Le carré militaire de Chatenay-Malabry.

Publié le 21 Octobre 2009

 

Patrie littéraire, puisque Voltaire, puis Chateaubriand y vécurent chacun plusieurs années, Chatenay-Malabry eut longtemps l’aspect d’un village paisible, non loin de Paris. En 1921, la population ne dépassait pas 2.500 habitants… Pour bondir à plus de 10.000 en 1946, et le seuil des 30.000 habitants étant franchi en 1975.

 

 

Ceci explique pourquoi la ville possède deux cimetières, « l’ancien » et le « nouveau », et que sur le mur de l’ancien figure juste une grande plaque commémorative de l’ensemble des Morts pour la France, depuis 1914 jusqu’à la guerre d’Algérie. A noter : une plaque tombale quelque peu particulière et mise en valeur. Il s’agit de celle d’Alexandre Jean Marie Delarrard : « Noble d’origine, ancien colonel d’Infanterie et officier au régiment des Gardes françaises, né à Paris le 9 août 1744, mort le 16 février 1812. Il fut bon, juste, compatissant, et d’une probité exemplaire. Il laisse une veuve inconsolable, d’honorables parens (sic) et des amis fidèles. Tous le pleurent et ne l’oublieront jamais ».

 

Quant au cimetière nouveau, il comporte un carré militaire de 14 tombes de soldats décédés au cours de la Seconde Guerre mondiale, refait récemment avec, entre autres, l’aide du comité local du Souvenir Français, présidé par Françoise-Marie Belin.

 

Retrouvez les photographies du carré militaire de Chatenay-Malabry dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».