Publié le 28 Juillet 2009

 


 

 

 

Nicolas Levallois, fondateur de la commune, a créé le cimetière en 1868. Ce cimetière comporte plusieurs monuments et carrés militaires. Le mémorial le plus important est celui commémorant la Première Guerre mondiale (photographie ci-dessus), sur lequel sont inscrits des centaines de noms.

 

 

 

Le carré militaire des tombes de soldats français comprend cinquante-cinq tombes individuelles de morts pour la France de la Seconde Guerre mondiale, d’Indochine et d’Algérie. A noter, ce qui est rare : la mention des unités et des régiments pour chacun des soldats. On peut citer par exemple : Guy Vermeesch, maréchal des Logis au 8ème R.A. mort en Algérie en 1957 ; Serge Vignau, caporal au 9ème BTA, mort lui aussi en Algérie, en 1957 ; Pierre Coupard, sous-lieutenant au 7ème RTA, mort en Indochine en 1954 ; André Delaporte, soldat du 237 Régiment d’Infanterie, mort en 1942 ; Robert Gautier, STO mort en 1943 ; Henri Camille Fondu, résistant, mort en 1944 ; Frédéric Roger Malvezin, sous-lieutenant FFI mort en 1944 ; André Back, soldat au 1er Régiment de Paris, mort lui aussi en 1944.

 

Le cimetière de Levallois possède également un carré militaire de tombes du Commonwealth, avec, entre autres, la présence de : I. Henry, de l’Armée des Indes, G.H. Fernandez, de l’Artillerie de campagne australienne, une infirmière (« nurse »), plusieurs soldats canadiens, plusieurs soldats de l’unité « The Essex Regiment », un docteur… Compte tenu des dates de décès – fin 1918 ou après la guerre pour la grande majorité – on peut en conclure qu’il s’agissait de blessés évacués du front vers des hôpitaux militaires temporaires, installés en Région parisienne. La présence à Levallois du Hertford British Hospital n’est peut-être pas non plus étrangère à ce carré militaire du Commonwealth.

 

Enfin, ce cimetière comporte plusieurs tombes individuelles de militaires et la sépulture d’une héroïne de la Commune : Louise Michel.

 

Retrouvez les photographies du cimetière de Levallois-Perret dans l’album de photographies intitulé « Carrés militaires ».

 

 

Lire la suite

Publié le 26 Juillet 2009

 

Claude Correia, pilier du Souvenir Français du Plessis-Robinson, ancien de la 2ème Division Blindée, nous a communiqué des documents exceptionnels : des photographies du contingent portugais pendant la Première Guerre mondiale. Celles-ci ont été prises par un des premiers reporters photographiques de Guerre : Arnaldo Garcez.

 

Claude Correia : « Pendant la Première Guerre mondiale, le Portugal avait envoyé un contingent pour aider les Alliés, sur le front de l’Ouest. Une des principales raisons de cet engagement consistait à combattre partout où cela était possible, l’ennemi allemand, qui avait des visées sur les possessions africaines du Portugal. Et d’obtenir un appui des Anglais. Mon père était de ce contingent. Il participa, entre autres, à la bataille de la Lys, en avril 1918. Le courage des Portugais força l’admiration de l’ensemble des Alliés. Mon père s’en sortit, comme par miracle. Sinon, je ne serais pas là ! »

 

La bataille de la Lys.

 

D’abord sous commandement britannique, comme le veut la convention du 3 janvier 1917, le contingent portugais prend par la suite l’entière responsabilité du front qui lui est affecté. Le 9 avril 1918, se déroule la terrible bataille de la Lys. Celle-ci consiste à reprendre Ypres aux troupes du IIème Reich. Pendant près de vingt jours, la seconde division portugaise, dirigée par le général Gomes da Costa (qui deviendra en 1926 président de son pays), forte de seulement 20.000 hommes, fait face à huit divisions allemandes, soit près de 100.000 hommes et un feu roulant d’artillerie. La lutte est acharnée. Les Portugais perdent plus de 7.000 hommes et 300 officiers.

 

Ceux qui réchappent par miracle du carnage sont retirés du front et envoyés vers l’arrière pour se refaire une santé. En juillet 1918, le général Tomàs Antonio Garcia Rosado est nommé nouveau chef de commandement du CEP (Corps Expéditionnaire Portugais).

 

Après l’armistice du 11 novembre 1918, une délégation portugaise participe à la conférence de paix de Versailles. Cette délégation est emmenée par le professeur Egas Moniz. L’une des clauses du traité apporte le port de Kionga (dans l’actuelle Tanzanie) au Portugal (à l’époque le Mozambique et l’Angola sont colonies portugaises).

 

Il existe plusieurs monuments et cimetières portugais, ou à la mémoire du sacrifice des soldats portugais sur le front de France. Nous pouvons, par exemple, citer : le monument de la Couture et le cimetière de Richebourg l’Avoué, dans le Pas-de-Calais.

 

Lire la suite

Publié le 20 Juillet 2009

 

Avant le congrès départemental qui se déroulera le samedi 17 octobre 2009 à Sèvres, la Délégation générale des Hauts-de-Seine propose aux présidents des comités une réunion de préparation :

 

 

 

 

 

LE SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2009 à 15h00

Maison du Combattant – Salle Jean Moulin – 1er étage.

4, rue du général Leclerc 92130 Issy-les-Moulineaux

Organisation : Frédéric RIGNAULT – 06 16 30 71 77

Gilles GUILLEMONT – 06 07 15 84 87

 

Métro : ligne 12 – Station Corentin Celton.

Parking : Mairie – un peu plus loin sur la droite en direction Issy Centre – Clamart.

Bus : 126, 189, 394 – Arrêt : Corentin Celton Métro.

 

Lire la suite

Publié le 18 Juillet 2009

Il y a du changement dans le comité du Souvenir Français d'Issy-les-Moulineaux. Après plus de six années de présidence, Gérard RIBLET passe la main. Nous tenons à le remercier pour son dévouement et sa disponibilité.

Voici le nouveau bureau :


- Président d’Honneur : Général Roland GLAVANY


- Présidents honoraires :

  - Général Jean-Claude ICHAC.

  - Gérard RIBLET.

- Président : Frédéric RIGNAULT.


- Trésorier : Gilles GUILLEMONT.


- Secrétaire : Thierry GANDOLFO.


- Porte-drapeau : Roger DAUSSE.

La nouvelle adresse est : 10, avenue Bourgain - 92130 Issy-les-Moulineaux - Tél. : 01 45 29 04 71
Adresse email : sfdg92@neuf.fr

.

Lire la suite

Publié le 12 Juillet 2009

 

 

Au cimetière d’Asnières-sur-Seine, figure la tombe de Jean-Pierre Riller, maréchal des Logis au 1er Régiment de chasseurs d’Afrique, mort au combat en Algérie le 31 janvier 1959, à l’âge de 23 ans (il est né le 24 décembre 1936).

 

 

 

 

Création du 1er chasseur.

 

Créé le 1er mars 1832, le 1er Régiment de chasseurs d’Afrique s’est illustré dès ses premiers faits d’armes, en Afrique du Nord, à la bataille d’Isly, le 16 août 1844. Le maréchal Bugeaud remportant une victoire éclatante face au sultan du Maroc, Moulay Abd al-Rahman, allié de l’intrépide Algérien Abd el-Kader. Par la suite, lors de la Guerre de Crimée, le 1er Chasseur combat aux batailles de Balaklava et de Solferino. Pendant les guerres de colonisation, le 1er Chasseur est présent en Extrême-Orient, à Madagascar puis à nouveau au Maroc.

 

Participations aux conflits.

 

Pendant la Première Guerre mondiale, le 1er Chasseur se bat entre autres dans les Flandres, en 1914. Ensuite, il est l’un des régiments de l’Armée d’Orient. Il s’illustre par exemple lors de la prise de la ville d’Uskub, dans l’actuelle Macédoine.

 

Pour la Seconde Guerre mondiale, le 1er Chasseur débarque en Provence en septembre 1944. Doté de chars américains Sherman, il joue un rôle important dans la libération du territoire national.

 

Retour aux origines avec son implantation au Maroc après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 1er Régiment de Chasseur d’Afrique participe aux « événements d’Algérie ». Dissous en 1964, le 1er RCA est récréé à Canjuers le 10 février 1998. Sa devise reste la même depuis l’origine : « Ubique Primus », c’est-à-dire « Toujours premier ».

 

 

 

Décorations.

 

Le 1er RCA est décoré de la Légion d’honneur, de la Croix de Guerre 1914-1918, avec deux palmes, de la Croix de Guerre 19139-1945 avec une palme, du Mérite Militaire Chérfien, de l’Ordre serbe de Kara Georges, de la Croix de Guerre serbe, avec une citation, de la Médaille d’or de la ville de Milan.

 

Dotations.

 

Le 1er RCA est équipe de 107 blindés : chars Leclerc, AMX 30 B2, AMX 10 RC, ERC 90.

Lire la suite

Publié le 11 Juillet 2009

Fidèle à sa mission, le Comité de Colombes du Souvenir Français a organisé le 8 juin 2009 la cérémonie de la Journée nationale d’hommage aux Morts pour la France en Indochine.

Au monument aux Morts, sous une pluie battante et incessante durant toute la cérémonie, les participants ont célébré la mémoire de ces Combattants.

Après la présentation de la cérémonie par M. Claude MIAS, vice-président du Comité, ils purent entendre la lecture de message du Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants par M. Gil MAYANS, président de l’Union des Anciens Combattants et Affiliées de Colombes et membre du conseil du Comité, puis l’allocution de M. Patrice FICHET, président du Comité.

Après avoir rappelé que les soldats du Corps Expéditionnaire Français en Extrême-Orient étaient les combattants de la Liberté, il centra son exposé sur les horreurs du traitement que durent subir les soldats français capturés par le Vietminh et gardés dans des camps plus proches des camps d’extermination nazis que de ce que doit être un camp de prisonniers. Le bilan est terrifiant : seulement 28% des prisonniers sont revenus vivants des camps Vietminh, soit le même pourcentage que celui des Déportés Résistants rescapés des camps de la mort nazis.

A l’issue de cette évocation, les Amis des Anciens Combattants, l’Union Nationale des Parachutistes, l’Union des Anciens Combattants et Affiliées et le Souvenir Français déposèrent chacun une gerbe à la mémoire des Morts d’Indochine.



Lire la suite

Publié le 4 Juillet 2009


Le cimetière de Nanterre, situé rue de Courbevoie, a cette particularité de présenter aujourd’hui encore des traces des combats pour la libération de Paris en août 1944. Il n’est pas rare d’y voir des tombes (voir la photographie ci-dessous) ayant subi des tirs allemands ou des FFI.

 

Plusieurs monuments ont été édifiés à la mémoire des hommes et des femmes morts pour la France sur le territoire de cette commune et des Nanterriens et des Nanterriennes morts pour la France.

 

Ainsi, un monument rappelle le souvenir des soldats morts pendant les combats de la Guerre franco-prussienne de 1870-1871. Plus loin, se trouve le carré militaire. Il comporte plusieurs dizaines de tombes individuelles de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale.

 

Retrouvez les photographies du cimetière de Nanterre dans l’album intitulé « Carrés militaires des Hauts-de-Seine ».

 

Lire la suite