Le STO et la Résistance.

Publié le 30 Mai 2021

Le STO et la Résistance.

L’appel du général de Gaulle depuis Londres, le 18 juin 1940, est l’acte de naissance de la résistance française. À l’époque, une minorité de français refuse l’armistice signé par le maréchal Pétain le 22juin 1940, l’occupation et l’orientation politique du régime de Vichy.

Il est aujourd’hui incontestable que la résistance ait été le fait de groupes clandestins comme « Combat » ou « Libération Nord » qui se sont illustrés par des actions diverses : tracts, sabotages, attentats contre l’occupant, aide à des évadés, récupération d’armes, création de journaux clandestins, envoi d’informations secrètes à Londres…

Tous les témoins et après eux les historiens sont unanimes pour définir par ces faits la résistance ; néanmoins peut-être oublient-ils d’autres actes isolés, en dehors de toute logistique, comme par exemple le refus du STO (Service du travail obligatoire créé en mars 1943 par Pierre Laval, ministre de Pétain). Ce STO qui envoie des jeunes Français en Allemagne pour y travailler en remplacement des Allemands mobilisés pour la guerre.

Ces réfractaires au STO, par patriotisme et rejet de collaboration, n’ont-ils pas été à leur niveau des résistants en s’opposant aux volontés de l’occupant ?

Je me souviens des récits de mon père, réfugié arménien après le génocide de 1915, naturalisé français et donc mobilisable, qui a été un réfractaire au STO en refusant d’aller travailler en Allemagne. Exempté de service militaire, à 21 ans, pour cause de défaite et d’occupation de la France, c’est un matin de 1942, en voyant son nom sur la liste placardée sur les portes de l’usine, qu’il décide de partir en vélo se terrer en Auvergne. Il part avec quelque argent en poche pour se nourrir et être hébergé. Il attendra plusieurs jours pour revenir rejoindre sa famille à Chaville, au risque de se faire arrêter et contrôler par la milice et les Allemands.

Petit acte isolé, mais qui demandait un certain courage, celui des plus humbles.

Comme d’autres sûrement, mon père fait partie des oubliés de la résistance.

 

 

Annie Tchakérian

Membre du Comité de Chaville

24 mai 2021

Rédigé par Souvenir Français des Hauts-de-Seine

Publié dans #Témoignages-Portraits - 1939-1945

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :