actualite des comites

Publié le 23 Janvier 2019

Un nouveau président pour le comité de Châtenay-Malabry.

Suite au décès de sa trésorière, à l’hospitalisation de la présidente et après neuf mois d’intérim assuré par le délégué général, un nouveau président pour le comité de Châtenay-Malabry a pu être nommé avec effet au 1er janvier 2019.

Il s’agit de Jean-Claude Allard, général de l’armée de terre en 2ème section, ancien commandant de l’aviation légère de l’armée de Terre et aujourd’hui directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques.

Déjà impliqué ces derniers mois dans des cérémonies sur place, la nouvelle tête du comité châtenaisien est, entre autres activités, président de la section des Hauts-de-Seine sud-est de la société des membres de la Légion d’honneur.

Le délégué général et l’ensemble de la délégation des Hauts de Seine lui souhaitent la bienvenue au sein de notre association mémorielle.

 

Claude Guy

Délégué général des Hauts-de-Seine.

Lire la suite

Publié le 5 Janvier 2019

Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.

 

Le dimanche 9 décembre dernier s’est déroulée l’assemblée annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison, qui comprend également la Section de Garches.

Organisée par le bureau, des bénévoles membres du comité et Jean-Pierre Didrit, président, et en présence de Patrick Ollier, maire de la ville, président de la Métropole du Grand Paris, ancien ministre, de Jean-Baptiste Romain, directeur de l’Office National des Anciens Combattants du département, de Claude Guy, délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine, d’André Labour, délégué général honoraire, cette assemblée s’est tenu devant une assistance nombreuse.

 

A cette occasion, après les rapports moraux et financiers, ainsi que les discours des personnalités, des récompenses ont été remises, entre autres à Chantal Didrit, épouse du président et secrétaire du comité depuis de nombreuses années.

La délégation des Hauts-de-Seine présente toutes ses félicitations aux récompensés du jour pour leur dévouement à la cause du Souvenir Français.

 

Retrouvez ci-dessous quelques photographies de cette assemblée.

Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.
Réunion annuelle des adhérents du Comité de Rueil-Malmaison.

Lire la suite

Publié le 16 Décembre 2018

Comité d'Issy - Vanves : de la Guadeloupe à Moscou.

Deux cérémonies ont marqué le Comité d’Issy – Vanves, pour ces commémorations du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre :

 

  • La première s’est déroulée à Issy, à la mémoire de Claricin Gaspard.
  • La seconde s’est déroulée à Vanves, à la mémoire des soldats russes du carré militaire communal.

 

Claricin Joannès Gaspard.

 

Claricin Joannès Gaspard nait le 17 janvier 1897 à Morne-À-L’eau (Guadeloupe), commune située à l’ouest de Grande-Terre, entre la mangrove, les grands fonds vivriers et la plaine cannière. Morne-À-L’eau est connue aujourd’hui, entre autres, pour avoir un des cimetières les plus visités de l’archipel. Son attrait provient des motifs en damier noir et blanc qui ornent la majorité des sépultures, donnant à l’ensemble des airs de grand échiquier.

 

Claricin Gaspard quitte son île et s’engage au 24e RIC. Il porte le matricule 20.776 au Corps (Classe 1917) et le numéro 157 au bureau de la Guadeloupe. Malheureusement, il tombe malade au front, est rapatrié sur l’hôpital temporaire de l’école Saint-Nicolas d’Issy-les-Moulineaux et meurt le 30 mai 1918 des suites d’une pleurésie tuberculeuse.

 

Claricin Gaspard était l’un des 48 enfants de Morne-À-L’eau qui s’étaient engagés pour défendre la patrie.

 

Le 7 novembre 2018, une délégation a tenu à rendre hommage à Claricin Gaspard, enterré au carré militaire du cimetière d’Issy-les-Moulineaux. Celle-ci était composée de :

 

  • Madame la sénatrice de Guadeloupe Victoire Jasmin ;
  • Monsieur le sénateur de l’île de Saint-Barthélemy et président de la délégation sénatoriale aux Outre-mer Michel Magras ;
  • Joël Althey, représentant du CREFOM (Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer) ;
  • D’une délégation de Mornaliens d’Ile de France ;
  • De Madame Michèle Makaïa Zenon, adjointe au maire de Morne-À-L’eau, en charge de la Jeunesse, qui a initié les recherches pour retrouver la tombe de Claricin Gaspard.

 

Et en présence :

 

  • De Jean-Pierre Saint-Eloi, membre du Comité de la Flamme.
  • Des porte-drapeaux des associations d’anciens combattants d’Issy-les-Moulineaux (FNACA, ANACRA, UNC, ACV) et du Comité local du Souvenir Français, l’ensemble étant emmené par Jacques Tchirbachian, vice-président de l’UFAC.

Madame la sénatrice Victoire Jasmin : « Nous voilà rassemblés sur la place du Souvenir d’Issy-les-Moulineaux où nous honorons une page injustement oubliée de notre Histoire nationale, où nous honorons une aventure extraordinaire qui était tombée dans l’oubli. En effet, la restitution de cette « Grande Guerre » décrite dans biens des ouvrages et à travers de nombreux témoignages reste parcellaire. Une partie de cette histoire est méconnue du grand public : l’apport des colonies françaises de l’époque dans la lutte incessante pour la victoire et la préservation de nos valeurs. Oui, de nombreuses mères et de nombreux pères – parfois qui avaient été réduits en esclavage jusqu’en 1848 – ont vu leurs fils s’engager au sein des forces armées afin d’aller braver l’ennemi au péril de leur vie, dans des lieux et des conditions climatiques profondément méconnus. Le tribut payé par les colonies françaises de l’époque fut lourd. Lourd de sacrifices tant la volonté de ces hommes non préparés au jeu de la guerre, était grande. Derrière cet engagement se cachait le désir ardent de reconnaissance de la mère Patrie pour des hommes devenus libres peu de temps auparavant, d’être considérés comme des citoyens français au même titre que les autres soldats ».

 

Hommage aux soldats russes de Vanves.

 

Samedi 10 novembre 2018, sous une pluie battante, la municipalité de Vanves a tenu à rendre hommage aux quinze soldats Russes, qui sont Morts pour la France au cours de la Première Guerre mondiale, et sont enterrés dans le carré militaire de la ville.

Cet hommage a été organisé par la paroisse orthodoxe de Vanves, dirigée par le Père Michaël Rousseau, et l’association « Vie et Croissance ».

En présence d’une délégation venue de Moscou, d’un chœur russe, de représentants de l’ambassade de Russie en France, l’hommage a commencé par une célébration liturgique dans le cimetière, puis a été suivi des discours de Monsieur le maire, Bernard Gauducheau, et de Monseigneur Nestor, lui aussi venu de Moscou.

La commémoration s’est poursuivie dans les salons de l’Hôtel de Ville, avec des échanges de présents et des prises de parole. Par la suite, l’assemblée, formée de Vanvéens, de Russes, et des porte-drapeaux des associations patriotiques – qui sont restés stoïques toute la matinée sous la pluie – a eu la chance et l’honneur d’écouter plusieurs chants patriotiques entonnés par le chœur russe.

Pour mémoire, comme cela a été rappelé à plusieurs reprises en cette matinée par Madame Marie-Françoise Goloubtzoff, maire-adjoint de Vanves et sur ce site Internet – notamment en novembre 2010 – les Russes du carré militaire de Vanves sont morts des suites de leurs blessures alors qu’ils avaient été ramenés du front au lycée Michelet, et qui était un hôpital militaire temporaire.

Le Comité du Souvenir Français a été particulièrement honoré d’être invité à ces deux commémorations et très fier d’y participer.

 

 

 

Sources :

 

  • Encyclopédie Larousse en ligne : www.larousse.fr
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Internet « Mémoire des Hommes » du Ministère des Armées.
  • Service d’Information et de Relations Publique de l’Armée de terre (SIRPA Terre).
  • Crédit photographique : Issy-les-Moulineaux – Cimetière – Fabien Lavaud et Comité du SF d’Issy-Vanves.

 

Comité d'Issy - Vanves : de la Guadeloupe à Moscou.

Lire la suite

Publié le 15 Novembre 2018

Crédit photographique : Serge Guével.

Crédit photographique : Serge Guével.

À l’initiative d’une professeure du plus grand établissement scolaire privé de France, s’est déroulée le 12 novembre 2018 une cérémonie d’hommage aux élèves et professeurs morts dans les conflits du siècle dernier.

Auparavant, votre délégué général a remis un drapeau de Rhin et Danube à la garde de trois élèves qui le portent à tour de rôle avec fierté. Le comité d’Antony a veillé avec les organisateurs de l’Institution à la préparation de cette cérémonie qui a fait une place remarquée à l’évocation de plusieurs destins individuels, l’appel aux morts suivi d’une vibrante Marseillaise portée par les notes puissantes et émouvantes du clairon. Une assistance nombreuse et silencieuse a partagé cet hommage inédit.

 

Claude Guy

Délégué Général des Hauts-de-Seine.

Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.
Crédits photographiques : Serge Guével.

Crédits photographiques : Serge Guével.

Lire la suite

Publié le 13 Novembre 2018

A Châtillon, la guerre est finie. Exposition.

A Châtillon, du 2 au 22 novembre, une exposition se tient à la Folie Desmares (13, rue de la Gare) : « La guerre est finie ! »

 

À l’occasion de la commémoration du centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale signé le 11 novembre 1918, la Ville de Châtillon et le Souvenir Français proposent une exposition à la Folie Desmares.

 

La genèse du conflit, la guerre au quotidien sur le front et à l’arrière, le courage  des soldats, les armes, le matériel militaire seront présentés au travers de  témoignages, d’objets et de photographies pour mieux comprendre ce que fut ce terrible conflit et la joie manifestée lors de la fin des hostilités.

 

Avec le Souvenir Français, les enfants de l’école Joliot-Curie ont préparé cette exposition en réalisant une lettre aux Poilus, une maquette d’avion comme celui de l’aviateur Roland Garros et un champ de bleuets. La chorale de l’école Gambetta participera à la commémoration officielle du 11 novembre.

 

Une exposition à ne pas manquer pour comprendre, se souvenir et ne pas oublier.

 

Du lundi au vendredi de 14h à 18h.

Samedi et Dimanche de 10h à 19h

Entrée libre

Lire la suite

Publié le 11 Octobre 2018

Les SOE commémorés à Suresnes.

A l’initiative de Monsieur Christian Dupuy, vice-président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, maire de Suresnes et de Monsieur Lionel Southgate, Président de la Fédération Nationale Libre Résistance, une cérémonie s’est déroulée au Mont Valérien le samedi 29 septembre dernier pour commémorer le rôle du Special Operations Executive (SOE) dans la résistance en France.

Le SOE était un service secret britannique qui opéra pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut créé en juillet 1940 par Winston Churchill et dissous le 30 juin 1946. Le SOE avait pour mission de soutenir les divers mouvements de résistance des pays d’Europe occupés par l’Allemagne ainsi que, progressivement, de tous les pays en guerre, y compris en Extrême-Orient (grâce à la « Force 136 »).

Son organisation était la suivante :

  • Le quartier général, établit en Angleterre, à Londres sur Baker Street, et dirigé par Franck Nelson jusqu’en 1942, puis par Charles Hambro et enfin Colin Gubbins.
  • Les antennes, créées dans les capitales neutres ou Alliées (comme Lisbonne ou Madrid).
  • Les sections (F pour France par exemple, qui sera la section la plus importante avec 95 réseaux), chargées de l’action dans les pays étrangers.
  • Les stations, situées en territoire britannique, qui se répartissent en stations expérimentales et en écoles d’entraînement spécial.

A la fin de la guerre, le SOE ne comptait pas moins de 13.000 agents. Parmi les opérations les plus souvent utilisées, on peut citer :

  • Les sabotages d’installations militaires, industrielles ou ferroviaires ;
  • Les opérations destinées à inquiéter, déstabiliser ou affaiblir l’ennemi comme des attentats, des assassinats ou le déraillement de convois de troupes ;
  • Les opérations destinées à obtenir des renseignements sur les intentions de l’ennemi, les mouvements de troupes…
  • Enfin, la désinformation était également régulièrement utilisée.

 

En France, un monument, situé à Valencay dans l’Indre (l’un des premiers sites à recevoir un parachutage SOE), rappelle le sacrifice de 104 membres en France (13 femmes et 91 hommes).

 

Le Souvenir Français des Hauts-de-Seine a une pensée particulière pour son ami Robert « Bob » Maloubier, ancien des SOE, et décédé en avril 2015, dont une plaque rappelle les faits d’armes (SOE + Force 136) au sein du lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, et remercie vivement Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard, adhérent du Comité de Rueil-Malmaison, pour son engagement permanent au service de la mémoire des SOE et en particulier de Bob Maloubier.

 

Sources :

 

  • Archives du Souvenir Français des Hauts-de-Seine.
  • Encyclopédie Wikipédia.
  • Site Internet de l’Union des gaullistes de France : www.union-gaulliste-de-france.org
  • Crédits photographiques : Jean de Saint-Victor de Saint-Blancard.
Les SOE commémorés à Suresnes.

Lire la suite

Publié le 5 Octobre 2018

Exposition à Percy.

Dans le cadre du centenaire de l’armistice de 1918 et à l’occasion de la première journée nationale des blessés du Service de Santé des Armées et de leurs familles, une exposition se déroulera à l’hôpital militaire de Percy. Le thème : « les hôpitaux militaires de la Grande guerre ».

 

L’inauguration de cette exposition se déroulera le jeudi 18 octobre à 18h en présence de :

 

  • Jean-Didier Berger, maire de Clamart et Président du Territoire Vallée Sud-Grand Paris ;
  • Le général Conessa, médecin-chef de l’hôpital des armées Percy.

 

Cette exposition est réalisée en partenariat avec le Souvenir Français et son comité de Clamart, présidé par François-Xavier Philipp, et prêtée par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre.

 

L’entrée se fera par la rue Raoul Batany.

 

Cette exposition se tiendra du 15 octobre au 15 novembre. Le Souvenir Français de Clamart – dont les coordonnées du président figurent dans la partie Comités de ce site internet – est à la recherche de bénévoles pour assurer une permanence de cette exposition le matin de 10h à 12h ou l’après-midi de 13h à 16h.

 

Merci par avance.

 

Lire la suite

Publié le 10 Juillet 2018

Retour la conférence Normandie-Niemen à Colombes le 23 juin

Le comité de Colombes a organisé une conférence, sur le célèbre Régiment de chasse Normandie-Niemen, depuis sa création jusqu’à la fin de la guerre. L’intervenant, le Docteur Alain Fages, adhérent du Souvenir Français, est aussi membre du Conseil d’Administration du Mémorial Normandie-Niemen.

 

La conférence, abondamment illustrée par la projection de vues d’époque, a d’abord présenté la situation politique et militaire en 1942, puis les circonstances qui ont permis la constitution du groupe, les conditions de vie et d’opérations, son matériel et les hommes.

 

Les pilotes et les mécaniciens, au début, étaient tous français (14 pilotes, 42 mécaniciens). Par la suite, ces derniers furent remplacés par leurs homologues soviétiques. Les conditions de combat, mais aussi de vie, furent très rudes. La plupart des pilotes venaient d’escadrilles françaises stationnées au Moyen-Orient. Les pilotes choisirent de combattre sur le Yak, avion mythique de la chasse soviétique. Un certain nombre d’entre eux avaient une forte personnalité, voire étaient des personnages, ce qui leur a permis de tenir et de participer à l’avancée de l’armée soviétique et au franchissement du Niémen. C’est à cette occasion que Staline lui a alors attribué, en juillet 1944, le titre honorifique de Niémen.

 

Sur 99 pilotes engagés au cours des trois campagnes, 42 furent tués ou portés disparus. Le Régiment est crédité de 273 victoires. De nombreux pilotes ont obtenu le titre d’As et quatre ont été fait Héros de l’Union Soviétique. Cette épopée est restée à jamais gravée dans la mémoire du peuple russe.

Les aviateurs survivants ont regagné la France en juin 1945 aux commandes de leurs Yak, offerts par Staline. Une belle page d’histoire !

 

Le nombre de personnes venues assister à cette conférence et l’intérêt qu’ils ont manifesté, incite notre comité à renouveler cette expérience.

 

 

André Deschamps – Président du Comité de Colombes.

Lire la suite

Publié le 26 Juin 2018

Guy Kimpyneck est à droite sur cette photographie.

Guy Kimpyneck est à droite sur cette photographie.

« Guy Kimpyneck vient de nous quitter brutalement.

Né le 18 mai 1936 dans le 10e arrondissement de Paris, en en pleine époque des grèves, des troubles sociaux, du Front Populaire, Guy Kimpyneck est de cette 3° génération du feu qui a été élevée sur fond de guerre durant toute sa jeunesse : La guerre d’Espagne, l’Anschluss de l’Autriche, la guerre de 1939-1940.

C’est au cours de cette Seconde Guerre mondiale, qu’il part en exode avec sa mère. Ensemble, ils vivent l’occupation allemande, les privations dues aux rationnements, les bombardements et enfin la Libération de 1944.

Arrivé à l’âge du service militaire Guy se retrouve confronté personnellement à la guerre comme combattant en Algérie. Grenadier-voltigeur en 1957, il est cité à l’ordre du régiment et blessé par balle en progressant sous le feu, alors qu’il attaque une position ennemie fortement tenue.

Fidèle aux harkis qui combattent avec lui, il demande son détachement pour encadrer et combattre au sein de la Harka de son bataillon en 1958. Brigadier, il est chef de groupe à la tête duquel il mène un combat difficile. Il est à nouveau cité au feu à l’ordre de la brigade.

En 1959, il est promu maréchal-des-logis et se porte volontaire pour servir six mois au-delà de la durée légale.

Vient le cessez-le-feu et le retour en métropole. Mais en dépit de tout ce qu’il a vécut, des combats auxquels il a participé, comme nombre de combattants de sa génération, il attendra vingt ans avant d’être reconnu et d’obtenir la carte du combattant.

En 1995, Guy prend sa retraite. Tout porte à croire qu’après cette vie bien remplie, il va enfin se reposer. Force est de constater qu’il n’en est rien. Grâce à la compréhension et au soutien inconditionnel de son épouse, Marie-Claude, il s’engage à fond dans le monde associatif des anciens combattants :

  • Président du comité d’entente des Anciens combattants de Bois-Colombes, depuis 2001 ;
  • Président de la 26e section de l’Union Nationale des Combattants, sous la présidence départementale de M. Delvallée, il organise avec succès en 1997, avec Marie-Claude,  le congrès départemental de l’UNC 92 ;
  • Élu au conseil d’administration de l’Union Nationale des Combattants des Hauts-de-Seine ;
  • Vice-président de la 748° section des Médaillés militaires ;
  • Membre du bureau de la Société des Membres de la Légion d’honneur Boucle Nord des Hauts-de-Seine, ancien président du Comité de Bois-Colombes.
  • Co-fondateur avec la regrettée présidente Mme Lysiane Tellier de l’association des Mémoires du Mont Valérien ;

D’ailleurs, le 18 novembre 2007, à l’occasion d’une cérémonie au Mont Valérien, Lysiane Tellier avait tenu à remercier Guy pour son action : « Je n’oublie pas mon ami Guy Kimpyneck, cela fait plus de 10 ans que nous nous connaissons et j’ai toujours autant de plaisir à travailler avec lui ».

Dès ses débuts au sein du Comité d'Entente, Guy a toujours été présent auprès du Souvenir Français et a toujours apporté son soutien à notre association.

C’était lui qui était responsable de ses frères d’armes Porte Drapeaux qu’il encadrait lors des prises d’armes du 8e régiment de transmissions à l’occasion de la Saint Gabriel, comme à toutes les cérémonies au Mémorial du Mont Valérien.

Il avait continué jusqu’à ce 24 mai 2018 où il brutalement il nous a quitté, alors qu’il se préparait à rejoindre la cérémonie de clôture du Rallye Citoyen. Sa vigueur, sa force, son dynamisme ne laissaient pas présager son départ brutal. Il avait 82 ans.

Le maréchal-des-Logis Guy Kimpyneck était chevalier de la Légion d’honneur, Médaillé militaire, Croix de la Valeur militaire, Croix du Combattant volontaire, Croix du Combattant, médaille des opérations en AFN, était titulaire du Titre de Reconnaissance de la Nation, de la Médaille des blessés et titulaire de nombreuses autres décorations militaires, civiles et associatives.

Le Comité de Bois-Colombes du Souvenir Français, comme ses comités frères du département et toute la Délégation des Hauts-de-Seine présentent leurs plus sincères condoléances à sa famille, ses proches et tous ses amis.

Avec Mme Tellier, vous êtes invisibles, mais nous savons que vous serez toujours présents parmi nous ».

 

 

Christiane DRECQ

Présidente du Comité de Bois-Colombes.

Hommage à Guy Kimpyneck.

Lire la suite

Publié le 24 Juin 2018

Félicitations aux élèves "Défense et Citoyenneté" de Clichy.

Le 21 juin, Claude Guy, délégué général du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine et Xavier Mélard, président du comité local Asnières – Clichy ont remis trente cartes d’adhérents aux élèves de la 4ème "défense et citoyenneté" du collège Jean Macé, partenaire de l’association depuis 2014.

 

Sous la houlette du professeur Thierry Le Gac, avec le soutien de la principale du collège, ces élèves ont participé avec enthousiasme à de nombreuses activités, commémorations et à la quête nationale.

 

Pendant plus d'une heure, ils ont échangé avec les intervenants pour mieux connaître le Souvenir Français, faire partager leur expérience et poursuivre leur engagement. Ils souhaitent devenir des relais et des passeurs de mémoire.

Lire la suite