Le carré militaire de Suresnes.

Publié le 11 Décembre 2009

Suresnes-007.jpg

 

 

 

Le Mont Valérien.

 

C’est sur la commune de Suresnes que se situe l’un des plus importants lieux de mémoire du département : le fort du Mont Valérien. Pendant la Première guerre mondiale, il héberge une fabrication d’obus puis, vingt-six ans plus tard, occupé par les Allemands, le Mont Valérien devient une prison et le lieu d’exécution de plus d’un millier d’otages et de Résistants.

 

 

Le cimetière militaire américain.

 

Créé en 1917, inauguré par le président Wilson deux ans plus tard, le cimetière américain abrite 1.541 tombes de soldats américains tombés pendant la Première Guerre mondiale, et 24 tombes de soldats inconnus, morts pendant la Seconde Guerre mondiale. L’endroit a été choisi car situé à proximité des hôpitaux militaires de la Région parisienne, a contrario des nécropoles placées près des champs de batailles de l’Argonne, de la Somme ou encore de Lorraine.

 

Le carré militaire.

 

Le cimetière de Suresnes, implanté sur la colline de la commune, offre une vue superbe sur la capitale. En son sein sont implantés deux carrés militaires :

 

- le premier est relatif aux morts pour la France de la guerre 1914-1918 et comporte 14 tombes, dont celle de Marcel Rivière (1880-1918), qui est surmontée d’une colonne brisée.

 

- le second est plus important : il est composé de plus de 120 tombes individuelles de soldats morts pour la France pendant la guerre 1939-1945, de victimes civiles des bombardements et de victimes des guerres d’Indochine et d’Algérie.

 

Une stèle, installée par le Souvenir Français, est située au pied du mât des couleurs : « Carré militaire des victimes de guerre. Ici reposent aussi des Résistants fusillés par les Nazis durant l’Occupation de la France. Ils sont morts pour que la France vive dans la liberté et la paix ».

 

Une autre stèle commémore les Suresnois morts pour la France en Algérie :

 

- Gabriel Bourselet.

- Claude Bouteiller.

- Jacques Delbeco.

- Francis Garret.

- Jean Groblewski.

- Claude Junger.

- Michel Swiatkiewicz.

- Jean Voinot.

 

Enfin, devant le carré militaire de la Première Guerre mondiale se situe deux monuments représentants des tombeaux sur lesquels sont écrits : « Aux morts pour qu’on s’en souvienne » ; « Aux vivants pour qu’ils n’oublient pas ».

 

Retrouvez les photographies des carrés militaires de Suresnes dans l’album intitulé : « Carrés militaires ».