Les batailles du Bourget.

Publié le 15 Avril 2017

Bivouac de soldats français après la seconde bataille du Bourget (Alphonse de Neuville).

Bivouac de soldats français après la seconde bataille du Bourget (Alphonse de Neuville).

La première bataille du Bourget.

 

En 1870, le village du Bourget est juste un alignement de maisonnées s’étendant de part et d’autre de la route de Flandres (actuelle Nationale 2), sur une pente assez rapide, à un peu plus de cinq kilomètres des fortifications de Paris et à moins de trois kilomètres du fort d’Aubervilliers, place militaire majeure. C’est d’ailleurs au pied de ce fort que passe également la route des Flandres. Le village du Bourget est traversé par une petite rivière, appelée la Molette.

 

Après la capitulation de l’armée française et la capture de Napoléon III à Sedan, début septembre 1870, les Prussiens s’approchent à grands pas de Paris, but de leur campagne. Ils arrivent dans les environs du Bourget à la fin de ce même mois et n’y laissent que peu de soldats.

 

Le 28 octobre 1870, le général de Bellemare, commandant à Saint-Denis, envoie, sans l’autorisation du général Trochu, commandant la place de Paris, le commandant Roland avec 300 francs-tireurs. Le peu de soldats allemands se trouvant sur place est chassé sans ménagement. Aussitôt le général de Bellemare demande des renforts mais qui celle-ci est rejetée par Trochu.

 

Deux jours plus tard, les Allemands contre-attaquent avec un déluge d’artillerie. Les fantassins prussiens avancent de trois côtés du Bourget : Drancy, Dugny et Blanc-Mesnil. Cernés au nord, à l’est et au sud-est, les soldats français, pris de panique, fuient vers La Courneuve et Aubervilliers. Mais leur retraite est coupée au niveau de la commune de La Courneuve. Seuls les commandants Brasseur et Baroche demeurent avec leurs troupes au Bourget. Ils défendent comme ils peuvent chaque rue et se battent même à l’intérieur de l’église Saint-Nicolas. A 13h, tout est terminé : les Allemands ont récupéré la place et les Français, ceux qui n’ont pas été tués ou blessés, se sont enfuis dans un désordre sans nom.

 

Dès la fin des combats connue à Paris, un soulèvement populaire se produit. Il est réprimé. Le mois suivant, les Allemands fortifient le Bourget et font sauter la voie et la gare de chemin de fer qui relie le village à La Courneuve.

 

Les Français ne veulent pas en rester là…

 

La seconde bataille du Bourget.

 

Le 16 décembre 1870, un Conseil de guerre de la République française décide d’une importante offensive afin de dégager Paris. Il est prévu de progresser sur deux axes : l’un par le Bourget, le long de la route de Flandres, et l’autre par la ferme de Groslay et Aulnay par la route des Petits-Ponts à Drancy. L’opération doit se dérouler le 21 décembre.

 

Tôt au matin du 21, les Français décident de bombarder le Bourget depuis les forts d’Aubervilliers, des batteries placées à La Courneuve et sur des wagons blindés, positionnées sur la ligne de Soissons. L’offensive commence avec les fusiliers marins du capitaine de frégate Lamothe-Tenet. Les soldats s’emparent du cimetière, font une centaine de prisonniers allemands puis progressent vers l’église. Là, ils tombent sur une barricade tenue par les Prussiens. Elle est attaquée à la hache d’abordage. Quant au général Lavorgnet, sa brigade arrive par le sud-ouest et la route de Flandres. Mais elle ne peut entrer dans le village du Bourget, parfaitement fortifié. A midi, face à un ennemi qui n’a pas reculé d’un mètre, le général Trochu informe le général Ducrot de cet échec.

 

Non seulement Le Bourget n’a pas été repris, mais cette fois le village est pratiquement entièrement détruit.

 

Un mois plus tard, les Prussiens entrent dans Paris…

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Encyclopédie Britannica.
  • Napoléon Peyrat, Journal du siège de Paris, 1870.
  • Louis-Paul Rollin, La guerre dans l’ouest, campagne de 1870-1871.
  • François Roth, La Guerre de 1870, Fayard, 1990.
  • Lieutenant-colonel Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande.
  • L’image est une reproduction de l’un des nombreux tableaux réalisés par Alphonse de Neuville sur la Guerre franco-prussienne.