actualite des comites

Publié le 17 Juin 2017

Journée du Souvenir par des élèves de Châtillon.

Deux classes de CM2 de l'école élémentaire Marcel Doret de Chatillon (effectif:56), se sont rendues le jeudi 8juin au Mont Valérien et ont participé, en fin d'après-midi, au Ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe.

 

Après un repas pris en commun dans le réfectoire de l'école, en présence de représentants du Souvenir Français, organisateur de la journée, (colonel Pierre Keraudren, Mesdames Valérie Colrat et Liliane Ochs), de 11h30 à 12h30, deux cars, affrétés par la commune, nous ont amenés au Mont Valérien.

 

Sous la conduite de deux guides, les élèves ont visité, avec beaucoup d'intérêt, le musée, ou une exposition relate l'histoire des fusillés, la chapelle ou ils étaient parqués avant leur exécution, et le monument commémoratif en forme de cloche ou sont inscrits les noms des fusillés (un peu plus de 1000) de 1941à 1944.

 

Les élèves se sont ensuite rendus à la clairière des fusillés ou une plaque rappelle leur sacrifice. La visite s'est terminée par le Mémorial de la France Combattante, ou sont enterrés 8 représentants des différentes composantes des forces combattantes (France Libre, Résistance intérieure, déportés, etc) morts pour la France, après avoir été tirés au sort. Les guides ont ensuite expliqué le symbolisme des hauts-reliefs qui entourent la Croix de Lorraine et celui de la Flamme de la Résistance qui ne doit jamais s'éteindre. Une photographie de l'ensemble du groupe a été prise. Elle permettra d'illustrer le compte-rendu.

 

Nous nous sommes rendus ensuite au cimetière américain de Suresnes ou les élèves ont pu assister à la descente des couleurs et se rendre compte de la minutie avec laquelle les Américains replient leur drapeau.

 

Puis nous avons rejoint l'Arc de Triomphe pour participer au Ravivage de la Flamme. Celle-ci a pris un relief particulier car c'était la journée du souvenir des morts d'Indochine. La ministre des Armées, Madame Sylvie Goulard, présidait la cérémonie. Après avoir ravivé la Flamme, elle a fait le tour pour saluer les participants.

 

Elle s'est spécialement arrêtée devant le groupe des élèves de Chatillon, auxquels elle a serré la main et dit quelques mots.

 

Après une vibrante Marseillaise, entonnée par tous les participants, élèves compris, la cérémonie a pris fin.

 

Le maire de Chatillon était représenté par monsieur David Lefèvre,adjoint aux affaires scolaires, et Monsieur Jackie Boulay, adjoint aux paysages urbains, transports, voierie. Les guides ont souligné l'intérêt porté par les élèves ce qui prouve la qualité de la préparation effectuée par les enseignants. Tous les participants ont apprécié cette journée qui restera marquée dans la mémoire des élèves.

 

Les trois parents d'élèves, qui accompagnaient le groupe, m'ont exprimé leur satisfaction. Les guides ont donné aux enseignants un formulaire pour permettre aux élèves de participer à un concours de dessin relatant cette journée. Un compte-rendu sera effectué par les élèves, qui paraîtra dans Chatillon Information.

 

 

Colonel (ER) Pierre Keraudren

Président honoraire du Comité de Châtillon du Souvenir Français

 

 

Lire la suite

Publié le 27 Mars 2017

Au Mont-Valérien, avec des écoliers de Châtillon.

Le Comité du Souvenir Français de Châtillon a organisé une visite du Mont-Valérien et une participation au Ravivage de la Flamme à l'Arc de Triomphe, le mardi 7 mars 2017 pour 45 élèves de l'école élémentaire Léon Gambetta de Chatillon avec 6 accompagnateurs : 3 enseignants, le colonel (h) Pierre Keraudren et un porte-drapeau du comité ainsi qu'une parente d'élèves.

 

Après un repas pris en commun dans une salle de l'école Gambetta, au cours duquel des questions ont fusé, montrant l'intérêt des élèves pour cette journée, l'ensemble des participants a pris le car à 12h45 pour le Mont-Valérien.

 

De 14h00 à 15h30, les élèves ont visité les lieux en commençant par le monument en forme de cloche ou sont inscrits, par année, de 1941à1944, les noms des fusillés. Ils se sont ensuite rendus au musée ou ils ont pu lire des lettres écrites par les condamnés.

 

Puis ce fut la chapelle, ou les martyrs qui attendaient le moment où ils seraient fusillés étaient parqués. Les élèves ont pu lire les graffitis laissés par ces hommes, âgés de 16 à 45ans, et les commenter.

 

Il y avait aussi les cercueils qui servaient à transporter les corps ainsi que les poteaux auxquels ils étaient attachés.

 

La visite comprenait ensuite la clairière des fusillés et le mémorial de la France Combattante. Au cours du périple , les élèves ont posé des questions pertinentes.

 

La journée comprenait aussi la participation au Ravivage de la Flamme de 17h30 à 18h30.

Des adjoints au maire étaient présents:

 

  • Monsieur David Lefèvre, adjoint éducation,
  • Madame Peggy Nicolas, chargée des élections,
  • Monsieur Olivier Bodo,conseiller municipal.

 

Madame Peggy Nicolas a ravivé la Flamme, en compagnie d'une élève, assistés de Monsieur Lefèvre et du colonel Keraudren chargé de l'organisation de cette journée.

 

Les élèves ont ensuite déposé, par groupes de cinq, une rose sur la dalle. Ils ont alors chanté la Marseillaise, accompagnés par tous les assistants.

 

A la suite de cette journée, le directeur de l'école a fait adhérer celle-ci au comité.

 

Un compte-rendu, réalisé par les élèves, sera inséré dans Chatillon information et diffusé sur le site internet de la délégation du Souvenir Français des Hauts-de-Seine.

 

Il faut noter que l'école Joliot Curie avait effectue la même visite en 2016 et a adhéré au comité ainsi que deux des professeurs des écoles.

 

 

Colonel (ER) Pierre Keraudren.

Président honoraire du Comité de Châtillon

 

Lire la suite

Publié le 15 Mars 2017

Concert 2017 de l'ONG HAMAP, le samedi 22 avril à Chaville.

Le colonel Joël Kaigre, président de l’ONG HAMAP, nous informe que le 16e concert « Tous en Chœur pour HAMAP Humanitaire » aura lieu le Samedi 22 avril 2017 à 20h30 à l'Atrium de Chaville, 3 parvis Robert Schumann.

 

Plus de 200 Choristes seront sur scène pour nous interpréter des œuvres aussi variées que :

  • « De New York à Rio » par la Chorale White Spirit de Viroflay sous la direction de Magali Lange et au piano Aude Moralès-Robin.
  • « Du Sacré au Sucré » par le Choeur Montansier de Versailles sous la direction de Juliette Hénaff et au piano Marie Vallin.
  • « Transports Express » par les chorales des collèges Racine de Viroflay, Poincaré et Rameau de Versailles, sous la direction de Mireille Durand Gasselin, Dominique André et Cyril Chomiak.

 

Venez nombreux en famille, vos enfants et vos petits enfants sont les bienvenus. L’ambiance est assurée.

 

Tarif normal 16 euros

Tarif groupe, étudiants, chômeurs, seniors plus de 65 ans : 14 euros

 

Vous pouvez passer par les points de vente habituels (réseau FNAC et Ticketnet), ou faire un chèque directement à l’ONG (chèques libellés à l’Ordre de HAMAP-Humanitaire) à envoyer à :

Joël KAIGRE

12 BIS Rue du Belvédère

92370 CHAVILLE

 

Colonel Joël Kaigre : « Les recettes de ce concert serviront à renforcer nos actions dans le monde. En effet, en 2016, votre engagement a permis à :

 

  • 68.210 personnes d’accéder à l’eau potable.
  • 12.034 personnes d’accéder à l’assainissement.
  • 225 personnes d’accéder à l’éducation ou à une formation professionnelle.
  • 6.780 personnes d’accéder à une consultation médicale de base.
  • 20 personnes d’être formées en Irak sur les engins explosifs improvisés.

 

Je compte sur vous et je vous en remercie du fond du cœur ! »

 

 

Lire la suite

Publié le 9 Mars 2017

Disparition de Gabriel Brandela.

Nous avons appris le 4 mars dernier la disparition de notre ami Monsieur Gabriel Brandela, qui fut un grand monsieur et le président du Comité de Fontenay-aux-Roses pendant des années.

 

La cérémonie religieuse s’est déroulée ce jour, jeudi 9 mars, en l’église Saint-Pierre Saint-Paul de Fontenay puis Monsieur Brandela a été inhumé dans le cimetière communal.

 

Monsieur Daniel Pasquali, actuel président du Comité de Fontenay-aux-Roses, était présent ce jour et a déposé une gerbe au nom du Souvenir Français et des Comités du département.

 

La Délégation des Hauts-de-Seine présente toutes ses plus sincères condoléances à la famille de Gabriel Brandela et à ses amis.

Lire la suite

Publié le 2 Février 2017

Cérémonie 2017 de la bataille de Buzenval.

A l’initiative du bureau du comité local du Souvenir français et de son président, de nombreux élèves du collège Louis Pasteur de Rueil-Malmaison ont ravivé le 19 janvier dernier la flamme de la Nation à l’Arc de Triomphe puis en font fait le relais jusqu’à la colonne de Buzenval, dans les Hauts de Seine. Dans la nuit déjà froide, ils ont déposé la flamme au pied de ce monument qui commémore la terrible bataille entre Prussiens et Français qui s’est déroulée le 19 janvier 1871.

 

La présence de nombreuses autorités départementales, civiles et militaires, et de nombreux membres de notre association a conforté le lien entre générations pour que vive le souvenir de ceux qui ont acquis l’immortalité.

 

 

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir français pour les Hauts de Seine.

Cérémonie 2017 de la bataille de Buzenval.

Lire la suite

Publié le 20 Janvier 2017

Quatre minutes d'émotion et de fierté.

Le samedi 14 janvier une importante cérémonie s’est déroulée dans le grand salon d’honneur de l’Hôtel de ville de Paris. En effet, la fédération nationale André Maginot organisait le 23ème prix de la Mémoire et du civisme. A cette occasion j’ai pu, en présence de nombreuses personnalités dont notre président général, remettre le drapeau des cadets de Rhin et Danube à la garde des élèves de l’institution Jeanne d’Arc de Colombes.

Sans nul doute cette courte séquence marquée par des symboles forts mais aussi par la fierté et l’émotion a contribué à renforcer le lien entre générations, à raviver la mémoire et à donner du corps à notre devise « à nous le souvenir, à eux l’immortalité ».

Par ailleurs, ces élèves se sont vu remettre le prix du Centenaire pour leurs travaux sur les sites de la Somme.

Claude Guy,

Délégué général du Souvenir français pour les Hauts de Seine.

Quatre minutes d'émotion et de fierté.

Lire la suite

Publié le 19 Janvier 2017

Roland Glavany, mon général.

Voilà une année qui commence bien mal. A quelques jours d’intervalle, Madame Glavany a rendu son âme à Dieu suivie de son époux le général de corps aérien, Grand’ Croix de la Légion d’honneur, Roland Glavany.

Roland Glavany était président d’honneur du Comité d’Issy-Vanves du Souvenir Français. Il faudrait des pages et des pages pour raconter ce que fut sa vie. Cela a d’ailleurs fait l’objet d’un livre en juin 2013 : « Du Bataillon de choc au Mirage », en collaboration avec Bernard Bombeau, aux Editions Pierre de Taillac. Mais deux mots me viennent à l’instant pour définir le général Glavany : fidélité et amour.

Fidélité à la France quand alors élève de l’Ecole de l’Air, il décide de s’engager dans les Forces Françaises Libres, en passant par l’Espagne : « En 1943, comme des dizaines de milliers d’autres, j’ai traversé les Pyrénées puis l’Espagne. Il n’y avait que deux conditions ; d’abord, savoir marcher en montant ; cause : les Pyrénées ; la seconde : ne pas se faire piquer par les Allemands ; cause : l’Occupation ».

Roland Glavany débarque en Afrique du Nord. On lui explique que s’il veut continuer sa formation de pilote de chasse aux Etats-Unis, il lui faut attendre plus d’une année : « Pas question. J’ai demandé une unité para. Et c’est ainsi que j’ai atterri à Staouéli, à l’ouest d’Alger, au Bataillon de Choc du cher commandant Fernand Gambiez. Mais, manque de chance, ledit Bataillon venait de terminer son stage de transformation parachutiste. Et voilà pourquoi de fil en aiguille, à la tête de la 3ème section de la 3ème compagnie (les meilleurs…), j’ai « fait » trois débarquements en petits bateaux (LCI ou LCA) : la Corse en 1943 ; l’Ile d’Elbe et la Provence en 1944. »

Il sera blessé à trois reprises. D’abord en Corse où il débarque avec le bataillon en septembre 1943. Son métier : celui de commando, avec des actions de renseignement, des coups de mains contre les Allemands, et des missions de destruction avec son arme favorite : la grenade ! Blessé sérieusement, avec de nombreuses fractures, il est remis sur pied pour être à nouveau blessé – justement au pied – lors du débarquement de Provence sur les pentes du Mont Faron. Plus tard, le 10 septembre, avec le Choc, à l’entrée de Dijon, il tombe sur une mitrailleuse allemande : il est à nouveau touché, cette fois à la jambe.

Fidélité au chef, le général Giraud qui avait réunit les forces et moyens navals pour libérer la Corse : « Un des chefs militaires de la Résistance, le commandant Colonna d’Istria, put faire appel au général Giraud pour demander son appui. Celui-ci se tourna forcément vers le commandement allié en Méditerranée, lequel, en pleine organisation de la libération de l’Italie, lui fit comprendre qu’il fallait qu’il se débrouillât seul. Ce qu’il fit ». Soixante-dix ans plus tard, il disait encore : « De Gaulle, de Gaulle, oui bien sûr ! Mais n’oublions pas les actions extraordinaires du général Giraud, qui était unanimement apprécié chez nous ! ». Fidélité à ses camarades morts pour la France en Corse, comme l’adjudant-chef Richard de Préaudet : « Je n’oublie pas que sur ces routes de Corse, 300 d’entre-nous sont morts. Pour la France ».

Une fois la guerre terminée, Roland Glavany renoue avec l’armée de l’Air. Il termine enfin sa formation de pilote sur un P-51 de reconnaissance. Mais, comme l’écrit si bien Jean-Dominique Merchet, dans L’Opinion, « quelque chose est cassé ». Il décide d’intégrer l’école d’ingénieurs SupAéro et devient pilote d’essais au Centre d’essais en vol puis chez Dassault, où il se lie d’amitié avec Serge. Roland Glavany sera alors pilote d’essais de la famille des Mirages (Mirage III et Mirage IV). En 1958, il est le premier pilote à franchir Mach 2 en Europe. Pourtant, il verra encore des drames, comme ceux de ses camarades qui se tuent lors de ces fameux vols d’essais, tel Claude Dellys en 1952 ; Claude qui avait été son instructeur.

Fidélité de nouveau à ses compagnons d’armes. En 1959, il réintègre l’armée de l’Air et est nommé au sein de la 10e Division parachutiste du général Gracieux, chef du Poste de Commandement Aérien Mobile. « C’était un grand honneur. Nous devions obtenir des renseignements et diriger les appuis-feu aériens nécessaires aux régiments engagés. Le patron était le général Gracieux. Petit, râblé, d’un calme imperturbable, précis et concis dans ses ordres, d’une bonhomie apparente que démentait très vite un regard sans équivoque, le général Gracieux vivait pour sa division qu’il avait parfaitement en mains », dira-t-il.

Il voit au cœur des unités paras l’état d’esprit qui dérive. Tentation de suivre les généraux ? Certainement pas : « Totalement intégré à cette division parachutiste dont j’étais solidaire, je restais néanmoins un aviateur et gardais ma liberté d’esprit et de jugement. Si je n’étais pas lassé des combats – car l’allégresse des combats, cela existe – je voyais avec consternation ce beau pays peu à peu crucifié tandis que l’amertume des officiers montait tout autour de moi devant une politique qu’ils ne comprenaient point ».

Par la suite, Roland Glavany poursuivra sa carrière au sein de l’armée de l’Air, jusqu’en 1978 – avec les galons de général de corps aérien- après avoir commandé le CEAM (Centre d’Expériences Aériennes Militaires), la base de Mont-de-Marsan et les Ecoles de l’armée de l’Air.

Un regret ? Avoir tant et tant côtoyé les parachutistes sans en avoir le brevet : « Voilà pourquoi, ayant acquis avec mes étoiles de brigadier une plus grande liberté d’action, j’ai demandé à sauter vers 1975. Compte-tenu de mes blessures aux jambes, les toubibs dirent « au fou », jusqu’à ce que, lassé, un chef-toubib finit par déclarer : « Il veut sauter ? Qu’il saute ! ». Ce que je fis. Je le fis naturellement avec mes camarades des Commandos de l’Air, à Nîmes (salut au capitaine Ciappa). Nous sautions à partir d’un « Broussard » et j’aimais beaucoup cela, être assis par terre, les jambes à l’air avant de se balancer. Aussi, un jour de 1977, je participai à Avignon à un rassemblement para, devant le Chef d’état-major de l’Armée de l’Air de l’époque, le général Maurice Saint-Cricq, mon ami. Seulement voilà, à l’arrivée au sol, je sentis et entendis un « crac », à droite. Disons-le tout de suite, c’était la « bi-malléolaire » (sous-entendu la fracture) et deux mois de plâtre. Et mon chef vénéré vint alors vers moi : « Je te l’avais bien dit que tu jouais au c.. ». Et comme l’a dit un autre général, jaloux : « Ces trucs-là, faut les réussir ou s’abstenir ». Quel dommage. C’était le 4ème saut, pas le 5ème, qui lui m’aurait permis d’avoir droit à la plaque souvenir. C’est alors que je me suis rappelé m’être éjecté d’un Mystère IV en vrille que je ne parvenais pas à arrêter. J’étais pilote d’essais chez Monsieur Marcel Dassault, avant les « Mirages » et toute la série. C’était vingt ans avant, en 1955. J’ai dit cela à mes camarades de l’Armée de Terre : « 4 + 1 : ça fait 5 ! ». Ils ont condescendu à l’admettre. Et c’est ainsi que l’insigne de parachutiste est aujourd’hui en bonne place dans ma bibliothèque ».

Alors qu’il est à la retraite depuis quelques semaines (« J’avais entrepris des travaux dans la maison de campagne, mais je n’ai jamais été un grand bricoleur »), il est rappelé pour prendre la direction de l’Office Français d’Exportation des Matériels Aéronautiques.

Fidélité enfin en œuvrant pour les associations du Souvenir Français, des Ailes Brisées, dont il devient président, ou du Tomato Club. Fidélité aux camarades du débarquement de Provence en prenant la présidence de l’association Rhin et Danube. A un Résistant qui voulait lui apprendre d’où venait le général de Lattre de Tassigny, il avait répondu : « Tu sais – il tutoyait tout le monde et c’était bien souvent une marque d’affection – quand tu auras fait autant de cérémonies que moi à Mouilleron-en-Pareds, on en reparlera ! ».

Amour est le second mot qui me vient à l’esprit quand je pense au général Glavany. D’abord l’amour de la famille. Dans ses interviews, dans son ouvrage, il n’est pas un chapitre où le général n’évoque pas sa famille et le bonheur familial. Lors d’une réunion de notre Comité, il m’avait un jour indiqué : « Dans tout ce que tu fais, n’oublie jamais ta famille. Elle doit être la priorité. C’est important ».

Amour de son prochain. Esaïe 58 :7,8 41 : « N’est-ce pas que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans la maison les affligés qui errent sans asile ? Quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne caches pas à ta propre chair ? ». L’amour de son prochain, le général Glavany l’a montré et démontré à maintes reprises. Ainsi, il fut l’un des piliers du Café 115, comme notre adhérente Louise Zazzera, géré par l’Association pour le Logement des Personnes Isolées Résidant à Issy-les-Moulineaux (Alpirim), sous la houlette de notre ami Marie-Auguste Gouzel, et cofinancé par la ville et la DRIHL 92. Ce Café permettant aux personnes sans abri de bénéficier d’un accueil, d’une orientation et/ou d’un accompagnement.

Amour de la littérature et des belles lettres. Pour son quatre-vingt-dixième anniversaire, nous lui avions offert une ancienne et très belle édition des Confessions d’un enfant du siècle, d’Alfred de Musset. Et voilà notre général nous remerciant en nous citant, par cœur, le premier chapitre dudit livre !

Amour de son épouse enfin. Quelle plus belle preuve d’amour que ne pas pouvoir survivre à la disparition de son épouse… Ce jeudi 19 janvier, l’on procède aux enterrements de Madame Glavany et de son mari dans le cimetière municipal d’Issy-les-Moulineaux. Bien triste journée.

 

CDT (RC) Frédéric Rignault

Président du Souvenir Français d’Issy-Vanves

Délégué général adjoint pour les Hauts-de-Seine.

 

Lire la suite

Publié le 7 Janvier 2017

Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard.

Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard, membre du Souvenir Français de Rueil-Malmaison est-il un poisson ? Moniteur Fédéral 1er degré, moniteur Nitrox confirmé FFESSM, instructeur photographe Niveau 1 FFESSM, Jean est plongeur depuis plus de 43 ans.

Cela tient à un baptême de plongée dans la piscine de l’Université de Paris-Dauphine où il était étudiant en droit. Et depuis, pourrait-on dire, il n’en est pas sorti ! Ainsi, il effectue son service militaire « palmes aux pieds » en suivant une formation de plongeur à l’Ecole de Plongée de l’Armée de Terre, située à La Valbonne dans l’Ain. S’en suivra une formation pédagogique pour enseigner la plongée.

Par la suite, Jean travaille en tant que GO (Gentil Organisateur) dans différents clubs du Club Méditerranée, en Italie, au Mexique ou encore en Egypte. Bien entendu, sa spécialité : la plongée !

Puis il s’initie au monde du cinéma en réalisant des films 8 mm et des vidéos subaquatiques. Mais en 1996, c’est l’option photographie qui prend le dessus, grâce à une rencontre fondamentale avec un instructeur photo du nom de Robert Pakiela (aujourd’hui rédacteur en chef du magazine Aquamonde, journal du monde de l’image et du voyage subaquatique). Comme Jean l’indique : « Réaliser et analyser une photographie subaquatique, c’est reconnaître le travail du regard du photographe amateur, au sens latin de celui qui aime… C’est accepter l’idée que le plaisir d’une passion exige de ne pas faire les choses à moitié sinon c’est un peu tricher avec soi-même. Une photographie est semblable à un sentiment qui résiste à l’épreuve du temps. Aimer la mer, toutes ses beautés révélées par l’image, n’est-ce pas s’engager pour la protéger par un comportement responsable ? ».

Accompagné le plus souvent possible dans l’eau par son épouse, Marie, qui est également monitrice de plongée, Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard participe à de nombreuses compétitions fédérales ou des concours de photographies subaquatiques. Il a ainsi été vice-champion de France à Nice en 2005, médaille de bronze à Aix-en-Provence quatre ans plus tard. Il a réalisé de nombreuses expositions que ce soit à Mandelieu La Napoule, à Rueil-Malmaison ou encore à Villeneuve-Loubet et est rédacteur d’articles pour la revue Plongée Octopus.

Jean est titulaire des décorations suivantes : chevalier dans l’ordre des Palmes académiques ; chevalier dans l’ordre du Mérite maritime ; médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif ; médaille de bronze pour Acte de courage et de dévouement et médaille d’argent de la FFESSM.

Enfin, Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard est très attaché au Devoir de Mémoire. Que ce soit envers sa famille ou envers celle des plongeurs, comme Bob Maloubier, qui fut un grand Résistant, militaire hors-pair, membre de la Force 136 et fondateur des plongeurs de combat.

Membre du Souvenir Français depuis des années, donateur exceptionnel du Musée de la Mémoire Citoyenne de Mâcon, en Saône-et-Loire (dirigé par l’excellent Délégué général Jean-Claude Bernardet), il était normal que le siège de notre association remette à Jean la médaille du Souvenir Français. C’est chose faite depuis le mois de décembre dernier.

Félicitations cher Jean !

 

 

Frederic Rignault

Président du Comité d’Issy-Vanves

Délégué général adjoint des Hauts-de-Seine

Lire la suite

Publié le 3 Janvier 2017

Chatenay-Malabry : cérémonie à la mémoire des victimes coptes.

Le dimanche 11 décembre 2016, l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul, au Caire en Egypte, a été la cible d’un attentat revendiqué depuis par DAECH. 25 Egyptiens ont trouvé la mort dans cette odieuse attaque et 49 autres ont été blessés. L’église se trouve à côté de la cathédrale Saint-Marc, actuellement en rénovation. Trois jours de deuil national ont été décrétés par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui a condamné ce « lâche » attentat.

L'explosion a eu lieu pendant la messe, vers 10 heures. Elle se serait produite dans la partie féminine de l'église. Une charge de 12 kilos de TNT aurait été utilisée, selon une source policière. La bombe a explosé près d'un pilier, noirci et parsemé d'éclats. Des impacts étaient aussi visibles sur le sol de marbre. Les vitraux étaient presque tous brisés et les bancs de bois renversés pour la plupart, en particulier sur le côté droit de l'église.

 

La communauté copte de France a souhaité de suite adresser un message de compassion et d’amitié à ses frères d’Egypte. Aussi une célébration s’est déroulée le dimanche 18 décembre en l’église copte de Chatenay-Malabry, la principale église copte en France.

 

De nombreuses hautes personnalités civiles, militaires et religieuses (orthodoxes, catholiques, protestantes, juives, musulmanes) se sont retrouvées à l’occasion de cette célébration. Bien entendu, le Souvenir Français, tant le Comité de Chatenay, que la Délégation des Hauts-de-Seine et le siège à Paris, étaient invités et représentés.

 

N’oublions pas.

 

François-Marie Belin

Présidente du Comité de Chatenay-Malabry

Lire la suite

Publié le 30 Novembre 2016

Mont Valérien – Novembre 2008 : Monsieur Roger Karoutchi, alors ministre en charge des Relations avec le Parlement, Monsieur le préfet des Hauts-de-Seine et Madame Lysiane Tellier.

Mont Valérien – Novembre 2008 : Monsieur Roger Karoutchi, alors ministre en charge des Relations avec le Parlement, Monsieur le préfet des Hauts-de-Seine et Madame Lysiane Tellier.

Pilier de l’UNC et du Souvenir Français dans les Hauts-de-Seine et plus particulièrement à Bourg-la-Reine, Lysiane Tellier – alias lieutenant Bob, de son nom de jeune fille Bourguignon – nous a quitté il y a quelques jours.

 

Officier dans l’ordre national de la Légion d’honneur, commandeur dans l’ordre national du Mérite, médaillée militaire, Croix de guerre 39-45, médaille de la Résistance, Lysiane s’était engagée encore adolescente dans la Résistance : « A 17 ans, je travaillais dans les postes sous la surveillance d'un officier allemand et chaque nuit, je remplissais mes missions pour la résistance. Ma plus grande peur était de ne pas arriver à l'heure au travail ce qui aurait déclenché une enquête chez ma mère. J'ai donc simulé un évanouissement pour avoir un certificat médical et un arrêt de travail. Le soir même j'étais dans les bois… »

 

Dans le Poitou, sa région, Lysiane Tellier assure des liaisons entre maquis. Elle s'occupe d'organiser les placements de réfractaires, les ravitaille, leur fournit des tickets alimentaires et des fausses cartes d’identité. Elle est également chargée de créer une cellule de renseignements. Elle participe aux combats et à la libération.

 

Le colonel Muller, président de l’UNC 92 l’évoquait dans un numéro de la Voix du Combattant de 2012 : « Fin 1942, Bob établit des contacts avec le créateur du maquis Lagardère qui était son professeur d’escrime puis avec le commissariat de Châtellerault qui fabriquait de faux-papiers d’identité pour les réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO). Il est chargé du renseignement et est agent de liaison entre les groupes de résistants. Bob effectue les franchissements de la ligne de démarcation dans la Vienne, vers Chausigny, afin de conduire les jeunes dans les forêts de l’Indre sous le prétexte fallacieux de fabriquer des charbons de bois. Il contrôle et ravitaille ces groupes en vue de former le maquis.

 

Début 1944, Bob prend contact dans l’Indre avec un officier de l’armée de l’Air recherché par la milice. Il lui fait passer la ligne de démarcation pour le faire rentrer en zone occupée où il sera caché chez les parents de Bob jusqu’au Débarquement ! Ensemble, ils rejoindront le maquis appelé Chouan. Dans ce maquis, le sous-lieutenant Bob s’investit dans l’organisation et les liaisons. Il participe aux combats de Coussay-les-Bois, Lussac-les-Châteaux et Chausigny en s’occupant des blessés. Le 25 juillet 1944, sous le feu violent de l’ennemi, il réussit à évacuer les blessés graves, en particulier le lieutenant commandant le maquis. Cela vaut au sous-lieutenant Bourguignon une citation à l’ordre de la division avec attribution de la croix de guerre 1939-1945. Il lui revient en pénible obligation de prévenir du décès de leurs proches, les familles des tués au combat.

 

Malgré la libération d’une grande partie du territoire, des poches de résistances allemandes subsistent dans plusieurs endroits. Bob part avec son groupe combattre sur le front de Saint-Nazaire jusqu’à la fin de la guerre. Il obtiendra la médaille de la Résistance française en 1946 et travaillera au 5ème bureau du ministère de la Guerre. Malheureusement, suite à la vie dans le maquis, ses poumons ont été atteints et il est opéré d’un pneumothorax et passe deux ans en sanatorium suivis d’une mise en congés maladie jusqu’en 1952 et d’une retraite anticipée avec pension militaire d’invalidité ».

 

Lysiane Tellier : « J’étais très motivée car mon père est mort à la guerre de 14-18 et n’a pu participer à la Résistance. Il est décédé des effets du gaz. Mais même s’il avait été là, j’aurais résisté avec lui. Et vous savez, quand j’ai perdu mon père, ma mère avait 25 ans et s’est retrouvée seule avec plusieurs enfants dont l’aîné qui n’avait pas quatre ans. Donc elle a dû se battre. J’ai toujours appris à me battre. Mais dans la légalité et le droit. Souvent, je raconte que des Allemands nous prenaient en otage pour qu’on parle. Ça, c’est très difficile pour tout le monde. C’est une situation où les gens essaient de profiter de vous à un moment où vous êtes défaillant. C’est ça qu’il faut expliquer aux jeunes : qu’ils gardent toujours leur dignité ».

 

Tout au long de sa vie Lysiane Tellier s’est engagée pour le Devoir de Mémoire. Récemment, elle avait monté une nouvelle association « Mémoires du Mont Valérien » dont elle avait cédé les rênes à Monsieur Alain Faber, avant de s’installer définitivement dans la Nièvre du côté de Saint-Saulge.

 

Le vendredi 2 décembre 2016, en l’église Saint-Gilles de Bourg-la-Reine, une cérémonie d’hommage à Lysiane Tellier, se tiendra à partir de 10h00. A l'issue de la cérémonie un cortège sera constitué en direction du cimetière avec une halte au monument aux morts et un discours.

 

 

 

Sources :

 

La Voix du Combattant – Numéro 1776 – Juillet et Août 2012.

Le Journal du Centre – Jenny Pierre.

Informations UNC 92 – Souvenir Français – Délégation générale 92.

 

Lire la suite