à un conflit européen, face à un adversaire riche d’un enseignement sur les guerres modernes, recueilli par des observateurs militaires envoyés étudier les nouvelles techniques et notamment celles employées au cours de la Guerre de Sécession en Amérique : évolutions de l’armement, les obus, les canons, le chargement par la culasse, les premières armes à répétition. Un enseignement qui manque aux troupes françaises dont le commandement est l’héritier des stratégies du 1er Empire.

 

L’offensive victorieuse prussienne est menée par Von Moltke (que l’on retrouvera en 1914 à la tête de l’Armée allemande) et l’on voit l’Armée française s’effondrer en quelques jours en dépit de violents combats, comme à Gravelotte, et une résistance acharnée de plusieurs unités. Il est vrai que dans le même temps des armées entières se laissent enfermer dans des places fortes, sans munitions et sans ravitaillements. Ces armées finissent par capituler, comme celle du général Bazaine à Metz, et l’empereur lui-même qui s’est retranché avec Mac Mahon dans Sedan.

 

Le 4 septembre 1870, la IIIème République est proclamée sur l’initiative de Léon Gambetta et commence le siège de Paris, qui dure tout l’hiver. Retranchés derrière leurs « fortifs » les Parisiens connaissent misère et famine, mangeant les chevaux, les chiens jusqu’aux animaux du Jardin des Plantes. Sur les étals des bouchers sont vendus chats et rats.

 

Le 8 février 1871, les élections donnent la majorité aux conservateurs favorables à la cessation de la guerre. Adolphe Thiers ouvre les préliminaires de paix à Versailles. La France perd l’Alsace et la Lorraine, et doit payer 5 milliards de francs or d’indemnités. En gage, l’est de la France est entièrement occupé. Il le sera jusqu’en 1873.

 

Le 1er mars 1871, les Prussiens entrent dans Paris.

 

***

 

« C’était un soir à la bataille de Reichshoffen

Il fallait voir les cuirassiers charger ».

 

Dans le nord de l’Alsace, il ne subsiste que très peu de souvenirs du Second empire. Le long de tous les petits chemins de campagne, l’un des rares témoignages de l’époque a survécu. Il s’agit des « bancs de l’impératrice Eugénie ». Ces curieux bancs de grès rouge, surmontés d’un linteau, avaient été créés pour que les paysannes alsaciennes, qui allaient vendre leurs produits aux marchés, puissent s’asseoir un instant avant de reprendre leur route. C’est en suivant ces bancs que j’arrivai dans une petite bourgade du nom de Woerth, se situant entre Haguenau et Wissembourg. Intrigué par le nom du restaurant – « Le Restaurant du Musée » - alors qu’aucun musée n’existait à trente kilomètres à la ronde, je pénétrai les lieux. Plus qu’une traditionnelle auberge alsacienne, je me trouvai dans une grande salle décorée de panoplies et d’équipements militaires français et allemands de la Guerre franco-prussienne. Il y avait aussi des mannequins aux visages de cire, datant certainement de la fin du 19ème siècle. Etaient représentés des zouaves, un turco, un fantassin allemand. Des chasseurs d’Afrique côtoyaient des Uhlans. Et là, juste devant moi, était placé un uniforme de cuirassiers. Les rayons du soleil se reflétaient dans la cuirasse, donnant une flamboyance, une grandeur, à ce dernier mannequin. Je ne savais pas encore que j’avais face à moi l’uniforme de l’un de ces héroïques cavaliers qui chargèrent à Reichshoffen.

 

Le patron du restaurant, devant ma curiosité, se fit un devoir de me citer chaque unité à laquelle appartenaient les uniformes exposés. Cette collection avait été réalisée par son grand-père, réquisitionné pour enlever les morts. Au lendemain de la charge fameuse, le 6 août 1870, le brave homme avait fait ce que le vainqueur lui commandait et il en profita pour récupérer ce qui pouvait l’être. D’ailleurs, la bataille s’était plutôt déroulée sur la commune de Froeschwiller, Reichshoffen étant le bureau de poste d’où partirent les messages communiquant le résultat de l’attaque.

 

En tant que passionné par l’Histoire et ancien militaire, je fis tout de même remarquer au patron que son grand-père avait dépouillé des morts de leurs uniformes pour se constituer cette collection. Gêné, l’homme me répondit que l’aïeul avait en fait récupéré les vêtements et les armes dans des bagages laissés à l’abandon. J’acceptai cette explication. Finalement, le Devoir de Mémoire passait peut-être aussi par de tels chemins, même si j’imaginai mal les zouaves ou les prussiens s’encombrer de malles de vêtements ou de cartons à chapeaux sur un champ de bataille.

 

Tous ces guerriers étaient maintenant figés dans leurs uniformes raidis. Une restauration archaïque avait été réalisée : les tissus avaient été repeints pour leur redonner l’éclat de leurs couleurs. L’empâtement des peintures et les poussières agglutinées leur conféraient une allure de statues aux visages de cire déformés par le temps.

 

Aujourd’hui, ce restaurant est fermé. Le propriétaire a fait don de sa collection à la ville de Woerth, qui l’expose dans les salles du château. La plupart des pièces ont été restaurées – correctement – et quelques-unes, laissées en l’état témoignent de ce que je vis.

 

Autour de ce village alsacien, il n’est pas rare de trouver, enfouie sous des ronces, une stèle rappelant qu’en ce chemin, ou ce champ, est tombé un cuirassier ou un Major du 3ème Zouave. Pendant longtemps, les vestiges de la Guerre franco-prussienne ont été soit cachés, soit bousculés puis ensevelis par l’agriculture ou les événements qui ont suivi. Celles qui restent témoignent à jamais qu’en 1870, en ces lieux, s’écrivit un fait d’armes qui n’était plus connu que par une comptine : « C’était un soir à la bataille de Reichshoffen ».

 

 

***

 

 

*Thierry Gandolfo, ancien sous-officier au 32ème régiment d’Artillerie, est conservateur du cimetière d’Issy-les-Moulineaux.

Lire la suite